La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les grands principes religieux et rites funéraires Croix-Rouge Française UE 4. 7. S5 les grands principes religieux et rites funéraires.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les grands principes religieux et rites funéraires Croix-Rouge Française UE 4. 7. S5 les grands principes religieux et rites funéraires."— Transcription de la présentation:

1 Les grands principes religieux et rites funéraires Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

2 Plan Introduction Limage de la mort selon les cultures Les soins palliatifs La religion Le catholicisme Historique Présentation Les règles ou préceptes religieuses Lalimentation La signification de la douleur : Lattitude des catholiques face à des questions de santé : LInterruption Volontaire de Grossesse et la contraception: Le prélèvement dorgane : Leuthanasie : Les rites funéraires Le protestantisme Le judaïsme Lislam Conclusion Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

3 « La réponse pratique nest pas de connaître en détails linfinité des cultures, mais dêtre au courant de ses variétés et de la manière dont elles peuvent affecter les pratiques de santé » Dr Irving Kenneth Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

4 Introduction (1/2) Face à la personne souffrante tout soignant va réagir avec sa propre culture, sa propre façon de comprendre le monde et avec sa manière de se représenter le bon, le bien et le juste. Chaque geste et chaque agir à la base de tous les soins vont mettre en jeu une relation entre deux êtres. VIRGINIA HENDERSON précise « quagir selon ses croyances et ses valeurs est la nécessité pour tout individu de poser des gestes, des actes conformes à sa position personnelle du bien et du mal et du mal » et de plus que «les êtres humains interagissent continuellement avec les autres en apportant dans cette relation leur expérience de vie, leurs croyances et leurs valeurs ». Elle démontre à travers ses paroles que tout est interaction… Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

5 Introduction (2/2) Lon sait que toute maladie entraîne une réorganisation des liens entre lindividu, son entourage et la société. Ce réinvestissement dans le domaine religieux peut rassurer le patient et donner une nouvelle signification à sa maladie et à sa vie. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

6 Limage de la mort selon les cultures Aucune société ne néglige la mort ou les morts. Depuis le paléolithique, les êtres humains soccupent de leurs morts. La signification et la symbolique de la mort sont différentes selon les cultures et ont évolué au cours du temps et de lhistoire. Dans bien des cas, cest la personne du mort qui occupe une place centrale dans les représentations et les rites. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

7 Les soins palliatifs Les soins palliatifs ont été officiellement introduit par la circulaire Laroque de 1986 « relative à lorganisation et à laccompagnement des malades en phase terminale ». Depuis 1991, « ces soins font partie des missions de lhôpital et leur accès est présenté comme un droit des malades ». Les soins palliatifs ont pour mission d'améliorer la qualité de fin de vie des patients par une prise en charge pluridisciplinaire. Ils ont pour objet une prise en charge de la personne malade, tant sur un plan médical que dans l'accompagnement des difficultés psychologiques, du malade et de sa famille. Les autres aspects, notamment religieux, spirituels, ou même sociaux, sont pris en compte. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

8 La religion On peut définir la religion par la croyance en Dieu, par les rites par les institutions (les églises, sectes…), voire par les lieux et les objets sacrés. La religion est un ensemble de représentations dêtres ou de forces surnaturelles, une morale avec ses interdits et ses prescriptions, ses valeurs et ses tabous, des rituels et des cérémonies, ses prières et ses objets de culte. La religion entraîne, aussi, la division du monde en deux domaines comprenant, lun ce qui est sacré, lautre tout ce qui est profane. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

9 La mort est la dernière étape de la vie, certains rites et pratiques religieuses sont à respecter pour permettre à lentourage de les accompagner au mieux dans cette période quest le début du deuil. La toilette funéraire est un des moments importants à respecter dans les différentes religions. Cest pourquoi, nous allons aborder cela maintenant. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

10 Le catholicisme (1/3) Les religions chrétiennes (Catholicisme, protestantisme, orthodoxie) viennent de lenseignement de Jésus, juif devenu Christ par le baptême administré par Jean. Lalimentation : Il nexiste pas dinterdits alimentaires. La signification de la douleur : Les plus hautes autorités de léglise ont toujours invité à lutter contre la souffrance. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

11 Le catholicisme (2/3) Lattitude des catholiques face à des questions de santé : LInterruption Volontaire de Grossesse et la contraception: lavortement est interdit. Seules sont admises les méthodes naturelles de contraception. Le prélèvement dorgane : Jean-Paul II indique clairement la position favorable de léglise catholique. Léglise catholique reconnaît la transplantation dorganes comme un acte damour et de solidarité dans la souffrance dautrui. Leuthanasie est totalement condamnée. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

12 Le catholicisme (3/3) Si possible, il faut prévenir laumônier quand le malade est encore lucide. Le Saint-Sacrement (autrefois appelé extrême-onction) peut être demandé par la famille ou le patient lui-même (afin de permettre la communion). Après le décès, lors de la toilette, on peut : Croiser les doigts du défunt sur la poitrine. Placer un chapelet ou une petite croix. La veillée auprès du défunt est aussi un moment important qui précède la messe des funérailles. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

13 Le protestantisme (1/3) En 1517 à Wittenberg, un moine allemand nommé Martin Luther lance un débat avec 95 thèses qui contestent lexistence et labus dans léglise catholique des indulgences. Calvin (français) avec ses théories influencera la seconde vague de la réforme. Lalimentation : Ni interdits alimentaires ni de jeun. La signification de la douleur : Dès que la douleur risque d « aliéner » la personnalité, daltérer ses relations personnelles, sociales et spirituelles, la question se pose à la personne souffrante du sens de son existence plutôt que du sens de sa douleur. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

14 Le protestantisme (2/3) Lattitude des protestants face aux questions de santé : LInterruption Volontaire de Grossesse et la contraception : LIVG relève de la responsabilité personnelle. Le prélèvement dorgane : Léglise protestante noppose aucune objection aux prélèvements dorganes à condition que cela ne fasse pas lobjet dune transaction ni daucun commerce. Leuthanasie : est refusée car lhomme ne peut se prévaloir de la maîtrise de la mort. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

15 Le protestantisme (3/3) Lon peut appeler le pasteur afin que les membres de la famille et le patient puissent prier ensemble. Insistant sur la non sacralité de la dépouille : le corps nest lobjet daucune prière, ni bénédiction. Une liturgie très courte est prévue au moment de la levée du corps et de la mise en bière : Dans la chambre ardente, il faut éviter tout ornement funèbre autre quune simple croix nue ou une croix huguenote. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

16 Le judaïsme (1/3) Les Juifs se réfèrent exclusivement à la Torah. Elle impose une façon de vivre selon la Halakha. Lalimentation: Le judaïsme attache une grande importance au régime alimentaire qui comporte un grand nombre de prescriptions édictée par la Torah. La signification de la douleur : Lutter contre la douleur est un devoir religieux. Même si la douleur a un sens et une signification comme celle dune épreuve. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

17 Le judaïsme (2/3) Lattitude du judaïsme face aux questions de santé : LInterruption Volontaire de Grossesse et la contraception: LIVG nest absolument pas exclu avant quatre semaines de grossesse. Pour la contraception, elle est autorisée dans certains cas. Le prélèvement dorgane : la torah dit « Quand quelquun sauve une seule personne (…) cest comme sil sauvait le monde entier ». Mais en même temps, la tradition réclame que le corps reste entier pour être enterré. Et que tout organe séparé du corps devient impure. Leuthanasie est condamnée. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

18 Le judaïsme (3/3) « Celui qui néglige un malade est pour ainsi dire coupable de sa mort ». Il est donc impératif daviser la famille dès le début de lagonie. Les derniers mots que le patient Juif désire dire et entendre sont ceux de sa profession de foi juive : « Ecoute Israël, lEternel est notre Dieu, lEternel est un ». Pour la toilette mortuaire, il faut appeler le consistoire qui la fera en labsence de la famille. Elle sert à purifier le mort. Le corps et le visage sont recouverts afin de garder une image vivante du défunt. Il faut faciliter laccès des familles pour la lecture des psaumes auprès du défunt et la présence dun minimum de 10 personnes du sexe masculin est le plus souvent requise. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

19 Lislam (1/4) Vers 610, à la Mecque, MAHOMET reçoit la révélation de convertir son peuple à ladoration dun Dieu unique, ALLAH. Lalimentation : Le musulman ne mange pas de viande provenant de bêtes défendues ou tuées dune manière non conforme aux lois islamiques. Pendant le Ramadam, les malades, les personnes âgées affaiblies, les femmes enceintes, les femmes ayant leurs règles en sont dispensés. La signification de la douleur : Dans la tradition islamique toute maladie est envoyée par DIEU. Mais, « il nest pas de maladie envoyée sans que son remède soit également prévu par la puissance divine ». Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

20 Lislam (2/4) Lattitude de lislam face aux questions de santé : LInterruption Volontaire de Grossesse et la contraception : Lavortement est condamné. Quant à la contraception, il ny a pas dobstacle strictement religieux. Le prélèvement dorgane : la religion sappuie sur la réalité de la mort et lintégrité corporelle. La loi islamique interdit la mutilation ou la crémation de la dépouille et préconise un enterrement rapide. De plus certains éléments psychiques rattachés au corps ne sont dissous que par des rites funéraires. Donc, toutes mutilations peuvent être vécues comme une profanation. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

21 Lislam (3/4) Malgré tout le prélèvement dorgane et le don ne sont pas interdits par les autorités religieuses, ceux-ci sont même autorisés depuis Dailleurs, Dalil Boubakeur, recteur de l'Institut musulman de la grande mosquée de Paris, explique ainsi que « pour ce qui est du don, la réflexion musulmane était au départ empreinte de grandes réticences mais aujourd'hui les bioéthiciens de l'Islam considèrent que c'est un acte de charité au bénéfice de la vie d'un autre être humain. C'est véritablement un don de vie. ». Leuthanasie est interdite car « il est interdit de se faire mal ou den causer aux autres ». Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

22 Lislam (4/4) Le mourant est assisté par ses proches pour fortifier sa foi et laider à ne pas perdre espoir. La toilette rituelle et la préparation du corps doivent être effectuées par la famille qui fait appel à lautorité islamique. Le corps est lavé sept fois. Le corps est enveloppé dans un linceul, les bras le long du corps (ne jamais croiser les mains) et le visage reste apparent. Lors de linhumation, le visage est dirigé vers la Mecque dans un linceul blanc et directement mis en terre, sans cercueil. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires

23 Conclusion A travers ce cours, nous observons que lhomme en interaction permanente avec son environnement. Que la maladie est un processus dynamique qui entraîne la recherche dune explication et linstauration de nouvelles normes de vie, un remaniement psychique et parfois un réinvestissement de la vie religieuse surtout en fin de vie. On peut noter que pour lensemble des religions, la vie terrestre nest quun passage vers une autre vie, la mort permettant le passage de lune à lautre, doù la ritualisation de la mort afin de préparer au mieux, voir accompagner le défunt vers lau-delà. Cest pourquoi, il est important de connaître aux mieux ces différentes règles. Croix-Rouge Française UE S5 les grands principes religieux et rites funéraires


Télécharger ppt "Les grands principes religieux et rites funéraires Croix-Rouge Française UE 4. 7. S5 les grands principes religieux et rites funéraires."

Présentations similaires


Annonces Google