La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Département de Radiologie et d’Imagerie Médicale Coloscopie virtuelle. Comment débuter ? Yves Gandon, Mehdi Cadi.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Département de Radiologie et d’Imagerie Médicale Coloscopie virtuelle. Comment débuter ? Yves Gandon, Mehdi Cadi."— Transcription de la présentation:

1 Département de Radiologie et d’Imagerie Médicale Coloscopie virtuelle. Comment débuter ? Yves Gandon, Mehdi Cadi

2 Les bases du dépistage Augmentation de l’incidence entre 1980 et 2000 : Nombre à (50%) Décès à (22%) 5 à 6 % de la population fera un cancer colo-rectal Filiation adénome-cancer 85 % des cancers Lente > 10 ans Grande opportunité du dépistage Pour qui, quand, comment, à quel prix ?

3 3 groupes de risques Moyen : La population générale Risque : 3,5% Dépistage … Elevé : Antécédents personnels d’adénome ou de CCR Antécédents familiaux (1er degré) de CCR (ou adénome avancé) MICI Risque : 6 à 10% Coloscopie à 45 ans ou 5 ans avant cas index Très élevé : PAF et syndrome HNPCC Coloscopie tous les 1-2 ans après puberté

4 Dépistage à risque moyen Rectosigmoïdoscopie courte sans anesthésie Hemocult proposé au départ dans certains départements extension du dépistage basé sur la recherche de sang dans les selles coloscopie si positif bonne spécificité = 90 % sensibilité à 50 % pour le CCR et % pour les polypes Hemocult II en préparation Coloscopie virtuelle de masse difficile

5 Coloscopie virtuelle Pourquoi une alternative à la coloscopie ? coûteuse : examen + anesthésie + hospitalisation risques : 1 perfo sur 1000 (sur résection) imparfaite : sensibilité < 90 % majorité sans lésion très significative Coloscopie virtuelle risques limités (irradiation, perforation …) préparation pourrait être plus légère en externe mais recours à la coloscopie pour résection performance suffisante ?

6 Performance de la coloscopie virtuelle Courbe d’apprentissage +++ technique de réalisation : insufflation et lecture (expérience > 50 examens) CAD ne seront qu’une aide Résultats publiés restent discordants Pickhardt (NEJM 2003) : scanner > coloscopie Rockey (Lancet 2005) : scanner < coloscopie 1233 patients>10 mm>8 mm>6 mm (344 polypes) ColoscopieSe=87,5%Se=91,5%Se=92,3% Coloscanner Se=93,8% Sp=96% Se=93,9% Sp=92,2% Se=88,7% Sp=79,6% 614 patients>10 mm>6 mm (152 polypes) ColoscopieSe=98%Se=99% ColoscannerSe=64%Se=61%

7 Retard par rapport aux USA, Belgique … Gastroentérologues inquiets Médecins généralistes peu informés STIC coloscopie virtuelle en cours 25 centres Formation initiale 1500 patients sur 2 ans Lecture sans puis avec CAD Comparaison coloscopie En France

8 Se préparer Recruter Réaliser Analyser Comment commencer ?

9 Se préparer Avant de se lancer ne pas sous-estimer la charge Se former Voir des examens Séminaires de formation : ESGAR, Pitié-Salpétrière, GE, USA Lire des cas : 50 ? Disposer d’un logiciel de lecture GE Philips Siemens Toshiba – Vitrea Viatronix Rendoscopy Acquérir un insufflateur CO 2 (Protocol, EZEM) ?

10 Ne pas déclarer la guerre aux gastros ! Les informer en premier de la disponibilité de la technique Précisez votre expérience Cible 1 : impossibilité ou échec de la coloscopie Coloscopie incomplète Condition non optimales Mais on ne peut pas nous reprocher un faux négatif Cible 2 : risque élevé qui ne veulent pas de coloscopie Information claire des patients Préciser que la coloscopie virtuelle n’est pas « recommandée » Recours à coloscopie si positif Cible 3 : risque moyen qui veulent mieux que l’Hemocult Recruter

11 Hemocult+ et coloscopie incomplète

12 Préparation type « Pickhardt » : Régime sans résidus Préparation « sèche », exemple : Fleet-Phosphosoda ou Prepacol Marquage des selles liquides (iode) et solides (baryte) Autres options : Sans marquage des selles Sans laxatifs avec marquage complet des selles (pour les « pros » uniquement) Réaliser : préparation

13 Installation du patient et mise en place canule Sans ballonnet si pas de contrôle de la pression Confort de l’insufflateur Insufflation puis mode radio décubitus et acquisition basse dose Vérification 2D (distension, lésions …) Mise en procubitus Poursuite de l’insufflation puis mode radio procubitus et acquisition basse dose Vérification 2D (distension, lésions …) Analyse complète Réaliser : examen

14 Analyse 2D : recherche de cancer et de polypes Analyse 3D : indispensable pour les polypes Chemin de navigation Puis selon les stations et la préparation : Navigation aller, demi-tour puis retour pour les 2 acquisitions Analyse du colon disséqué automatiquement … Marquage des lésions Confrontation 3D – 2D +++ Confrontation pro-décubitus +++ Temps ? Un colon propre bien distendu = très rapide Si sigmoïde spasmé, distension incomplète et résidus = très long 10 mn – 30 mn Analyser

15 Polype de 7 mm

16 Résidu stercoral Procubitus 2D Vue 3D Décubitus 2D

17 Polype pédiculé ProcubitusDécubitus

18 Piège Granulome sur suture

19 Piège Suppositoire Décubitus Procubitus

20 Difficultés Diverticulose avec distension réduite

21 Positionnement de la technique en évolution Ne pas sous estimer l’investissement en formation Séminaire (pièges …) Lire des cas (50 ?) avant de se lancer Ne pas croire forcément aux sirènes des CAD Commencer par des indications reconnues Protocole de préparation type Pickhardt Obtenir une bonne distension Choix de la station moins crucial qu’avant Y passer un peu plus de temps au début Feed-back Conclusion


Télécharger ppt "Département de Radiologie et d’Imagerie Médicale Coloscopie virtuelle. Comment débuter ? Yves Gandon, Mehdi Cadi."

Présentations similaires


Annonces Google