La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’invention politique d’un secteur : Le secteur des services à la personne : é tat des lieux actuel (financements, intervenants et structures) et prospective.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’invention politique d’un secteur : Le secteur des services à la personne : é tat des lieux actuel (financements, intervenants et structures) et prospective."— Transcription de la présentation:

1 L’invention politique d’un secteur : Le secteur des services à la personne : é tat des lieux actuel (financements, intervenants et structures) et prospective des besoins financiers et humains le cas des services à la personne Florence Jany-Catrice, MCF, HDR. Université Lille1 Clersé-UMR 8019 et IUF

2 Introduction o Niveau d’emploi actuel des SP entre 1,5 et 2 millions d’emploi Industrie Automobile : Industrie: 3,8 millions Incertitude autour de emplois o Difficultés à décrypter le « secteur » des SP Création politique Champ éclectique Emplois très particuliers o Crise importante dans le secteur Jany-Catrice, 2010 : « La bulle des services à la personne éclate » Le Monde, IGAS oct. 2010, Nord-Pas de Calais… 2

3 Le système d’idées qui a servi de soubassement au projet de développement des SP Remise en cause du principe même de l’Etat social Individualisation des dispositifs de soutien Idéologie de la croissance économique comme finalité de nos sociétés Concurrence : modalité la plus efficace de coordination des acteurs Conclusion : Plan Borloo et préparation du secteur à sa « marchéisation » et sa « marchandisation ». 3

4 Plan de l’intervention I. Engouement pour les services à la personne II. « Secteur » insaisissable mais pourtant au cœur des politiques de l’emploi III. Conséquences pour le travail (des femmes)

5 I. Engouement pour les services à la personne La séduisante rhétorique du « gisement » d’activité et du « gisement » d’emplois Des perspectives de croissance savamment entretenues : entre besoins et demande  Constat de besoins (Cerc, 2008; Cahuc et Debonneuil, 2004)  vieillissement populationvieillissement population  Conciliation des temps et volonté d’achat de « facilitation de la vie quotidienne » (ie. services domestiques)  Souvent décontextualisés ( Pailhé, Solaz, 2004; Méda, 2008 ou encore Bouffartigue, Bocchino, 1998)

6 Le projet économique du Plan  Amorcer la transformation des « besoins » en « demande » par des leviers économiques : réduction du coût d’accès et meilleure circulation de l’information  Perspectives (construites) d’activité économique : ouverture du marché à la concurrence pour des activités « bon marché »  A terme: une « autonomisation » de la demande Des perspectives ignorées par ce raisonnement purement économique : - Les ressorts institutionnels : comment l’offre est-elle déjà présente ? Quels dispositifs de régulation de la qualité du service doivent-ils être mobilisés ? - Les ressorts psycho-sociaux : quelle propension mentale ou culturelle au recours à du personnel de service dans son propre domicile? - Les ressorts éthiques : quelles conséquences de l’externalisation à autre que soi- même d’activités relevant du soin, du caring, de l’entretien de soi? Quelles solidarités autre que marchandes (familiales, proximité etc.)?

7 Plan I. Engouement pour les services à la personne II. « Secteur » insaisissable mais pourtant au cœur des politiques de l’emploi III. Conséquences pour le travail des femmes

8 II. Un secteur insaisissable mais au cœur d’une politique publique de l’emploi 2.1. Un regroupement éclectique d’activités

9 Une logique dominante : la prestation à domicile - Diversité de publics - Diversité de logique d’intervention : intime et interpersonnelle vs. Standard (source : à partir de Dares) Aide à dom tout public Aide et soins à domicile des Personnes dépendantes Prestations dans « bouquet » de services Courses Accompagnem ent livraison Livraison : Linge Repas à dom Publics dépendants Tous publics Domicile / intimité Garde d’enfants 12/02/09 9 Adessa 2008 Florence JANY-CATRICE 2.1. Un regroupement éclectique d’activités (unis par des liens faibles) Pas de la porte Coaching sportif Soutien scolaire

10 Emplois directs : 1,376 millions emplois (83%) 2.2. qui aboutit à des évaluations en niveaux d’emploi de l’ordre de 1,65 millions d’emplois Emplois prestataire : 279 mille Manda taire : 145 mille Durée moyenne du travail : 590 heures annuelles Durée du travail : 810 heures annuelles En ETP : 1,65/3 = Objectifs de Lisbonne, pol d’emploi qui maximise ses performances et comparaisons internationales comparaisons internationales (17%)

11 2.3. des mesures de soutien sédimentées et relevant de registres divers Objectifs multiples, signe d’une « instrumentalisation » du secteur et du détournement de certaines finalités  Economique : « gisement » d’emplois ( à 3 millions d’emplois).  Social car les emplois qu’il promeut visent à prendre en charge des services d’action sociale : assistance à la dépendance, aide à l’autonomie, gestion de la petite enfance.  Familial car la promotion publique du secteur vise à libérer du temps contraint aux ménages bi-actifs en allégeant leurs tâches domestiques.  Un secteur peut-il à lui seul fournir une solution conciliant une telle diversité d’objectifs ? Tensions multiples

12 Tensions dans la structuration de l’offre, et dans la qualité 12/02/09 Régulation tutélaire : offre publique, associative, organisée d’en haut, financée par l’Etat Régulation quasi-marchande : « libre choix », où ce qui est promu est la coordination par le marché Les SP sont-ils des produits comme les autres? Une incertitude pèse sur leur qualité  nécessite la production de dispositifs de confiance et d’équiper le marché: la réputation, les réseaux, voire l’expérience (Karpik, 2007)  Cette expérience du temps long de l’interaction entre salariés et usagers contraste avec l’idée du « produit », non durable, que l’on peut changer comme on le souhaite.  La nécessité de confiance renforcée par le fait que la prestation s’effectue dans le domicile des particuliers, et que, pour les activités d’AD, elle s’adresse à des personnes fragilisées

13 Plan I. Engouement pour les services à la personne II. « Secteur » insaisissable mais pourtant au cœur des politiques de l’emploi III. Conséquences pour le travail (des femmes)

14 1. Combien d’emplois créés depuis 2005? par an selon l’ANSP (site ANSP) ETP par an selon OFCE (Lemoine, 2009), ou le Clersé (Jany-Catrice, 2009) 2. Qui occupe ses emplois? (source : enquête emploi) 97% de femmes âge moyen 46 ans : reprise emploi 41% > 50 ans grande variété de rapports salariaux : Emploi direct Multiple employeurs III. Conséquences pour le travail des femmes

15 3. Une sécurité de l'emploi en trompe-l'œil Relation salariale TP = norme (> 70% selon l’EE) Disponibilité temporelle forte Dans un contexte où la rémunération de ce travail féminin n’est pas un salaire d’appoint (49% sont seul pourvoyeur de revenus du ménage, selon l’EE) 15

16 4. Niveaux de salaire dans les services à la personne Une conséquence directe de la durée du travail Des rémunérations mensuelles croissantes mais qui demeurent faibles et directement liées à la durée du travail. On retrouve ici la notion de « miette d’emploi » (M. Maruani, 2003). Employés de maison et aides à domicile selon l’EE 60% sont à bas salaire (<818 euros/mois) Faibles perspectives de croissance  cause directe des conventions collectives  Non prise en compte de l’ancienneté dans le cas de la CC du particulier employeur

17 5. Un cumul de pénibilités industrielles et tertiaires Contraintes physiques (Devetter, 2009) Contraintes liées au domicile et à la mobilité Domicile du particulier : pas banal Adaptabilité permanente une caractéristique des ENQ (Gadrey et alii, 2008) : autonomie; responsabilité; initiatives Mobilité et déplacements Réduction des temps d’intervention Invisibilité de la mobilité dans certaines CC

18 C ONCLUSION La professionnalisation comme variable d’ajustement des équations qualité de l’emploi/qualité du service Professionnalisation multiforme et risques concomitants Professionnalisation du secteur … « Enseignes » Professionnalisation des organisations … « banalisation de l’ESS » Professionnalisation des salariés : hétéronome vs. autonome. Professionnalisation diplômante : qui finance? 18

19 R ÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES Devetter FX, Jany-Catrice F, Ribault T, 2009, Les services à la personne, ed. La Découverte, coll. Repères. Devetter FX, Jany-Catrice F, 2010, « L’invention d’un secteur et ses conséquences socio-économiques », Politiques et management public. Jany-Catrice F, 2010 « La construction sociale du « secteur » des services à la personne : une banalisation programmée ? » Sociologie du travail. Jany-Catrice F, Puissant E, 2010, « L’aide à domicile face aux services à la personne et registres d’action contradictoires : des politiques aux organisations », Revue de l’Ires, n°64, 2010/1. 19

20 Verbatim « Mais est-il légitime de convertir les emplois créés en équivalent temps plein pour juger du succès du plan? Nous ne le pensons pas. En effet, les pays développés qui ont retrouvé le plein emploi l’ont fait dans 75% des cas avec des emplois de moins de 30 heures et pour la moitié d’entre eux de moins de 15 heures par semaine, majoritairement dans les secteurs des services à la personne. Leur taux d’emploi, celui-là même que l’on voudrait atteindre, n’est pas calculé en ETP » (Debonneuil, 2008, p. 15) back

21 Durée du travail dans les SP… back

22 logique de « produit » que favorise l’agence gouvernementale « ANSP » back

23 Différents scénarii nombre de PA en 2040 : Pop > 75 ans = 10 millions X 2,5 soit +2,8% /an nombre de PA dépendantes en 2040 : De 1,1 millions (+0,9% / an) à 1,5 millions (+1,8% / an) Soit de 11 à 15% des PA. Source : Duée, Rebillarrd, 2006, Données sociales back


Télécharger ppt "L’invention politique d’un secteur : Le secteur des services à la personne : é tat des lieux actuel (financements, intervenants et structures) et prospective."

Présentations similaires


Annonces Google