La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pierre Verdier secret professionnel, partage de linformation et obligations de signalement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pierre Verdier secret professionnel, partage de linformation et obligations de signalement."— Transcription de la présentation:

1

2 Pierre Verdier secret professionnel, partage de linformation et obligations de signalement

3 * devoir de protection et assistance à personne en péril * Secret professionnel, confidentialité, discrétion, respect de la vie privée, devoir de réserve * travail en partenariat

4 Le secret professionnel « savoir caché à autrui » au point de rencontre (de conflit?) des intérêts * de la personne et * de ceux de la société

5 A quel système normatif se référer ? ou En fonction de quels critères décider ?

6 Codes de déontologies, Comités déthique, CSA, COB, CNIL, Charte du malade, codes de bonnes conduites, recueils de bonnes pratiques, élaboration de référentiels …

7 Pourquoi cette demande actuelle délaboration de règles éthiques? - accélération des techniques * linformatique * les sciences de la vie - la responsabilisation civile et pénale des acteurs

8 - Morale - Ethique - Déontologie - Droit

9 Morale : ce que la société juge bon Ethique : ce que je juge bien Déontologie : ce que la profession mimpose Droit : ce que la loi définit comme permis ou défendu

10 La loi cest - un texte - promulgué - qui sapplique à tous légitime général objectif

11 Le droit est - un outil - un instrument de clarification - il protège de la subjectivité - définit la place de chacun

12 En cas de désintérêt, 8 possibilités 1- impliquer les parents L CASF 2- déléguer lautorité parentale art 377 CC 3- retrait AP après 2 ans art CC 4- adoption après refus abusif des parents art CC 5- déclarer lenfant abandonné art. 350 CC 6- organiser une tutelle 433 CC 7- condamnation pour abandon de famille art et 2 code pénal 8- mauvais exercice AP art CP

13 Pourquoi la loi ? Quand il ny a pas des rapports de loi, il y a des rapports de force. La loi, cest ce qui protège de la violence.

14 Quel droit? - droit pénal CP et CPP - droit civil CC et CPC - droit du travail (code du travail, statut de la fonction publique) - droit administratif - code de laction sociale (protection des mineurs et des personnes vulnérables) - code de la santé publique (pour les professions de santé : médecins, infirmiers)

15 1) - Lobligation générale de porter secours 2) - Le secret professionnel et les personnes qui y sont tenues 3) – Les obligations de ceux qui ne sont pas tenus au secret professionnel 4) - Le partage des informations « secrètes » 5) - Le circuit de recueil des signalements denfants maltraités 6) - Le témoignage en justice 7) - Le secret et lintéressé : quel accès au dossier? PLAN

16 Les termes du débat La modernité du sujet : les attentes (démesurées) à légard du travail social. La prise de conscience de la gravité de certaines souffrances ( ex. les violences à enfants) implique une réponse assurée et à la hauteur. Ceux qui savent doivent parler La nécessité dun traitement de fond exige que les « victimes » trouvent des interlocuteurs de confiance. Pour crédibiliser certaines fonctions sociales : en assurer la confidentialité

17 CONCRETEMENT Des professions à risques Des poursuites pénales contre des travailleurs sociaux qui refusent de parler à la police et à la justice (Auch, Le Mans, Belfort…) Des reproches de navoir pas partagé (Drancy) Des poursuites disciplinaires contre des travailleurs sociaux qui ont parlé (trop vite) à la police La crainte de plainte en dénonciation calomnieuse de la part des personnes mises en cause

18 Comment vivre avec tout ces risques ? Être au clair sur les cadres légaux du questionnement Pour autant la loi noffre pas la réponse concrète au problème posé : travail social rime avec responsabilités

19 L o b l i g a t i o n g é n é r a l e de p o r t e r s e c o u r s Art du Code pénal Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de euros d'amende. Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

20 L o b l i g a t i o n d i n f o r m e r l e s a u t o r i t é s & l e s p e r s o n n e s q u i e n s o n t d i s p e n s é e s Art du Code pénal (Modifié le 17 juin 1998) Le fait, pour quiconque ayant eu connaissance de privations, de mauvais traitements ou d'atteintes sexuelles infligés à un mineur de quinze ans ou à une personne qui n'est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d'une maladie, d'une infirmité, d'une déficience physique ou psychique ou d'un état de grossesse, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives est puni de trois ans d'emprisonnement et de euros d'amende. Sauf lorsque la loi en dispose autrement, sont exceptées des dispositions qui précèdent les personnes astreintes au secret dans les conditions prévues par l'article

21 1) - Lobligation générale de porter secours 2) - Le secret professionnel et les personnes qui y sont tenues 3) – Les obligations de ceux qui ne sont pas tenus au secret professionnel 4) - Le partage des informations « secrètes » 5) - Le circuit de recueil des signalements denfants en danger 6) - Le témoignage en justice

22 Art du code pénal Le fait, pour quiconque ayant connaissance d'un crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets, ou dont les auteurs sont susceptibles de commettre de nouveaux crimes qui pourraient être empêchés, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives est puni de trois ans d'emprisonnement et de euros d'amende. Sont exceptés des dispositions qui précèdent, sauf en ce qui concerne les crimes commis sur les mineurs de quinze ans : 1º Les parents en ligne directe et leurs conjoints, ainsi que les frères et soeurs et leurs conjoints, de l'auteur ou du complice du crime ; 2º Le conjoint de l'auteur ou du complice du crime, ou la personne qui vit notoirement en situation maritale avec lui. Sont également exceptées des dispositions du premier alinéa les personnes astreintes au secret dans les conditions prévues par l'article

23 2° temps du raisonnement: Tout péril étant exclu, –peut-on ? –doit-on parler ? Tout dépend de savoir si lon est tenu au secret professionnel

24 ORIGINE DU SECRET PROFESSIONNEL Au médecin, Hippocrate conseillait de garder le silence et d'observer la prudence dans ses propos : "Admis à l'intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas ce qui s'y passe, ma langue taira les secrets qui me seront confiés…"

25 Histoire du secretprofessionnel - dabord une obligation pour les médecins (serment dHippocrate) - puis pour les prêtres - et les avocats - le code de 1810 établit une liste - la réforme Badinter (1992) - le partage légalisé (2002–2007)

26 Le secret professionnel Art du Code pénal La révélation d'une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire - par état - par profession - par fonction - en raison d'une mission temporaire est punie d'un an d'emprisonnement et de d'amende.

27 Le secret est un Savoir (caché) à autrui

28 Propriétairetiers Savoir à autrui (caché) dépositaire(s)

29 secret à légard des tiers partage limité dans léquipe communication à lintéressé qui le demande

30 Le secret professionnel Art du Code pénal La révélation d'une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire - par état - par profession - par fonction - en raison d'une mission temporaire est punie d'un an d'emprisonnement et de d'amende.

31 -2- Le fondement du secret professionnel: une disposition dordre public

32 Les trois objectifs Garant de la démocratie Garant du respect de la vie privée des citoyens. Garant de la dignité, la crédibilité et la pérennité de professions qui ont une fonction sociale. pas de confidence sans confiance en la confidentialité

33 CEDH Article 8 - Droit au respect de la vie privée et familiale 1. Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance. 2. Il ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui.

34 Article 9 du Code civil « Chacun a droit au respect de sa vie privée. »

35 - 3 - Sur quoi porte le secret professionnel ? « ce qui est appris, compris ou deviné à loccasion de lexercice professionnel » cass.crim. 19/12/1885

36 Art. R code de la santé publique Le secret professionnel institué dans l'intérêt des patients s'impose à tout médecin dans les conditions établies par la loi. Le secret couvre tout ce qui est venu à la connaissance du médecin dans l'exercice de sa profession, c'est-à-dire non seulement ce qui lui a été confié, mais aussi ce qu'il a vu, entendu ou compris.

37 Les éléments constitutifs de linfraction: élément légal : suis-je tenu au secret pro. élément matériel : - « la révélation » - « dune information à caractère secret » (sur quoi porte le secret professionnel) élément moral : lintention

38 Pas de secret informations partagées Secret absolu LE PROFESSIONNEL EST DETENTEUR DINFORMATIONS à caractère public à caractère professionnel à caractère privé

39 Qui est tenu au secret professionnel? par état : ministre des cultes par profession : –sont tenus : les assistants de service social, médecins, sages- femmes, infirmiers, avocats… –ne sont pas tenus par profession : le psychologue, lass. mat., lass familiale, les éducateurs, les enseignants… par fonction ou mission : ASE, PMI, CLI, 119, Commission du droit et de lautonomie (ex-CDES), le coordonnateur, les membres du conseil de famille, personnel des CMPP, etc.

40 Article L411-3 CASF Les assistants de service social et les étudiants des écoles se préparant à l'exercice de cette profession sont tenus au secret professionnel dans les conditions et sous les réserves énoncées aux articles et du code pénal. La communication par ces personnes à l'autorité judiciaire ou aux services administratifs chargés de la protection de l'enfance, en vue de ladite protection, d'indications concernant des mineurs dont la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation sont compromises n'expose pas, de ce fait, les intéressés aux peines fixées par l'article du code pénal.

41 « Toute personne participant aux missions de laide sociale à lenfance est tenue au secret professionnel. Elle est tenue de transmettre sans délai au président du conseil général ou au responsable toute information nécessaire (pour protéger les mineurs en danger ou susceptibles de lêtre) » art. L Code de laction sociale et des familles

42 selon l'art L du code de la santé publique : "Toute personne prise en charge par un professionnel, un établissement, un réseau de santé ou tout autre organisme participant à la prévention et aux soins a droit au respect de sa vie privée et du secret des informations la concernant. Excepté dans les cas de dérogation, expressément prévus par la loi, ce secret couvre l'ensemble des informations concernant la personne venues à la connaissance du professionnel de santé, de tout membre du personnel de ces établissements ou organismes et de toute autre personne en relation, de par ses activités, avec ces établissements ou organismes. Il s'impose à tout professionnel de santé, ainsi qu'à tous les professionnels intervenant dans le système de santé"

43 -les assistants maternels * pas de Secret professionnel * obligation dinformer * mais discrétion professionnelle les assistants familiaux - ASE (public ou privé habilité) * secret professionnel * obligation de rendre compte - Hors ASE pas de secret professionnel

44 Article L133-5 CASF Toute personne appelée à intervenir dans l'instruction, l'attribution ou la révision des admissions à l'aide sociale, et notamment les membres des conseils d'administration des centres communaux ou intercom- munaux d'action sociale, ainsi que toute personne dont ces établissements utilisent le concours et les membres des commissions d'admission sont tenus au secret professionnel

45 Article L CFAS Toute personne appelée à intervenir dans l'instruction des demandes ou l'attribution de l'allocation (de RMI) ainsi que dans l'élaboration, l'approbation et la mise en oeuvre du contrat d'insertion est tenue au secret professionnel dans les termes des articles et du code pénal et passible des peines prévues à l'article Toute personne à laquelle a été transmise, en application de l'article L , la liste des personnes percevant une allocation de revenu minimum d'insertion est tenue au secret professionnel dans les mêmes conditions.

46 Article R CSP Le médecin doit veiller à ce que les personnes qui l'assistent dans son exercice soient instruites de leurs obligations en matière de secret professionnel et s'y conforment. Il doit veiller à ce qu'aucune atteinte ne soit portée par son entourage au secret qui s'attache à sa correspondance professionnelle.

47 Article R CSP Le médecin doit protéger contre toute indiscrétion les documents médicaux, concernant les personnes qu'il a soignées ou examinées, quels que soient le contenu et le support de ces documents. Il en va de même des informations médicales dont il peut être le détenteur. Le médecin doit faire en sorte, lorsqu'il utilise son expérience ou ses documents à des fins de publication scientifique ou d'enseignement, que l'identification des personnes ne soit pas possible. A défaut, leur accord doit être obtenu.

48 Les sanctions à latteinte au secret professionnel –Sanctions pénales (lauteur de linfraction) –Sanctions civiles (lemployeur) –Sanctions disciplinaires (lauteur)

49 LOBLIGATION DE DISCRETION DU FONCTIONNAIRE LOI de 1983 sur les droits et obligations des fonctionnaires Article 26 « Les fonctionnaires sont tenus au secret professionnel dans le cadre des règles instituées dans le code pénal. Les fonctionnaires doivent faire preuve de discrétion professionnelle pour tous les faits, informations ou documents dont ils ont connaissance dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de leurs fonctions…. »

50 L OBLIGATION DE RESERVE DU FONCTIONNAIRE ISSUE DE LA JURISPRUDENCE Tout fonctionnaire doit observer, dans l'expression de ses sentiments et de ses pensées, une réserve compatible avec la nature de ses fonctions. Tout fonctionnaire doit aussi éviter en toutes circonstances les comportements portant atteinte à la considération du service public par les usagers. Cette obligation découle du principe de NEUTRALITE de la fonction publique.

51 Secret des correspondances Art Code pénal Le fait, commis de mauvaise foi, d'ouvrir, de supprimer, de retarder ou de détourner des correspondances arrivées ou non à destination et adressées à des tiers, ou d'en prendre frauduleusement connaissance, est puni d'un an d'emprisonnement et de euros d'amende. Est puni des mêmes peines le fait, commis de mauvaise foi, d'intercepter, de détourner, d'utiliser ou de divulguer des correspondances émises, transmises ou reçues par la voie des télécommu- nications ou de procéder à l'installation d'appareils conçus pour réaliser de telles interceptions.

52 «Sauf risque ou événement particulier, lemployeur ne peut ouvrir les fichiers identifiés par le salarié comme personnels contenus sur le disque dur de lordinateur mis à sa disposition… » Cass. Soc. 17 mai 2005

53 Art. 11 code de procédure pénale Sauf dans les cas où la loi en dispose autrement et sans préjudice des droits de la défense, la procédure au cours de lenquête et de linstruction est secrète. Toute personne qui concourt à cette instruction est tenue au secret professionnel dans les conditions et sous les peines des articles et du code pénal

54 Le secret professionnel Art du Code pénal La révélation d'une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire - par état - par profession - par fonction - en raison d'une mission est punie d'un an d'emprisonnement et de d'amende.

55 Pour les personnes tenues au secret professionnel dans quelles situations y a t-il * autorisation à parler ? * obligation de parler ? * possibilité de partage ?

56 Le contenu du secret professionnel tableau Jeanne Capodano Secret absolu : Santé - sexualité Origines ethniques Opinions : - politiques - religieuses - syndicales - philosophiques Secret relatif : - Les conséquences de ces éléments sur la vie quotidienne - Les informations financières

57 Les autorisations à parler Art du Code pénal (modifié 1998, 2003, 2004 et 2007) L'article (lobligation de secret professionnel) n'est pas applicable dans les cas où la loi impose ou autorise la révélation du secret. En outre, il n'est pas applicable : 1) à celui qui informe les autorités judiciaires, médicales ou administratives de privations ou de sévices y compris lorsqu'il s'agit d'atteintes sexuelles dont il a eu connaissance et qui ont été infligés à un mineur ou à une personne qui n'est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son état physique ou psychique ; 2) au médecin qui, avec l'accord de la victime, porte à la connaissance du procureur de la République les sévices ou privations qu'il a constatés, sur le plan physique ou psychiques, dans l'exercice de sa profession et qui lui permettent de présumer que des violences physiques, sexuelles ou psychiques de toute nature ont été commises. Lorsque la victime est un mineur ou une personne qui nest pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son incapacité physique ou psychique, son accord nest pas nécessaire.

58 3/ aux professionnels de la santé ou de laction sociale qui informent le préfet et, à Paris le préfet de police, du caractère dangereux pour elles-même ou pour autrui des personnes qui les consultent et dont ils savent quelles détiennent une arme ou quelles ont manifesté leur intention den acquérir une. Le signalement aux autorités compétentes effectué dans les conditions prévues au présent article ne peut faire lobjet daucune sanction disciplinaire »

59 article L CASF « Dans les établissements et services [sociaux et médicosociaux], le fait quun salarié ou un agent a témoigné de mauvais traitements ou privations infligés à une personne accueillie ou relaté de tels agissements ne peut être pris en considération pour décider de mesures défavorables le concernant en matière dembauche, de rémunération, de formation, daffectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement du contrat de travail, ou pour décider la résiliation du contrat de travail ou une sanction disciplinaire. En cas de licenciement, le juge peut prononcer la réintégration du salarié concerné si celui-ci le demande. »

60 Autorisation de parler pour se défendre en justice «On ne saurait reprocher à qui que ce soit le droit de se défendre, et cette liberté essentielle ne peut être mise en échec par les règles du secret professionnel» Cour dAppel Douai 26 oct. 1951

61 Les obligation de parler * en raison de la mission * en raison de la nature des informations

62 Obligations de parler en matière médicale : obligation de déclarer les maladies contagieuses et vénériennes, les naissances, les décès, les accidents du travail et les maladies professionnelles, voire d'attester les troubles mentaux d'une personne dangereuse.

63 Art R du Code de la santé publique Dans la rédaction de son rapport, le médecin expert ne doit révéler que les éléments de nature à apporter la réponse aux questions posées. Hors de ces limites, il doit taire tout ce qu'il a pu connaître à l'occasion de cette expertise.

64 Dénonciation de crimes Art du code pénal Le fait, pour quiconque ayant connaissance d'un crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets, ou dont les auteurs sont susceptibles de commettre de nouveaux crimes qui pourraient être empêchés, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives est puni de trois ans d'emprisonnement et de euros d'amende. Sont exceptés des dispositions qui précèdent, sauf en ce qui concerne les crimes commis sur les mineurs de quinze ans : 1º Les parents en ligne directe et leurs conjoints, ainsi que les frères et soeurs et leurs conjoints, de l'auteur ou du complice du crime ; 2º Le conjoint de l'auteur ou du complice du crime, ou la personne qui vit notoirement en situation maritale avec lui. Sont également exceptées des dispositions du premier alinéa les personnes astreintes au secret dans les conditions prévues par l'article

65 En protection de lenfance en danger: Article L CASF (loi Philippe Bas protection de lenfance) … les personnes qui mettent en oeuvre la politique de protection de l'enfance … ainsi que celles qui lui apportent leur concours transmettent sans délai au président du conseil général ou au responsable désigné par lui,… toute information préoccupante sur un mineur en danger ou risquant de l'être, au sens de l'article 375 du code civil...

66 (suite) Lorsque cette information est couverte par le secret professionnel, sa transmission est assurée dans le respect de l'article L du présent code. Cette transmission a pour but de permettre d'évaluer la situation du mineur et de déterminer les actions de protection et d'aide dont ce mineur et sa famille peuvent bénéficier. Sauf intérêt contraire de l'enfant, le père, la mère, toute autre personne exerçant l'autorité parentale ou le tuteur sont préalablement informés de cette transmission, selon des modalités adaptées.

67 Art. L CASF (loi Sarkozy prévention délinquance) Lorsqu'il apparaît qu'un mineur est susceptible d'être en danger au sens de l'article 375 du code civil, le coordonnateur ou le professionnel intervenant seul dans les conditions prévues au premier alinéa du présent article en informe sans délai le président du conseil général ; le maire est informé de cette transmission.

68 en cas de disparition denfant article du code pénal loi Sarkozy du 5 mars 2007 Le fait pour une personne ayant connaissance de la disparition d'un mineur de quinze ans de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives, en vue d'empêcher ou de retarder la mise en oeuvre des procédures de recherche prévues par l'article 74-1 du code de procédure pénale, est puni de deux ans d'emprisonnement et de d'amende.

69 Article 74-1 du code de procédure pénale … Les dispositions du présent article sont également applicables en cas de disparition d'un majeur présentant un caractère inquiétant ou suspect eu égard aux circonstances, à l'âge de l'intéressé ou à son état de santé.

70 Une personne tenue au secret professionnel a connaissance dune situation de danger sur un enfant Vis-à-vis du Président du Conseil général : obligation dinformer (L et L CASF) Devoirs du professionnel Vis-à-vis de lextérieur obligation de secret professionnel ( CP) Vis-à-vis des autorités si la victime est mineure ou personne vulnérable possibilité de témoigner, sinon secret professionnel ( CP) Dans tous les cas obligation de faire en sorte que cela cesse (assistance à personne en péril (223-6 CP)

71 1) - Lobligation générale de porter secours 2) - Le secret professionnel et les personnes qui y sont tenues 3) – Les obligations de ceux qui ne sont pas tenus au secret professionnel 4) - Le travail déquipe et ses exigences par rapport au secret professionnel 5) - Le circuit de recueil des signalements denfants en danger 6) - Le témoignage en justice 7) - Le secret et lintéressé : quel accès au dossier? PLAN

72 Ceux qui ne sont pas tenus au secret professionnel sont tenus : *à la discrétion *au respect de la vie privée *pour les fonctionnaires au devoir de réserve

73 Les Fonctionnaires Art. 40 du Code de procédure pénale (alinéa 2) Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs.

74 1) - Lobligation générale de porter secours 2) - Le secret professionnel et les personnes qui y sont tenues 3) – Les obligations de ceux qui ne sont pas tenus au secret professionnel 4) - Le partage des informations « secrètes » 5) - Le circuit de recueil des signalements denfants en danger 6) - Le témoignage en justice PLAN

75 Le code pénal ne prévoit pas le secret partagé, mais plusieurs textes du Code de la santé publique et du code de laction sociale et des familles organisent le partage de linformation

76 Art. L311-4 CASF (loi du 2 janvier 2002) Lexercice des droits et libertés individuels est garanti à toute personne prise en charge… Dans le respect des dispositions législatives et réglementaires, lui sont assurés : 1° le respect de sa dignité, de son intégrité, de sa vie privée, de son intimité et de sa sécurité 2° le libre choix (sous réserve de décisions judiciaire contraire); 3° une prise en charge individualisée 4° la confidentialité des informations la concernant;

77 5° laccès à toute information ou document relatif à sa prise en charge… 6° une information sur ses droits et voies de recours; 7° la participation à la conception et à la mise en œuvre dun projet personnalisé; 8° le droit à une vie familiale.

78 Le partage ou la transmission dinformations à caractère secret 1- entre professionnels 2- avec le Président du Conseil général 3- avec le maire 4- avec la police

79 Le partage des informations à caractère « secret » 1- entre professionnels une possibilité 2- avec le Président du Conseil général 3- avec le maire 4- avec la police

80 Art. L du code de la santé publique: Deux ou plusieurs professionnels de santé peuvent, sauf opposition de la personne dûment avertie, échanger des informations relatives à une même personne prise en charge, afin dassurer la continuité des soins ou déterminer la meilleure prise en charge sanitaire possible. Lorsque la personne est prise en charge par une équipe de soins dans un établissement de santé, les informations la concernant sont réputées confiées par le malade à lensemble de léquipe. loi du 4 mars 2002

81 5 conditions au partage dinformations entre personnels de santé 1- être entre professionnels de santé, 2- que le patient soit informé 3- quil ne sy oppose pas, 4- quil soit suivi par la même équipe 5- dans un but thérapeutique

82 Art. L CASF (loi du 5 mars 2007) Par exception à l'article du code pénal, les personnes soumises au secret professionnel qui mettent en oeuvre la politique de protection de l'enfance … ou qui lui apportent leur concours sont autorisées à partager entre elles des informations à caractère secret afin d'évaluer une situation individuelle, de déterminer et de mettre en oeuvre les actions de protection et d'aide dont les mineurs et leur famille peuvent bénéficier. Le partage des informations relatives à une situation individuelle est strictement limité à ce qui est nécessaire à l'accomplissement de la mission de protection de l'enfance. Le père, la mère, toute autre personne exerçant l'autorité parentale, le tuteur, l'enfant en fonction de son âge et de sa maturité sont préalablement informés, selon des modalités adaptées, sauf si cette information est contraire à l'intérêt de l'enfant. »

83 Cinq conditions de partage de linformation dans le travail social 1- une possibilité, pas une obligation 2- entre personnes participant à la même mission de protection de lenfance 3- uniquement dans un objectif : évaluer et déterminer les actions à mettre en oeuvre 4- se limiter strictement à ce qui est nécessaire 5- informer préalablement les personnes concernées (sauf si cela est contraire à lintérêt de lenfant)

84 Le partage des informations à caractère « secret » 1- entre professionnels 2- avec le Président du Conseil général une obligation sous condition 3- avec le maire 4- avec la police

85 Article L (loi protection de lenfance) … les personnes qui mettent en oeuvre la politique de protection de l'enfance … ainsi que celles qui lui apportent leur concours transmettent sans délai au président du conseil général ou au responsable désigné par lui,… toute information préoccupante sur un mineur en danger ou risquant de l'être, au sens de l'article 375 du code civil... Sauf intérêt contraire de l'enfant, le père, la mère, toute autre personne exerçant l'autorité parentale ou le tuteur sont préalablement informés de cette transmission, selon des modalités adaptées.

86 (suite) Lorsque cette information est couverte par le secret professionnel, sa transmission est assurée dans le respect de l'article L du présent code. Cette transmission a pour but de permettre d'évaluer la situation du mineur et de déterminer les actions de protection et d'aide dont ce mineur et sa famille peuvent bénéficier. Sauf intérêt contraire de l'enfant, le père, la mère, toute autre personne exerçant l'autorité parentale ou le tuteur sont préalablement informés de cette transmission, selon des modalités adaptées.

87 Rappel du : conditions au partage de linformation 1- une possibilité, pas une obligation 2- entre personnes participant à la même mission de protection de lenfance 3- uniquement dans un objectif : évaluer et déterminer les actions à mettre en oeuvre 4- se limiter strictement à ce qui est nécessaire 5- informer préalablement les personnes concernées (sauf si cela est contraire à lintérêt de lenfant)

88 Art. L CASF (loi prévention délinquance) Lorsqu'il apparaît qu'un mineur est susceptible d'être en danger au sens de l'article 375 du code civil, le coordonnateur ou le professionnel intervenant seul dans les conditions prévues au premier alinéa du présent article en informe sans délai le président du conseil général ; le maire est informé de cette transmission.

89 Le partage des informations à caractère « secret » 1- entre professionnels 2- avec le Président du Conseil général 3- avec le maire obligation avec des limites 4- avec la police

90 Loi du 5 mars 2007 sur la prévention de la délinquance Art. L CASF. - Lorsqu'un professionnel de l'action sociale, définie à l'article L , constate que l'aggravation des difficultés sociales, éducatives ou matérielles d'une personne ou d'une famille appelle l'intervention de plusieurs professionnels, il en informe le maire de la commune de résidence et le président du conseil général. L'article du code pénal n'est pas applicable aux personnes qui transmettent des informations confidentielles dans les conditions et aux fins prévues au présent alinéa. « Lorsque l'efficacité et la continuité de l'action sociale le rendent nécessaire, le maire, saisi dans les conditions prévues au premier alinéa ou par le président du conseil général, ou de sa propre initiative, désigne parmi les professionnels qui interviennent auprès d'une même personne ou d'une même famille un coordonnateur, après accord de l'autorité dont il relève et consultation du président du conseil général. « Lorsque les professionnels concernés relèvent tous de l'autorité du président du conseil général, le maire désigne le coordonnateur parmi eux, sur la proposition du président du conseil général. Le coordonnateur est soumis au secret professionnel dans les conditions prévues aux articles et du code pénal

91 Par exception à l'article du même code, les professionnels qui interviennent auprès d'une même personne ou d'une même famille sont autorisés à partager entre eux des informations à caractère secret, afin d'évaluer leur situation, de déterminer les mesures d'action sociale nécessaires et de les mettre en oeuvre. Le coordonnateur a connaissance des informations ainsi transmises. Le partage de ces informations est limité à ce qui est strictement nécessaire à l'accomplissement de la mission d'action sociale. Le professionnel intervenant seul dans les conditions prévues au premier alinéa ou le coordonnateur sont autorisés à révéler au maire et au président du conseil général, ou à leur représentant au sens des articles L et L du code général des collectivités territoriales, les informations confidentielles qui sont strictement nécessaires à l'exercice de leurs compétences. Les informations ainsi transmises ne peuvent être communiquées à des tiers sous peine des sanctions prévues à l'article du code pénal. Lorsqu'il apparaît qu'un mineur est susceptible d'être en danger au sens de l'article 375 du code civil, le coordonnateur ou le professionnel intervenant seul dans les conditions prévues au premier alinéa du présent article en informe sans délai le président du conseil général ; le maire est informé de cette transmission.

92 1- lorsque un professionnel (intervenant seul?) constate * que laggravation des difficultés * appelle lintervention de plusieurs professionnels : il en informe le maire et le président du conseil général. 2- si nécessaire pour lefficacité et la continuité de laction, le maire désigne un coordonnateur. 3- les professionnels sont autorisés à partager avec * une condition : intervenir auprès de la même personne ou famille, * un objectif : évaluer, * une limite : ce qui est strictement nécessaire. Le coordonnateur a connaissance de ces informations. 4- possibilité pour le coordonnateur de transmettre ces informations confidentielles au maire et au Président du Conseil général (ceux-ci sont tenus au secret professionnel sur ces informations). 5- si mineur en danger : obligation dinformer sans délai le Président du Conseil général + info du maire.

93 1/ dans quel cas faut-il informer le maire et le Président du conseil général? 2/ dans quel objectif? 3/ qui est concerné par cette obligation? 4/ sur quoi informer? 5/ faut-il tout dire? 6/ le maire et le PCG sont-ils tenus au secret professionnel? 7/ quelles sanctions si ce nest pas fait?

94 Le partage des informations à caractère « secret » 1- entre professionnels 2- avec le Président du Conseil général 3- avec le maire 4- avec la police

95 Article 60-1 du code de procédure pénale L'officier de police judiciaire peut requérir de toute personne, de tout établissement ou organisme privé ou public ou de toute administration publique qui sont susceptibles de détenir des documents intéressant l'enquête, y compris ceux issus d'un système informatique ou d'un traitement de données nominatives, de lui remettre ces documents, sans que puisse lui être opposée, sans motif légitime, l'obligation au secret professionnel. Lorsque les réquisitions concernent des personnes mentionnées aux articles 56-1 à 56-3, la remise des documents ne peut intervenir qu'avec leur accord. A l'exception des personnes mentionnées aux articles 56-1 à 56-3, le fait de s'abstenir de répondre dans les meilleurs délais à cette réquisition est puni d'une amende de Euros. Les personnes morales sont responsables pénalement, dans les conditions prévues par l'article du code pénal, du délit prévu par le présent alinéa. Loi Perben 9 mars 2004

96 Le secret professionnel a une légitimité dordre public supérieure à lindividu même quil protège, car il est destiné à garantir le droit de se confier à un professionnel sans que celui-ci (et linstitution qui est derrière) ait un droit sur lui, et ce dans la limite de la protection des personnes. En cela, le secret professionnel est un élément fondamental de notre démocratie. Le partenariat, de son côté, nest pas légitimé par un principe dune valeur aussi forte. Il nest que la résultante dune organisation. Laure DOURGNON – Pierre VERDIER JdJ oct 1999

97 1) - Lobligation générale de porter secours 2) - Le secret professionnel et les personnes qui y sont tenues 3) – Les obligations de ceux qui ne sont pas tenus au secret professionnel 4) - Le partage des informations « secrètes » 5) - Le circuit de recueil des signalements denfants en danger 6) - Le témoignage en justice PLAN

98 Le recueil et le traitement des informations préoccupantes sur les enfants en danger Depuis la loi du 5 mars 2007

99 La cellule de recueil et de traitement des informations préoccupantes Lieu unique de recueil des informations préoccupantes Une cellule pluridisciplinaire au service du dispositif départemental impliquant de très nombreux partenaires publics et privés Le département pilote et apprécie son implantation et ses moyens LEtat et lautorité judiciaire lui apportent leur concours; lEducation nationale et la PJJ doivent être étroitement associées Le CG peut mobiliser le réseau associatif Un dispositif qui doit faire lobjet dune publicité La cellule ne se contente pas de recevoir ; elle doit évaluer et mobiliser les moyens adaptés ( dabord sociaux, éventuellement judiciaires)

100 Missions de la cellule Recueillir les informations préoccupantes et en accuser réception Les analyser, les évaluer ou les faire évaluer Saisir linspecteur de lenfance ou lautorité judiciaire si nécessaire Conseiller Être informée des suites données Contribuer à lobservation départementale Un protocole départemental régulièrement révisé doit préciser les modalités de fonctionnement de la cellule et du traitement des informations

101 Linformation préoccupante « On entend par information préoccupante toute élément dinformation, y compris médical, susceptible de laisser craindre quun enfant se trouve en situation de danger ou de risque de danger, puisse avoir besoin daide, et qui doit faire lobjet dune transmission à la cellule départementale pour lévaluation la suite à donner.» (extrait du guide national page 9)

102 Lieu unique Toutes les informations préoccupantes doivent lui remonter (L226-3 et L CASF) Ceux qui font des signalements directs au procureur « en raison de la gravité de la situation » doivent en faire copie au Président de conseil général (L226-4 CASF)

103 Le circuit de signalement Par principe, on passe par la cellule départementale Exceptionnellement, on saisit le procureur Plus exceptionnellement, le juge est saisi par les intéressés dont lenfant ou sautosaisit Les parquets vont devoir proposer des protocoles où seront définis les cas justifiant sa saisine directe Saisis directement linspecteur de lenfance doit intervenir et informer la cellule Saisis directement le procureur ou juge doivent intervenir et informer la cellule

104 Articulation protection sociale/intervention judiciaire - art. L226-4 CASF loi 5 mars 2007 (Philippe BAS) 1/ dabord lintervention sociale (dite « administrative ») 2/ Si elle - ne permet pas de remédier à la situation, - ne peut être mise en œuvre en raison du refus de la famille ou de son impossibilité de collaborer, - ou si impossibilité dévaluer la situation : le PCG avise le Procureur (obligation) 3/ le procureur informe le PCG de suites de la saisine

105 Circuit de signalement en 8 points (L228-1 et ss CASF) Situation denfant en danger : parents, voisins, témoins, professionnels - Circuit normal - Circuit exceptionnel - Circuit de secours Procureur de La République Juge des Enfants cellule de recueil, de traitement et d évaluation des informations : -si difficulté mesure daide sociale - si impossibilité Allo enfance en danger 119 Réponse Réinjection dans circuit normal Observatoire départemental de la Protection de lEnfance et information des parents Information sur suite donnée

106 -1 soit l'enfant est en danger, mais les parents acceptent l'intervention du service et les mesures proposées : pas de signalement, -2 soit le mineur est en danger et déjà pris en charge par la protection sociale, mais les actions nont pas permis de remédier à la situation : signalement. - 3 soit ces mesures ne peuvent être mises en place en raison du refus de la famille daccepter lintervention du service de laide sociale à lenfance ou de limpossibilité dans laquelle elle se trouve de collaborer avec ce service : signalement. - 4 soit on ne sait pas, mais on a des inquiétudes sérieuses selon lesquelles le mineur est présumé être en situation de danger et il est impossible dévaluer cette situation : signalement.

107 En cas de placement judiciaire direct, ou dAEMO, le Conseil général est destinataire dun « rapport de situation » art. L CASF

108 Au 31/12/2004 Enfants accueillis ASE dont décisions judiciaires 74 % décis. administratives 26 % Actions éducatives dont AEMO 73 % AED 27 % source DREES

109 1) - Lobligation générale de porter secours 2) - Le secret professionnel et les personnes qui y sont tenues 3) – Les obligations de ceux qui ne sont pas tenus au secret professionnel 4) - Le partage des informations 5) - Le circuit de recueil des signalements denfants maltraités 6) - Le témoignage en justice PLAN

110 Art 109 code de procédure pénale Toute personne citée pour être entendue comme témoin est tenue de comparaître, de prêter serment et de déposer sous réserve des dispositions des articles et du Code pénal. Tout journaliste, entendu comme témoin sur des informations recueillies dans l'exercice de son activité, est libre de ne pas en révéler l'origine. Si le témoin ne comparaît pas ou refuse de comparaître, le juge d'instruction peut, sur les réquisitions du procureur de la République, l'y contraindre par la force publique.

111 Plus que jamais la nécessité de rigueur, dune éthique et dune déontologie : inventer des pratiques respectueuses des personnes

112 merci

113 Pierre VERDIER Jean-Pierre ROSENCZVEIG « Les responsabilités en travail social » et « Le secret professionnel en travail social » Dunod et Jeunesse et droit

114

115 LA COMMUNICATION: Les règles de droit actuelles - pour le dossier social - pour le dossier médical - pour le dossier judiciaire - les documents informatisés

116 secret à légard des tiers partage limité dans léquipe communication à lintéressé qui le demande

117 1- Le dossier administratif, social et éducatif

118 tout le monde a le droit de savoir ce que l'administration sait sur lui

119 article 2 de la loi du 17 juillet 1978 (modifié) art. 2 « Sous réserve des dispositions de larticle 6, les autorités mentionnées à larticle 1 er sont tenues de communiquer les documents administratifs quelles détiennent aux personnes qui en font la demande dans les conditions prévues au présent titre.

120 Le principe : la communication Les anciens articles 6 et 6bis de la loi du 17 juillet 1978 "Les personnes qui le demandent ont droit à la communication, par les administrations… des documents de caractère nominatif les concernant, sans que des motifs tirés du secret de la vie privée, du secret médical ou du secret en matière commerciale ou industrielle, portant exclusivement sur des faits qui leur sont personnels, puissent leur être opposés. Les informations à caractère médical sont communiquées à l'intéressé selon son choix, directement ou par l'intermédiaire d'un médecin qu'il désigne à cet effet". (loi du 4 mars 2002)

121 Les exceptions au droit daccès I. Ne sont pas communicables - les documents administratifs dont la consultation ou la communication porterait atteinte : - au secret des délibérations du Gouvernement et des autorités responsables relevant du pouvoir exécutif ; - au secret de la défense nationale ; - à la conduite de la politique extérieure de la France ; - à la sûreté de l'Etat, à la sécurité publique ou à la sécurité des personnes ; - à la monnaie et au crédit public ; - au déroulement des procédures engagées devant les juridictions ou d'opérations préliminaires à de telles procédures, sauf autorisation donnée par l'autorité compétente ; - à la recherche, par les services compétents, des infractions fiscales et douanières ; - ou, de façon générale, aux secrets protégés par la loi. Art.6 loi 17 juillet 1978

122 II. - Ne sont communicables qu'à l'intéressé les documents administratifs : - dont la communication porterait atteinte au secret de la vie privée et des dossiers personnels, au secret médical et au secret en matière commerciale et industrielle ; - portant une appréciation ou un jugement de valeur sur une personne physique, nommément désignée ou facilement identifiable ; - faisant apparaître le comportement d'une personne, dès lors que la divulgation de ce comportement pourrait lui porter préjudice. Les informations à caractère médical sont communiquées à l'intéressé, selon son choix, directement ou par l'intermédiaire d'un médecin qu'il désigne à cet effet

123 Quest-ce quun document administratif ?

124 - tout document produit ou détenu par ladministration, - la forme importe peu, - mais le document doit avoir acquis sa version définitive, - et les documents juridictionnels ?

125 « Soit quils en émanent, soit quils lui aient été adressés, ont un caractère administratif tous les documents détenus par ladministration qui, par leur objet ou leur utilisation, se rattachent à lexécution dune activité de service public » (Guide CADA)

126 Délais de libre consultation à tous des dossiers archivés art L code du patrimoine (loi 15/07/2008) 1/ ce qui était en libre consultation avant archivage, lest aprés 2/ sinon délai : dossiers médicaux25 ans après la mort vie privée 50 ans registres état civil75 ans

127 Art. 5 – De la protection et de la communication des données nominatives LAssistant de Service Social doit toujours veiller à la protection du dossier de lusager et avoir conscience que ce dossier est communicable à la personne concernée. La constitution des dossiers doit tenir compte des dispositions légales sur laccès aux documents administratifs. Code déontologie ANAS

128 Art. 6 – Lintroduction et le développement des technologies modernes de recueil et de traitement des informations, imposent à lAssistant de Service Social de se préoccuper, dès la phase de conception dun projet, des règles de conservation et de recoupements, au regard du respect de la vie privée des individus et des familles. Code déontologie ANAS

129 CADA Commission daccès aux documents administratifs 35 rue St Dominique PARIS

130 2- Le dossier médical

131 La loi du 4 mars 2002 sur les droits des malades érige en droit le respect de la dignité du « malade » et règle les questions de partage de linformation entre professionnels, avec la famille, avec le malade (accès direct au dossier)

132 1- Secret à légard des tiers « Art. L Toute personne prise en charge par un professionnel, un établissement, un réseau de santé ou tout autre organisme participant à la prévention et aux soins a droit au respect de sa vie privée et du secret des informations la concernant. … »

133 2- partage limité dans léquipe

134 Art. L du code de la santé publique: Deux ou plusieurs professionnels de santé peuvent, sauf opposition de la personne dûment avertie, échanger des informations relatives à une même personne prise en charge, afin dassurer la continuité des soins ou déterminer la meilleure prise en charge sanitaire possible. Lorsque la personne est prise en charge par une équipe de soins dans un établissement de santé, les informations la concernant sont réputées confiées par le malade à lensemble de léquipe. loi du 4 mars 2002

135 5 conditions au partage de linformation 1- être entre personnels de santé 2- que le patient soit informé, 3- quil ne sy oppose pas, 4- quil soit suivi par la même équipe 5- dans un but thérapeutique (limité aux infos nécessaires)

136 art L CSP En cas de diagnostic ou de pronostic grave, le secret médical ne soppose pas à ce que la famille, les proches… reçoivent les informations nécessaires destinées à leur permettre dapporter un soutien direct à celle-ci, sauf opposition de sa part loi du 4 mars 2002

137 4 conditions pour informer la famille: 1/ diagnostic ou pronostic grave 2/ la finalité dapporter un soutien, 3/ la limitation aux «informations nécessaires », 4/ la non-opposition du malade

138 3- communication à lintéressé qui le demande

139 Accès au dossier médical un accès direct (art. L CSP) un accompagnement peut être recommandé restriction pour les malades mentaux la consultation est gratuite, la copie peut être payante

140 Lintéressé a * droit à linformation, * droit au consentement, * droit daccès au dossier.

141 Accès au dossier médical Art. L Code de la Santé publique « Toute personne a accès à lensemble des informations concernant sa santé…qui sont formalisées… Elle peut accéder à ces informations directement ou par lintermédiaire dun médecin… » loi du 4 mars 2002

142 1 Ce quest un dossier informations auxquelles est donné un support (écrit, photo, enregistrement) avec lintention de les conserver sont considérées comme personnelles, non communicables (ni à lintéressé ni aux tiers, professionnels ou non) les notes qui ne sont pas destinées à être conservées, réutilisées ou échangées

143 2 la communication ne se substitue pas au droit à linformation 3 elle doit respecter la confidentialité vis à vis des tiers 4 ce droit sapplique aux anciens dossiers 5 le dossier comporte trois parties (R1112-2) infos formalisées (communicables) infos de fin de séjour (remises à la sortie) infos recueillies auprès de tiers (non communicables) il ne contient pas les notes « personnelles »

144 6/ la personne est informée de ce droit et des modalités 7/ la communication doit avoir lieu dans les 8 jours et après 48H de réflexion (2 mois pour les vieux dossiers) 8/ réception et gestion de la demande (accompagnement, suivi)

145 10- Les mineurs 1- le cas général le droit d'accès est exercé par le(s) titulaire(s) de l'autorité parentale 2- le mineur ne peut pas s'opposer à cette demande, toutefois il peut éventuellement demander que l'accès ait lieu par l'intermédiaire d'un médecin 3- si le mineur souhaite garder le secret et a obtenu que le médecin accepte de pratiquer des soins nécessaires pour sauvegarder sa santé sans le consentement du ou des parents, il peut s'opposer à la communication à ceux-ci des informations correspondant à cette situation particulière. (L CSP)

146 Pour les ayant droit des personnes décédées communication limitée aux informations permettant de « connaître les causes de la mort, de défendre la mémoire du défunt ou de faire valoir ses droits, sauf volonté contraire exprimée par la personne avant son décés » (art. L CSP)

147 3- Le dossier judiciaire

148 La réforme de lassistance éducative Le décret du 15 mars 2002 La circulaire du 24 avril 2002

149 De la condamnation de la France par la Cour Européenne au rapport Deschamps

150 II – le droit daccéder au dossier Grande innovation suggérée par le rapport Deschamps et la Cour européenne des Droits de lHomme: On rejoint les grandes règles sur la communication des informations détenues pas ladministration Mais problèmes spécifiques : ex. dossier collectif

151 PAR QUI ? Art 1187 NCPC Avocat du mineur, du père, de la mère, de son tuteur, de la personne ou du service à qui l enfant est confié Père Mère Tuteur Personne ou représentant du service auquel lenfant est confié Mineur capable de discernement + services AEMO et investigation

152 La consultation par lenfant 1187 NCPC En présence de ses parents, Sans ses parents –Doit obligatoirement être assisté dun avocat ou dun membre de léquipe éducative ou dun travailleur social désigné par le juge

153 Accès au dossier judiciaire décret du 15 mars 2002 Art Code de Procédure Civile « Le dossier peut être consulté … par lavocat du mineur et celui de son père, de sa mère… Lavocat peut se faire délivrer copie du dossier pour lusage exclusif de la procédure dassistance éducative. Il ne peut transmettre copie à son client…

154 Le dossier peut également être consulté, …par le père, la mère, le service à qui lenfant est confié, le mineur capable de discernement, en présence de ses parents ou de son avocat, ou dun service éducatif. - jusquà la veille de laudience. - En labsence davocat, possibilité dexclure certaines pièces art 1187 CPC (décret du 15 mars 2002)

155 "L'accès des familles à leur dossier et donc au contenu des rapports écrits devrait progressivement permettre de se rapprocher d'un équilibre si longtemps inconnu. Par ce biais, il est proposé à tous les professionnels de procéder à une véritable révolution des mentalités et des pratiques. C'est une chance unique qui nous est offerte à l'occasion de la récente réforme de la procédure civile, et il ne s'en présentera sans doute pas d'autre avant longtemps. Ne pas saisir cette occasion pour aller vers une procédure de l'enfance plus équilibrée, plus attentive aux individus, plus respectueuse du droit, et grâce à cela plus cohérente et par ricochet plus efficace, serait véritablement impardonnable. Il n'en reste pas moins qu'écrire différemment va demander aux professionnels un effort considérable. Des habitudes ancestrales vont devoir être abandonnées, des repères théoriques nouveaux vont devoir être élaborés…" Michel HUYETTE Guide de la protection judiciaire de lenfance (Dunod)

156 4- Les données informatisées

157 Loi du 6 janvier 1978 relative à linformatique, aux fichiers et aux libertés

158 *vis à vis des pouvoirs publics : - déclaration à la CNIL *vis à vis de lusager : - obligation dinformation, - droit daccès, - droit de rectification

159 secret à légard des tiers partage limité dans léquipe communication à lintéressé qui le demande

160 Quelles conséquences sur les pratiques ? Que recueillir ? Comment rédiger ? Conserver ou détruire ? Comment communiquer ?

161 Plus que jamais la nécessité dune éthique et dune déontologie : inventer des pratiques respectueuses des personnes

162 merci

163 Pierre VERDIER Jean-Pierre ROSENCZVEIG « Les responsabilités en travail social » et « Le secret professionnel en travail social » réédition en cours Dunod et Jeunesse et droit

164 Pierre Verdier 27 rue Du Coüédic PARIS www//cadco.asso.fr

165 Une réflexion à quatre temps 1.Il y a-t-il un péril ? 2.Suis-je tenu au secret professionnel ? 3.Comment décider de témoigner ou pas? 4.Comment être quitte avec son employeur ?

166 Premier temps Y a-t-il péril ? Si oui, faire en sorte quil cesse Le devoir dingérence

167 Le raisonnement à suivre 1.Le principe : Tout un chacun à lobligation de signaler les crimes et les délits dont il a connaissance 2.Lexception : lobligation de se taire pour certaines personnes tenues au secret professionnel 3.Les limites de lexception : la possibilité (donc le droit), voire lobligation (donc le devoir de parler) pour ceux qui sont tenues au secret

168 Rappels 1.Le droit pénal est dinterprétation stricte pour défendre les libertés. Tout ce qui nest pas strictement interdit est permis 2.Le secret professionnel est une obligation sanctionnée par le droit pénal et non pas un droit

169 Art. 15 – LAssistant de Service Social ne doit pas accepter dintervenir, ni de fournir des renseignements dans un but de contrôle. Code déontologie ANAS

170 Art. 18 – La situation de lusager impose souvent la nécessité soit dune concertation interdisciplinaire, soit de faire appel à un dispositif partenarial mettant en présence des acteurs sociaux diversifiés ou de multiples institutions. LAssistant de Service Social limite alors les informations personnalisées quil apporte aux seuls éléments quil estime strictement indispensables à la poursuite de lobjectif commun, dans le respect des articles 11 et 12 du présent Code. Code déontologie ANAS

171 supposeoblige devantentraîne moraleune fautela conscienceculpabilité civileun dommageune victimeréparation administrativeun dommage + une faute de service lusager du service public réparation du préjudice pénaleun interdit, un acte, une intention tribunaux pénauxune peine + réparation éventuelle professionnellelinexécution du contrat de travail lemployeursanctions disciplinaires

172 Article du code pénal Est puni d'un an d'emprisonnement et de d'amende le fait, au moyen d'un procédé quelconque, volontairement de porter atteinte à l'intimité de la vie privée d'autrui : 1º En captant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de leur auteur, des paroles prononcées à titre privé ou confidentiel ; 2º En fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l'image d'une personne se trouvant dans un lieu privé. Lorsque les actes mentionnés au présent article ont été accomplis au vu et au su des intéressés sans qu'ils s'y soient opposés, alors qu'ils étaient en mesure de le faire, le consentement de ceux-ci est présumé.

173 art L CSP En cas de diagnostic ou de pronostic grave, le secret médical ne soppose pas à ce que la famille, les proches… reçoivent les informations nécessaires destinées à leur permettre dapporter un soutien direct à celle-ci, sauf opposition de sa part loi du 4 mars 2002

174 4 conditions pour informer la famille: 1/ diagnostic ou pronostic grave 2/ la finalité dapporter un soutien, 3/ la limitation aux «informations nécessaires », 4/ la non-opposition du malade

175 Valeur : ce qui a du « prix » Il ny a de valeurs que relatives : une chose ne vaut quen fonction du désir quon en a

176 Laction sociale et médico-sociale tend dans un cadre interministériel - à promouvoir lautonomie et la protection des personnes, - la cohésion sociale, - lexercice de la citoyenneté, - à prévenir les exclusions, - et à en corriger les effets. À partir de besoins et des attentes. Art L116-1 CASF - Loi du 2 janvier 2002


Télécharger ppt "Pierre Verdier secret professionnel, partage de linformation et obligations de signalement."

Présentations similaires


Annonces Google