La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Enquête sociologique sur le SROSII ENSP/LAPSS Alain Jourdain, professeur sociologie-démographie Joel Clément, directeur dhôpital Jean-Paul Dumond, docteur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Enquête sociologique sur le SROSII ENSP/LAPSS Alain Jourdain, professeur sociologie-démographie Joel Clément, directeur dhôpital Jean-Paul Dumond, docteur."— Transcription de la présentation:

1 Enquête sociologique sur le SROSII ENSP/LAPSS Alain Jourdain, professeur sociologie-démographie Joel Clément, directeur dhôpital Jean-Paul Dumond, docteur en gestion Marilou Follez-Leighton, chef du département Matiss Thomas Frinault, docteur en sciences politiques Guillaume Gardin, docteur en sciences politiques,

2 Objectifs et méthode Le 3ème cercle des acteurs de la planification Membre du CA non Directeur, non Président de CME 70 personnes tirées au sort dans les 8 secteurs, comportant 50% de personnes dans un établissement ayant connu une restructuration Les thèmes abordés : –La connaissance du SROS –La concertation –Les objectifs et leur mise en oeuvre –La participation des usagers –Les pistes dévolution et les propositions Entretiens semi-dirigés

3 Etablissements Secteur 1 : CH Landerneau & Clinique St Luc Landerneau R, Ty Yann Brest, Polyclinique Keraudren Secteur 2 : CH Douarnenez, R; CH Etienne Gourmelen QUIMPER, Clinique St Michel et Ste Anne QUIMPER Secteur 3 : CHBS Lorient R; Clinique Mut. de Lorient, Hôpital local du Faouet Secteur 4 : CH Auray-Vannes, Polyclinique du Parc / Clinique Océane Vannes R; Hôpital local de La Roche Bernard Secteur 5 : CH de Fougères, CH privé Saint-Grégoire R; CHU de Rennes Secteur 6 : CH Gardiner Dinan R; Centre hospitalier René Pleven Dinan, Asso Gestion hospitalière St Jean de Dieu à Lehon Secteur 7 : CH Paimpol R; CH Y. Lefoll Saint-Brieuc, Polyclinique du Trégor Lannion R Secteur 8 : Pontivy Loudéac R; Polyclinique Pontivy, Hôpital local de Guéméné s Scorff

4 Les représentations du SROS SROS, document dexperts Le SROS est lu de manière très partielle (secteur – spécialité – équipements) Il ne fait pas lobjet dune diffusion systématique Il est considéré comme une approche politique utile, mais établi à partir dinformations statistiques et penche vers des analyses essentiellement économiques Le SROS nest pas un outil de travail pour les médecins du privé

5 Le dispositif SROS, COM, projet détablissement Faible intérêt pour ces documents, mais qui saccroît quand il y a une perspective de restructuration Légitimité des dispositifs non remise en cause mais pas de vision densemble des articulations entre ces éléments Appréciation majoritairement positive du projet détablissement Implication dans la concertation très inégale et liée au niveau de connaissance des dispositifs (ex : CSS largement méconnue)

6 LARH Une instance spécialisée Bénéficiant dune image favorable (spécifique, indépendante, instance de contrôle de loffre de soins) Vécue par le secteur privé comme susceptible de favoriser le secteur public Pour les petits établissements : une menace Un organe politique qui répercute les textes ministériels, plutôt que médical Mais dont les moyens sont limités Mais dont la capacité darbitrage apparaît limitée (face à des élus locaux puissants)

7 Les objectifs du SROS Proximité : notion relative Qualité - Sécurité Restructuration : sentiment contradictoire (lien affectif et constat dinsuffisance) Graduation des soins (établissement, territoire et population)

8 Les difficultés énoncées Concertation très (trop ?) centrée sur létablissement Les hôpitaux locaux se sentent à lécart de la planification sanitaire Le traumatisme des restructurations « parasite » la réflexion Dysfonctionnement du lien ville - hôpital Place des usagers : dans le privé, peur des dérives de la « judiciarisation », préférence des médecins pour le colloque singulier La graduation des soins présente des limites dues au caractère politique de lexercice Larticulation public - privé nest pas claire

9 Les atouts exprimés Pour les CHG : –Fusion et aménagement sur un nouveau site permettent de préserver loffre du secteur –Labsorption dune clinique permet de sauvegarder lhôpital –Hôpital de référence et petit établissement offrent une couverture élargie Les polycliniques estiment offrir un meilleur service en se regroupant Place des usagers : –Pour les représentants du personnel, rôle positif des usagers mais un manque réel dinformations sur les dispositifs institutionnels –Les représentants des usagers sont positifs quant à lévolution de linformation pour les usagers mais sont conscients de lhétérogénéité de leur représentativité Les restructurations bénéficient dune certaine attitude dadhésion et de compréhension Les objectifs du SROS II sont dans lensemble intégrés aux raisonnements même sils ne sont pas toujours plébiscités

10 Les acteurs se projettent dans lavenir 26Faire des réseaux et améliorer lorganisation des soins et de la prise en charge ; lien ville - hôpital médecins des conseils de surveillance, usagers, médecins CME,établissements en restructuration 21Expliquer et accompagner le SROS au plus près de léchelon local élus, syndicats et médecins du privé 10Rapprocher public et privéétablissements restructurés et médecins privés 7Donner les moyenssyndicats, élus 7Plus de souplesseusagers, médecins CME 6Prendre des décisionssyndicats, élus, médecins CME

11 Conclusion : trois propositions Connaissance très partielle des dispositifs, mais intérêt prononcé sur lorganisation de loffre de soins Informer sur les dispositifs et expliciter les contextes Réfléchir sur les supports et circuits de diffusion de linformation Relations de confiance entre les équipes dirigeantes et les membres des CA, et les médecins des conseils de surveillance Réfléchir à leur rôle en tant que relais importants de linformation et de la dimension pédagogique en intégrant : –Influence très forte des directeurs et des présidents de CME –Les médecins, partagés entre un fort désir dêtre consultés et un problème de gestion du temps –Un faible niveau dexpression des usagers et des personnels non médicaux Enjeu des collaborations public privé est majeur. Médecins de ville, hôpitaux et cliniques doivent chercher des façons de travailler ensemble en instaurant par exemple : –un projet de santé sur un territoire limité (soins de premier niveau, personnes âgées, etc.) –des instances de réflexion sur lavenir des différentes disciplines médicales


Télécharger ppt "Enquête sociologique sur le SROSII ENSP/LAPSS Alain Jourdain, professeur sociologie-démographie Joel Clément, directeur dhôpital Jean-Paul Dumond, docteur."

Présentations similaires


Annonces Google