La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Produit du terroir : Utopie et norme SALGUR KANÇAL.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Produit du terroir : Utopie et norme SALGUR KANÇAL."— Transcription de la présentation:

1 Produit du terroir : Utopie et norme SALGUR KANÇAL

2 Qu’est-ce qu’un produit du terroir ? Quelle utopie porte-t-elle la fameuse dimension culturelle du produit ? Comment concilier savoirs faire locaux traditionnels et innovations ? Utopies spécifiques et normes ?

3 Le concept « produit du terroir » : est-il la survivance d’un discours idéologique archaïque développé d’abord, à la fin du 19 e et au début du 20 e siècle, par le géographe Vidal de la Blanche, puis par les fondateurs de l’Action Française, par la propagande vichyssoise et pétainiste ? est-il une invention du marketing moderne qui s’approprie un produit, souvent agro-alimentaire, réellement encastré dans un terroir, depuis la nuit des temps ? est-il une notion post-moderne qui exprime en même temps l’angoisse devant la massification imposée par la globalisation et l’aspiration à un autre type de modèle sociétal ?

4 Avec la mondialisation, du côté de l’offre, l’agriculture devient une activité économique à localisation précaire soumise au redéploiement, et la globalisation de la chaîne de l’industrie agroalimentaire ce qui conduit à la massification et à la standardisation des produits. Conséquence : – une perte de diversité des intrants agricoles – une perte de diversité des produits agroalimentaires. du côté de la demande paradoxalement, l’exacerbation de la concurrence internationale place la qualité et l’authentification des produits au centre des préoccupations des consommateurs.

5 Simultanément à la mondialisation, on assiste à une décentralisation administrative des régions dans les pays méditerranéens. Dans ce contexte, la notion de terroir revient en force et attire les populations urbaines, nostalgiques de leurs racines. Ainsi l’engouement pour les produits du terroir prend de plus en plus d’ampleur. Avec le tourisme vert, la commercialisation des produits « authentiques » provenant des producteurs-artisans, des fermiers et de petites entreprises locales s’est développée. Ensuite, les chaînes de grandes distributions et de restauration ont pris le relais. Partout, des produits dits « du terroir « s’offrent à des prix abordables à une consommation de masse.

6 L'organisation Slow Food fut fondée, en 1989, pour défendre l’alimentation de qualité, le respect de l'environnement et le dynamisme des communautés locales. Elle revendique membres dans 1300 antennes locales de 150 pays. Inspiré du Slow Food, un autre mouvement Cittaslow est né en Italie en 1999, et promeut une gestion municipale centrée sur la qualité de vie, l'économie de proximité, le respect des paysages..., en réaction à un urbanisme débridé. Cent quarante villes de 21 pays ont déjà adhéré à cette charte de 70 obligations. On trouve des » villes lentes « dans toute l'Europe, mais aussi en Australie, en Corée du Sud, au Canada...

7 En Turquie, une petite ville de habitants, le sous-préfecture de Seferhisar situé sur la côte égéenne à 44 km d’Izmir, depuis le 28 novembre 2009 est la seule adhérente du mouvement des « villes lentes ». La ville en collaboration avec la Faculté d’Agronomie et le Centre de l’Environnement de l’Université d’Egée a mis au point un plan intégré de développement local qui prévoit notamment la promotion de trois produits du terroir : la mandarine, l’artichaud et le miel de Satsuma

8 La consommation des produits du terroir par l’élite socioéconomique – Consommation ostentatoire (Veblen) – Ascétisme et autre style de vie (Weber) – Distinction et légitimité culturelle (Bourdieu) La consommation des produits du terroir par des ménages à bas revenu (les immigrès) : moyen d’intégration et d’affirmation sociale Les produits du terroir en devenant l’objet d’une consommation de masse et en suscitant des mouvements globalisés se détachent d’un espace spécifique et devient « u-topiques ».

9 Les produits du terroir : une utopie Les produits du terroir sont chargés d’une connotation affective et nostalgique combinant tradition, idéalisation du passé, le goût du plaisir et la convivialité. Nourris, accrus, intensifiés par l’imagination et le désir ils sont aussi une utopie.Malgré cette idéalisation du passé, rien ne permet d’affirmer que les produits d’autrefois étaient meilleurs que ceux d’aujourd’hui. En tout cas, pendant des siècles les produits de bonne qualité étaient réservés aux nantis, le peuple se contentant des produits de mauvaise qualité. La situation va s’améliorer à partir de la fin du 19 e siècle, grâce au développement des techniques agricoles et de nouvelles industries agro-alimentaires. Aujourd’hui, tout le monde dispose des produits d’une qualité certaine, parce que les recherches scientifiques améliorent la qualité des matières premières et les chercheurs travaillent aussi à la rénovation des procédés traditionnels.

10 Les produits portant la mention AOC, AOP, IGP sont bien issus de procédés traditionnels spécifiques à un terroir, mais ils sont constamment rénovés par des innovations techniques à toutes les étapes. La notion de « terroir » est authentifiée par le signe géographique qui certifie l’origine du produit et qui apporte la preuve de sa qualité supérieure Que signifie la notion de qualité associée au produit du terroir ? La qualité ne peut se dissoudre dans l’utopie. L'utopie relève de l'imaginaire, la qualité s'ancre fermement dans les faits réels et les traces d'une actualité vécue. L'utopie s’imagine et se désire, la qualité se mesure. "Ce qui ne se mesure pas n'existe pas". La Qualité n'est pas non plus une obligation, car l'obligation s'impose d'en haut par la hiérarchie, alors que la qualité se crée, s'adapte et se développe à tous niveaux. L'obligation rigidifie et sclérose, la qualité assouplit et invente. C'est pourquoi, la qualité n'est pas un recueil de normes ou de procédures, même si ces normes, règles et procédures finissent toujours par produire un recueil.

11 Conclusion Produit du terroir et utopies Comment concilier les différentes utopies : la règle de l’optimum,de Pareto Produit du terroir : utopies et normes Qui fixe les normes ? Quelles normes ? Au profit de qui ?


Télécharger ppt "Produit du terroir : Utopie et norme SALGUR KANÇAL."

Présentations similaires


Annonces Google