La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Bien positionner le rôle de l’infirmière dans les équipes de première ligne en santé mentale : … des voies nettement indiquées pour s’y engager avec succès.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Bien positionner le rôle de l’infirmière dans les équipes de première ligne en santé mentale : … des voies nettement indiquées pour s’y engager avec succès."— Transcription de la présentation:

1 Bien positionner le rôle de l’infirmière dans les équipes de première ligne en santé mentale : … des voies nettement indiquées pour s’y engager avec succès Présenté par : Claire Page, inf., PH. D., professeure, Université du Québec à Rimouski France Laflamme, inf., M. Sc., infirmière-conseil, Ordre des infirmières et infirmiers du Québec Nicole Ricard, inf., PH. D., Centre de recherche Fernand Seguin 26 e Colloque de l’Association québécoise des infirmières et infirmiers en santé mentale 28 et 29 mai 2009

2 2 Plan de la présentation  Questionnements sur le rôle de l’infirmière dans les équipes de première ligne en santé mentale  Fondements permettant de tracer les balises du rôle  Urgence d’agir

3 3 Premièrement Questionnements sur le rôle de l’infirmière dans les équipes de première ligne en santé mentale

4 4 Depuis plus de 20 ans… Préciser le rôle de l’infirmière en santé mentale:  Un enjeu important : Bien reconnu dans la profession Souvent rappelé dans les écrits Toujours plus préoccupant avec les transformations du système de la santé mentale Et se posant vivement dans le contexte des équipes de première ligne en santé mentale (1989, 1994…)

5 5 L’ambiguïté, les doutes et l’inconsistance perdurent… Et pourtant … Quel est le rôle de l’infirmière dans les équipes de première ligne en santé mentale ?

6 6 … une impasse qui se confirme ? Étude de cas : modèle d’intervention d’une équipe de première ligne en santé mentale  Sous représentation de l’infirmière dans l’équipe  Trop peu d’attention portée sur : Les besoins des personnes en lien avec les problèmes de santé physique Le traitement du trouble mental Les besoins de la famille et des proches  Rôles peu définis : celui de l’équipe tout comme celui de ses membres

7 7 … une impasse ? Des questionnements qui persistent :  Quel est mon rôle dans une équipe de première ligne en santé mentale ?  Un rôle différent de celui en milieu hospitalier ? Oui mais, comment ?  Pourquoi la présence des infirmières est-elle essentielle dans les équipes de 1 re ligne ?  Quelle est leur plus-value ?

8 8 Conception claire du rôle pour une collaboration interdisciplinaire  Certains défendent la flexibilité et l’érosion des frontières entre les professionnels  D’autres défendent des rôles distincts et clairement identifiés  Tendance à éviter la confrontation sous prétexte de démocratie et d’intégration, ce qui entraîne la confusion, la dévalorisation, les actions non coordonnées et l’insatisfaction des membres de l’équipe 1 Dans l’intérêt du client : 1 Burns (2005)

9 9 Pourquoi est-ce si difficile ?  Pratique infirmière surtout dans les hôpitaux 1  Intégration d’une spécialisation, le nursing psychiatrique ( ), à une définition globale de la discipline infirmière ( ) 1 1 Cowen et Morhead (2006)

10 10 Pourquoi est-ce si difficile ?  Formation en santé mentale intégrée à la formation en soins infirmiers en général : Diminution du contenu et de la pratique en santé mentale dans les programmes de formation Perte de terrain dans les milieux de pratique en psychiatrie et en santé mentale  Intégration d’autres professionnels (suite)

11 11 La santé mentale, domaine particulier : Pourquoi est-ce si difficile ? (suite) 1 Burns ( 2004) ; 2 Jones (2002)  Zone très large d’interventions partagées entre tous les membres de l’équipe 1  Intervention globale plutôt que spécialisée 2

12 12  La psychiatrie n’a jamais conclu nettement à la supériorité d’une approche ; les intervenants privilégient la souplesse et la flexibilité 1  Priorité accordée à la relation, l’empathie et la compassion, en contrepartie aux pratiques médicales légitimées par une pensée positiviste 1 Pourquoi est-ce si difficile ? (suite) La santé mentale, un domaine particulier : 1 Burns ( 2004)

13 13 Et vous ?  Vos impasses ?  Vos préoccupations ?  Vos questionnements ?

14 14 Deuxièmement Fondements permettant de tracer les balises du rôle de l’infirmière de première ligne en santé mentale

15 15 S’appuyer sur des fondements… ClientExpériencesanté/maladie Assises professionnelles : - modèles infirmiers Connaissances Champ d’exercice Domainelégislatif Politiques de santé Environnement Continuum de services Besoins de la population Standards de pratique Valeurs

16 16 Des assises professionnelles  Le nursing est la protection, la promotion et l’optimisation de la santé et des capacités, la prévention de la maladie et des blessures, le soulagement de la souffrance par le diagnostic et le traitement de la réponse humaine, et l’advocacy dans le soin des personnes, des familles, des communautés et des populations 1  Les conceptions de la discipline (caring/Watson ; autosoins/Orem ; relations interpersonnelles/Peplau ; apprentissage/McGill, etc.) 1 American Nursing Association (2003)

17 17 Des connaissances  Résultats probants : Modes d’évaluation et de traitements Approches thérapeutiques Organisation des services à privilégier selon le problème de santé Données démontrant la plus-value de la contribution des infirmières en santé mentale, par exemple :  Suivi des personnes souffrant de dépression  Infirmières dans les équipes PACT

18 18 Domaine législatif: Loi sur les infirmières et les infirmiers (LII) Un champ d’exercice :  L’exercice infirmier consiste à évaluer l’état de santé d’une personne, à déterminer et assurer la réalisation du plan de soins et de traitements infirmiers, à prodiguer les soins et les traitements infirmiers et médicaux dans le but de maintenir la santé, de la rétablir et de prévenir la maladie ainsi qu’à fournir les soins palliatifs

19 19 LII : 14 activités réservées  Évaluer la condition physique et mentale d'une personne symptomatique  Exercer une surveillance clinique de la condition des personnes dont l'état de santé présente des risques, incluant le monitorage et les ajustements du plan thérapeutique infirmier (ex. : pharmacovigilance, gestion des risques)  Effectuer le suivi infirmier des personnes présentant des problèmes de santé complexes  Ordonnances collectives, etc.

20 20 Le domaine législatif  Projet de loi 50, devenu le Projet de loi 21 ( Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines)  Ajouts d’activités : ex. : « évaluation des troubles mentaux » avec formation au cycle supérieur

21 21 Des standards de pratique  Standard 1 : Dispenser des soins professionnels et compétents basés sur une relation thérapeutique  Standard 2 : Évaluer et monitorer la condition de santé  Standard 3 : Administrer et monitorer les interventions thérapeutiques  Standard 4 : Gérer les situations de santé changeantes  Standard 5 : Intervenir selon une fonction d’enseignement et de coaching  Standard 6 : Assurer la qualité de la pratique  Standard 7 : Assurer une pratique clinique adaptée au contexte

22 22 Politiques de santé : Plan d’action en santé mentale  Approche populationnelle  Hiérarchisation des services : 1 re, 2 e et 3 e lignes (soins sur un continuum) : Renforcement des services de 1 re ligne :  Soins de 1 re ligne en santé mentale : (70 % des infirmières en santé mentale s’y retrouveront)  Soins généraux  Guichet unique : accessibilité aux services, continuité et qualité

23 23 Les besoins de la population  Au Québec : 1 personne sur 5 souffre d’une maladie mentale 1  De ceux-ci, 85 % consultent en première ligne, et… de ceux-ci, 40 % obtiennent des services  Les troubles anxieux et de l’humeur sont beaucoup plus fréquents et sont en voie d’augmentation 1  Les troubles mentaux sont fréquemment accompagnés de maladies physiques aiguës ou chroniques 2 1 OMS (2005) ; 2 Miller et Martinez (2003) ; Farname et al. (1999)

24 24 Besoins de la clientèle en première ligne  Accessibilité compétente, continuité du suivi, enseignement, autosoins : Dépression majeure Troubles anxieux Troubles de personnalité Alcool et drogues Trouble mental grave stabilisé

25 25 Contribution spécifique de l’infirmière en première ligne  La réponse du client ou de la cliente et de ses proches à la maladie mentale, aux risques pour la santé qui lui sont associés (suicide, trouble métabolique, chronicité de la dépression, anxiété des proches)  Aider la personne à s’outiller, en somme préserver la santé!  Lutter contre la stigmatisation Le de nos interventions :

26 26 Contribution spécifique de l’infirmière en première ligne (suite)  Évaluation de la condition physique et mentale de la personne : Guichet d’accès, dépistage des problèmes de santé physique et mentale, soutien aux infirmières des services généraux, etc.

27 27  Surveillance clinique : ex.: pharmacovigilance, résultats des traitements et gestion des risques : Implique d’avoir de bonnes connaissances de la psychopathologie, des paramètres de santé physique et mentale, utilisation efficiente d’outils de mesure, un jugement clinique très développé, etc. Contribution spécifique de l’infirmière en première ligne (suite)

28 28 L’intervention :  Avec la personne et ses proches : identifier et utiliser des outils et des ressources dans le but de faciliter l’adoption de réponses compatibles avec la santé et le rétablissement  Partenariat avec la personne et sa famille (lien de confiance, approche humaniste) Contribution spécifique de l’infirmière en première ligne (suite)

29 29 Contribution spécifique de l’infirmière en première ligne (suite) L’intervention selon notre cible : la santé  Psychoéducation, entretien motivationnel, intervention familiale, adhésion à la pharmacothérapie, allègement des effets secondaires des médicaments, adoption de saines habitudes de vie, résolution de problèmes

30 30 Contribution spécifique en synergie avec les autres professionnels  Relation d’aide, alliance thérapeutique, soutien, accompagnement  Approches psychothérapeutiques selon les meilleures pratiques : Thérapie brève cognitivo-comportementale (individuelle, groupe), programme d’autogestion Thérapie interpersonnelle  Gestion de cas des personnes atteintes de troubles graves  Intervention en situation de crise, prévention du suicide Les activités partagées :

31 31 Et vous ? A partir de vos réflexions et votre expérience personnelles, y-a-t-il d’autres balises pour aider à préciser le rôle et la contribution des infirmières en santé mentale?

32 32 Troisièmement L’urgence d’agir

33 33 Urgence d’agir… pièges à éviter  Que la méconnaissance de notre contribution spécifique laisse d’autres professionnels définir notre apport  Poursuivre des buts trop larges et trop ambitieux  Définir notre rôle sans tenir compte des besoins de la population  Que l’équipe de santé mentale devienne une source commune de travail générique, où nul ne saurait dire qui est responsable de quoi

34 34 Urgence d’agir… pièges à éviter (suite)  Adopter un rôle de psychothérapeute à défaut d’un rôle mieux défini  Que l’équipe devienne un groupe d’individus travaillant de façon isolée  Être peu représentée dans l’équipe de santé mentale et être isolée des autres infirmières

35 35 Urgence d’agir… Pourquoi ?  Rendre disponible les diverses compétences pour répondre aux besoins variés et complexes des personnes et de leurs proches  Conception claire du travail en interdisciplinarité  Imputabilité  Attraction et rétention  Indications pour améliorer les programmes de formation académiques et la formation continue  Assurer un passage fluide d’un niveau de service à l’autre (accessibilité, qualité et continuité)

36 36 Agir  Augmenter les contenus sur la santé mentale dans les programmes de formation (relation thérapeutique, approches selon résultats probants, etc.)  S’approprier les assises permettant de spécifier la contribution et l’offre de services des infirmières  Se regrouper, se réseauter et construire des alliances : AQIISM, communautés de pratique, réseaux, etc.

37 37 Agir (suite)  Connaître les ressources utiles au développement professionnel : Institut national d’excellence en santé et services sociaux Journées bi-annuelles en santé mentale Nice et autres…

38 38 Agir (suite) Se faire connaître :  Participer aux activités scientifiques et de formation interdisciplinaire  Se joindre aux instances de décision (conseil d’administration, etc.)  Connaître, récompenser et publier les succès remportés dans la pratique et la recherche en soins infirmiers en santé mentale (résultats pour les patients et proches)

39 39 Et vous ? Quel est votre plan d’action ?

40 40


Télécharger ppt "Bien positionner le rôle de l’infirmière dans les équipes de première ligne en santé mentale : … des voies nettement indiquées pour s’y engager avec succès."

Présentations similaires


Annonces Google