La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

QCM cours commun 2009. Mode demploi des boîtiers PowerVote ®

Présentations similaires


Présentation au sujet: "QCM cours commun 2009. Mode demploi des boîtiers PowerVote ®"— Transcription de la présentation:

1 QCM cours commun 2009

2 Mode demploi des boîtiers PowerVote ®

3 1/ Sélectionnez la ou les touches correspondant à votre choix. Vous pouvez modifier votre choix en appuyant sur la touche C. Mode demploi des boîtiers PowerVote ®

4 2/ Validez en appuyant sur la touche OK. Mode demploi des boîtiers PowerVote ®

5 Quelle est la capitale de la France ? 1 - Marseille 2 - Paris 3 - Lyon 4 - Lille Question test 54

6 Quelle est la capitale de la France ? 1 - Marseille 2 - Paris 3 - Lyon 4 - Lille 2% 96% 0% 2% Question test

7 Pré Test

8 Désormais, les séquences IRM suivantes permettent dobjectiver avec une bonne fiabilité les conflits vasculaires : La séquence 3D – T2 – Haute Résolution permet de différencier facilement les nerfs des vaisseaux, dans la citerne de langle ponto-cérébelleux, 2 - La séquence 3D – TOF permet de visualiser facilement les veines, 3 - La séquence 3D – TOF permet de visualiser facilement les artères, 4 - La séquence 3D – T1 avec Gadolinium permet de différencier facilement les artères des veines. Névralgie du trijumeau –3D – T2 – Haute Résolution –3D – TOF – Angio –3D – T1 avec Gadolinium.

9 Désormais, les séquences IRM suivantes permettent dobjectiver avec une bonne fiabilité les conflits vasculaires : Névralgie du trijumeau –3D – T2 – Haute Résolution –3D – TOF – Angio –3D – T1 avec Gadolinium. 1 - La séquence 3D – T2 – Haute Résolution permet de différencier facilement les nerfs des vaisseaux, dans la citerne de langle ponto-cérébelleux, 42% 2 - La séquence 3D – TOF permet de visualiser facilement les veines, 11% 3 - La séquence 3D – TOF permet de visualiser facilement les artères, 38% 4 - La séquence 3D – T1 avec Gadolinium permet de différencier facilement les artères des veines. 9%

10 Leffet à long-terme de la décompression vasculaire est dautant meilleur que : 63 Névralgie du trijumeau 1 - La compression vasculaire est sévère, 2 - La compression vasculaire est légère. 3 - Il existe une atrophie de la racine associée. 4 - Il y a une arachnoïdite associée. 5 - Le degré de la compression vasculaire ne joue pas de rôle significatif.

11 1 - La compression vasculaire est sévère, 41% 2 - La compression vasculaire est légère. 16% 3 - Il existe une atrophie de la racine associée. 3% 4 - Il y a une arachnoïdite associée. 5% 5 - Le degré de la compression vasculaire ne joue pas de rôle significatif. 35% Leffet à long-terme de la décompression vasculaire est dautant meilleur que : Névralgie du trijumeau

12 1 - La (ou les) branche(s) périphérique(s) dans la paroi latérale de la loge caverneuse, 2 - Le ganglion de Gasser, 3 - La portion rétrogasserienne de la racine dite le plexus triangulaire, 4 - La pars major du trijumeau avant sa pénétration dans le pont où les fibres thermoalgiques sont regroupées. 65 Le siège le meilleur (en terme de sélectivité topographique et de taux réduit deffets secondaires indésirables et de complications), pour réaliser la thermolésion est : Névralgie du trijumeau

13 1 - La (ou les) branche(s) périphérique(s) dans la paroi latérale de la loge caverneuse, 2 - Le ganglion de Gasser, 3 - La portion rétrogasserienne de la racine dite le plexus triangulaire, 4 - La pars major du trijumeau avant sa pénétration dans le pont où les fibres thermoalgiques sont regroupées. 3% 49% 40% 8% Le siège le meilleur (en terme de sélectivité topographique et de taux réduit deffets secondaires indésirables et de complications), pour réaliser la thermolésion est : Névralgie du trijumeau

14 La compression vasculaire : Est toujours au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont, 2 - Est le plus souvent au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont, mais peut siéger au niveau de la racine, 3 - Est le plus souvent au niveau de la racine, mais peut siéger au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont. 4 - Est le plus souvent une veine. 5 - Est le plus souvent lartère cérébelleuse antéro-inférieure. Névralgie du trijumeau

15 1 - Est toujours au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont, 5% 2 - Est le plus souvent au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont, mais peut siéger au niveau de la racine, 46% 3 - Est le plus souvent au niveau de la racine, mais peut siéger au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont. 17% 4 - Est le plus souvent une veine. 3% 5 - Est le plus souvent lartère cérébelleuse antéro-inférieure. 29% La compression vasculaire : Névralgie du trijumeau

16 La technique la plus couramment utilisée est le gonflage du ballonnet : Dans le Cavum de Meckel sous anesthésie locale, 2 - Dans le Cavum de Meckel sous anesthésie générale, 3 - Dans la citerne de langle ponto-cérébelleux sous anesthésie locale, 4 - Dans la citerne de langle ponto-cérébelleux sous anesthésie générale. Névralgie du trijumeau

17 1 - Dans le Cavum de Meckel sous anesthésie locale, 2 - Dans le Cavum de Meckel sous anesthésie générale, 3 - Dans la citerne de langle ponto-cérébelleux sous anesthésie locale, 4 - Dans la citerne de langle ponto-cérébelleux sous anesthésie générale. 42% 46% 6% La technique la plus couramment utilisée est le gonflage du ballonnet : Névralgie du trijumeau

18 Au sujet du traitement radiochirurgical (RC) gamma knife (GK) des névralgies faciales essentielles : Seuls les patients présentant une hypoesthésie induite par le traitement ont une chance de voir disparaître les crises douloureuses. 2 - Les patients présentant une hypoesthésie induite nont pas plus de probabilité de voir disparaître leur douleur. 3 - La majorité des patients sans douleur et sans médicament après le GK ne présentent pas dhypoesthésie induite 4 - Il ny a pas de cas dœil sec rapporté après la radiochirurgie 5 - La topographie anatomique de la cible de la radiochirurgie sur le nerf n'influence pas le risque d'hypoesthésie. Névralgie du trijumeau

19 1 - Seuls les patients présentant une hypoesthésie induite par le traitement ont une chance de voir disparaître les crises douloureuses. 2 - Les patients présentant une hypoesthésie induite nont pas plus de probabilité de voir disparaître leur douleur. 3 - La majorité des patients sans douleur et sans médicament après le GK ne présentent pas dhypoesthésie induite 4 - Il ny a pas de cas dœil sec rapporté après la radiochirurgie 5 - La topographie anatomique de la cible de la radiochirurgie sur le nerf n'influence pas le risque d'hypoesthésie. 16% 28% 30% 9% 16% Au sujet du traitement radiochirurgical (RC) gamma knife (GK) des névralgies faciales essentielles : Névralgie du trijumeau

20 Lélectrode de stimulation médullaire dite « Resume » possède : contact contacts contacts contacts contacts Stimulation médullaire

21 1 - 1 contact contacts contacts contacts contacts 0% 13% 54% 30% 3% Lélectrode de stimulation médullaire dite « Resume » possède : Stimulation médullaire

22 Le niveau habituel où on positionne lélectrode de stimulation médullaire pour traiter une douleur du membre inférieur est : T5-T6 2 - T6-T7 3 - T7-T8 4 - T8-T9 5 - T9-T10 Stimulation médullaire

23 1 - T5-T6 2 - T6-T7 3 - T7-T8 4 - T8-T9 5 - T9-T10 1% 7% 6% 19% 67% Le niveau habituel où on positionne lélectrode de stimulation médullaire pour traiter une douleur du membre inférieur est : Stimulation médullaire

24 La structure que lon veut stimuler au niveau médullaire pour traiter une douleur neuropathique du membre inférieur est : 70 Stimulation médullaire 1 - Le faisceau spino-thalamique 2 - La jonction radicello-médullaire 3 - La corne postérieure de la moelle 4 - Le cordon postérieur 5 - Les 4 structures précédentes 6 - La jonction radicello-médullaire et la corne postérieure de la moelle

25 La structure que lon veut stimuler au niveau médullaire pour traiter une douleur neuropathique du membre inférieur est : Stimulation médullaire 1 - Le faisceau spino-thalamique 6% 2 - La jonction radicello-médullaire 3% 3 - La corne postérieure de la moelle 9% 4 - Le cordon postérieur 66% 5 - Les 4 structures précédentes 6% 6 - La jonction radicello-médullaire et la corne postérieure de la moelle 11%

26 Le nerf grand occipital est : 74 Stimulation occipitale 1 - La branche postérieure de C1 2 - La branche postérieur de C2 3 - La branche postérieure de C3 4 - La branche postérieure de C4 5 - La branche postérieure de C5 6 - Constitué par des branches venant de C3-C4 et C5 7 - Constitué par des branches venant de C1-C2 et C3

27 Le nerf grand occipital est : Stimulation occipitale 1 - La branche postérieure de C1 16% 2 - La branche postérieur de C2 59% 3 - La branche postérieure de C3 1% 4 - La branche postérieure de C4 0% 5 - La branche postérieure de C5 0% 6 - Constitué par des branches venant de C3-C4 et C5 0% 7 - Constitué par des branches venant de C1-C2 et C3 26%

28 Les deux meilleures indications de la stimulation du nerf grand occipital sont : 72 Stimulation occipitale 1 - La névralgie dArnold 2 - La céphalée de tension 3 - La céphalée cervicogénique 4 - Lalgie vasculaire de la face 5 - La névralgie faciale atypique 6 - La fibromyalgie 7 - Lalgodystrophie

29 Stimulation occipitale 1 - La névralgie dArnold 99% 2 - La céphalée de tension 10% 3 - La céphalée cervicogénique 39% 4 - Lalgie vasculaire de la face 14% 5 - La névralgie faciale atypique 4% 6 - La fibromyalgie 0% 7 - Lalgodystrophie 0% Les deux meilleures indications de la stimulation du nerf grand occipital sont :

30 La cible de la stimulation corticale à visée antalgique est : 74 Stimulation corticale 1 - Le cortex pariétal 2 - Le cortex prémoteur dorsal 3 - Le cortex prémoteur ventral 4 - Le cortex moteur 5 - Le cortex préfrontal dorso-latéral 6 - Le cortex préfrontal et prémoteur

31 1 - Le cortex pariétal31% 2 - Le cortex prémoteur dorsal9% 3 - Le cortex prémoteur ventral1% 4 - Le cortex moteur47% 5 - Le cortex préfrontal dorso-latéral5% 6 - Le cortex préfrontal et prémoteur5% La cible de la stimulation corticale à visée antalgique est : Stimulation corticale

32 Certains facteurs sont sensés prédire lefficacité de la stimulation corticale. Quel est celui qui est le plus fiable ? 74 Stimulation corticale 1 - Limportance du déficit moteur 2 - La cause de la douleur 3 - La topographie de la douleur 4 - Les résultats de la stimulation magnétique transcrânienne 5 - Les résultats de lIRM fonctionnelle 6 - Les résultats des potentiels évoqués somesthésiques

33 1 - Limportance du déficit moteur 4% 2 - La cause de la douleur 7% 3 - La topographie de la douleur 8% 4 - Les résultats de la stimulation magnétique transcrânienne 49% 5 - Les résultats de lIRM fonctionnelle 7% 6 - Les résultats des potentiels évoqués somesthésiques 26% Stimulation corticale Certains facteurs sont sensés prédire lefficacité de la stimulation corticale. Quel est celui qui est le plus fiable ?

34 Post Test

35 Désormais, les séquences IRM suivantes permettent dobjectiver avec une bonne fiabilité les conflits vasculaires : La séquence 3D – T2 – Haute Résolution permet de différencier facilement les nerfs des vaisseaux, dans la citerne de langle ponto-cérébelleux, 2 - La séquence 3D – TOF permet de visualiser facilement les veines, 3 - La séquence 3D – TOF permet de visualiser facilement les artères, 4 - La séquence 3D – T1 avec Gadolinium permet de différencier facilement les artères des veines. Névralgie du trijumeau –3D – T2 – Haute Résolution –3D – TOF – Angio –3D – T1 avec Gadolinium.

36 1 - La séquence 3D – T2 – Haute Résolution permet de différencier facilement les nerfs des vaisseaux, dans la citerne de langle ponto-cérébelleux, 42% 2 - La séquence 3D – TOF permet de visualiser facilement les veines, 11% 3 - La séquence 3D – TOF permet de visualiser facilement les artères, 38% 4 - La séquence 3D – T1 avec Gadolinium permet de différencier facilement les artères des veines. 9% 23% 6% 49% 22% Désormais, les séquences IRM suivantes permettent dobjectiver avec une bonne fiabilité les conflits vasculaires : Névralgie du trijumeau –3D – T2 – Haute Résolution –3D – TOF – Angio –3D – T1 avec Gadolinium. Pré et Post

37 Leffet à long-terme de la décompression vasculaire est dautant meilleur que : 83 Névralgie du trijumeau 1 - La compression vasculaire est sévère, 2 - La compression vasculaire est légère. 3 - Il existe une atrophie de la racine associée. 4 - Il y a une arachnoïdite associée. 5 - Le degré de la compression vasculaire ne joue pas de rôle significatif.

38 Névralgie du trijumeau 1 - La compression vasculaire est sévère, 41% 2 - La compression vasculaire est légère. 16% 3 - Il existe une atrophie de la racine associée. 3% 4 - Il y a une arachnoïdite associée. 5% 5 - Le degré de la compression vasculaire ne joue pas de rôle significatif. 35% 48% 8% 1% 6% 36% Leffet à long-terme de la décompression vasculaire est dautant meilleur que : Pré et Post

39 1 - La (ou les) branche(s) périphérique(s) dans la paroi latérale de la loge caverneuse, 2 - Le ganglion de Gasser, 3 - La portion rétrogasserienne de la racine dite le plexus triangulaire, 4 - La pars major du trijumeau avant sa pénétration dans le pont où les fibres thermoalgiques sont regroupées. 80 Le siège le meilleur (en terme de sélectivité topographique et de taux réduit deffets secondaires indésirables et de complications), pour réaliser la thermolésion est : Névralgie du trijumeau

40 1 - La (ou les) branche(s) périphérique(s) dans la paroi latérale de la loge caverneuse, 3% 2 - Le ganglion de Gasser, 49% 3 - La portion rétrogasserienne de la racine dite le plexus triangulaire, 40% 4 - La pars major du trijumeau avant sa pénétration dans le pont où les fibres thermoalgiques sont regroupées. 8% 1% 0% 93% 6% Névralgie du trijumeau Pré et Post Le siège le meilleur (en terme de sélectivité topographique et de taux réduit deffets secondaires indésirables et de complications), pour réaliser la thermolésion est :

41 La compression vasculaire : Est toujours au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont, 2 - Est le plus souvent au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont, mais peut siéger au niveau de la racine, 3 - Est le plus souvent au niveau de la racine, mais peut siéger au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont. 4 - Est le plus souvent une veine. 5 - Est le plus souvent lartère cérébelleuse antéro-inférieure. Névralgie du trijumeau

42 1 - Est toujours au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont, 5% 2 - Est le plus souvent au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont, mais peut siéger au niveau de la racine, 46% 3 - Est le plus souvent au niveau de la racine, mais peut siéger au niveau de la Zone dentrée du trijumeau dans le pont. 17% 4 - Est le plus souvent une veine. 3% 5 - Est le plus souvent lartère cérébelleuse antéro-inférieure. 29% 1% 44% 18% 1% 36% Pré et Post La compression vasculaire :

43 La technique la plus couramment utilisée est le gonflage du ballonnet : Dans le Cavum de Meckel sous anesthésie locale, 2 - Dans le Cavum de Meckel sous anesthésie générale, 3 - Dans la citerne de langle ponto-cérébelleux sous anesthésie locale, 4 - Dans la citerne de langle ponto-cérébelleux sous anesthésie générale. Névralgie du trijumeau

44 1 - Dans le Cavum de Meckel sous anesthésie locale, 42% 2 - Dans le Cavum de Meckel sous anesthésie générale, 46% 3 - Dans la citerne de langle ponto-cérébelleux sous anesthésie locale, 6% 4 - Dans la citerne de langle ponto-cérébelleux sous anesthésie générale. 6% 9% 83% 1% 7% Pré et Post La technique la plus couramment utilisée est le gonflage du ballonnet :

45 Au sujet du traitement radiochirurgical (RC) gamma knife (GK) des névralgies faciales essentielles : Seuls les patients présentant une hypoesthésie induite par le traitement ont une chance de voir disparaître les crises douloureuses. 2 - Les patients présentant une hypoesthésie induite nont pas plus de probabilité de voir disparaître leur douleur. 3 - La majorité des patients sans douleur et sans médicament après le GK ne présentent pas dhypoesthésie induite 4 - Il ny a pas de cas dœil sec rapporté après la radiochirurgie 5 - La topographie anatomique de la cible de la radiochirurgie sur le nerf n'influence pas le risque d'hypoesthésie. Névralgie du trijumeau

46 1 - Seuls les patients présentant une hypoesthésie induite par le traitement ont une chance de voir disparaître les crises douloureuses. 16% 2 - Les patients présentant une hypoesthésie induite nont pas plus de probabilité de voir disparaître leur douleur. 28% 3 - La majorité des patients sans douleur et sans médicament après le GK ne présentent pas dhypoesthésie induite 30% 4 - Il ny a pas de cas dœil sec rapporté après la radiochirurgie 9% 5 - La topographie anatomique de la cible de la radiochirurgie sur le nerf n'influence pas le risque d'hypoesthésie. 16% 9% 58% 9% 8% Pré et Post Au sujet du traitement radiochirurgical (RC) gamma knife (GK) des névralgies faciales essentielles :

47 Lélectrode de stimulation médullaire dite « Resume » possède : contact contacts contacts contacts contacts Stimulation médullaire

48 1 - 1 contact 0% contacts 13% contacts 54% contacts 30% contacts 3% 1% 0% 82% 13% 4% Pré et Post Lélectrode de stimulation médullaire dite « Resume » possède :

49 Le niveau habituel où on positionne lélectrode de stimulation médullaire pour traiter une douleur du membre inférieur est : T5-T6 2 - T6-T7 3 - T7-T8 4 - T8-T9 5 - T9-T10 Stimulation médullaire

50 1 - T5-T61% 2 - T6-T77% 3 - T7-T86% 4 - T8-T919% 5 - T9-T1067% 0% 7% 93% Pré et Post Le niveau habituel où on positionne lélectrode de stimulation médullaire pour traiter une douleur du membre inférieur est :

51 La structure que lon veut stimuler au niveau médullaire pour traiter une douleur neuropathique du membre inférieur est : 78 Stimulation médullaire 1 - Le faisceau spino-thalamique 2 - La jonction radicello-médullaire 3 - La corne postérieure de la moelle 4 - Le cordon postérieur 5 - Les 4 structures précédentes 6 - La jonction radicello-médullaire et la corne postérieure de la moelle

52 Stimulation médullaire Pré et Post 1 - Le faisceau spino-thalamique 6% 2 - La jonction radicello-médullaire 3% 3 - La corne postérieure de la moelle 9% 4 - Le cordon postérieur 66% 5 - Les 4 structures précédentes 6% 6 - La jonction radicello-médullaire et la corne postérieure de la moelle 11% 0% 1% 15% 58% 10% 15% La structure que lon veut stimuler au niveau médullaire pour traiter une douleur neuropathique du membre inférieur est :

53 Le nerf grand occipital est : 81 Stimulation occipitale 1 - La branche postérieure de C1 2 - La branche postérieur de C2 3 - La branche postérieure de C3 4 - La branche postérieure de C4 5 - La branche postérieure de C5 6 - Constitué par des branches venant de C3-C4 et C5 7 - Constitué par des branches venant de C1-C2 et C3

54 Pré et Post Le nerf grand occipital est : Stimulation occipitale 1 - La branche postérieure de C1 16% 2 - La branche postérieur de C2 59% 3 - La branche postérieure de C3 1% 4 - La branche postérieure de C4 0% 5 - La branche postérieure de C5 0% 6 - Constitué par des branches venant de C3-C4 et C5 0% 7 - Constitué par des branches venant de C1-C2 et C3 26% 1% 86% 0% 14%

55 Les deux meilleures indications de la stimulation du nerf grand occipital sont : 80 Stimulation occipitale 1 - La névralgie dArnold 2 - La céphalée de tension 3 - La céphalée cervicogénique 4 - Lalgie vasculaire de la face 5 - La névralgie faciale atypique 6 - La fibromyalgie 7 - Lalgodystrophie

56 Pré et Post Stimulation occipitale 1 - La névralgie dArnold 99% 2 - La céphalée de tension 10% 3 - La céphalée cervicogénique 39% 4 - Lalgie vasculaire de la face 14% 5 - La névralgie faciale atypique 4% 6 - La fibromyalgie 0% 7 - Lalgodystrophie 0% 43% 4% 94% 35% 4% 0% 3% Les deux meilleures indications de la stimulation du nerf grand occipital sont :

57 La cible de la stimulation corticale à visée antalgique est : 80 Stimulation corticale 1 - Le cortex pariétal 2 - Le cortex prémoteur dorsal 3 - Le cortex prémoteur ventral 4 - Le cortex moteur 5 - Le cortex préfrontal dorso-latéral 6 - Le cortex préfrontal et prémoteur

58 Pré et Post Stimulation corticale 1 - Le cortex pariétal 31% 2 - Le cortex prémoteur dorsal 9% 3 - Le cortex prémoteur ventral 1% 4 - Le cortex moteur 47% 5 - Le cortex préfrontal dorso-latéral 5% 6 - Le cortex préfrontal et prémoteur 5% 3% 6% 11% 74% 1% 5% La cible de la stimulation corticale à visée antalgique est :

59 Certains facteurs sont sensés prédire lefficacité de la stimulation corticale. Quel est celui qui est le plus fiable ? 80 Stimulation corticale 1 - Limportance du déficit moteur 2 - La cause de la douleur 3 - La topographie de la douleur 4 - Les résultats de la stimulation magnétique transcrânienne 5 - Les résultats de lIRM fonctionnelle 6 - Les résultats des potentiels évoqués somesthésiques

60 Pré et Post Stimulation corticale 1 - Limportance du déficit moteur 4% 2 - La cause de la douleur 7% 3 - La topographie de la douleur 8% 4 - Les résultats de la stimulation magnétique transcrânienne 49% 5 - Les résultats de lIRM fonctionnelle 7% 6 - Les résultats des potentiels évoqués somesthésiques 26% 1% 16% 6% 61% 5% 10% Certains facteurs sont sensés prédire lefficacité de la stimulation corticale. Quel est celui qui est le plus fiable ?

61 PODIUM

62 Merci de votre participation


Télécharger ppt "QCM cours commun 2009. Mode demploi des boîtiers PowerVote ®"

Présentations similaires


Annonces Google