La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Seuils physiologiques et pathologiques des taux cellulaires dans le lait de brebis.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Seuils physiologiques et pathologiques des taux cellulaires dans le lait de brebis."— Transcription de la présentation:

1 Les Seuils physiologiques et pathologiques des taux cellulaires dans le lait de brebis

2 Objectifs Cet article propose détudier la relation entre les infections subcliniques intramammaires et le taux cellulaire individuel du lait (iSCC) dans les troupeaux de brebis laitières. Cet article propose détudier la relation entre les infections subcliniques intramammaires et le taux cellulaire individuel du lait (iSCC) dans les troupeaux de brebis laitières.

3 Matériels et méthodes 1. Echantillonnage 215 brebis laitières venant de 4 troupeaux du sud de la France ont été échantillonnées mensuellement pendant la lactation. 215 brebis laitières venant de 4 troupeaux du sud de la France ont été échantillonnées mensuellement pendant la lactation. 2 mesures ont été faites sur chaque mamelles : 2 mesures ont été faites sur chaque mamelles : Le taux cellulaire déterminé par la méthode fluoro-opto- électronique Le taux cellulaire déterminé par la méthode fluoro-opto- électronique Des échantillons de lait ont été prélevés de façon aseptique et stockés à -20°C jusquà ce que les examens bactériologiques soient effectués en accord avec les recommandations de la Fédération Internationale du Lait. Des échantillons de lait ont été prélevés de façon aseptique et stockés à -20°C jusquà ce que les examens bactériologiques soient effectués en accord avec les recommandations de la Fédération Internationale du Lait.

4 1. Echantillonnage 2. Principes danalyse des mesures 3 statuts ont été utilisés pour définir létat infectieux de la mamelle pendant la lactation, en accord avec les résultats bactériologiques. 3 statuts ont été utilisés pour définir létat infectieux de la mamelle pendant la lactation, en accord avec les résultats bactériologiques. 2 catégories (A et B) comprenant chacune 3 états infectieux ont été posées. 2 catégories (A et B) comprenant chacune 3 états infectieux ont été posées.

5 Définition des statuts dinfection des mamelles MamellesSainesDouteusesInfectées Catégorie A 2 mamelles saines Au moins 1 douteuse Au moins 1 infectée MamellesSaines Infection unilatérale Infection bilatérale Catégorie B Aucune infectée 1 infectée 2 infectées

6 Les statuts infectieux ont été comparés aux valeurs génétiques des logarythmes des iSCC. Les statuts infectieux ont été comparés aux valeurs génétiques des logarythmes des iSCC. Puis plusieurs seuils ont été testés. Puis plusieurs seuils ont été testés. 2 seuils de SCC ont ainsi été posés, T1 et T2 pour définir les 3 états infectieux : 2 seuils de SCC ont ainsi été posés, T1 et T2 pour définir les 3 états infectieux : Si tous les SCC < T1 alors mamelle saine Si tous les SCC < T1 alors mamelle saine Si au moins 2 SCC > T2 alors mamelle infectée Si au moins 2 SCC > T2 alors mamelle infectée Dans les autres cas : mamelle douteuse Dans les autres cas : mamelle douteuse La sensibilité et la spécificité ont été calculées pour les différents seuils de iSCC. La sensibilité et la spécificité ont été calculées pour les différents seuils de iSCC. Enfin, la relation entre la prévalence des infections intramammaires subcliniques et la valeur géométrique annuelle de la grandeur des SCC a été étudiée. Enfin, la relation entre la prévalence des infections intramammaires subcliniques et la valeur géométrique annuelle de la grandeur des SCC a été étudiée.

7 Résultats de létude 1. Résultats proprement dits 59% de culture négatives sur 3758 échantillons aseptiques de lait 59% de culture négatives sur 3758 échantillons aseptiques de lait Plus de 90% des bactéries dans les mamelles étaient des microcoques, principalement des staphylocoques coagulase – et un peu de Staphylococcus aureus. Plus de 90% des bactéries dans les mamelles étaient des microcoques, principalement des staphylocoques coagulase – et un peu de Staphylococcus aureus. Les log SCC instantanés des cultures négatives des mamelles étaient significativement différentes de celles infectées. Les log SCC instantanés des cultures négatives des mamelles étaient significativement différentes de celles infectées. Des différences significatives sont aussi trouvées dans les espèces bactériennes. Des différences significatives sont aussi trouvées dans les espèces bactériennes. Au niveau dune même brebis, les variations instantanées de iSCC sont observées en accord avec le statut infectieux des mamelles, permettant de distinguer les brebis saines de celles infectées unilatéralement ou bilatéralement. Au niveau dune même brebis, les variations instantanées de iSCC sont observées en accord avec le statut infectieux des mamelles, permettant de distinguer les brebis saines de celles infectées unilatéralement ou bilatéralement. Les différences significatives des valeurs des log iSCC sont aussi rapportés pour les espèces bactériennes Les différences significatives des valeurs des log iSCC sont aussi rapportés pour les espèces bactériennes

8 1. Résultats proprement dits 2. Descriptions des résultats pour le niveau de lactation La figure représente la forte relation linéaire entre le nombre de bactéries isolées et les valeurs de log SCC pour chaque mamelle lors de la lactation. La figure représente la forte relation linéaire entre le nombre de bactéries isolées et les valeurs de log SCC pour chaque mamelle lors de la lactation. Pour le niveau de lactation, les valeurs géométriques de iSCC sont en rapport avec le statut dinfection : Pour le niveau de lactation, les valeurs géométriques de iSCC sont en rapport avec le statut dinfection : 0.16 x 10^6 cellules/ml pour les brebis saines 0.16 x 10^6 cellules/ml pour les brebis saines x 10^6 cellules/ml respectivement pour 1 ou 2 mamelles infectées x 10^6 cellules/ml respectivement pour 1 ou 2 mamelles infectées.

9 1. Résultats proprement dits 2. Descriptions des résultats pour le niveau de lactation 3. Propositon de seuils Au niveau de la lactation, les seuils de et x 10^6 cellules/ml (valeurs géométriques des log iSCC) peuvent permettre de distinguer les brebis saines et infectées (définis par le statut 3 et la catégorie A) avec une sensibilité de 73% et une spécificité de 82%. Au niveau de la lactation, les seuils de et x 10^6 cellules/ml (valeurs géométriques des log iSCC) peuvent permettre de distinguer les brebis saines et infectées (définis par le statut 3 et la catégorie A) avec une sensibilité de 73% et une spécificité de 82%. Dun point de vue dynamique, une mamelle devrait être considérée : Dun point de vue dynamique, une mamelle devrait être considérée : saine si chaque iSCC est en dessous de x 10^6 cellules/ml, saine si chaque iSCC est en dessous de x 10^6 cellules/ml, Infectée si au moins 2 iSCC sont supérieurs à x 10^6 cellules/ml Infectée si au moins 2 iSCC sont supérieurs à x 10^6 cellules/ml Douteuse dans les autres cas. Douteuse dans les autres cas. La sensibilité et la spécificité sont respectivement de 82 et 75% La sensibilité et la spécificité sont respectivement de 82 et 75% Les résultats peuvent être améliorés, si le premier iSCC (obtenu durant la péride dallaitement) nést pas pris dans les comptes. Les résultats peuvent être améliorés, si le premier iSCC (obtenu durant la péride dallaitement) nést pas pris dans les comptes.

10 Au niveau du troupeau, ces catégories permettent lestimation de la prévalence des infections intramammaires subcliniques. Au niveau du troupeau, ces catégories permettent lestimation de la prévalence des infections intramammaires subcliniques. La forte relation linéaire entre la valeur géométrique annuelle de la grandeur du SCC et la prévalence estimée des brebis infectées (au moins 2 iSCC>1.2 x 10^6 cellules/ml) est montrée dans la figure : La forte relation linéaire entre la valeur géométrique annuelle de la grandeur du SCC et la prévalence estimée des brebis infectées (au moins 2 iSCC>1.2 x 10^6 cellules/ml) est montrée dans la figure :

11 Dès lors, une grandeur annuelle de SCC de x 10^6 cellules/ml correspond à une prévalence de 15% et une variation de x 10^6 cellules/ml de la grandeur annuelle du SCC reflète une variation de prévalence de 2-3%. Dès lors, une grandeur annuelle de SCC de x 10^6 cellules/ml correspond à une prévalence de 15% et une variation de x 10^6 cellules/ml de la grandeur annuelle du SCC reflète une variation de prévalence de 2-3%.

12 Discussion La forte relation linéaire entre le nombre déchantillons « culture positive » pendant la lactation et la valeur du log SCC confirme les résultats prévus dans les races Latxa et Assaf. La forte relation linéaire entre le nombre déchantillons « culture positive » pendant la lactation et la valeur du log SCC confirme les résultats prévus dans les races Latxa et Assaf. Dans ces conditions, un simple résultat bactériologique semble insuffisant pour déterminer le statut infectieux de la mamelle et une approche dynamique des infections (et du SCC) apparait nécessaire, comme proposé chez les bovins. Dans ces conditions, un simple résultat bactériologique semble insuffisant pour déterminer le statut infectieux de la mamelle et une approche dynamique des infections (et du SCC) apparait nécessaire, comme proposé chez les bovins.

13 Cependant, aucune des définitions du statut infectieux de la mamelle ne peut refléter parfaitement les dynamiques des infections observées (1 échantillon mensuel pendant la lactation). Cependant, aucune des définitions du statut infectieux de la mamelle ne peut refléter parfaitement les dynamiques des infections observées (1 échantillon mensuel pendant la lactation). La troisième définition peut représenter un compromis acceptable décrivant la diversité observée sous conditions de paturage. La troisième définition peut représenter un compromis acceptable décrivant la diversité observée sous conditions de paturage. MamellesSainesDouteusesInfectées Statut 1 Toutes - / Au moins une + Statut 2 < ou = à 2 + non consécutivement 2 + consécutivement Au moins 3 + MamellesSaines Infection brève Infection persistante Statut 3 Toutes - Une + Au moins 2+

14 Plusieurs mamelles sont « culture + » seulement durant la période dallaitement (principalement durant la 1 ère semaine du post-partum) et jamais plus tard. Plusieurs mamelles sont « culture + » seulement durant la période dallaitement (principalement durant la 1 ère semaine du post-partum) et jamais plus tard. Donc, une application stricte de la 1 ère définition peut mener à considérer ces mamelles infectées! Donc, une application stricte de la 1 ère définition peut mener à considérer ces mamelles infectées! De plus, linterprétation des résultats bactériologiques des échantillons collectés à la fin de la lactation (tarissement) est difficile. De plus, linterprétation des résultats bactériologiques des échantillons collectés à la fin de la lactation (tarissement) est difficile.

15 2 seuils ont été proposés pour distinguer linfection par des agents pathogènes « mineurs » ou « majeurs ». 2 seuils ont été proposés pour distinguer linfection par des agents pathogènes « mineurs » ou « majeurs ». On a aussi proposé de prendre en accord avec le stade de lactation, les iSCC des brebis non infectées augmentant après le 5 ème mois. On a aussi proposé de prendre en accord avec le stade de lactation, les iSCC des brebis non infectées augmentant après le 5 ème mois. Une approche dynamique de iSCC pour la lactation peut être appuyé par la relation observée, pour une mamelle, entre le nombre disolats bactériens et la valeur du log SCC pendant la lactation. Une approche dynamique de iSCC pour la lactation peut être appuyé par la relation observée, pour une mamelle, entre le nombre disolats bactériens et la valeur du log SCC pendant la lactation. Mais il faut aussi prendre en compte la durée variable des infections et les fluctuations bactériennes et cellulaires du lait. Mais il faut aussi prendre en compte la durée variable des infections et les fluctuations bactériennes et cellulaires du lait.

16 Même quand un seuil ponctuel est proposé, il est recommandé dévaluer une série de iSCC, au lieu dune seule valeur chez les bovins. Même quand un seuil ponctuel est proposé, il est recommandé dévaluer une série de iSCC, au lieu dune seule valeur chez les bovins. Cependant, dans les ovins laitiers, quelques études ont proposé une approche dynamique du nombre de lactation (brebis Latxa) Cependant, dans les ovins laitiers, quelques études ont proposé une approche dynamique du nombre de lactation (brebis Latxa) La forte relation linéaire observée entre la valeur géométrique annuelle de la grandeur du SCC et la prévalence estimée des infections intramammaires peut être considérée comme une validation indirecte des catégories et seuils choisis. La forte relation linéaire observée entre la valeur géométrique annuelle de la grandeur du SCC et la prévalence estimée des infections intramammaires peut être considérée comme une validation indirecte des catégories et seuils choisis.

17 Dun point de vue pratique, liSCC est utilisé dans la zone du Roquefort, pour un contrôle des mammites subcliniques. Dun point de vue pratique, liSCC est utilisé dans la zone du Roquefort, pour un contrôle des mammites subcliniques. Les brebis douteuses sont groupées avec les brebis saines (quand les fermiers décident déliminer les femelles infectées) ou avec les brebis infectées (pour exécuter un traitement sélectif de tarissement). Les brebis douteuses sont groupées avec les brebis saines (quand les fermiers décident déliminer les femelles infectées) ou avec les brebis infectées (pour exécuter un traitement sélectif de tarissement).

18 Conclusion de larticle Le iSCC représente un objet utilitaire pour la détection des mammites subcliniques chez les brebis laitières. Le iSCC représente un objet utilitaire pour la détection des mammites subcliniques chez les brebis laitières. Il est recommandé dévaluer une série de iSCC, pris à travers les différents stades de lactation et dutiliser 2 seuils permettant de distinguer 3 classes de brebis : saines, douteuses (ou infectées brièvement) et infectées (ou infectées chroniques). Il est recommandé dévaluer une série de iSCC, pris à travers les différents stades de lactation et dutiliser 2 seuils permettant de distinguer 3 classes de brebis : saines, douteuses (ou infectées brièvement) et infectées (ou infectées chroniques).

19 Critiques en tant que futur vétérinaire Etant donné quil ny a pas de modèle génétique dans cet article, on pourrait en imaginer un… Etant donné quil ny a pas de modèle génétique dans cet article, on pourrait en imaginer un… La 1 ère étape dans la mise en place dune analyse génétique est le choix du caractère phénotypique étudié. Ici, 3 sont possibles : liSCC, le SCC annuel et le taux dinfection subclinique des mamelles. La 1 ère étape dans la mise en place dune analyse génétique est le choix du caractère phénotypique étudié. Ici, 3 sont possibles : liSCC, le SCC annuel et le taux dinfection subclinique des mamelles.

20 La variation du caractère mesuré (performance) est expliqué par : La variation du caractère mesuré (performance) est expliqué par : la génétique : effet génétique additif qui se transmet à la descendance et effet génétique non additif la génétique : effet génétique additif qui se transmet à la descendance et effet génétique non additif lenvironnement : lenvironnement : Effets non identifiés (état sanitaire) Effets non identifiés (état sanitaire) Effets non identifiables (erreurs de mesure) Effets non identifiables (erreurs de mesure) Effets identifiés non enregistrés Effets identifiés non enregistrés Effets identifiés et enregistrés Effets identifiés et enregistrés et une série deffets inconnus. et une série deffets inconnus.

21 Il faut donc rechercher les facteurs qui influencent le caractère et estimer la variabilité apportée par chaque facteur. Il faut donc rechercher les facteurs qui influencent le caractère et estimer la variabilité apportée par chaque facteur. Choix des facteurs denvironnement mesurés: Choix des facteurs denvironnement mesurés: Nombre de lactation Nombre de lactation Stade de lactation Stade de lactation Nombre dagneaux Nombre dagneaux Race Race Exploitations Exploitations Période de lannée (saison, mois) Période de lannée (saison, mois)

22 On utilise ensuite, comme modèle dévaluation génétique, la méthode BLUP qui permet lestimation des effets environnementaux et génétiques simultanément. On utilise ensuite, comme modèle dévaluation génétique, la méthode BLUP qui permet lestimation des effets environnementaux et génétiques simultanément. Un modèle animal multi-caractère (plusieurs facteurs mesurés simultanément car corrélés) et avec données répétées serait le plus adapté à notre exemple. Un modèle animal multi-caractère (plusieurs facteurs mesurés simultanément car corrélés) et avec données répétées serait le plus adapté à notre exemple.

23 La valeur recherchée est â ou Index qui représente la valeur génétique additive ou breeding value. La valeur recherchée est â ou Index qui représente la valeur génétique additive ou breeding value. Pour un animal i : Pour un animal i : âi = (wa.âa+wd.âd+wp.Pp)/(wa+wd+wp) Avec : a = ascendants a = ascendants d = descendants d = descendants p = performance p = performance w = pondération de chacune des informations w = pondération de chacune des informations Ici, on ne connait ni les ascendants, ni les descendants donc â est basée uniquement sur les performances : Ici, on ne connait ni les ascendants, ni les descendants donc â est basée uniquement sur les performances : âi = Pp = moyenne des performances propres de lanimal i corrigées pour les effets du milieu.

24 Un modèle animal nest pas facile à résoudre (matrice de n équations si n animaux) mais il est insensible à la sélection et permet une prédiction simultanée des index de tous les animaux. Un modèle animal nest pas facile à résoudre (matrice de n équations si n animaux) mais il est insensible à la sélection et permet une prédiction simultanée des index de tous les animaux.

25 Bibliographie Berthelot X., Lagriffoul G., Concordet D., Barillet F., Bergonier D. Physiological and pathological thresholds of somatic cell counts in ewe milk. Small Ruminant Research, 2006, 62, Berthelot X., Lagriffoul G., Concordet D., Barillet F., Bergonier D. Physiological and pathological thresholds of somatic cell counts in ewe milk. Small Ruminant Research, 2006, 62, Detilleux J., Génétique Quantitative : Sélection des animaux domestiques (1er doctorat), Detilleux J., Génétique Quantitative : Sélection des animaux domestiques (1er doctorat),


Télécharger ppt "Les Seuils physiologiques et pathologiques des taux cellulaires dans le lait de brebis."

Présentations similaires


Annonces Google