La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Xavier CELLI Masseur-kinésithérapeute IFMK Nancy Année 2009/2010 2 ème Année.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Xavier CELLI Masseur-kinésithérapeute IFMK Nancy Année 2009/2010 2 ème Année."— Transcription de la présentation:

1 Xavier CELLI Masseur-kinésithérapeute IFMK Nancy Année 2009/ ème Année

2 Introduction Définition: La balnéothérapie désigne lensemble des traitements thermaux et les soins effectués par des bains, ainsi que les activités auxiliaires de traitement du corps dans leau.traitements thermauxsoinsbains La thalassothérapie en est une variante ; elle seffectue avec de leau de mer (en grec, thalassa signifie mer) et non de leau de source.thalassothérapiegrecthalassa 2

3 Notions générales Problèmes liés à la T° : La T° Indifférente du milieu ambiant = Ni chaud ni froid pas de thermolyse ni de thermogenèse consommation en O2 réduite. T° indifférente de leau 34 a 36° Le Point de Tolérance = t° qui ne peut être dépassée (45-46°) sans risque de lésion. 3

4 Comportement des vaisseaux : Localement Chaleur vasodilatation. Chaleur brutale vasoconstriction, vasodilatation. 4

5 Globalement Vasoconstriction superficielle Vasodilatation profonde Vasodilatation superficielle Vasoconstriction profonde : Circulation sanguine en superficie Masse sanguine constante est en partie envoyée des organes profonds vers surface. Contraction compensatoire des vaisseaux profonds Si insuffisante, PA + risque de collapsus. 5

6 Les Réflexes consensuels = Dilatation vasculaire dun membre en baignant le membre opposé. - Réaction dans le même sens que le membre baigné mais moindre - Ex : pieds humides sensation dhumidité corporelle (Propagation par voies nerveuses et reflexes) Contre-indications : - Diabétiques - Artérioscléreux - Malades sujets aux spasmes vasculaires 6

7 Coeur et pression artérielle : Pression hydrostatique (immersion) ET effet de la chaleur/froid - Bains chauds complets fréquence du pouls PAs & PAd ( ! hypertendu) Travail du coeur modifié = à éviter chez cardiaques !! 7

8 Comportement musculaire : décontracturant et calmant Tonus et excitabilité musculaire Exemples dindications: o Paralysie spastique o Hypertonie musculaire 8

9 Effets de la pression hydrostatique Effets cardio-vasculaires et respiratoires : La Pression hydrostatique = poids de la colonne deau qui sexerce sur 1cm2 P = h. U P: pression h : hauteur de la colonne deau u : unité de surface Cette pression est égale en tout point dun plan horizontal mais augmente avec la profondeur. Ces pressions élevées modifient répartition des masses sanguines selon le volume dimmersion. 9

10 Pression hydro sur le thorax et labdomen à une répercussion sur la respiration et les muscles respiratoires : de la force + effort pour inspirer et – effort pour expirer. 10

11 Le Bilan hydrique En Immersion, Masse sanguine est globalement déplacée vers le haut vol cardiaque distension paroi auriculaire droite excitation nerf vague sécrétion ADH(hypophyse postérieure) après vessie pleine envie duriner. !!! artérioscléreux et hypotendus risque de syncope lors de la sortie de leau !! vol sang suite a l diurèse ! risque de chute de la PA (orthostatisme) !! 11

12 Poussée hydrostatique (Archimède) Tout corps plongé partiellement ou totalement dans un liquide au repos, subit de la part de ce liquide une poussée verticale dirigée de bas en haut, égale au poids du liquide quil déplace F = D x V D : densité du liquide (1 pour leau douce) V : volume déplacé F : force exercée sous le corps par le liquide au repos 12

13 2 forces verticales de sens opposées : Pesanteur et Archimède Pas au même point PG : au centre de gravité PA : au centre de poussée (+ proximal de la tête) La différence des 2 poussées = POIDS APPARENT variable en fonction de limmersion 13

14 14

15 15

16 Résistance hydrodynamique : Un corps en mouvement dans leau subit de la part de cette dernière une résistance qui soppose à son avancement. » Nb : Le corps est plus léger dans leau mais la résistance aux mouvements peut-être plus forte que dans lair. Cette Resistance dans leau = Technique de musculation 16

17 Contamination : Infections = complications - Dermatoses, ulcères, escarres, retard de cicatrisation des plaies opératoires, fistules, broches, colostomies… = Contre-indications absolues !!! Prévention : douche obligatoire + pédiluves 17

18 Contre-indications de lhydrokinésithérapie: Générales : Complications dordre infectieux - contamination de leau. - transmissions de linfection. - aggravation dun etat infectieux. Incontinence urinaire - Contre-indiquee SI urines infectees. Conjonctivites virales - infection de la sphere ORL = CI relative (tête hors de leau). 18

19 Vasculaire et respiratoire : Insuffisance coronarienne, cardiaque et hypertension artérielle : - charge de travail cardiaque. - debit sanguin. - modification de FC. Insuffisance veineuse et varices : - mauvaise tolérance a la chaleur. (discutable…. ) - Sels ulcères variqueux, peaux menaçant une ulcération = CI. Insuffisance respiratoire : - Si sevère = CI - Liée à lintensité des efforts demandés 19

20 Affection et problèmes intercurrents : Les cancers : - Pas de CI sauf en cas de localisation cutanée. Maladies neurologiques évoluées : - Pas de CI sauf si incontinence sphinctérienne Rhumatismes inflammatoires en poussée : - lorsque état général est altéré avec contexte polyalgique. Affections aiguës : - grippes, bronchite, … - fièvre, asthénie Lésions cutanées non infectées : - plaie mal cicatrisée, retard de cicatrisation, escarre, eczema, etc… 20

21 CONCLUSION : -CI rares sauf celles liées au risque de contamination microbienne de leau. - La plupart des CI semblent avoir été avancées par crainte de voir survenir un incident au cours dune séance de balnéothérapie sans avoir démontré formellement que cette technique est plus en cause que nimporte quelle autre activité physique. 21

22 Rééducation globale : Mobilisation globale Participation aussi complète que possible de lappareil locomoteur. Large entretien des articulations, musculature. Développer ou récupérer un tonus et une résistance. Action psychologique +++ Niveau dimmersion choisi en fonction des buts et circonstances. Jeux de balles et de flotteurs. 22

23 Rééducation analytique ou segmentaire : Une ou deux articulations. Segments musculaires bien limités. Mobilisation : - active libre (aidée ou contrariée) - activo-passive (orienter le mouvement pour leffet voulu et dans le sens souhaité) - passive. ++ Tenir compte de la physiologie, immersion, muscle(s), amplitude Augmentation des répétitions puis intensité et durée 23

24 Fréquence et durée des séances : Rythme quotidien ( ! caractère fatiguant, ambulatoire, activité professionnelle, résistance et gravite physique) 2 a 3x / semaine. Durée : 20 minutes. Début : simple balnéation (action calmante, décontracturante de la chaleur, apesanteur, nouveau milieu). 24

25 Indications : Affection neurologiques : poliomyélite ; la sclérose en plaques ; séquelles dhémiplégie ; paraplégiques ;myopathies. Orthopédie et traumatologie : toutes séquelles traumatiques responsables dankylose et faiblesse musculaire. Affections rhumatismales : lombalgie; PSH ;coxarthrose ; gonarthrose. 25

26 Applications: (Matériel) 26

27 27

28 28 Accessoires de flottaison:

29 29 Palmes Paddles Mini haltères Divers ( tuba, masque, bonnets, maillot…)

30 Applications Pratiques: 30 EN FONCTION DES PRINCIPAUX GROUPES DAFFECTION Besoins spécifiques Séance adaptée Initiative, imagination, adaptation du kiné Connaissance du dossier comportements du corps dans leau

31 31 RHUMATOLOGIE: Effets recherchés : T° eau action sédative, décontracturant réalisation mouvement D+ Effet portant contraintes travail musculaire circulation retour Effet psychologique mouvements libres absence de D+ Mobilisation sans D+ Eviter contrainte de pression, de frottement

32 32 Raideurs articulaires, ankylose ( ++ prévention) +++ Mobilisations actives analytiques globale dans tous les plans Lésions arthrosiques Action sédative, myorelaxante Massage Subaqua +++ Mobilisation régulière +++ contraintes au niveau des cartilages Rhumatismes inflammatoires EN DEHORS DES POUSSEES !! +++ Gain damplitude +++ contraintes Travail sans R

33 33 Exemple: Lombalgies et spondylarthropathies

34 34

35 35

36 36

37 37

38 38

39 39 NEUROLOGIE: = Véritable challenge Restaurer les fonctions lésées et ralentir lévolution BUTS & MOYENS: Facilitation posturale Globalisation du mouvement Travail actif aidé Verticalisation Mobilisations Postures Tonicité musculaire Mobilité articulaire

40 40

41 41 ORTHOPEDIE & TRAUMATOLOGIE: Réhabilitation musculo-squeletique fonctionnelle Reprogrammation sensorimotrice Effets antalgiques, relaxant Remise en Charge selon consignes Chirurgicales

42 42 Exemple de lépaule:

43 43

44 44

45 45

46 46 Exemples Membre inférieur: Renforcement MI : Frites, bouées, planches….. Proprioception: Frites, Planche

47 47 Nombreux autres champs dapplications: Gériatrie, revalidation cardiaque & respiratoire, aquagym…..

48 Autres formes dhydrothérapies: 48 Massages au jet Cryothérapie Bains écossais (Drainage par alternance Chaud/ Froid) Bains bouillonnants Sédatifs et décontracturants….


Télécharger ppt "Xavier CELLI Masseur-kinésithérapeute IFMK Nancy Année 2009/2010 2 ème Année."

Présentations similaires


Annonces Google