La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La rétine de poisson: un site de plasticité neuronale privilégié. Jean-Pierre Raynauld 6 Octobre 2006 Institut des Neurosciences de Bordeaux.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La rétine de poisson: un site de plasticité neuronale privilégié. Jean-Pierre Raynauld 6 Octobre 2006 Institut des Neurosciences de Bordeaux."— Transcription de la présentation:

1 La rétine de poisson: un site de plasticité neuronale privilégié. Jean-Pierre Raynauld 6 Octobre 2006 Institut des Neurosciences de Bordeaux

2 Le héro de cette histoire: Le poisson rouge

3 Le cahier de charges pour le site de plasticité idéal: 1-situation physiologique. 2-observation des plusieurs synapses ayant la même fonction. 3- une plasticité facilement observable dans ses aspects électrophysiologiques, anatomiques et biochimiques. 4-existence de contrôles.

4 La rétine selon Cajal Un important point à noter est la stratification des connexions synaptiques dans deux couches plexiformes. Le plexiforme externe étant plus mince que le plexiforme interne.

5 La rétine de poisson rouge: gracieuseté de Valentin Parthe IVIC, Caracas, Venezuela (mouvements mécaniques des segments externes lors de ladaptation)

6 Une donnée spectaculaire dans lélectrophysiologie de la rétine de poisson. Gunnar Svaetichin, IVIC, Caracas, Venezuela (1958) Enrégistrements dans des cellules horizontales. Lexistence de cellules antagonistes-couleurs

7 Cellule ganglionnaire: EF McNichol et al, (1960) Cellule ganglionaire également antagoniste « couleurs »

8 Dans une rétine duplex, il ny a pas de cellules ganglionnaires uniquement connectées aux bâtonnets. Toutes ont des inputs des cônes et des bâtonnets.

9 Si une telle cellule doublement opposée aux couleurs possédait un input des bâtonnets, une série de questions se posaient: 1- linput des bâtonnets avait-il le même effet que celui des cônes rouges? 2- linput des bâtonnets avait-il le même effet que celui des cônes verts? 3-leffet des bâtonnets était-il similaire dune cellule ganglionnaire à lautre? NB- Ces questions attendaient une réponse depuis 10 ans!

10 La réponse est que les bâtonnets ont toujours un effet du même signe que les cônes rouges JP Raynauld, Science 1972.

11 Inputs spectraux dune cellule « ON » à lobscurité qui devient « On » au rouge et « Off » au vert après une période dadaptation

12

13 En absence de ce circuit entre le signal des cônes et celui des bâtonnets, le modèle de Hubel et Wiesel ne tiendrait pas. Double opponent cell

14 Surprise lors de lenregistrement dans létat dadaptation à lobscurité ! La réponse de cônes est absente !

15

16 En 1973 H.J. Wagner publiait dans la revue Nature une lettre faisant part de la disparition des rubans synaptiques la nuit dans les pédicules de cônes chez Nannacara Anomala. Nature (London) New Biology 246,53 (1973). Lors dune collaboration initiale, il a semblé que le même phénomène était observable chez le poisson rouge.

17 Rétine adaptée à la lumière (Goldfish) Les rubans synaptiques sont « pleine longueur »

18 Rétine adaptée à lobscurité Les rubans synaptiques paraissent raccourcis

19 Il fut alors décider dobserver le comportement des cellules ganglionnaires lors de ladaptation à lobscurité et de tenter disoler les rétines dans létat dadaptation à la lumière. A cause des mouvements mécaniques des cônes et des bâtonnets lors de ladaptation, si les segments externes des bâtonnets étaient coupés et seuls les cônes seraient fonctionnels. Les résultats furent surprenant.

20

21 Cellule ganglionnaire « Off » au rouge et « On » au vert perdant son antagonisme couleur suite à une période dune heure dadaptation à lobscurité. Cependant le signal provient toujours des cônes.

22 La longue latence de la réponse « Off » indique la présence dun input des bâtonnets chez cette cellule. Notez que la polarité « Off » est la même que celle produite par les cônes rouges.

23 Suite à la présence dune lumière ambiante, les réponses antagonistes couleurs réapparaissent. A 10:18 pm, notez la réponse « Off » à courte latence à toutes les intensités pour des stimuli à 710 nm..

24 Lors de ma formation en biophysique à lUniversité Johns Hopkins, javais fait un court projet en microscopie électronique. Jai donc tenté de reproduire les résultats de Wagner, i.e. la disparition des rubans synaptiques de cônes la nuit. Résultats négatifs. Lors dune collaboration avec Wagner et Laviollette, nous avons produit les résultats suivant: Raynauld et al. Science 1979

25 Pédicule de cône dans une rétine adaptée à la lumière Notez la présence de densités « d » dans le voisinage des rubans synaptiques « sr »

26 Pédicule dans une rétine adaptée à lobscurité Les densités « d » ont disparues! Les rubans synaptiques « sr » sont toujours là.

27 Étant donné que les modifications anatomiques se produisaient dans les cellules horizontales, il fallait faire des enregistrements de longue durée dans ce type de cellules. Lors dune année sabbatique, je suis donc allé chez Gordon Fain au Jules Stein Eye Institute à UCLA pour faire ces enregistrements. Dans cette préparation, la stabilité nest pas très bonne et il est difficile denregistrer sur une période supérieure à 20 minutes. Nous avons cependant obtenu un enregistrement exceptionnel:

28 Réponse dune cellule horizontale opposée aux couleurs. Le tracé supérieur indique un stimulus rouge au milieu dun stimulus vert indiqué par le tracé inférieur.

29 Lobscurité fut faite et le tracé arrêté. Trente-cinq minutes plus tard la cellule sétait hyperpolarisée de 15 mV.

30 La même configuration de stimuli produisait maintenant une réponse différente: lantagonisme « couleurs » avait disparu!

31 La répétition des stimuli et la présence dune lumière ambiante produisent un effet dramatique Lantagonisme « couleurs » revient!

32 A droite, les réponses se superposent bien alors quune période denviron une heure sépare les paires de stimuli.

33 Cet enregistrement montre un potentiel de membrane critique dans les cellules horizontales, potentiel au dessus du quel la réponse devient « antagoniste couleurs » Des canaux différents opèrent-ils au dessus et au dessus de ce voltage critique? Que représente la croissance des spinules? Si nous avons ici le substratum de la trace mémonique, est-ce le passage de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme?

34 Premier enregistrements des cellules horizontales Gunnar Svaetichin, IVIC, Caracas, Venezuela

35 Il y a cependant un problème de synchronisation entre le phénomène électrique et les observations anatomiques. Les spinules prennent environ 30 minutes pour croitre à leur dimension maximum dans une rétine à 20 °C.

36 Quel est le futur de la rétine de poisson comme modèle de plasticité neuronale? Très bon 1- la situation est entièrement physiologique en opposition avec les tranches de cerveau, 2- linput est la lumière facilement variable en intensité, en couleur et en géométrie, 3- le synapse impliqué secrète du glutamate, 4-cest le premier synapse dans la rétine, 5-lors de section tangentielle, on peut observer des centaines de synapses ayant la même fonction, 6-lœil opposé peut servir de contrôle lors de manipulation biochimique, 7-un contrôle existe dans une même rétine car les sphérules de bâtonnets ne montrent le phénomène.

37 Quelles sont les avenues prometteuses pour ce modèle de plasticité ? 1- lidentification moléculaire des spinules, 2-la mesure du Q 10 de cette plasticité, le poisson tolère très bien des températures allant de 5°C à 30°C. 3-la mesure de la courbe dapprentissage de la discrimination des couleurs en fonction de la température, 4-lutilisation du Zebrafish.

38 Localisation de la molécule « caldendrin » dans les spinules. Schultz et al., J. Comp. Neurol.,479,84-93,2004

39 Localisation de la kinase II, également dans les spinules. Schultz et al., J. Comp. Neurol., 479, 84-93, 2004

40 Données intéressantes sur « Zebrafish » 1- Zebrafish a des spinules dans les pédicules de cones., 2-les spinules apparaissent à 5 dph (days post hatching), 3-Des molécules impliquées dans la structure des synapses telles que CaMKII et caldendrin marquées au GFP peuvent être exprimées chez ce poisson. 4-La possibilité de voir avec un microscope à deux photons la croissance des spinules. 5-Un « Zebrafish microarray » est disponible permettant dautres expériences.

41 Pour plus de détails, visitez ma page Web où vous pouvez télécharger cette présentation.


Télécharger ppt "La rétine de poisson: un site de plasticité neuronale privilégié. Jean-Pierre Raynauld 6 Octobre 2006 Institut des Neurosciences de Bordeaux."

Présentations similaires


Annonces Google