La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

2009-10-06-C PANDÉMIE DINFLUENZA A (H1N1) 2009-2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "2009-10-06-C PANDÉMIE DINFLUENZA A (H1N1) 2009-2010."— Transcription de la présentation:

1 C PANDÉMIE DINFLUENZA A (H1N1)

2 C QUEST-CE QUUNE PANDÉMIE Cest une épidémie limitée dans le temps, mais dont létendue est illimitée. Autrement dit, lors dune épidémie, les malades sont situés dans un endroit bien circonscrit sur la planète alors que dans le cas dune pandémie, les malades sont répartis à léchelle planétaire. Cest une épidémie limitée dans le temps, mais dont létendue est illimitée. Autrement dit, lors dune épidémie, les malades sont situés dans un endroit bien circonscrit sur la planète alors que dans le cas dune pandémie, les malades sont répartis à léchelle planétaire.

3 C CONDITIONS PROPICES À LAPPARITION DUNE PANDÉMIE Lapparition dune nouvelle souche virale capable dinfecter les humains; Lapparition dune nouvelle souche virale capable dinfecter les humains; notre vulnérabilité; notre vulnérabilité; la virulence de la souche de linfluenza; la virulence de la souche de linfluenza; la transmission efficace de personne à personne la transmission efficace de personne à personne

4 C PhaseDescriptionStratégie Période inter-pandémiqueConditions normalesPréparation générale Période pré-pandémique Phase 1Aucun nouveau sous-type de virus de la grippe na été détecté. Si le virus est présent chez les animaux, le risque dinfection ou de maladie humaine est supposé être faible. Préparation renforcée Phase 2Aucun nouveau sous-type de virus de la grippe na été détecté chez lhomme. Toutefois, un sous-type circulant chez les animaux peut poser un risque de maladie humaine. Limiter le risque PHASES DE LA PANDÉMIE SELON LOMS ET STRATÉGIES DE GESTION CORRESPONDANTES

5 C Période dalerte pandémique Phase 3Infection(s) humaine(s) avec un nouveau sous-type, mais pas de propagation entre les hommes ou, dans les cas les plus rares, de propagation par contact rapproché. Détection précoce, notification et intervention Phase 4Petits groupes avec transmission limitée entre les hommes et propagation très localisée, suggérant que le virus nest pas bien adapté à lhomme. Confinement Phase 5Groupes plus importants, mais la propagation entre les hommes est toujours très localisée, suggérant que le virus sadapte de mieux en mieux à lhomme, mais il se peut quil ne soit pas encore entièrement transmissible (possible risque de pandémie). Gagner du temps pour mettre en place des mesures dintervention Phase 6 (phase actuelle) Pandémie : transmission accrue et soutenue dans la population générale. Limiter les effets dune pandémie Continuité post- pandémique Récupération

6 C EFFETS DUNE PANDÉMIE Mis à part les effets sur la santé physique des personnes, la pandémie pourra également être la source de bouleversements individuels, familiaux, sociaux et psychosociaux. Les activités éducatives, les loisirs et une grande majorité des activités de la société risquent également dêtre affectés à des degrés divers. Les milieux de travail seront aussi perturbés en raison de coûts supplémentaires, des taux plus élevés dabsentéisme et de réduction des services.

7 C PRÉVISIONS RÉALISTES En vue de sa planification, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a émis lhypothèse que la première vague dinfluenza atteindrait 35 % de la population durant une période de huit semaines. Ce modèle, appliqué à la population du Québec (7,5 millions), entraînerait le scénario suivant :

8 C 2,6 millions de personnes infectées; 1,4 million de personnes qui pourraient consulter 1,4 million de personnes qui pourraient consulter un professionnel de la santé; un professionnel de la santé; personnes nécessitant une personnes nécessitant une hospitalisation; hospitalisation; possibilités de décès possibilités de décès. Cette première vague pourrait être suivie dune seconde, trois à neuf mois plus tard. Des vagues successives sont possibles : elles dureraient de quelques semaines à quelques mois.

9 C HISTORIQUE DE CAS On a constaté dans le passé quune pandémie se produit trois à quatre fois par siècle. Au cours du siècle dernier, on a connu trois pandémies de grippe à des intervalles compris entre 11 et 44 ans. la « grippe espagnole » H1N1 en ; la « grippe espagnole » H1N1 en ; la « grippe asiatique » H2N2 en ; la « grippe asiatique » H2N2 en ; la « grippe de Hong Kong » H3N2 en la « grippe de Hong Kong » H3N2 en

10 C Lépidémie la plus dévastatrice, en , a entraîné le décès de à personnes au Canada et de 20 à 40 millions à léchelle internationale. Lors des trois dernières pandémies, la hausse la plus remarquable du taux de mortalité sest produite chez les personnes de moins de 60 ans; en , la majorité des décès a touché les personnes âgées de 20 à 40 ans.

11 C LA PÉRIODE DE CONTAGION ET LA SURVIE DU VIRUS Présentement, la contagiosité sétend de 24 heures à sept jours chez ladulte. Cette période peut-être plus longue chez les enfants. Il est raisonnable de croire que le virus survit environ : 5 minutes sur les mains; 5 minutes sur les mains; 8 à 12 heures sur les vêtements; 8 à 12 heures sur les vêtements; Jusquà 48 heures sur les objets inanimés. Jusquà 48 heures sur les objets inanimés. Cependant, certains facteurs peuvent influencer la survie du virus. Parmi ceux-ci ont retrouve : le type de virus de linfluenza, les conditions ambiantes dhumidité et de température ainsi que la présence de liquide.

12 C MODE DE TRANSMISSION DE LINFLUENZA La transmission du virus de linfluenza peut se faire de différentes façons :

13 C Par gouttelettes de sécrétions infectées

14 C Par contact direct de personne à personne

15 C Par contact indirect dobjets ou de surfaces contaminées

16 C Par lexposition des muqueuses

17 C Par percutanée

18 C DIFFÉRENCE ENTRE LA GRIPPE ET LE RHUME Beaucoup de gens confondent le rhume et la grippe. Lun et lautre résultent dune infection virale et leurs symptômes peuvent à première vue, se ressembler. Par contre, comme en témoigne le tableau suivant, lintensité de certains symptômes se manifeste plus fortement lors dune grippe que dun rhume.

19 C SIGNES ET SYMPTÔMESGRIPPERHUME FièvreHabituel, apparition subite de degrés, dure 2-5 jours Rare Maux de têteHabituels et parfois intenseRares Douleurs et courbaturesHabituelles et parfois intenseRares Fatigue intenseQuelques jours pouvant parfois se prolonger Rare Nausées et vomissementsChez les enfants de moins de 6 ansRares LarmoiementRareHabituel Congestion nasale et écoulement du nez RaresHabituels ÉternuementsRaresHabituels Mal de gorgeRareHabituel Douleur thoraciqueHabituelle et parfois intenseParfois, mais de légère à modéré TouxHabituelle, dune durée de deux semaines Habituelle, mais légère à modéré Symptômes de linfluenza versus symptômes du rhume

20 C MESURES PRÉVENTIVES Hygiène des mains Lhygiène des mains est une étape importante dans la prévention de la propagation des maladies infectieuses, y compris la grippe. Elle peut se faire en utilisant du savon et de leau chaude ou des produits dhygiène pour les mains : contenant au moins 60 % à 70 % dalcool contenant au moins 60 % à 70 % dalcool Ou une autre solution désinfectante sans dalcool, mais cette dernière doit être identifiée comme désinfectant, avoir un DIN (identification numérique de médicament attribuée par Santé Canada) et être virucide pour le A (H1N1). Ou une autre solution désinfectante sans dalcool, mais cette dernière doit être identifiée comme désinfectant, avoir un DIN (identification numérique de médicament attribuée par Santé Canada) et être virucide pour le A (H1N1).

21 C MESURES PRÉVENTIVES Hygiène respiratoire Lhygiène respiratoire est un ensemble de gestes à faire afin de limiter la dispersion des micros - organismes lors déternuement, de toux ou de mouchage. Elle consiste à contenir les sécrétions, à utiliser la bonne technique de mouchage et à se laver les mains.

22 C Contenir les sécrétions Avoir des mouchoirs à portée de main. Avoir des mouchoirs à portée de main. Se couvrir le nez et la bouche dun mouchoir à loccasion de toux ou déternuement. Se couvrir le nez et la bouche dun mouchoir à loccasion de toux ou déternuement. En labsence dun mouchoir, tousser ou éternuer dans le pli du coude et non dans les mains, afin déviter la contamination de ces dernières. En labsence dun mouchoir, tousser ou éternuer dans le pli du coude et non dans les mains, afin déviter la contamination de ces dernières.

23 C Technique de mouchage Utiliser suffisamment de mouchoirs de papier pour éviter que les doigts ne touchent aux sécrétions. Utiliser suffisamment de mouchoirs de papier pour éviter que les doigts ne touchent aux sécrétions. Jeter les mouchoirs usagés immédiatement et directement à la poubelle. Jeter les mouchoirs usagés immédiatement et directement à la poubelle. Se laver les mains avec de leau et du savon ou un rince-mains alcoolisé après avoir manipulé des sécrétions respiratoires. Se laver les mains avec de leau et du savon ou un rince-mains alcoolisé après avoir manipulé des sécrétions respiratoires.

24 C RÔLE ET RESPONSABILITÉ Lors du déploiement du plan durgence, il est important que chacun des intervenants et responsables connaisse dune part, son rôle et ses responsabilités et dautre part, connaisse parfaitement le rôle et les responsabilités des autres partenaires internes. Lors du déploiement du plan durgence, il est important que chacun des intervenants et responsables connaisse dune part, son rôle et ses responsabilités et dautre part, connaisse parfaitement le rôle et les responsabilités des autres partenaires internes. Cette parfaite connaissance des rôles mutuels facilitera la prise de décision et accélérera la prise de contrôle de lévénement. Cette parfaite connaissance des rôles mutuels facilitera la prise de décision et accélérera la prise de contrôle de lévénement.

25 C Arbre décisionnel Gouvernement Santé Secteur municipal Petite enfance Éducation (Mels) Plan sectoriel Commissions Scolaires (Plan local) Écoles et centres (CLMU) FCSQ CEGEPUniversité Autres Sécurité civile

26 C Structure dintervention interne

27 C Direction générale La direction générale coordonne lensemble de la réponse durgence de la commission scolaire lors du déclenchement du plan durgence. La direction générale coordonne lensemble de la réponse durgence de la commission scolaire lors du déclenchement du plan durgence. À ce titre, elle sassure que chacune des directions agissant sous sa responsabilité exécute ses mandats en conformité avec les actions attendues énoncées dans le plan d'urgence. À ce titre, elle sassure que chacune des directions agissant sous sa responsabilité exécute ses mandats en conformité avec les actions attendues énoncées dans le plan d'urgence. Elle valide et autorise linformation devant être diffusée à lextérieur de lorganisation. Elle agit à titre de porte-parole officielle auprès des différentes instances extérieures. Elle valide et autorise linformation devant être diffusée à lextérieur de lorganisation. Elle agit à titre de porte-parole officielle auprès des différentes instances extérieures. Elle détermine les stratégies à adopter face aux événements impromptus. Elle détermine les stratégies à adopter face aux événements impromptus. Elle sassure que les ressources humaines et matérielles sont déployées selon les besoins et les circonstances. Elle sassure que les ressources humaines et matérielles sont déployées selon les besoins et les circonstances.

28 C Secrétariat général Le secrétariat général assure la gestion du service des communications de lorganisation, et à ce titre, il voit à lapplication du plan de communication. Le secrétariat général assure la gestion du service des communications de lorganisation, et à ce titre, il voit à lapplication du plan de communication.

29 C Responsable des mesures durgence Le rôle du responsable des mesures durgence est danalyser avec la direction de létablissement quel impact le sinistre appréhendé ou réel peut avoir sur les personnes, les actifs et le fonctionnement de la commission scolaire. Le rôle du responsable des mesures durgence est danalyser avec la direction de létablissement quel impact le sinistre appréhendé ou réel peut avoir sur les personnes, les actifs et le fonctionnement de la commission scolaire. Il apporte un support à la direction de létablissement sinistré. Il apporte un support à la direction de létablissement sinistré. Il dirige les opérations durgence en collaboration avec les partenaires extérieurs. Il assure le lien entre le site du sinistre et le centre de coordination durgence. Il dirige les opérations dintervention si nécessaire. Il dirige les opérations durgence en collaboration avec les partenaires extérieurs. Il assure le lien entre le site du sinistre et le centre de coordination durgence. Il dirige les opérations dintervention si nécessaire. Il sassure que le déploiement des ressources et la réaction de létablissement soient conformes aux plans d'intervention spécifique en vigueur. Il sassure que le déploiement des ressources et la réaction de létablissement soient conformes aux plans d'intervention spécifique en vigueur. Il agit à titre de représentant officiel de la commission scolaire auprès des services de sécurité publique ainsi quauprès des organisations municipales de sécurité civile. Il agit à titre de représentant officiel de la commission scolaire auprès des services de sécurité publique ainsi quauprès des organisations municipales de sécurité civile.

30 C Direction de létablissement La direction de létablissement est la première personne responsable des relations avec la population étudiante. La direction de létablissement est la première personne responsable des relations avec la population étudiante. Sa responsabilité principale en situation de sinistre consiste à assurer localement le leadership lors dune situation de sinistre. Sa responsabilité principale en situation de sinistre consiste à assurer localement le leadership lors dune situation de sinistre. Elle consiste également à sassurer que tous les moyens sont déployés afin de contrer les impacts du sinistre sur les occupants et sur létablissement. Elle consiste également à sassurer que tous les moyens sont déployés afin de contrer les impacts du sinistre sur les occupants et sur létablissement.

31 C Membres du CLMU Les membres du comité local des mesures durgence ont comme principal mandat de supporter la direction de létablissement lors de lapplication du plan de mesures en cas durgence. Ce mandat consiste également à anticiper les besoins et les actions de reprise des activités après le sinistre. Les membres du comité local des mesures durgence ont comme principal mandat de supporter la direction de létablissement lors de lapplication du plan de mesures en cas durgence. Ce mandat consiste également à anticiper les besoins et les actions de reprise des activités après le sinistre.

32 C RÔLE DES INTERVENANTS EXTERNES Le plan d'urgence de la commission scolaire prévoit à la section 5 les rôles et responsabilités de ces intervenants ainsi que les mécanismes d'arrimage avec ces ressources. De manière plus spécifique, selon la nature du sinistre, les services suivants sont susceptibles dêtre appelés à intervenir : Le CAUREQ; Le CAUREQ; Le Service de police; Le Service de police; Le Service des incendies; Le Service des incendies; Le Service ambulancier; Le Service ambulancier; Le transporteur scolaire; Le transporteur scolaire; Un représentant du CLSC; Un représentant du CLSC;

33 C COMMUNICATIONS Lexpérience antérieure a démontré que labsence dactivités de communication a souvent contribué au développement de crises majeures au sein dorganisations victimes dun sinistre. La mise en place rapide dactivités de communication interne et externe est primordiale dans la gestion dun événement. Elle permet de rassurer et dinformer correctement les clientèles cibles de létablissement sur lévénement en cours. Elle contribue à rassurer les employés, les élèves et leurs parents et limite les risques de désinformation.

34 C RÈGLES DE BASE EN COMMUNICATION Pourquoi communiquer? Pour contrôler son message Pour contrôler son message Pour contrôler son image corporative Pour contrôler son image corporative Pour limiter le risque de dérapage et éviter une situation de crise Pour limiter le risque de dérapage et éviter une situation de crise

35 C À qui communiquer? Les employés Les employés Les parents Les parents Les élèves Les élèves La clientèle externe (location de locaux, etc.) La clientèle externe (location de locaux, etc.) Le public Le public Les médias Les médias

36 C Quand communiquer ? Le plus tôt possible Le plus tôt possible Le plus régulièrement possible Le plus régulièrement possible

37 C Comment communiquer? Par la mise en place des premiers gestes tels que : Évaluer la situation Évaluer la situation Prendre pied rapidement sur le terrain des communications Prendre pied rapidement sur le terrain des communications Établir les règles du jeu Établir les règles du jeu Effectuer la rétro-information Effectuer la rétro-information

38 C Quoi communiquer? L'état de la situation L'état de la situation Les mesures prises Les mesures prises Les grandes lignes du plan de mesures d'urgence et de maintien des activités Les grandes lignes du plan de mesures d'urgence et de maintien des activités

39 C Qui communique? La direction générale de la Commission scolaire La direction générale de la Commission scolaire Ou un représentant désigné par la direction générale. Ou un représentant désigné par la direction générale.

40 C LES IMPACTS PSYCHOSOCIAUX En situation de pandémie… Sentiment dinquiétude Sentiment dinquiétude Niveau de stress élevé Niveau de stress élevé Perturbations majeures Perturbations majeures Situations de crise Situations de crise Désorganisation sociale Désorganisation sociale

41 C Les impacts La pandémie va affecter lindividu dans plusieurs aspects de sa vie : Son intégrité physique Son intégrité physique Ses pensées et ses émotions Ses pensées et ses émotions Ses rapports avec sa famille, ses amis, son travail, son milieu de vie. Ses rapports avec sa famille, ses amis, son travail, son milieu de vie.

42 C Les impacts prévisibles Lhumain est la source du danger Lhumain est la source du danger Il y a possibilité dexclusion plus importante Il y a possibilité dexclusion plus importante Le réseau de support naturel peut seffriter Le réseau de support naturel peut seffriter Le retrait et lisolement peuvent augmenter Le retrait et lisolement peuvent augmenter

43 C Les personnes, selon leur situation, pourraient vivre… Du stress, de lanxiété ou de la détresse Du stress, de lanxiété ou de la détresse De la colère et de lagressivité De la colère et de lagressivité De la déprime De la déprime Un deuil Un deuil De la fatigue ou de lépuisement De la fatigue ou de lépuisement Le sentiment de devoir prendre soins de Le sentiment de devoir prendre soins de ses proches ses proches

44 C LES SIGNES DE DÉTRESSE PSYCHOLOGIQUE Sur le plan du comportement Sautes d'humeur, agressivité, impatience Sautes d'humeur, agressivité, impatience Isolement Isolement Crises de larmes Crises de larmes Difficultés à organiser ses tâches Difficultés à organiser ses tâches Retards Retards Plaintes relativement au rythme de travail dun collègue Plaintes relativement au rythme de travail dun collègue Tenue négligée Tenue négligée

45 C LES SIGNES DE DÉTRESSE PSYCHOLOGIQUE Sur le plan des émotions Irritabilité, colère Irritabilité, colère Anxiété Anxiété Sentiments dépressifs Sentiments dépressifs Excitabilité Excitabilité Humeur changeante Humeur changeante

46 C LES SIGNES DE DÉTRESSE PSYCHOLOGIQUE Sur le plan des pensées Difficultés à prendre des décisions Difficultés à prendre des décisions Oublis, problèmes de concentration et dattention Oublis, problèmes de concentration et dattention Idées pessimistes Idées pessimistes Méfiance Méfiance Erreur de jugement Erreur de jugement

47 C LES SIGNES DE DÉTRESSE PSYCHOLOGIQUE Sur le plan physique Plaintes concernant la fatigue ou la nervosité Plaintes concernant la fatigue ou la nervosité Plaintes concernant les maux de dos, de tête ou des tensions musculaires Plaintes concernant les maux de dos, de tête ou des tensions musculaires Plaintes pour des sensations de lourdeur dans la poitrine ou lestomac Plaintes pour des sensations de lourdeur dans la poitrine ou lestomac Plaintes concernant linsomnie Plaintes concernant linsomnie

48 C DES STRATÉGIES POUR PRÉSERVER SON BIEN-ÊTRE Je minforme (site de Pandémie Québec) Je minforme (site de Pandémie Québec) Je morganise Je morganise Je prends soin de moi Je prends soin de moi

49 C STRATÉGIES DE PRÉVENTION Prévenir la détresse psychologique chez le personnel (être attentif, ne pas céder à la panique, écouter, rassurer) Prévenir la détresse psychologique chez le personnel (être attentif, ne pas céder à la panique, écouter, rassurer) Assurer une vigilance face au personnel Assurer une vigilance face au personnel Mettre en place des services pour venir en aide au personnel et à la population étudiante (Équipe des services complémentaires, les équipes de postvention, le programme daide au personnel, le programme Prêt et offrir des sessions dinformation et de formation) Mettre en place des services pour venir en aide au personnel et à la population étudiante (Équipe des services complémentaires, les équipes de postvention, le programme daide au personnel, le programme Prêt et offrir des sessions dinformation et de formation) Appuyer le personnel Appuyer le personnel


Télécharger ppt "2009-10-06-C PANDÉMIE DINFLUENZA A (H1N1) 2009-2010."

Présentations similaires


Annonces Google