La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le suivi en cancérologie Dr alain MARRE Octobre 2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le suivi en cancérologie Dr alain MARRE Octobre 2011."— Transcription de la présentation:

1 Le suivi en cancérologie Dr alain MARRE Octobre 2011

2 Le suivi: les principes Cest un gage de la qualité des soins Cest une assurance et une sécurité pour les patients et leur famille Cest une « obligation » pour les médecins Cela fait partie intégrante de la PRISE en CHARGE en cancérologie : INCa – plan cancer

3 Le suivi : les grandes lignes Il est indispensable : - évaluer la réponse thérapeutique ( oncologue ou spécialiste dorgane ?): - dépister et traiter les éventuelles récidives et/ou métastases ( oncologue, spéc.et médecin référent) - dépister et traiter les effets indésirables ou les séquelles thérapeutiques :(spécialiste ; onco ET médecin référent) - organiser le dépistage personnel ou familial ( autre localisation ; dépistage colon..): médecin référent Il est « obligatoire » : - Critères accréditation INCa et SFRO en radiothérapie

4 Objectifs de la surveillance patient potentiellement guéri Détection rechutes locales ( sein ; ORL, prostate), régionales ou systémiques Recherche 2 ième cancer (ORL, T.liées au Tabac) Identifier et corriger les complications tardives des traitements ( dues à la RTE)

5 Objectifs de la surveillance en phase métastatique Détecter linefficacité thérapeutique++++ Détecter les complications liées à la progression tumorale Mettre en place les soins de support++++ Rôle majeur du médecin référent

6 Le suivi : la problématique Faut-il le faire? : oui Qui doit le faire ? : cest le suivi partagé++ ( sein ; prostate..) Comment le faire?: référentiels (site et guides de bonne pratique

7 Suivi : quoi faire ? –Les référentiels donnent bien souvent la réponse –Mais initiative personnelle à ne pas négliger –Personne nest censé ignorer les recommandations accessibles à tous+++ –Doù nécessité de diffuser linformation

8 Suivi : QUI doit le faire? COORDINATION : la difficulté du problème ; TOUS les acteurs sont impliqués …mais à des degrés divers ; La vraie question : Qui souhaite participer au suivi afin que celui ci soit de « qualité » ? La problématique : - la démographie médicale -…et la volonté des acteurs.

9 Suivi : grandes lignes 1 à 2 consultations spécialisées / an -fonction de la pathologie -avec une place « plus ou moins importante » des spécialités dorgane ( gynécologue ; les « endoscopistes »..) -Fonction du patient (age et possibilités thérapeutiques ultérieures) « Entre temps » : le médecin référent reste le coordinateur du dossier patient+++++ Puis 1Cs spécialisée /an au delà de 5 ans fonction là encore de la pathologie

10 SACS ( suivi alterné cancer du sein) Projet ONCOMIP DCC informatisé

11 Suivi: moyens dinformation et de communication médicale Le Retour dinformation est capital ; Il est impératif déchanger ces informations (courrier(el) ou appel) : - co-morbidés nouvelles - Observance médicamenteuse - résultats des examens réalisés Il est indispensable davoir une information large et précise ( ex: rectite et radiothérapie pelvienne..neuropathie et chimiothérapie…)

12 Suivi : retour dinformation, les moyens: courrier postal Le courriel (mail ): Le fax Le téléphone : dans lurgence Participation aux RCP Le DCC (oncomip)

13 Le suivi : ce que les cancérologues proposent… rédaction dun référentiel ou recommandation des SUIVIS /pathologies :oui..mais long à faire et existe dans les référentiels de chaque région fiche dun carnet de suivi individuel annoté par les médecins ( atcd dun flop!) Conclusions précises dans les courriers de la part des cancérologues ou spécialistes cancérologues (le + simple et le + efficace)…à condition de lire les courriers et en tenir compte une connaissance claire de la détermination et implication du ou des médecins++ Autre : ……….

14

15 Rapport GRUNFELD p « Le médecin traitant,pivot du parcours de soins » - faire du MT un acteur de la prévention des cancers - Réfléchir à la création dune consultation de prévention et dinformation sur les dépistages - Impliquer les MT pour quils accompagnent les malades atteints du cancer pendant et après leur traitement Souvent à lorigine de la suspicion Partenaire du dispositif dannonce(RCP et PPS) Impliqué dans le suivi (gestion des complications) - Développer loffre de formation continue en cancérologie des MG de premier recours

16 Rapport GRUNFELD p « mieux articuler les soins de ville et ceux des établissement de santé, au service des malades » - hôpital de jour - HAD - Implication des IDE et des pharmaciens dofficine - Réseaux territoriaux ville-hôpital mettant en contact tous les acteurs de soins en conclusion : « la multiplicité des acteurs implique que la coordination devienne progressivement un véritable métier »

17


Télécharger ppt "Le suivi en cancérologie Dr alain MARRE Octobre 2011."

Présentations similaires


Annonces Google