La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 L’AMELIORATION DE L’EFFICACITE DES SYSTEMES EDUCATIFS EN AFRIQUE FRANCOPHONE : expériences de terrain Ni expert, ni décideur mais ACTEUR DE TERRAIN COONFERENCE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 L’AMELIORATION DE L’EFFICACITE DES SYSTEMES EDUCATIFS EN AFRIQUE FRANCOPHONE : expériences de terrain Ni expert, ni décideur mais ACTEUR DE TERRAIN COONFERENCE."— Transcription de la présentation:

1 1 L’AMELIORATION DE L’EFFICACITE DES SYSTEMES EDUCATIFS EN AFRIQUE FRANCOPHONE : expériences de terrain Ni expert, ni décideur mais ACTEUR DE TERRAIN COONFERENCE REGIONALE SUR L’EDUCATION EN AFRIQUE DE L’OUEST

2 2 Aide et Action intervient dans 16 pays en Afrique, en Asie du Sud Est, aux Caraïbes et en Inde… Aide et Action intervient dans 16 pays en Afrique, en Asie du Sud Est, aux Caraïbes et en Inde… Aide et Action est une association qui milite pour le droit à l’éducation, levier durable du développement

3 3 Situation de l’éducation en Afrique  Des progrès importants 5 ans après Dakar  Augmentation des taux d’admission : + 45% d’effectifs entre 1987 et 2001  Priorité à l’éducation dans les allocations budgétaires (21% en Afrique de l’Ouest en moyenne; 40% pour le Sénégal en 2005).  Préférence nette accordée à l’enseignement de base (Niger 62%, Burkina Faso 64%, Tchad 65% en 2001; contre 37% Ghana).  la quasi-totalité des budgets destinée au fonctionnement et salaires des enseignants  Malgré tout, sur les 35 pays loin d’atteindre l’indice de développement EPT, 22 sont en Afrique subsaharienne

4 4  Des niveaux d’accès et d’acquisition des élèves (cf. PASEC) encore faibles TBAPParité fillesRedoublementsAccès en 6 ème année CEDEAO87 (1) 7915 (2) 49 CEMAC ,9 AFRIQUE Les projections à l’horizon 2015 : accélérer le rythme  enfants à scolariser entre 2001 et 2015 augmentation de + 66%; contre + 45,9% entre 1987 et % en AO  enseignants, accroissement 2 fois plus rapide qu’entre 1987 et 2001 : + 82% contre + 42%.

5 5 Les analyses macro économiques % PIB consacré à l’éducation en moyenne Taux achèvement école primaire Autres PMA1,4%60,1% Afrique1,4%45%  A ressources relativement égales, les pays anglophones et lusophones réalisent de meilleures performances que les pays francophones (Sahel notamment). PASEC L’explication? une faible efficacité dans l’utilisation des moyens  Des coûts unitaires/salaires enseignants plus élevés (MINGAT/SUCHAUT…)  Le rôle modéré des niveau académique / formation professionnelle initiale et statut de l’enseignant dans les niveaux d’acquisition des élèves (3%). PASEC 2004

6 6 La solution?  une politique de recrutement d’enseignants moins qualifiés avec des niveaux de salaire plus bas (Bamako 2000 : BM et Chefs d’État) Conséquences: + Amélioration sensible des taux d’accès -  Des problèmes persistants de qualité : menace sur les objectifs EPT.  Les enseignants ne veulent pas être les « sacrifiés » du système: leur situation s’est considérablement dégradée pour un travail de plus en plus complexe  La difficile gestion de la formation continue difficultés à gérer la grande diversité des profils d’enseignants problèmes d’effectifs, de logistique, de finances et parfois de compétences au niveau de l’encadrement pédagogique.

7 7  Importance de la motivation de l’enseignant sur les acquisitions des élèves (PASEC 2004) Motivation de l’enseignant Acquisitions Absentéisme «Le besoin d’économiser les ressources pour d’autres apports doit être concilié avec la nécessité de rémunérer suffisamment les enseignants pour attirer et retenir des individus qualifiés » (Rapport mondial EPT 2005;26)  La nécessité d’une approche globale pour l’efficacité des systèmes éducatifs africains

8 8  Décentralisation et déconcentration : la bonne gouvernance et la diversification de l’offre, facteurs clés de l’efficacité des systèmes éducatifs. «L’atteinte des objectifs d’éducation nécessite "… [une] redéfinition des priorités, [une] réallocation des ressources et [un] partage des responsabilités de l'éducation entre l'État, les communautés et les collectivités dans le cadre d'une gestion décentralisée renforçant l'autonomie des écoles.» Engagement des Chefs d’État; Bamako 2000  Trois obstacles majeurs à surmonter: 1. l’absence d’une gestion par les résultats (culture de l’évaluation) 2. la réelle implication des acteurs locaux dans les processus de décision 3. l’adaptation de l’offre à la demande

9 9 Expériences pour une gestion transparente et efficace des systèmes éducatifs  Un faible accès à l’éducation La planification locale de l’éducation à Vélingara (Sénégal) : Expérience de Aide et Action 1 des départements les moins scolarisés : TBS 31% (17,93% filles) 40% de réussite au CFEE et 21% au concours d’entrée en 6 ème influence d’un courant religieux opposé à l’école dite «française» mariages précoces faisant obstacle à la scolarisation des filles rareté des ressources affectées à l’éducation 80% d’enseignants débutants après seulement 3 mois de formation

10 10  Un contexte national favorable: mise en place de la décentralisation (1996) volonté politique en favorable (promotion participation communautaire, alternatives éducatives, augmentation du nombre d’enseignants (politique des VE) 1 ère étape : Mobiliser les acteurs autour des objectifs d’éducation  Mise en place de structures le partage du pouvoir et des responsabilités Équipe Pédagogique Départementale (EPD), Collectif des Directeurs d’École, Amicales des Enseignants, Fédération Départementale des APE.  Activités : campagnes d’information (réunions de villages / émissions radio) formation des élus locaux (rôles et place dans l’éducation) rationalisation de la carte scolaire formation continue des enseignants. alphabétisation et écoles communautaires ( zones d’influence des marabouts)

11 11  Résultats + accès : augmentation du taux brut de scolarisation 31% en 1995 à 93% (dont 67% pour les filles) en  qualité : baisse des résultats Excepté une pointe en 98 (51%), le taux de réussite au CFEE passe de 47 à 37% entre 1997 et 2001; celui de l’entrée en 6 ème stagne entre 29 et 25%.  En 2001: Projet de dispositif de suivi et d’amélioration des rendements scolaires (EPD et Aide et Action) Diagnostic des rendements scolaires (tests de niveau) Identification des difficultés des élèves par discipline et analyse des causes (pédagogiques, liées à l’environnement scolaire ou familial) Progressions harmonisées et évaluations standardisées par niveau Exploitation / analyse des résultats et mesures à prendre.

12 12  Depuis la mise en place du dispositif : Augmentation des taux de réussite au CFEE (de 37,8 à 42,8%) Relèvement de la réussite à l'entrée en 6ème (de 25 à 40%) Conséquence probable d’1 relèvement global des niveaux entre 01 et 03. Ces résultats sont dus, entre autres, à :  Une gestion plus transparente du système au niveau local renforcement du rôle des Collectivités Locales, Parents et Enseignants mise en place d’outils de gouvernance (PLDE, PDE, CC et CO) recours aux radios communautaires : moyen d’information et d’échanges  L’adoption d’un mode de gestion par les résultats (évaluation) dispositif de suivi des rendements scolaires dispositif de formation continuée initié avec les directeurs d’écoles. renforcement des élèves hors temps scolaire (tutorat, cours du soir….)

13 13  Contexte : Gestion des budgets d’éducation par les local governments En 1996, selon une étude État / Banque Mondiale : - > 30% des ressources affectées par l’État arrive aux écoles. L’amélioration de la mobilisation et de l’utilisation des ressources financières par le Budget Tracking (Ouganda)  Face aux réactions suscitées par les conclusions, l’État prend des mesures pour renforcer la transparence : - publication des fonds transférés (journaux et radios) - obligation pour les conseils locaux de rendre compte de l’affectation / utilisation des budgets - délégation du pouvoir d’engagement des fonds aux écoles. - implication de la société civile dans les affaires publiques et mise en place d’un dispositif public de redevabilité (accountability)

14 14  Le budget tracking : outil de bonne gouvernance financière appliqué à l’éducation. Expériences des r éseaux PAMOJA et ANCEFA Objectif : accompagner les conseils locaux dans l’exercice de leur rôle (planification, mobilisation des ressources, exécution et suivi évaluation des plans locaux de l’éducation) Principes de base : Transparence; responsabilisation effective des acteurs locaux; droit de participer à la prise de décision et au contrôle des politiques Démarche : Renforcement des capacités des acteurs pour un rôle actif (choix de priorités, élaboration - exécution - suivi des plans et budgets). acquisition de nouvelles compétences, accès à de nouvelles informations et de nouvelles alliances.

15 15  Activités : formation des acteurs mise à disposition d’informations mise en réseau et campagnes de plaidoyer pour l’éducation  Résultats : 1999: presque 100% des ressources budgétaires parvenaient aux écoles. Renforcement de la transparence et des mécanismes de redevabilité utilisation plus efficace des ressources (l’Ouganda est cité en exemple de bonne gestion des fonds de l’éducation). Progrès spectaculaires en termes de couverture (chiffres) Autres expériences menées par Aide et Action pour l’amélioration l’efficacité des systèmes éducatifs : Bénin, Guinée, Burkina Faso, Madagascar….

16 16 partage des responsabilités et des coûts suivi et contrôle des résultats par les citoyens / médias contribution à l’amélioration de l’efficacité de l’école.  Principales leçons tirées transparence des modes de gestion et partenariat Décentralisation / déconcentration initiative aux acteurs locaux / gestion de proximité innovations dans la gestion financière et pédagogique du système meilleure identification des priorités réponses plus adaptées aux besoins utilisation plus rationnelle des ressources

17 17  Atteindre les objectifs d’EQPT en 2015 : un pari impossible avec la configuration actuelle des systèmes éducatifs d’ASS malgré les gains d’efficacité possibles Obstacles : Priorité à un modèle unique / standardisation des systèmes éducatifs Marginalisation de la contribution potentielle du non formel (pour le mode de gestion et la pertinence des apprentissages) Persistance de difficultés à passer de l’expérimentation à la généralisation malgré les avancées (Burkina, Guinée, Sénégal, Mali…) «Les pays où l’accès à l’enseignement primaire est encore limité à une fraction de la population ont besoin de politiques holistiques pour reconstruire leurs systèmes éducatifs, tandis que les autres pays peuvent s’attacher à des aspects spécifiques des politiques d’éducation». Rapport mondial EPT 2005

18 18 Pour être plus efficace, l’école devra répondre aux aspirations du plus grand nombre.  Exigence d’une remise en cause du modèle unique.  prise en compte de la nécessaire diversité des systèmes éducatifs  reconsidération de la question enseignante.  redéfinition des modes de gestion et d’évaluation «Un programme scolaire seul ne peut pas contribuer à créer des qualités humaines. Ceci est possible uniquement à travers une cohabitation prolongée avec des êtres humains de qualité.» Prof. Dr. G.D. AGARWAL


Télécharger ppt "1 L’AMELIORATION DE L’EFFICACITE DES SYSTEMES EDUCATIFS EN AFRIQUE FRANCOPHONE : expériences de terrain Ni expert, ni décideur mais ACTEUR DE TERRAIN COONFERENCE."

Présentations similaires


Annonces Google