La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick)"— Transcription de la présentation:

1 Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick)

2 Programme de prévention et de traitement des dépendances en milieu psychiatrique Nathalie Langlois, infirmière clinicienne spécialisée en psychiatrie Jill Doucet, infirmière ressource en psychiatrie

3 Mot de Bienvenue

4 Mise en garde

5

6 Principe organisateur du soin vers le rétablissement Recommandation des meilleures pratiques (Santé Canada):  Une approche intégrée au traitement et au soutien.  Dans cette approche intégrée, il est recommandé que les interventions pour la dépendances aux substances et les troubles mentaux sévères soient planifiés et administrées en même temps.  Le meilleurs résultats de recherche actuels concernent un ensemble de services, notamment une approche échelonnée à l’engagement et à la prestation des services, le traitement ambulatoire, l’entrevue visant la motivation, et le traitement cognitivo-comportemental, la réduction des méfaits et le soutien de la réadaptation psychosociale complète

7 Les traitements Traitement séquentiel  Est un terme désignant un traitement (le traitement de santé mental ou le traitement de toxicomanie) suivi par l’autre traitement, mais suite à une référence à un autre organisme ou à une unité spécialisée au sein du même organisme de traitement. Traitement parallèle  Un traitement psychiatrique et un traitement d’alcoolisme et de toxicomanie sont administré en même temps par deux organismes différents ou par deux unités spécialisées dans le même établissement de traitement. Traitement intégré  Les traitements de santé mentale et d’alcoolisme et de toxicomanie sont administrés conjointement par les mêmes cliniciens et les mêmes intervenants ou par une même équipe de cliniciens et d’intervenants, de façon à ce que les clients aient une explication uniforme quant à leurs troubles et à leurs problèmes, ainsi qu’une ordonnance médicale cohérente plutôt qu’une série de messages contradictoires provenant de différents intervenants.

8 Objectif: Le traitement intégré  Poste de conseillère en abus de substance  Politique et protocole  Éducation  Groupe d’activité physique  Formation de base  Formation des habiletés  Groupe de soutien

9 Conseillère en abus de substance  Tous les clients admis sont référés à la conseillère en abus de substance.  Atascadero Skills Profile (Neville, J. & Vess, J. Atascadero State Hospital, Californie)  Habiletés prévention d’abus de substance  DAST (Drug abuse screening test)  AUDIT (Alcohol use disorders identification test)  DALI (Darthmouth assessment of lifestyle instrument)  Evaluation de la motivation Prochaska model

10 Politique et protocole  Milieu hospitalier en psychiatrie légale donc objectif d’abstinence la majorité du temps  Mandat de protéger leur vulnérabilité et de limiter l’accès  Information claire à l’admission dans guide d’accueil et signature d’un contrat de responsabilité  Protocole sur la prise des tests d’urine pour recherche toxicologique

11 Éducation et activité physique  Affiche promotionnelle sur les effets néfastes de la drogue sur le corps.  Fiche d’enseignement  Organisation d’activité physique par le service de physiothérapie et récréologie avec la participation du personnel des soins infirmiers.

12 Traitement Le programme de prévention et de traitement des dépendances a été préparé à partir du livre : Overcoming Addictions : Skills Training for People with Schizophrenia ; Lisa J. Roberts, Andrew Shaner et Thad A. Eckman (1999).

13 Les points forts  Un programme global de traitement fondé sur un diagnostic mixte (une dépendance avec une maladie mentale).  Une formation comportementale : une approche structurée aux aptitudes sociales nécessaires pour éviter la consommation (jeux de rôle).  Programme axé non seulement sur l’évitement des drogues ou de l’alcool, mais aussi sur l’adoption d’habitudes de vie saine en guise de remplacement.  Chaque session de la formation est indépendante, donc les participants peuvent s’embarquer dans le programme à n’importe quel moment.

14 Les principes  Le matériel du programme tient compte de la base de connaissance de chaque participant et il permet d’accroître les aptitudes théoriques et pratiques en conséquence.  La présentation tient compte de la maladie mentale du participant, de son plan de traitement et des répercussions du matériel sur sa vie quotidienne.  La présentation se veut simple et complète pour permettre un accès facile.

15 Les principes (suite)  L’atmosphère favorise le partage d’expériences, de sentiments et de préoccupations entre les participants.  La répétition sert d’outils pour renforcer les connaissances acquises. La durée de chaque séance et le nombre total de séances prévues sont adaptés au groupe de participants.  L’apprentissage dans le cadre du programme se fait de façon aussi interactive que possible. Apprendre à résister aux drogues est aussi important, sinon plus, que savoir que les drogues et l’alcool sont des plaisirs malsains.

16 Les principes théoriques Volet motivationnel  La formation de base aide les clients en pré-contemplation et en contemplation  La formation sur l’acquisition de nouvelles compétences aide les clients qui se situe a l’action et au maintien. Volet cognitivo-comportemental  Conditionnement classique  Conditionnement opérant  Apprentissage par modèle  Apprentissage cognitif  Entrainement aux compétences de *coping* (Prévention de la rechute, compétences sociales et gestion des émotions négatives)

17 Les buts  Apprendre aux participants à résister aux drogues et à opter pour des plaisirs sains.  Apprendre aux participants à cesser de consommer des drogues et de l’alcool.  Apprendre aux participants les effets négatifs des drogues et de l’alcool sur le traitement de leur maladie mentale.

18 Le déroulement Le programme comporte deux volets  La formation de base Comprend des séances d’enseignements portant sur les principes de base de la prévention des dépendances. Comprend six séances de 45 minutes.  L’acquisition de nouvelles compétences Suit la formation de base. Cette partie du programme comprend une série de séances axées sur la mise en pratique des aptitudes nécessaires pour aider les participants à éviter de consommer des drogues ou de l’alcool. Ces aptitudes sont enseignées et mises en pratique grâce à des jeux de rôle. Comprend environ 16 séances de 45 minutes.

19 Qu’utilisons-nous dans le programme ?  Les manuels  Une présentation PowerPoint  Des affiches  Des jeux de rôles  Un animateur et coanimateur

20 Comment éviter les drogues ? La formation de base et l’acquisition de nouvelles compétences aide les participants à suivre ces quatre recommandations.  Si vous cédez, quitter tôt.  Si on vous offre des drogues, dites non.  Ne vous placez pas dans une situation ou vous ne pouvez pas dire non.  Faites des activités qui sont plaisantes et saines.

21 Comment éviter de consommer des drogues ? Plaisirs sains Rechute Demi-tour Fuite Abandon rapide Signal d’alarme Situation à risque élevé Écart

22 Le contrôle des dégâts But : Apprendre pourquoi il est important de mettre rapidement fin à une rechute. Cette séance aides les participants à comprendre que s’ils leur arrivent de recommencer à consommer des drogues ou de l’alcool, qu’ils doivent arrêter rapidement pour limiter les dommages à leur santé, à leur relations et à leur situation financière. Compétences: Abandonner après un écart, Signaler un écart

23 Quel est la différence entre un écart et une rechute ?  Combien de temps la situation a-t-elle durée ?  Combien d’argent ai-je dépensé ?  Quelles étaient les conséquences négatives ?  Comment est-ce que je me suis senti et qu’est-ce que je pensais de mon comportement ?

24 Le Mont Rétablissement

25 Rebondir et reprendre son traitement  Téléphoner à sa personne de soutien.  Parler à son médecin.  Discuter de l’écart en groupe et déterminer comment prévenir un écart la prochaine fois.

26 La carte d’urgence But : Apprendre l’importance d’une carte d’urgence et créer sa propre carte pour ne pas oublier comment on peut éviter de consommer des drogues. Cette séance vise à leur démontrer l’importance d’une carte d’urgence et les amener à concevoir leur propre carte.

27 Comprendre comment vous avez appris à utiliser des drogues But : Voir comment ils apprennent à consommer des drogues et comment ils peuvent se défaire de cette habitude; apprendre ce qui cause les états de manque et comment les surmonter. Cette séance les aident à comprendre qu’ils ont mis des années à acquérir l’habitude de consommer des drogues ou l’alcool et qu’il est possible de s’en défaire ou, plus précisément, de la remplacer par des habitudes saines.

28 États de manque Pourquoi éprouve-t-on des états de manque même si on veut cesser de consommer ? Sevrage Conditionnement (éléments déclencheurs)

29 Cerveau ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ↔ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ Cerveau Intoxication ▫ = Substances chimiques euphorisantes du cerveau ^ = Drogues provoquant une accoutumance

30 L’adaptation du cerveau aux drogues ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ↔ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ Intoxication Moins de substances chimiques naturelles Le cerveau réduit sa production de substances chimiques euphorisantes

31 Le sevrage ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ▫ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ^ ↔ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ^ ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ▫ ▫ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ▫ ^ ^ ▫ ▫ ▫ Moins de substances Sevrage chimiques naturelles Lorsque la drogue ne fait plus effet, la quantité de substances chimiques euphorisantes (naturelles) du cerveau est insuffisante

32 Le sevrage est une partie importante mais ce n’est pas tout…  En plus du sevrage, il y a le conditionnement. En effet, le toxicomane a en fait conditionné son organisme et son esprit à avoir une dépendance aux drogues.  Par exemple, vous pourriez éprouver des états de manque même après que votre cerveau aura eu le temps de se réadapter à sa production de substances chimiques naturelles. Pourquoi?  La réponse est liée aux ÉLÉMENTS DÉCLENCHEURS des états de manque.

33 Les états de manque  Les états de manque surviennent-ils dans des situations particulières?  Avec des personnes particulières?  À des moments précis?  En réaction à une humeur particulière?  Quels sont certains des éléments déclencheurs de votre consommation de drogues?

34 Posons-nous la question suivante… Pourquoi éprouve-t-on des états de manque même si on veut cesser de consommer des drogues ?  L’organisme peut être habitué à la drogue et on peut être en période de sevrage.  On peut avoir des éléments déclencheurs qui nous font penser aux drogues.

35 L’état de manque conditionné Les chiens d’Ivan Pavlov Viande  Salivation Viande + cloche  Salivation Cloche  Salivation Les toxicomanes Drogues  État de manque Drogues + élément déclencheur  État de manque Élément déclencheur  État de manque

36 Au bout du compte… Au début, les chiens de M. Pavlov continuaient à saliver au son de la cloche (en prévision de la viande). Chaque fois que M. Pavlov sonnait la cloche sans leur présenter de viande, ils salivaient, mais à mesure que le temps passait, ils salivaient de moins en moins. Avec le temps, ils ont fini par cesser de saliver au son de la cloche. Ils avaient appris quelque chose de nouveau. Ils avaient appris à ne plus associer le son de la cloche avec la viande. On appelle ce processus « extinction ».

37 Comment le processus d’extinction s’applique-t-il aux états de manque  Au début, les éléments déclencheurs provoquent des états de manque.  À mesure qu’on évite les états de manque ou qu’on y fait face sans consommer de drogues, ils deviennent de moins en moins intenses.  Avec le temps, les éléments déclencheurs ne créent plus des états de manque aussi intenses. Les états de manque finissent par disparaître graduellement.

38 Surmonter la vague Aptitude d’adaptation permettant de surmonter un état de manque comme si c’était une vague plutôt que d’y céder. On apprend ainsi à l’organisme à ne pas éprouver d’états de manque.

39 Les situations à risque élevé But : Apprendre ce que sont les situations à risque élevé et pourquoi il est important de les éviter. Cette séance les aident à décrire des situations à risque élevé qu’ils doivent évitez s’ils veulent réussir à éviter les drogues. Elle démontre aussi l’importance d’éviter d’être exposé à de telles situations en premier lieu. Compétences: Refuser des drogues offertes par un trafiquant, Refuser des drogues offertes par un ami ou un membre de la famille

40 Les éléments d’une situation à risque élevé  PERSONNES Exemples :  ENDROITS Exemples :  OBJETS Exemples :  PENSÉES Exemples :  ÉMOTIONS Exemples :

41 Les signaux d’alarme But : Apprendre à éviter les situations à risque élevé. Cette séance les aident à comprendre la notion des signaux d’alarme. De plus, elle les aident à déterminer les démarches qu’ils font généralement avant d’aboutir à une situation à risque élevé. Compétences: Signaler des symptômes et des effets secondaires à un médecin, Obtenir une personne de soutien, Obtenir un rendez- vous avec une personne occupée

42 Les signaux d’alarme (suite) Choses qui indiquent qu’on va peut-être vers une situation à risque élevé « Attention, situation à risque élevé à l’horizon »

43 Demi-tour Chose que l’on fait pour se détourner de situations à risques élevé et de la consommation de la drogue Vous devriez faire demi-tour lorsque vous rencontrez des signaux d’alarme

44 Situations à risque élevé et signaux d’alarme Comment évite-t-on des situations à risque élevé ? On peut le faire en faisant attention aux signaux d’alarme. Comment peut-on déterminer les signaux d’alarme ? On peut le faire en examinant sa chaîne de dépendance.

45 Maillon Ensemble ces éléments constitue à une situation à risque élevé Lorsqu’ils sont séparés, ils représentent des signaux d’alarme

46 Les habitudes saines et les plaisirs sains But : Se familiariser avec les habitudes saines et les plaisirs sains. Cette séance les aident à cerner plusieurs activités qui seraient profitables et saines (plaisirs sains). On leur demande aussi de déterminer les habitudes saines dont ils auront besoin pour s’abonner à des plaisirs sains. Compétences: Négocier avec un responsable de leur gestion financières, Demander à quelqu’un de partager un plaisir sain

47 Habitudes saines  Prendre ses médicaments  Acheter de la nourriture  Acheter des vêtements  Se lever à l’heure  Se coucher à l’heure  Laver ses vêtements  Se peigner  Prendre une douche  Se brosser les dents  Se raser  Épargner de l’argent  Assister à des réunions  Faire régulièrement de l’exercice

48 Plaisirs sains  Regarder la télévision  Lire  Écouter de la musique  Aller à la pêche  Marcher sur la plage  Manger un cornet de crème glacée  Cuisiner  Bien faire un travail  Avoir un rendez-vous galant  Obtenir un compliment d’une personne qu’on respect  Montrer quelque chose de nouveau à un enfant

49 Habitudes saines  Sain = Bon pour le bien-être et la santé  Habitudes = Choses qu’on refait sans cesse  Choses qui ne sont pas toujours agréables, mais qui mènent souvent à des plaisirs sains

50 Pourquoi cesser de consommer ? But : Comparer les avantages et les désavantages de la consommation de drogues, qu’ils notent sur leur carte d’urgence les raisons pour lesquelles on cesse de consommer et apprendre comment une personne de soutient peut les aider à cesser de consommer. L’exercice comporte quatre raisons : -Discussion des avantages et désavantages de la consommation -Une comparaison des avantages et désavantage -La comparaison aide à se souvenir des désavantages même en état de manque et d’envie -La reconnaissance des aspects positifs

51 Avantage de la consommation de drogues  Euphorie : On se sent bien  On se sent à notre place  On a du plaisir avec les autres  Les inquiétudes disparaissent. On se sent mieux rapidement.

52 Désavantage de la consommation de drogues  Perdre la confiance et le respect de la famille et des amis  Perdre son emploi  Ne pas avoir d’argent pour payer son loyer, sa nourriture ou ses vêtements  Se trouver sans abri  Mendier ou voler  Subir des blessures dans des accidents  Être victime de vol ou d’agression  Se faire arrêter; aller en prison  Voix et paranoïa  Dépression  Idées suicidaires  Maladies physiques, y compris le VIH

53 La consommation de drogues et d’alcool Les désavantages par opposition aux avantages

54 Avantage de la non-consommation de drogues  Avoir assez d’argent pour payer un loyer  Économiser de l’argent pour avoir des plaisirs sains  Avoir du respect pour soi-même  Obtenir la confiance de la famille et des amis  Se sentir en santé  Entendre moins de voix et être moins paranoïaque  Se sentir stable et maître de la situation

55 Personne de soutien  Une personne de soutien est quelqu’un sur qui on peut compter en cas de besoin  Une personne de soutien peut m’aider au sujet des points suivants : •Faire face à des états de manque •Ne pas oublier les raisons pour lesquelles j’ai décidé d’abandonner •Prendre des habitudes saines et découvrir des plaisirs sains

56 Conclusion Cette démarche ne garantit pas l’abstinence du client Elle constitue un moyen parmi d’autres pour accompagner le client dans un processus visant à résoudre un problème aux conséquences graves

57 Période de questions


Télécharger ppt "Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick)"

Présentations similaires


Annonces Google