La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PRÉCARITÉ – ENFANT État des lieux à lHôpital de lEnfance de Lausanne (HEL) Florence Moret & Katharina Portmann Rapport annuel 2009 HEL.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PRÉCARITÉ – ENFANT État des lieux à lHôpital de lEnfance de Lausanne (HEL) Florence Moret & Katharina Portmann Rapport annuel 2009 HEL."— Transcription de la présentation:

1 PRÉCARITÉ – ENFANT État des lieux à lHôpital de lEnfance de Lausanne (HEL) Florence Moret & Katharina Portmann Rapport annuel 2009 HEL

2 Table des matières En quoi consiste la précarité des enfants? Facts - chiffres HEL: –état des lieux de la précarité rencontrée aux urgences de lHEL –Dépistage aujourdhui – dans le futur –Prise en charge / aides proposées Conclusion Discussion – questions Sources, remerciements

3 La précarité chez lenfant = adultes –culture –niveau socio-économique –logement –environnement physique & social –…–… Facteurs propre à lenfant!!! –Développement / croissance / phases de sensibilité –Dépendance des parents précarité de la famille

4 Facts- chiffres Lien entre précarité de lenfant et surpoids (1) 20% des enfants concentrent 60% des caries (2) Surreprésentation des enfants précarisés aux soins intensifs aux Etats-Unis et gravité de la maladie liée au degré de pauvreté (3) Nombre de familles monoparentales augmente (4) –difficultés économiques –horaires atypiques –emploi précaire –Impayés / crédits –difficultés daccès aux soins et morbidité / mortalité supérieure taux daccidents domestiques chez les enfants vivant dans une famille monoparentale x2 par rapport aux famille nucléaires (5)

5 Au niveau mondial 77 Millions denfants ne vont pas à lécole (6) >5mio enfants de 0-14 ans meurent de maladies / pathologies provoquées par lenvironnement (7) –1,1 milliard sans accès à leau propre/potable –2,4 milliards sans accès à des infrastructures sanitaires améliorées –50000 enfants meurent chaque année de suites dintoxication non intentionnelle (activités industrielles non réglementées, densité circulation automobile, décharges toxiques) – enfants meurent par traumatisme non intentionnel ( accidents de la route, intoxications, chutes, brûlures, noyades ) principalement chez enfants des pays à revenu faible ou moyen (80% dans les régions de lAfrique, Asie du Sud-Est, Pacifique occidental)

6 État des lieux de la précarité rencontrée aux urgences de lHEL Sources principales de précarité familiale: –Revenu –Emploi –Intégration répercussion sur autres dimensions (logement, qualité de vie familiale) Prévalence familles précarisées aux urgences: 82% Difficultés psycho-sociales (familles disant avoir au moins un souci, surtout finances, travail, logement) : 45% Pourcentage de familles migrantes parmi les familles consultant: >80%!!! (proportion détrangers vivant en Suisse en 2009: 23%)

7 Migrants Grande prévalence de familles migrantes parmi les groupes précarisées Causes / facteurs de risques daccumulation de précarité chez migrants: –Statut légal de requérant dasile –Envoi dargent au pays –Absence de formation professionnelle reconnue (sans formation / diplôme non reconnu en Suisse) –Emploi précaire et mal rémunérés précarité financière avec répercussion sur autres dimension, p.ex. lieu et qualité de vie –Difficultés de communication ( parle le français) –Menace de lexpulsion précarité psychologique

8 Revenu et emploi QCM type K A.Revenu moyen total (salaire + subsides): 5000 à / mois B.63% disent de ne pas arriver à vivre avec cela C.Perte de lemploi dau moins un des deux parents (au mois de novembre 2009): 15% D.Travaux non déclarés (surtout le weekend et en soirée) pour compléter le revenu: 5% E.22% endettés

9 Intégration QCM A A: >80% migrants B: Modestement entourée: 21,5% C: Dépourvue de réseau de soutien: 4.5%

10 Lieu de vie QCM A Cadre de vie acceptable et souhaitent déménager au plus vite: 35% Logement avec signes dinsalubrité ou nuisances sonores: 20%

11 Vie de famille QCM K nombre moyen denfants par famille =2.2 > moyenne CH (=1.46) 75% familles monoparentales étaient concernées par une certaine forme de précarité Lien clair entre le nombre denfants par famille et la sévérité de la précarité familiale

12 Motif de consultation Nombre moyen de visites / an: Familles non-précaires: 2,45 Familles concernées par la précarité reconnue et méconnue: 3,5 et 4 Familles précarisées viennent spontanément vs familles sans précarité majoritairement référées (par pédiatre) Familles précarisées consultent surtout pour des situations de pédiatrie générale (états grippaux, otites, infections VRS) Lien sévérité urgence ressentie par parents - degré précarité familiale Accumulation des familles précaires / migrantes à lHEL? Pourquoi?

13 HEL - consultations aux urgence Majorité familles consultent aux urgences de manière spontanée et récurrente (83,9% vs 12,9% adressée par pédiatre et 3,2% par infirmière scolaire) –Tendance augmente avec la sévérité de la précarité –10% enfants sans suivi médical régulier par pédiatre installé (dont 80% avec suivi régulier par PMU, 20% nont aucun suivi) HEL fonctionne comme une policlinique de quartier? Raisons?

14 –Manque de disponibilité du pédiatre / pas assez rapide alors que grande inquiétude surestimation de lurgence par les parents En général, degré durgence estimé par parents / par le médecin ne se recoupe que dans 52% (désaccord augmente avec la précarité) –Impératifs pratiques ouverture 24h/24 pas besoin de demander congé – crainte de licenciement –Difficulté de communication (non francophones) Recherche dun pédiatre = compliquée Prise de rendez-vous par téléphone difficile Présence quasi permanente de traducteurs / médiateurs culturels Notre hypothèse: les migrants ne sont pas familiarisés avec la multitude de structures de soins en Suisse, ce quils connaissent sont les grand hôpitaux avec leur service durgence HEL - consultations aux urgence

15 Dépistage Aujourdhui –Pas systématique, pas de standards / règles –Selon le feeling et le bon-vouloir du médecin –Que si importance pour le diagnostic (ex. logement et asthme) ou les soins (ex. financement) –Manque dexpérience et de temps MAIS grande prévalence de la précarité... Discussion: devoir du médecin - rôle du médecin? Le rôle de qui si ce nest pas celui du médecin?

16 Futur...? Demain... –Carnet de santé –Outil clinique de dépistage de la précarité ex. HEADSSS (Home, Education, Activities, Drugs, Sexual activity/identity, Suicide/depression, Savety) = exploration de la sphère psychosociale chez les ados principaux FR de précarité familiale, permettrait dapprofondir la discussion Cible: Représentation graphique de la précarité familiale outil de dépistage de la précarité familiale aux urgences pédiatrique

17 Outil de dépistage de la précarité familiale aux urgences pédiatriques Facteurs évoquant une certaines forme de précarité dans 5 domaines définis: Santé de lenfant Vie de famille Emploi et revenu Intégration Lieu de vie Evaluation du degré de vulnérabilité de la famille pour chaque dimension: Pas de vulnérabilité Vulnérabilité compensée Vulnérabilité décompensée Vulnérabilité absolue

18 Outil de dépistage de la précarité familiale aux urgences pédiatriques Lieu de vie Vie de famille Intégration Revenus et emploi Santé de lenfant Précarité absolue Précarité reconnue Précarité méconnue Pas de précarité

19 Outil de dépistage de la précarité familiale aux urgences pédiatriques Lieu de vie Vie de famille Intégration Revenus et emploi Santé de lenfant Précarité absolue Précarité reconnue Précarité méconnue Pas de précarité

20 Prise en charge / Aides proposées Assistance sociale (2 assistants sociaux à 50%, suivi de 210 dossiers sur consultations à lHEL en 2009) –Aides financières (après évaluation du budget) Cartes pour épiceries (Caritas) Repas gratuits (lors de lhospitalisation dun enfant) Place de parking (lors de lhospitalisation dun enfant) Fonds: Soins dentaires, loyer, primes assurance fonds internes (CHUV) et privés –Information / explication, organisation, référer aux autres structures, accompagnement Traducteur (Appartenances p.ex.)

21 Conclusion HEL = concentration des familles en situation de précarité (82%) = concentration des migrants (>80%) = policlinique du quartier Un dépistage est indispensable au vu de la grande prévalence des cas de précarité. Des moyens simples de dépistage doivent être mis en place (grille dévaluation).

22 Discussion - Questions Est-ce que loffre daide existante: –Est suffisante? –Justifie le dépistage? Est-ce que la prévalence justifie le dépistage? Quel est le rôle du médecin de lHEL dans le dépistage? Quels seraient les moyens pour « éviter » cette tendance de transformation des urgences en policlinique?

23 Discussion - Questions Pourquoi y a-t-il une telle accumulation de familles précaires/migrantes aux urgences de lHEL? HEL = policlinique ???

24 Remerciements Dr. M. Gehri Mme Sanchez, assistante sociale à lHEL Fabian Spigariol

25 Sources 1. Fabian Spigariol. Précarité familiale aux urgences pédiatriques: Un état des lieux réalisé àlHôpital de lEnfance de Lausanne P. Bodenmann et al. Santé buccale : déterminants sociaux dun terrain majeur des inégalités. Rev Med Suisse ; 5 : Naclerio A, Gardner J, Pollack M. Socioeconomic factors and emergency pediatric ICU admissions. Ann NY Acad Sci. 1999;896: M. Berthier. Famille et précarité. Arch pédiatr. 2002; 9 Suppl 2: Roberts I, Pless B, Social policy as a cause of childhood accidents: the children of lone mother. BMJ 1995;311: UNICEF. Jahresbericht der UNICEF Schweiz Consulté le 23.Nov OMS. Un environnement sain pour les enfants. OMS / Point de repère No avril. Interview Dr.M.Gehri et Mme Sanchez


Télécharger ppt "PRÉCARITÉ – ENFANT État des lieux à lHôpital de lEnfance de Lausanne (HEL) Florence Moret & Katharina Portmann Rapport annuel 2009 HEL."

Présentations similaires


Annonces Google