La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Faut-il dépister les parents proches ? Dr Bruno Buecher Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Faut-il dépister les parents proches ? Dr Bruno Buecher Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris."— Transcription de la présentation:

1 Faut-il dépister les parents proches ? Dr Bruno Buecher Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

2 Partie 1 Quentend-on par « parents proches » ou apparentés au premier degré ?

3 Partie 1 Quentend-on par « parents proches » ? 4Faut-il dépister les parents proches? Génération 1 Génération 2 Génération 3 Génération 4 Homme Femme Apparentés au 1 er degré de lindividu 3.2 : Individus 2.1; 2.2; 3.1 et 4.1

4 Partie 2 Risque de cancer colorectal chez les apparentés au 1 er degré dun individu atteint de cancer ou de gros polype(s) du côlon ou du rectum

5 Antécédent de gros polype / cancer du côlon ou du rectum chez au moins un apparenté au 1 er degré Partie 2 Risque de cancer colorectal chez les apparentés au 1 er degré 6Faut-il dépister les parents proches? Risque « moyen »Risque « élevé » 1 (classe de référence) 3 à 4% 2 à 4 6 à 16% Risque cumulé (absolu) au cours de lexistence Risque relatif / risque de la population générale Catégorie de risque Pas dantécédent personnel ou familial au 1 er degré de gros polype / cancer du côlon ou du rectum « population générale »

6 Partie 3 Laugmentation du risque de cancer colorectal

7 Partie 3 Laugmentation du risque 8Faut-il dépister les parents proches? Laugmentation du risque de cancer colorectal chez les apparentés au 1 er degré dun individu atteint de cancer ou de gros polype(s) du côlon ou du rectum est fonction: 1 - de lâge au diagnostic du gros polype ou du cancer chez lapparenté atteint Augmentation du risque supérieure en cas de jeune âge au diagnostic chez lapparenté 2 - du nombre dapparentés au 1 er degré atteints Augmentation du risque avec le nombre dapparentés atteints

8 Partie 3 Laugmentation du risque 10Faut-il dépister les parents proches? Laugmentation du risque de cancer colorectal chez les apparentés au 1 er degré dun individu atteint de cancer ou de gros polype(s) du côlon ou du rectum justifie la mise en place dun dépistage systématique par coloscopie À partir de 45 ans (ou 5 ans avant lâge au diagnostic le plus précoce) Répétition tous les 5 ans en cas de normalité, mais prochain contrôle à 3 ans en cas didentification et dexérèse de polypes significatif Par ailleurs, Consultation médicale sans délai en cas dapparition de symptômes dappel (douleurs abdominales; perte de sans dans les selles; troubles du transit …)

9 Partie 4 Y a-t-il une place pour dautres examens de dépistage des polypes / cancers colorectaux dans ce contexte ?

10 11Faut-il dépister les parents proches? Pas dindication dune recherche dun saignement occulte dans les selles par le test Hémoccult ® Indications de la coloscopie virtuelle actuellement limitées aux contre-indications et impossibilités techniques de la coloscopie « classique » (situations rares) Partie 4 Y a-t-il une place pour dautres examens?

11 12Faut-il dépister les parents proches? Il faut systématiquement évoquer la possibilité dune maladie génétique de prédisposition dans les situations suivantes: Ces situations rares justifient une consultation de génétique Polypes en très grand nombre (on parle de « polypose »), et/ou Multiples cas de cancers du côlon ou du rectum dans la famille, et/ou Diagnostic(s) à un âge inhabituellement jeune (< 60 ans), et/ou Association aux polype(s) / cancer(s) du côlon ou du rectum dautres types de cancers, notamment du corps de lutérus (endomètre)


Télécharger ppt "Faut-il dépister les parents proches ? Dr Bruno Buecher Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris."

Présentations similaires


Annonces Google