La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réunion 24 Juin 2013 1 Présentation || Document de synthèse ||

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réunion 24 Juin 2013 1 Présentation || Document de synthèse ||"— Transcription de la présentation:

1 Réunion 24 Juin Présentation || Document de synthèse ||

2 2

3 3 « Voulons-nous des logements parfaits avec des centaines de milliers de demandeurs ou voulons-nous mettre en œuvre des moyens pratiques nouveaux pour répondre aux besoins ? » Source UNPI (Union Nationale de la Propriété Immobilière) 09/2012

4 4

5 5 1. Fiche d’identité VIVALDIS VIVALDIS INDUSTRIE S.A.S. est une société industrielle dont la mission est d’assurer, dans la filière béton, le développement du concept d’intégration totale : l’industrialisation des différentes étapes du processus « habitat ». Début 2014, le premier site industriel régional de VIVALDIS INDUSTRIE S.A.S. démarrera sa production. À l’horizon 2018, VIVALDIS INDUSTRIE S.A.S. devrait assurer le pilotage de cinq sites industriels régionaux. Les logements construits par VIVALDIS INDUSTRIE S.A.S répondent à la réglementation thermique RT2012 ainsi qu’aux labels THPE (Très Haute Performance Énergétique) ; le tout dans une démarche qualitative HQE (Haute Qualité Environnementale).

6 6

7 Sommaire 1. Fiche d’identitép Le marché du logement p La solution VIVALDIS p Le choix de l’industrialisationp Le choix du modulairep Les atouts de l’habitat modulairep Le process industrielp Le marché et la concurrencep Les produits VIVALDISp La gamme de produitsp L’équipe dirigeantep Les valeurs de VIVALDIS p. 32

8 8 2. Le marché du logement La période de crise traversée par nos économies remet en cause la pertinence de certains investissements et incite particuliers et entreprises à un comportement attentiste, limitant les investissements et l’innovation afin de réduire la prise de risque. Cette période, certes indécise quant à ses conséquences et aux réactions économiques qu’elle suscite, peut cependant être porteuse de nouvelles opportunités… Jamais l’offre ne pourra rencontrer la demande … puisqu’elle n’y répond pas ! Une brèche s’ouvre pour des concepteurs de logements à coût raisonné, qui répondraient au besoin criant de logements en France. Une nouvelle ère du logement est nécessairement attendue pour venir combler le fossé entre une offre (de logements) non satisfaite et une demande (de milliers de personnes) qui reste forte. La résolution de cette problématique nécessite des réponses nouvelles et actuelles : il est inutile de continuer à construire pour construire, il faut construire intelligemment en prenant en compte les attentes du marché. La crise du logement Les difficultés du secteur financier se transmettent au secteur de l’immobilier via un durcissement des prêts aux particuliers, entrainant un ralentissement de l’ensemble du secteur. Sur le même registre, la confiance des ménages, lourdement entamée par cette crise générale, accentue ce phénomène de recul des investissements immobiliers et d’attente de jours meilleurs. Ceci dit, sans compter que le budget des ménages voit fondre durablement son pouvoir d’achat… Cependant si ces éléments mettent en valeur les risques qui pèsent sur la demande de logements, ils peuvent être aussi réinterprétés et se transformer en opportunités lorsque de nouveaux produits immobiliers viennent répondre aux besoins non satisfaits des consommateurs.

9 9 2. Le marché du logement Performances économiques et énergétiques Créer des logements à prix modérés (prix d’équilibre du marché) ne signifie en aucun cas lésiner sur la qualité. En effet aujourd’hui, face à la montée des prix de l’énergie, les ménages sont de plus en plus sensibles à leur consommation énergétique. Un logement bien isolé et à forte performance énergétique permet de faire des économies de grande ampleur qui viennent alléger le budget des ménages modestes. Les rigueurs réglementaires et normatives françaises agissent légitimement pour faire baisser les consommations énergétiques des logements supportées par les ménages. Ces préoccupations conduisent à des réflexions majeures sur les solutions nouvelles à apporter pour y répondre. En effet, les méthodes traditionnelles de construction semblent dépassées lorsqu’elles multiplient les couches d’isolants pour aboutir à des épaisseurs de murs telles que la facture finale n’est plus recevable par le cœur du marché. Celui-ci reste alors demandeur, sans offre adaptée à son budget. Logiquement, la taille des logements et leur performance énergétique rentrent dans la sélection et le choix des logements, particulièrement pour les logements sociaux. Il importe clairement d’obtenir des logements de taille convenable et ayant une bonne performance énergétique, le tout à un prix compatible avec l’habitat social.

10 10 Vers un nouveau marché raisonné Il est donc désormais indispensable de prendre en compte cette nouvelle caractéristique budgétaire pour combler les attentes encore insatisfaites en veillant à ne plus simplement prendre en compte le seul coût du logement mais aussi sa localisation (pour les déplacements journaliers de ses occupants), ses coûts de consommation énergétiques (dans ce contexte de hausse programmée du prix des matières premières) et son mode de financement (assister les ménages dans leur démarche de recherche de crédit ou proposer un nouveau modèle économique). Derrière ces divers éléments plutôt macroéconomiques se dessine une véritable opportunité sur le marché du logement. En se concentrant sur ces sujets, il est possible de limiter le prix du foncier, le prix du traitement des ponts thermiques, le prix du recours aux énergies renouvelables Le marché du logement Un nouveau marché semble émerger pour les entreprises adhérentes à cette logique, celui-ci compte peu (ou pas encore) de concurrence. Les premiers à s’y confronter en tireront un avantage concurrentiel certain. Il faudra donc être rapide et avoir anticipé ce nouveau marché du logement durable à coût maîtrisé.

11 11 2. Le marché du logement Et l’État dans tout ça ? La situation de crise du logement est connue des pouvoirs publics, les chiffres émanant de leur service l’attestent tout comme les mesures « pansements » pour tenter de corriger la situation. À sa décharge, le gouvernement ne peut agir seul. Même s’il est à l’origine de mesures fiscales incitatives (PTZ+, loi Duflot…), ses initiatives doivent être relayées techniquement par des acteurs (publics ou privés) du marché du logement. Les autorités publiques nous encouragent à trouver des réponses concrètes pour revitaliser ce marché qui ne demande qu’à être très florissant. Engagements gouvernementaux : « logements à construire en 5 ans » Quels que soient les scénarii retenus, qui couvrent un spectre large d’hypothèses, la demande potentielle est comprise entre et logements par an, en moyenne, d’ici 2030 (2) ; sans jamais excéder Ce chiffrage ne tient, toutefois, pas compte du surcroît de constructions qui serait nécessaire pour compenser les démolitions décidées dans le cadre du plan de renouvellement urbain. En avril 2012, le manque de logements en France était estimé à par la plupart des experts et repris par l’Elysée (3). Selon la fondation Abbé Pierre, 3.6 millions de français seraient mal logés, seraient sans abris. Avec l'augmentation du chômage et le manque structurel de logements, cette détresse sociale prend de l'ampleur. Les raisons de ce déficit sont multiples et de bien nombreuses mesures ont été envisagées dont le programme de constructions de logement par an, annoncé par le gouvernement français. En 2012, il était loin d’être atteint : seuls logements neufs ont été construits de janvier à décembre 2012, selon le Ministère du Logement. L’année 2013 ne devrait pas faire mieux. Pour pallier cet écart significatif, le gouvernement est en passe de proposer prochainement un pacte à tous les acteurs du logement, bailleurs sociaux, collectivités locales, investisseurs privés, promoteurs, pour identifier les leviers qui permettront de créer plus de logements (4).

12 % de ventes pour les promoteurs immobiliers en 2012 (1) ( logements) - 10% de dépôt de permis de construire Autorisation à construire (2) - 24,1% d’autorisation à construire (au 4 ème trimestre 2012 par rapport à 2011) - 7,3% d’autorisation à construire sur l’année 2012 (soit unités) - 7,7% d’autorisation à construire pour constructions neuves - 5,3% d’autorisation à construire pour le logement collectif (soit unités) - 11,1% d’autorisation à construire pour le logement individuel ( unités) Constructions commencées (2) - 28,4% de logements mis sur chantier (au 4 ème trimestre 2012 par rapport à 2011) - 17,8% de mises en chantier sur 2012 (soit logements) - 18,8% de mises en chantier pour le logement collectif (soit logements) - 16,6% de mises en chantier pour le logement individuel (soit logements) 2. Le marché du logement Il y a des situations de mal logement, une crise de l’habitat, des difficultés à trouver un toit. Les causes sont multiples : déficit/état du parc, manque de logements sociaux dans certaines zones, revenus trop faibles des locataires... L’enjeu n’est pas tant de construire chaque année un nombre de logements donné que de s’interroger sur les marges de manœuvre dont on pourrait doter les acteurs du marché (promoteurs, industriels, entreprises de construction, organismes HLM…) pour moduler (à la hausse ou à la baisse), le moment venu, une offre répondant à la demande. (1) Source : Observatoire de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) au 14/02/2013 (2) Source : Service de l’observation et des statistiques au 09/2012 (3) Source : Insee au 13/01/2013 (4) Source : Batiactu au 04/02/2013 Bilan de la situation actuelle

13 13 À cette question, la Direction de VIVALDIS apporte des réponses simples, étudiées avec des concepts brevetés répondant aux préoccupations actuelles. Le concept développé par les produits VIVALDIS permet une adéquation et met en relation l’offre et la demande. Volontairement (et par nécessité) sans intermédiaire, le VIVALDIS orchestre, avec ses partenaires, toute la filière constructive immobilière en proposant des solutions concrètes pour répondre, avec ses moyens, à la crise immobilière française tout en préservant qualité, confort et coût maitrisés. C’est en se basant sur cette analyse des besoins du marché à court, moyen et long terme que VIVALDIS a bâti son programme constructif en répondant à 100% des attentes du marché. VIVALDIS a pris le parti de rompre clairement avec les habitudes et méthodes traditionnelles pour s’orienter vers des solutions technologiques originales et novatrices, seules garantes d’un retour à l’équilibre entre l’offre et la demande. 3. La solution VIVALDIS Les principaux leviers permettant de débloquer cette stérilité du marché du logement s’inscrivent dans une rupture technologique et philosophique. 1. … à prix raisonnables (location et vente). … faiblement énergivores. … rapidement disponibles. … fiables et durables C’est pourquoi VIVALDIS apporte ses prérogatives sur 4 axes principaux en proposant des logements…

14 14 3. La solution VIVALDIS Les solutions « PRIX » de VIVALDIS € HT le mètre carré construit. C’est le prix fixe auquel sera commercialisé les produits « maisons individuelles » fabriqués par VIVALDIS. Ce prix est maîtrisé grâce à l’industrialisation du système constructif breveté. L’industrialisation est « la » seule solution pour assurer à la fois qualité / performance / délai / prix. Comme dans le domaine de l’automobile, VIVALDIS vous propose des options de série incluses dans ce prix de référence. À ce titre, pour une maison individuelle vendue à € HT le m² sont inclus : les finitions des murs (peintures ou enduits, parmi des centaines de coloris), des sols (béton ciré, parquet…), des types de plafonds, cuisine et salle de bain équipées (large choix d’aménagement, coloris), la menuiserie intérieure (avec un vaste choix de teintes et poignées de portes), domotique… 1. Ce prix n’est rendu possible que grâce à la maîtrise de la filière constructive : du bureau d’études à la livraison clé en main en passant par la promotion immobilière et l’industrie, des partenariats s’opèrent pour une complémentarité efficace et bénéfique pour chaque opération. Ceci permettant aux marges et honoraires pratiqués, à chaque étape, par les différents intermédiaires habituels de la construction traditionnelle d’être très largement réduits € le m²

15 Les solutions « ENERGIE » La démarche RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) de VIVALDIS est assumée et portée par la société et ses partenaires privilégiés. À ce titre, les matériaux sont strictement sélectionnés pour répondre à la fois aux exigences de performance et de durabilité dans le temps mais également pour leur propriété intrinsèque (issus du recyclage ou 100% recyclable). Pour exemple : le choix s’est porté sur le chanvre pour l’isolation, sur le bois pour des composants de structure, sur la chaux pour des finitions intérieures… La stricte sélection des matériaux du système constructif permet non seulement d’être en parfaite conformité avec les réglementations en vigueur (dont la RT2012) mais également de disposer de plusieurs longueurs d’avance en termes de consommation des logements. Les fortes augmentations du prix de l’électricité (+30% d’ici 2017), du gaz et des énergies fossiles, annoncées par le gouvernement, nécessitent des anticipations sur les choix à opérer dans les équipements de tous les nouveaux logements. Les solutions « RAPIDITE / TEMPS » La durée moyenne de construction des logements a oscillé entre : 11 et 13 mois pour les maisons individuelles, et entre 16 et 23 mois pour les logements collectifs (+ de 50 logements), en France métropolitaine (3) ; ce délai qui reste bien trop long pour faire face à la situation d’urgence actuelle. VIVALDIS s’engage sur un délai constructif de 60 jours pour les maisons individuelles et de 6 mois pour les logements collectifs (+ de 50 logements). Grâce à la planification industrielle, VIVALDIS s’engage sur la maîtrise de ses délais constructifs. Ce délai très court, comparé aux actuels acteurs traditionnels, permet à VIVALDIS de répondre à différents types de marché : l’individuel, le collectif, le résidentiel, les habitations légères de loisirs, les habitats de santé, les logements d’urgence… tout en garantissant un niveau de prestations élevé et un coût maîtrisé. 3. La solution VIVALDIS

16 16 4. Les solutions « FIABILITE & DURABILITE » Parce qu’un logement neuf vieillit…, il convient de lui assurer un suivi régulier au même titre que celui appliqué lors du contrôle technique des automobiles (obligatoire au 4 ème anniversaire du véhicule puis tous les 2 ans) ou de l’entretien de la chaudière (obligatoire tous les ans) ou encore le ramonage de la cheminée (obligatoire 1 à 2 fois par an, selon le règlement sanitaire départemental). En plus de garantir le confort des personnes, VIVALDIS assure le suivi S.A.V. (service après-vente) du logement pour contrôler l’efficacité dans le temps des matériaux constructifs, conseiller ses occupants sur une meilleure utilisation afin de limiter leur consommation énergétique et leur permettre de disposer, dans le temps, des meilleurs technologies pour un maximum d’économie. Vivre dans un logement ne s’apprend pas et pourtant, certaines règles évidentes permettent de vivre mieux et dans un environnement plus sain. Spécialiste du logement, VIVALDIS investit dans des matériaux nobles et durables pour procurer les meilleures sensations de bien-être aux habitants, encore faut-il que l’occupant soit sensibilisé à la bonne utilisation de son logement. Tout comme il existe des notices d’utilisation pour les appareils électro-ménager, il existe désormais, grâce à VIVALDIS, une notice du « bien-vivre chez soi » apportant des conseils au quotidien pour optimiser l’utilisation des appareils énergivores (bien qu’à faible consommation : A++) et adopter les bons gestes de préservation de la planète. Le suivi annuel du logement (type S.A.V.) permettra, grâce à la domotique embarquée, de restituer à l’occupant les résultats de son mode de fonctionnement au quotidien. 3. La solution VIVALDIS

17 17 Pourquoi industrialiser le système constructif de l’habitat ? Force est de constater que le secteur automobile offre chaque jour davantage d’équipements de série (climatisation, assistances électronique de tous ordres…). Ce confort, auparavant optionnel et onéreux, est devenu standard entraînant de ce fait une baisse des coûts de fabrication et donc des prix de vente pour des véhicules de plus en plus performants. Pourquoi donc ne pas appliquer ce raisonnement d’industriels à la construction de logements ? Face à la pénurie du logement, Face à un budget moyen des ménages de plus en plus serré et une nécessaire maîtrise des budgets constructifs, Face à l’augmentation croissante des exigences en matière de réglementations énergétiques, Face à des exigences en termes de confort et de qualité de vie, Face à une nécessaire maîtrise des délais de construction et de mise à disposition… VIVALDIS INDUSTRIE S.A.S. apporte la seule solution en mesure de maîtriser avec sécurité et fiabilité toutes ces contraintes : l’industrialisation. L’industrialisation associée à une forte intégration de la chaîne de valeurs, permet : une qualité de finitions remarquables, sans perte de matière ni rebuts, une garantie stricte de respect des normes environnementales, une rapidité d’exécution associée à une maîtrise des délais (planification industrielle), Le tout à des tarifs impossibles à atteindre dans les modes de construction traditionnels, à qualité et finitions comparables. A ceci viennent s’ajouter des réductions de frais et honoraires à toutes les étapes du projet. L’industrialisation et la rationalisation de ce concept, alliées à la mise en œuvre de matériaux performants confèrent à VIVALDIS INDUSTRIE S.A.S. une avance technique qui répond à bien des exigences des réglementations et du marché de la construction actuels. Prototype d’habitats VIVALDIS (2009) 4. Le choix de l’industrialisation

18 18 5. Le choix du modulaire Ce concept modulaire permet aux architectes de créer des logements avec beaucoup de souplesse tant au niveau de la surface que de l’architecture. Seul le modulaire permet de : Créer des bâtiments architecturalement novateurs (classiques ou contemporains), Développer des concepts sans limites de forme, d’espace, de superficie, de volume… Garantir des performances énergétiques élevées, Maîtriser des coûts de construction et de commercialisation moindres, Garantir une réactivité et un délai d’exécution hors norme : une habitation de 82m² en 45 jours, Compléter le projet initial par des extensions ultérieures, voire réorganiser par la suite l’ensemble de la répartition des espaces de vie. Livrer le logement fini « prêt à vivre » 100% équipé et raccordé : revêtements murs et sols, menuiseries, placards, cuisine et salle de bain, électroménager… Cette industrialisation modulaire se réalise autour des trois filières : béton, acier, bois. Cependant et fréquemment, des associations de matériaux s’opèrent pour aboutir à des programmes constructifs optimisés tant sur des aspects esthétiques qu’en termes de performance énergétique. La décision prise d’une production industrielle, il ne restait qu’à donner carte blanche aux architectes, designers et techniciens du bâtiment pour étudier, développer et proposer un concept en conformité avec le produit habitat et l’industrialisation. Les résultats de leurs réflexions se sont évidemment portés vers le MODULAIRE. Quels avantages présente la construction modulaire ? Le développement du concept modulaire a permis de réaliser un système constructif à base de modules de différents volumes et surfaces. Ces modules deviennent des espaces de vie (cuisine, salle de bains, salon, chambre etc…..), leurs équipements de qualité et personnalisables, de même que leurs finitions sont assurés sur la chaîne d’assemblage. Ils sont ensuite minutieusement protégés et transportés vers le lieu de construction où des équipes de montage, réalisent la construction selon les plans.

19 19 Les atouts de l’habitat modulaire industrialisé ATOUTS QUALITATIFS  L’utilisation de matériaux de qualité, utilisés sans perte ni rebut du fait de l’industrialisation,  La mise à disposition d’un produit répondant aux réglementations en vigueur, de qualité,  Réduction des missions du contrôleur technique,  Réduction : maîtrise d’œuvre d’exécution,  Démarche de qualité globale, ATOUTS ORGANISATIONNELS  Construction d’une habitation de 91 m² en 45 jours (exemple),  Installation sur chantier en moins d’une semaine pour un ouvrage R0 ou R+1,  Suppression des aléas liés aux chantiers (intempéries, manque de main d’œuvre),  Suppression des opérations préalables à la réception de l’ouvrage,  Gestion très simplifiée des corps d’état secondaires en usine et non sur chantier,  Rapidité d’exécution  Livraison « clé en main ». ATOUTS SOCIAUX  Accessibilité du logement au plus grand nombre (primo-accédants, bailleurs sociaux, résidences personnes âgées ou étudiants, logements d’urgence…),  Les délais de livraison extrêmement courts permettent de répondre rapidement à des situations d’urgence tout en maintenant un niveau de qualité et de confort élevés,  Pérennisation de l’emploi en régions (500 personnes par projet industriel), Mise à disposition d’un produit habitation à HT € le m² SHON. Ce prix est le seuil maximum supportable actuellement pour 70% des ménages français. 6. Les atouts de l’habitat modulaire

20 20 ATOUTS FINANCIERS  Réduction des coûts de vandalisme et vols sur chantier,  Production et livraison du logement au maître d’ouvrage en moins de 10 mois (incluant : dépôt + obtention du permis de construire + délai de recours des tiers),  Réduction des frais financiers, des fonds propres, des crédits d’accompagnement, des honoraires de gestion, des frais de commercialisation, des honoraires de contrôle…,  Réduction des coûts liés aux aléas (malfaçons, intempéries),  Gain de plusieurs mois sur la réalisation complète d’un programme de promotion, réduisant de ce fait, les risques financiers liés aux fluctuations du marché,  La garantie décennale unique pour l’ensemble de l’ouvrage réduit les coûts de gestion, L’industrialisation et la rationalisation de ce concept, alliés à la mise en œuvre de matériaux performants confèrent à ce procédé une avance technique qui répond bien plus que nécessaire aux exigences imposées par les nouvelles réglementations de la construction : BBC RT2012…. Maison modulaire construite en BFUHP aux normes RT2012, réalisée en 2009  Maîtrise globale des coûts du logement livré « prêt à vivre » entre € et € HT le m²,  Suppression des déchets sur chantier (emballage, chute, rebuts),  Utilisation de composants recyclés en production industrielle,  Des projets à vocation régionale en conformité avec les préceptes du Grenelle de l’Environnement,  Tri sélectif sur l’ensemble des sites industriels. 6. Les atouts de l’habitat modulaire

21 21 7. Le process industriel Implantation industrielle type VIVALDIS INDUSTRIE est une unité d’assemblage d’habitats des plus modernes et innovantes. Nouvelle industrie sur le marché, VIVALDIS INDUSTRIE a composé de toutes pièces son implantation et son mode de production qui fait appel aux dernières techniques de flux tendu grâce à l’intégration sur chacun de ses sites industriels de ses principaux équipementiers.

22 22 7. Le process industriel 4.1 Fabrication d’un panneau BFUHP Après avoir préparé le béton BFUHP dans des malaxeurs idoines, le process consiste à le couler dans des moules horizontaux préalablement préparés en fonction des types de panneaux à produire (panneaux extérieurs ou intérieurs). Des réservations ont été prévues pour les menuiseries et équipements de liaisons. Après coulage, différentes couches d’isolants sont pressées sur le béton frais. L’organisation de ces couches définit la structure du panneau, ainsi que les zones de liaison et d’ancrage. Les volumes destinés à recevoir les circulations des fluides ont été prévus. Une couche de plâtre pour la finition intérieure vient recouvrir le tout et ainsi finir le panneau. 4.2 Équipement et finitions d’un panneau BFUHP Cette phase permet de réaliser toutes les opérations d’équipements et de finition : traitement curatif du panneau (faces intérieure et extérieure) pour le protéger contre les intempéries mais aussi contre l’adhésion de graffitis ; le poste suivant concerne la pose des tableaux et menuiseries intérieures et extérieures, puis l’intégration des réseaux fluide, la pose du parement intérieur, et les travaux de finitions et de peinture.

23 23 7. Le process industriel 4.1 Fabrication d’un panneau BFUHP Après avoir préparé le béton BFUHP dans des malaxeurs idoines, le process consiste à le couler dans des moules horizontaux préalablement préparés en fonction des types de panneaux à produire (panneaux extérieurs ou intérieurs). Des réservations ont été prévues pour les menuiseries et équipements de liaisons. Après coulage, différentes couches d’isolants sont pressées sur le béton frais. L’organisation de ces couches définit la structure du panneau, ainsi que les zones de liaison et d’ancrage. Les volumes destinés à recevoir les circulations des fluides ont été prévus. Une couche de plâtre pour la finition intérieure vient recouvrir le tout et ainsi finir le panneau. 4.2 Équipement et finitions d’un panneau BFUHP Cette phase permet de réaliser toutes les opérations d’équipements et de finition : traitement curatif du panneau (faces intérieure et extérieure) pour le protéger contre les intempéries mais aussi contre l’adhésion de graffitis ; le poste suivant concerne la pose des tableaux et menuiseries intérieures et extérieures, puis l’intégration des réseaux fluide, la pose du parement intérieur, et les travaux de finitions et de peinture.

24 Assemblage des modules Sur un autre secteur de l’atelier, il s’agit d’assembler plusieurs panneaux afin de confectionner chaque module. Ce module technique est totalement équipé en usine, prêt à être posé sur le chantier. Une fois l’ensemble des éléments constitutifs de l’habitation prêts (cuisine, salle de bain…), ceux-ci sont chargés par camion(s) afin d’être acheminés par route vers le site de construction sur lequel ont préalablement été bâties des fondations et une dalle qui recevra la maison. 4.4 Pose sur chantier En quelques journées de travail, à l’aide d’engins de manutention courants, une petite équipe spécialisée pose et assemble la maison sur la dalle et effectuer les raccordements. Dans cette organisation 100% modulaire, ce seront toutes les pièces de la maison (cuisine, salon, chambres, couloir…) qui sortent de l’usine, sous forme de modules complets entièrement équipés qui s’emboîtent ensuite tout naturellement sur chantier. La maison est « prête à vivre » Ce système constructif complet est protégé par des brevets concédés en licence de fabrication ‘exclusive’. L’analyse en propriété industrielle confirme qu’il n’existe pas à ce jour de brevets concurrents dans le domaine de l’utilisation de ces bétons pour la construction de panneaux ouverts. 7. Le process industriel

25 25 Comparatif synthétique des constructions traditionnelles et constructions industrialisés VIVALDIS Construction traditionnelle Matériau principal : Béton Construction VIVALDIS Industrie Matériau principal : Béton Construction sur chantier Fabrication industrielle, coulage à plat Assemblage sur chantier Nombreux ponts thermiquesRupture totale des ponts thermiques Malfaçons potentiellesFabrication industrielle = contrôle = qualité Délais de livraison incertains (tributaire de la météo)Planification industrielle = ponctualité (maîtrise des délais de livraison) Résistance finale du béton traditionnel : 28 joursSéchage du BFUHP : 4 heures Différentes entreprises interviennent successivement sur chaque mur Les matériaux se marient simultanément sur chaque panneau fabriqué. Optimisation des performances intrinsèques des matériaux. Les réseaux se posent après la réalisation des murs Installation des réseaux prévus lors de la fabrication des panneaux (pas d’intervention sur chantier) Fondation : descente de charges importantes qui génèrent des coûts élevés suivant la nature du sol et volume du bâti Fondation : descentes de charges allégées : fondations simplifiées et optimisées Épaisseur des murs : 45 cm Épaisseur moyenne de l’isolation : 20 cm Épaisseur des murs : 30 cm Épaisseur moyenne de l’isolation : 25 cm Fort risque de perméabilité à l’air des matériaux traditionnels notamment aux jonctions Performance d’étanchéité à l’air : 0,28. Performance très proche des exigences du Passiv Haus Institut (Allemagne) notée à 0,2 Tests acoustiques réalisés au cas par casTests acoustiques conformes à la réglementation Assurance décennale traditionnelle Assurance décennale AXA Assurance responsabilité civile industrielle L’option parasismique génère un surcoûtBâti parasismique assuré Norme RT2012Supérieur à la norme RT2012 Éligible THQE 8. Le marché et la concurrence

26 26 Le prix constructif des logements modulaires industrialisés du Groupe est d’ores et déjà inférieur à la moyenne nationale. En réalité, il l’est d’autant plus qu’il contient déjà de nombreux équipements supplémentaires de série. 9. Les produits VIVALDIS

27 27 L’habitat collectif 10. La gamme de produits

28 28 La maison individuelle 10. La gamme de produits

29 29 L’habitation légère de loisirs 10. La gamme de produits

30 30 L’habitation légère de loisirs 10. La gamme de produits

31 31 Le tertiaire 10. La gamme de produits

32 32 Les hommes et les femmes-clés de ce projet forment une équipe rassemblée dans l’exigence et soudée dans la performance autour d’un projet industriel d’envergure. Elle présente une expérience solide dans l’innovation technologique et industrielle appliquée aux métiers de l’immobilier, aux fonctions de production, de distribution, de contrôle de gestion, de finance et de direction générale. Diplômé de l’ESC Paris Débute sa carrière dans le Groupe PHILIPS à Paris. À partir de 1978, entre chez WHEELABRATOR ALLEVARD (38) qu’il dirige à partir de 1983 et propulse au rang de leader mondial (320 M€, 1700 personnes réparties sur les cinq continents en 2003). En 2004, il rejoint le Groupe SAMSE (950 M€ et 4000 personnes) à la Présidence du Directoire. Depuis 2007, il dirige le cabinet de consultants AD VISOR (38). Début 2011, il rejoint le projet VIVALDIS. Jean-Marie BERNARD Président VIVALDIS INDUSTRIE S.A.S. 11. L’équipe dirigeante

33 R ESPONSABILITÉ S OCIÉTALE DES E NTREPRISES (RSE) La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est, par définition, la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable. La démarche de VIVALDIS consiste à prendre en compte les impacts sociaux et environnementaux de l’activité pour en adopter les meilleures pratiques possibles et contribuer ainsi à l’amélioration de la société et à la protection de l’environnement. La RSE permet d’associer logique économique, responsabilité sociale et éco-responsabilité dans sa stratégie globale. Innovation L’innovation est le quotidien des équipes R&D. Chacun apporte, par son implication et sa motivation, une valeur innovante. VIVALDIS offre à ses clients une longueur d’avance par ses innovations, protégées par brevets. Esprit d'équipe Travailler en équipe est la clé de toute réussite. Le travail d’équipe procure l’énergie collective qui permet la réussite des plus grands projets. C’est la complémentarité des compétences individuelles qui crée les succès collectifs. Responsabilité sociétale Innovation Esprit d’équipe Qualité Environnement Créativité Proximité 12. Les valeurs de VIVALDIS INDUSTRIE 33

34 Toutes les informations contenues dans ce présent document ont un caractère strictement confidentiel. En outre, les informations contenues sont la propriété exclusive VIVALDIS et ne peuvent être reproduites, en tout ou en partie, sans autorisation écrite spécifique. Tous droits réservés 2014.


Télécharger ppt "Réunion 24 Juin 2013 1 Présentation || Document de synthèse ||"

Présentations similaires


Annonces Google