La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Comparaison des stratégies génétiques et non génétiques pour contrôler des nématodes gastro-intestinaux chez les moutons. Bonnave Guillaume Chausteur Arnaud.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Comparaison des stratégies génétiques et non génétiques pour contrôler des nématodes gastro-intestinaux chez les moutons. Bonnave Guillaume Chausteur Arnaud."— Transcription de la présentation:

1 Comparaison des stratégies génétiques et non génétiques pour contrôler des nématodes gastro-intestinaux chez les moutons. Bonnave Guillaume Chausteur Arnaud Herla Julien

2 Plan I/Problématique I/Problématique II/Pathogénie des nématodes gastro- intestinaux II/Pathogénie des nématodes gastro- intestinaux III/Expérience de larticle III/Expérience de larticle IV/Résultats IV/Résultats V/Conclusion V/Conclusion VI/Application en pratique VI/Application en pratique VII/Bibliographie VII/Bibliographie

3 I/Problématique Principales pathologies en élevage ovin dues a des parasites Principales pathologies en élevage ovin dues a des parasites But de lexpérience : étudier différents paramètres pouvant diminuer lincidence des maladies dues aux nématodes gastro-intestinaux chez le mouton et en déduire leur importance respective. But de lexpérience : étudier différents paramètres pouvant diminuer lincidence des maladies dues aux nématodes gastro-intestinaux chez le mouton et en déduire leur importance respective. Impact considérable sur la rentabilité dun élevage Maîtriser le parasitisme = maîtriser les risques dune diminution de la productivité

4 II/Pathogénie des nématodes gastro-intestinaux Activité hématophage trés marquée à tous les stades Activité hématophage trés marquée à tous les stades Risque danémie, dhypoalbuminemie, dœdème, de perte de poids et de mortalité. Risque danémie, dhypoalbuminemie, dœdème, de perte de poids et de mortalité.

5 III/Expérience 256 jeunes mérinos (âgés de 5 mois) 256 jeunes mérinos (âgés de 5 mois) Durée : 1 an (8/12/1995 – 16/12/1996) Matériel Divisés en 32 groupes Soit 8 moutons par groupe Un Ha de prairie attribué a un groupe

6 On joue sur différents paramètres dinfluence sur le taux dinfection On joue sur différents paramètres dinfluence sur le taux dinfection Lignée résistante ou non Lignée résistante ou non Male ou femelle Male ou femelle Supplémentés ou non en protéines Supplémentés ou non en protéines Vaccinés ou non Vaccinés ou non Vermifugés ou non Vermifugés ou non III/Expérience Ces paramètres sont répartis uniformément et aléatoirement dans 2 types de prairies (segmentée en paddock), lune infestée, lautre non.

7 Intégration des différents paramètres dans léquation : P = phénotype : capacité de lanimal à résister à la pression infectieuse M = moyenne de la population : on ne la connaît pas G = génotype : G = A+D+I A = effet additif. Ici pas de croisement ni de générations successives donc A = 0 D = effet de dominance : ici, on ne sait pas quel allèle est dominant donc il nous est impossible dutiliser ce paramètre malgré son influence I = épistasie : dans le cas présent, on peut déterminer les effets croisés des différents paramètres entre eux III/Expérience

8 U = environnement : U= Up + Ut U = environnement : U= Up + Ut Up = environnement permanent Ut = environnement temporaire (non pris en considération) Léquation devient donc : P = D + I + Up III/Expérience Prairies infestée ou non Supplémentation en protéines ou non Vaccinés ou non Vermifugés ou non

9 Vermifuge : 6ml de closantel et 7.5 ml divermectine, 10ml divermectine Vermifuge : 6ml de closantel et 7.5 ml divermectine, 10ml divermectine 1 mois 1/2 après et 12ml divermectine 3 mois après. 1 mois 1/2 après et 12ml divermectine 3 mois après. Traitement effectué sur la moitié des moutons sevrés. Traitement effectué sur la moitié des moutons sevrés. III/Expérience Traitements effectués

10 Vaccin : La moitié des paddocks recoivent une dose de 33µg dantigènes dH.contortus Vaccin : La moitié des paddocks recoivent une dose de 33µg dantigènes dH.contortus Complément en protéine : La moitié des paddocks recoivent des graines de coton à la ration de 100g/animal/j. Complément en protéine : La moitié des paddocks recoivent des graines de coton à la ration de 100g/animal/j. III/Expérience Traitements effectués

11 IV/Résultats Comment évaluer le taux de parasitisme des moutons ? Différents critères : 1) Le nombre dœufs présents dans les fèces 2) Le poids des animaux et leur gain pondéral 3) La qualité de la toison 4) Le nombre danimaux morts 5) La contamination des paddocks par des larves effectives

12 Premier critère : le nombre dœufs présents dans les fèces Moutons issus de la lignée résistante 252 epg VS 815 epg pour les moutons non résistants Moutons issus de la lignée résistante 252 epg VS 815 epg pour les moutons non résistants Femelle 378 epg VS 688 epg mâle Femelle 378 epg VS 688 epg mâle Animaux vaccinés 594 epg VS 472 epg pour les animaux non vaccinés Animaux vaccinés 594 epg VS 472 epg pour les animaux non vaccinés Animaux douchés 448 epg VS 619 epg pour les non douchés Animaux douchés 448 epg VS 619 epg pour les non douchés Animaux supplémentés en protéine 420 epg VS 646 epg pour les non supplémentés Animaux supplémentés en protéine 420 epg VS 646 epg pour les non supplémentés

13 Commentaires : Commentaires : Interactions majeures entre la lignée des individus et le traitement antiparasitaire Interactions majeures entre la lignée des individus et le traitement antiparasitaire Interactions majeures entre le sexe des individus et le traitement antiparasitaire Interactions majeures entre le sexe des individus et le traitement antiparasitaire Premier critère : le nombre dœufs présents dans les fèces Doucher les moutons de la ligné non résistante Effets importants Doucher les béliers Effets importants

14 Deuxième critère : Le poids des animaux et leur gain pondéral Pas deffets de différence de poids entre les moutons résistants et les non résistants. Pas deffets de différence de poids entre les moutons résistants et les non résistants. Les brebis sont 10% plus maigres que les mâles Les brebis sont 10% plus maigres que les mâles La vaccination entraîne une baisse de 7% du poids vif La vaccination entraîne une baisse de 7% du poids vif Interaction importante entre la vaccination et la vermifugation: réduction de 30% du gain pondéral si vaccination sur des animaux vermifugés.(pas deffets si sur des animaux non vermifugés) Interaction importante entre la vaccination et la vermifugation: réduction de 30% du gain pondéral si vaccination sur des animaux vermifugés.(pas deffets si sur des animaux non vermifugés)

15 Troisième critère : La qualité de la toison Effet important des compléments en protéines Effet important des compléments en protéines Toison plus grasse de 20% Toison plus grasse de 20% Laine plus propre de 17% Laine plus propre de 17% Pas de différence entre les résistants ou non à H.Contortus ni parmis les animaux vermifugés ou pas. Pas de différence entre les résistants ou non à H.Contortus ni parmis les animaux vermifugés ou pas. Effet du sexe : augmentation de la production de laine chez les béliers supplémentés en protéines alors que chez les brebis supplémentées pas de modification du poids de la toison. Effet du sexe : augmentation de la production de laine chez les béliers supplémentés en protéines alors que chez les brebis supplémentées pas de modification du poids de la toison.

16 Quatrième critère : Mortalité 8 moutons sont morts ou ont été euthanasiés 8 moutons sont morts ou ont été euthanasiés 2 présentaient un FEC supérieur à la moyenne 2 présentaient un FEC supérieur à la moyenne 3 morts dans la lignée non résistante 3 morts dans la lignée non résistante 5 morts dans la lignée résistante 5 morts dans la lignée résistante 6 des 8 morts étaient sous traitement vermifuge 6 des 8 morts étaient sous traitement vermifuge 7 des 8 morts ne recevaient pas de compléments protéiques 7 des 8 morts ne recevaient pas de compléments protéiques Conclusion : la mortalité nest pas due aux vers et nest donc pas à prendre en considération dans lexpérience.

17 Cinquième critère : La contamination des paddocks par des larves effectives Comment déterminer linfection des pâtures par les larves ? En faisant une rotation des pâtures par les différents lots de moutons. 1) Pâturage par des moutons antérieurement vaccinés FEC significativement plus élevée chez les moutons témoins pâturant la même parcelle par après Cependant, une semaine plus tard la différence nétait pas significative

18 2) Pâturage par des moutons de la lignée résistante des moutons supplémentés en protéines FEC significativement plus basse chez les moutons témoins pâturant la même parcelle par après Remarque : (Les différents effets ont été remesurés 8 et 9 semaines plus tard.) Entre MT supplémentés et non supplémentés, la différence est seulement significative sur le FEC 8 semaines après traitement Entre MT vaccinés et vermifugés et ceux nayant subi aucun traitement, pas de différence significative sur le FEC 8-9 semaines après traitement

19 V/Conclusion Réduction des œufs dans les fèces : Réduction des œufs dans les fèces : 69% par la séléction génétique 69% par la séléction génétique 35% par supplémentation protéique 35% par supplémentation protéique 28% par vermifugation 28% par vermifugation Pas deffets de la vaccination sur le parasitisme Pas deffets de la vaccination sur le parasitisme Les femelles présentent 45% de moins dœufs dans leur fèces que les mâles. Les femelles présentent 45% de moins dœufs dans leur fèces que les mâles.

20 VI/Application en pratique souvent responsables damaigrissement chronique exclusivement en période de pâture. souvent responsables damaigrissement chronique exclusivement en période de pâture. Ce quil faut faire : identification Ce quil faut faire : identification des parasites des parasites du risque de contamination du risque de contamination NB : éviter de déparasiter trop tôt, car il suffit dune période de redoux humide pour que le troupeau se recontamine à de redoux humide pour que le troupeau se recontamine à nouveau (influence du climat). nouveau (influence du climat). IMPORTANCE DU POLYPARASITISME !!!! => synergie entre les agents infectieux. Permet de déduire les moyens de lutte à mettre en oeuvre Parasites

21 Alors que faire 1) Traitements systématiques à des périodes clés pour diminuer les répercussions cliniques et économiques du parasitisme 2) Traitements tactiques quand facteurs de risque importants identifiés dans lélevage 3) Traitement durgence sur des animaux présentant des troubles liés au parasitisme

22 VII/Bibliographie S.J. Eady, R.R. Woolaston, I.A. Barger, Comparison of genetic and nongenetic strategic for control of gastrointestinal nematodes of sheep, Livestock Production Science 81 (2003) S.J. Eady, R.R. Woolaston, I.A. Barger, Comparison of genetic and nongenetic strategic for control of gastrointestinal nematodes of sheep, Livestock Production Science 81 (2003) B. Losson, syllabus de parasitologie, cours de deuxième doctorat en médecine vétérinaire. B. Losson, syllabus de parasitologie, cours de deuxième doctorat en médecine vétérinaire. F. Peyron, in Réussir Pâtre, dossier « faire face aux amaigrissements », n°532 mars F. Peyron, in Réussir Pâtre, dossier « faire face aux amaigrissements », n°532 mars 2006.


Télécharger ppt "Comparaison des stratégies génétiques et non génétiques pour contrôler des nématodes gastro-intestinaux chez les moutons. Bonnave Guillaume Chausteur Arnaud."

Présentations similaires


Annonces Google