La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 1 REPUBLIQUE DE GUINEE SEMINAIRE SUR LA STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE DU TOGO Lomé, Octobre 2001.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 1 REPUBLIQUE DE GUINEE SEMINAIRE SUR LA STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE DU TOGO Lomé, Octobre 2001."— Transcription de la présentation:

1 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 1 REPUBLIQUE DE GUINEE SEMINAIRE SUR LA STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE DU TOGO Lomé, Octobre 2001 PRESENTATION DE LEBAUCHE DE LA STRATEGIE GUINENNE

2 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 2 Concept et dimensions de la pauvreté Avant darriver à lanalyse du phénomène, de ses déterminants et des conditions de sa réduction, les interrogations ont porté dabord sur la définition du concept de pauvreté. La perception retenue ici est celle découlant des résultats des consultations de Mars Elle correspond aux différentes manifestations de la pauvreté dans la vie quotidienne des populations. Ainsi, le concept de pauvreté recouvre plusieurs aspects, certains quantitatifs et dautres qualitatifs, tous affectant lépanouissement et le bien-être de lindividu. La faiblesse et linstabilité du revenu, laccès limité à la santé, à léducation et à leau potable sont au nombre des principales manifestations ou dimensions de la pauvreté.

3 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 3 Niveau de la pauvreté en Guinée Selon lEIBC 94/95, 40% de la population vivent en dessous du seuil absolu de la pauvreté (revenu minimum pour satisfaire les besoins essentiels). Laccès aux services sociaux de base pourrait être apprécié à travers les indicateurs ci-après:.En Guinée, le taux dalphabétisation des personnes de 15 ans ou plus sélevait à 25% en 1996, contre 58,5% dans la sous-région Afrique au sud du Sahara,,.Le taux daccès à leau potable était de 49% en 1999, contre 46% dans la sous-région,.Le taux de mortalité infanto-juvénile était de 177 en 1999, contre 172 dans la sous-région.

4 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 4 Les pauvres: qui sont-ils et où se trouvent-ils? La pauvreté affecte lensemble des régions et des différentes catégories socioprofessionnelles. Cependant, au regard des statistiques disponibles, lincidence de la pauvreté demeure plus forte :.dans les zones rurales (2 fois plus élevée en milieu rural quen milieu urbain et 7,8 fois plus élevée quà Conakry).dans les régions de la Haute et de la Moyenne Guinée (62 et 51% respectivement, sur la base des dépenses de consommation).parmi les populations des couches vulnérables, notamment les femmes et les personnes handicapées etc. (selon les données du recensement de 1996, seulement 15% des femmes de 15 ans ou plus étaient alphabétisées, contre 37% pour les hommes)

5 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 5 Quels sont les déterminants de la pauvreté? Un large volet des consultations de Mars 2000 a été consacré à cette question. Dans leurs réponses, les populations à la base ont mis en avant :.le faible niveau des investissements,.la qualité insuffisante de la gestion des ressources publiques.les inégalités dans laccès aux ressources,.la faible harmonisation des actions de développement et limplication limitée des bénéficiaires dans leur gestion.la persistance dobstacles dordre institutionnel, juridique et humain pour le développement de linitiative privée,.l exclusion des personnes handicapées,.les pratiques de la rente et de l usure,.etc..

6 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 6 Sur cette base, un nouveau cadre stratégique a été élaboré. Il vise à mobiliser et à canaliser lensemble des ressources, internes et externes, vers les objectifs essentiels de réduction de la pauvreté. Il assure la synergie entre la politique nationale et les politiques sectorielles, et offre un cadre global et cohérent des différentes interventions pour le développement national et la lutte contre la pauvreté.

7 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 7 Les orientations stratégiques pour la réduction de la pauvreté Objectif général: offrir des conditions de vie meilleures aux populations, notamment aux populations pauvres. Orientations stratégiques: 1Accélération de la croissance économique et opportunités de revenus aux pauvres, 2Développement et accès équitable aux services sociaux de base, et 3Amélioration de la gouvernance et renforcement des capacités institutionnelles et humaines.

8 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 8 1.Renforcement de la croissance A. Assurer un cadre macro-économique et financier stable et viable:.Politique budgétaire (renforcement de la mobilisation des recettes, allocation des ressources selon les priorités, décentralisation et déconcentration des ressources, diffusion de linformation sur la gestion budgétaire)..Politiques monétaire, financière et de change (contrôle de la masse monétaire par lutilisation des moyens indirects, assainissement du système bancaire, renforcement et institutionnalisation des structures de la microfinance etc.).Gestion de la dette extérieur (négociation pour un allégement substantiel du service de la dette / pour les nouveaux financements, rechercher des conditions très largement concessionnels)..Intégration sous-régionale (sattacher à la réalisation des conditions pour la création d une zone monétaire unique en Afrique de l Ouest, grâce à une gestion économique et financière rigoureuse etc.)

9 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 9 Renforcement de la croissance (suite) B. Appuyer les principaux secteurs porteurs de croissance, avec de larges opportunités d emplois et de revenus aux pauvres.Secteur rural (parce que la pauvreté est plus aiguë en milieu rural, le potentiel de développement est important, et le secteur plus accessible aux pauvres). Développer les infrastructures pistes rurales, bas fonds, débarcadères etc..). Promouvoir lutilisation des techniques améliorées et intrants. Appuyer et promouvoir les organisations professionnels ou paysannes. Appuyer le développement des filières délevages améliorés ou sémi-intensifs. Assurer la meilleure gestion des ressources naturelles.Secteur minier. Assurer la promotion des méga-projets auprès des investisseurs privés. Soutenir la remontée de la filière bauxite-alumine-aluminium en vue d une plus grande valeur ajoutée nationale. Promouvoir lexploitation artisanale, avec un plus grand impact sur le développement local, grâce à l'implication des structures décentralisées

10 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 10 Renforcement de la croissance (suite).PME/PMI : promouvoir le développement des PME/PMI et la création demplois: formation professionnel et sur lentrepreunariat,),.Réformes du secteur des entreprises publiques. Mettre en œuvre la stratégie de réformes déjà adopté par le Gouvernement (restructuration, privatisation / liquidation dentreprises publiques), dans le but de promouvoir des services publics performants et compétitifs,. Mettre en place le plan social prévu pour alléger les conséquences sociales des réformes..Infrastructures de base. poursuivre le développement des infrastructures,. poursuivre les réflexions sur le cadre régulatoire en vue dune plus large participation du privé,. impliquer les populations et les usagers dans la réalisation, la réhabilitation et lentretien des infrastructures routières,. étudier les possibilités dune plus large accessibilité aux services, en tenant compte des capacités financières des populations

11 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP Développement et accès aux services sociaux de base Poursuivre le développement des infrastructures scolaires, sanitaires, hydrauliques, en assurant leur meilleure répartition sur le territoire national, en tenant compte des inégalités entre différentes zones du pays, Améliorer la qualité des services (meilleure provision en ressources humaines, en matériels de fonctionnement, décentralisation de la gestion des ressources, une plus grande implication des bénéficiaires) Améliorer laccès aux services pour les plus pauvres :. Suppression de tous les frais scolaires directs au niveau primaire. Extension du paquet minimum de services de santé à tous les niveaux,. Subventions de fonctionnement aux établissements de soins,. Développement de services de santé à base communautaire, en prolongement des services des structures sanitaires, etc. Poursuivre le développement des infrastructures routières, énergétiques et de télécommunications, notamment en milieu rural et péri-urbain Développement de laction sociale en faveur des couches en difficultés (malades du SIDA, personnes handicapées, enfants en situation difficile, les toxicomanes etc.).

12 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP Amélioration de la gouvernance et des capacités institutionnelles Meilleure allocation et transparence dans la gestion des ressources publiques:.CDMT et secteurs prioritaires (allocations des ressources selon les priorités définies),.Renforcement du pouvoir financier des collectivités décentralisées et des structures déconcentréés.Amélioration de la qualité de la dépense publique par la transparence dans la gestion et la décentralisation budgétaire pour de meilleures prestations de services publics à la base.Élargissement de lapplication du Code des marchés publics aux entreprises publiques et aux services déconcentrés,.Audit des marchés publics dune certaine taille, Processus participatif et renforcement des capacités institutionnelles et humaines:.Processus participatif et responsabilisation des bénéficiaires.Renforcement des capacités judiciaires.Qualification des ressources humaines en adéquation avec les capacités institutionnelles.

13 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 13 Amélioration de la gouvernance et des capacités institutionnelles (Suite) Lutte contre la corruption. Réalisation denquêtes pour déterminer létendue et les différentes formes de corruption ainsi que les mécanismes permettant de contrôler le phénomène,. Élaboration et mise en œuvre dun plan dactions contre la corruption. Réformes judicicaires. Harmonisation de la législation commerciale et des systèmes dinformation sur les affaires avec les meilleures pratiques dans la sous-région, ceci dans le contexte de lOHADA,. Formation du personnel judiciaire,. Équipement des cours de justice et des tribunaux,. Rapprochement de la justice des justiciables, notamment les pauvres, par le biais dun nombre plus important de justices de paix.

14 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 14 Mise en œuvre de la stratégie/suivi et évaluation Conçu comme outil dinterventions au service de tous les acteurs de la vie nationale, la stratégie, nécessite un engagement de tous: Etat, institutions républicaines, société civile, partenaires au développement. Rôle de lEtat: il sera au cœur du dispositif. Mobilisation des ressources, internes et externes. Leur allocation, conformément aux orientations définies dans le DSRP. La coordination des interventions, suivi de la stratégie et de son impact,. Favoriser les débats sur la pauvreté en vue dune mise à jour permanente de la stratégie, La contribution des partenaires au développement :. Insertion de leurs interventions dans le cadre unique de la mise en œuvre de la stratégie,. Lapport financier, technique et matériel nécessaire à la prise en charge efficace de la stratégie (mise en œuvre de linitiative PPTE, apport des ressources supplémentaires nécessaires etc.),. Participer au suivi des actions de lutte contre la pauvreté,

15 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 15 Mise en œuvre de la stratégie/suivi et évaluation (Suite) Le rôle des populations, des collectivités à la base et des organisations de la société civile Un volet important de la stratégie concerne la décentralisation et la déconcentration de la gestion des affaires publiques. Cela se traduit par un transfert de ressources et de responsabilités vers les structures déconcentrées et décentralisées. La réussite de la réforme exige des partenaires concernés:. la responsabilité de lidentification, de la planification et de la gestion des actions à entreprendre à la base,. Une part active dans la diffusion de linformation sur les ressources mises à disposition pour le développement local. Des populations et organisations de la société civile qui exigent de résultats, en contrepartie des ressources mises à disposition, etc.

16 Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 16 Mise en œuvre de la stratégie/suivi et évaluation (Suite) Les débats sur la pauvreté Cette dimension de la stratégie vise à lui assurer un caractère vivant, dynamique et une plus grande efficacité. Il sagit de susciter, dimpulser et de soutenir à tous les niveaux des débats de fonds sur la pauvreté, ses déterminants et les moyens de sa réduction. Grâce à ces débats, la problématique du développement et de la lutte contre la pauvreté sera mieux partagée et lappropriation et la pérennisation de la stratégie mieux assurées, Ils permettront également une meilleure qualification et la pérennisation de la participation. Le suivi et lévaluation de la stratégie Dans la stratégie de réduction de la pauvreté, chaque composante est assorti dindicateurs de performances, Ces indicateurs seront régulièrement suivis afin dapprécier létat des conditions de vie des populations


Télécharger ppt "Secrétariat Permanent du Comité chargé du DSRP 1 REPUBLIQUE DE GUINEE SEMINAIRE SUR LA STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE DU TOGO Lomé, Octobre 2001."

Présentations similaires


Annonces Google