La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Architecture et hygiène au bloc opératoire Réseau des infirmières, infirmiers et cadres infirmiers hygiénistes dAquitaine du 15 novembre 2005. Dominique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Architecture et hygiène au bloc opératoire Réseau des infirmières, infirmiers et cadres infirmiers hygiénistes dAquitaine du 15 novembre 2005. Dominique."— Transcription de la présentation:

1 Architecture et hygiène au bloc opératoire Réseau des infirmières, infirmiers et cadres infirmiers hygiénistes dAquitaine du 15 novembre Dominique PILLES – CCLIN SO

2 Actuellement, nombreuses restructurations des blocs opératoires en raison : * des fusions de nombreux établissements * du plan « Hôpital 2007 » * de laugmentation de l activité chirurgicale * de l évolution des pratiques médicales et chirurgicales * de l obligation de sécurité de soins dont fait partie la maîtrise du risque infectieux...

3 La place des équipes opératoires et des hygiénistes dans les constructions et restructurations des blocs

4 *Écrire ce qu on attend *Dès l avant projet sommaire (APS) = avant les travaux, à la phase d étude de l architecte. *Sollicitation après APS des coûts + +

5 *Ce sont les modalités d organisation souhaitées par l équipe du bloc et les impératifs d hygiène qui doivent conditionner l architecture et non l inverse. *Sinon: –augmentation des coûts de fonctionnement –réglementations et recommandations inapplicables entraînant des problèmes de sécurité, en particulier dans la maîtrise du risque infectieux.

6 Les organisations qui conditionnent le projet architectural ! (1) *Le type d activité *La part de l ambulatoire *La coexistence d activités chirurgicales, obstétricales, endoscopiques *L accueil des urgences *Le niveau de l activité *Le nombre de salles

7 Les organisations qui conditionnent le projet architectural ! (2) *L effectif en personnel *L ergonomie –positionnement de la salle de réveil –positionnement des locaux de stérilisation –utilisation de bras plafonniers (statifs)... –….

8 « Statif » suspendu avec deux bras articulés

9 Les impératifs liés à l hygiène qui conditionnent le projet architectural ! *Le principe d asepsie progressive *Le choix des circuits +++ *La politique de stockage ++ *Qualités des matériaux sols, murs, plafonds, fenêtres, portes… *Le type de traitement d air et sa maintenance

10 L organisation actuelle au bloc opératoire repose sur: - L arrêté du 7 janvier 1993 relatif aux caractéristiques du secteur opératoire - Le concept d asepsie progressive

11 Arrêté du 7 janvier 1993 relatif aux caractéristiques du secteur opératoire Article 2: *Le secteur opératoire inclut une zone protégée, cette zone garantie par des dispositions techniques, une organisation de travail et une hygiène spécifique et adaptée,… *Tout secteur opératoire et toute zone opératoire protégée doivent être physiquement délimités et signalés.

12 Arrêté du 7 janvier 1993 relatif aux caractéristiques du secteur opératoire Article 8: *L organisation du secteur opératoire doit être précisée et consignée dans un document prévu à cet effet. *Ce document définit et précise : –les modalités d établissement du programme opératoire –Les procédures et modalités d entrée, de déplacement et de sortie des instruments, matériels et linges

13 Suite –Les procédures d évacuation des déchets –les procédures et modalités d entrée, de déplacement et de sortie du personnel et des patients –les procédures et modalités de nettoyage, décontamination, désinfection et stérilisation –...

14 Personnels Patients Matériels Hôpital Douanes 1 Secteur commun Salle Champ opératoire dopération Douanes 2 Couloir Souillé Propre Protégé Zone de protection du propre Zone de protection du stérile Le principe dasepsie progressive daprès T. Hoet Schéma proposé par T. Hoet 1985 Le bloc opératoire contemporain

15 Concept dasepsie progressive au bloc opératoire Asepsie progressive croissante Zone 1 Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 5 Chirurgien Instrumentiste Table à instrument Salle dintervention Préparation chirurgien Pré-anesthésie Arsenal stérile Extérieur bloc S V Douane 3Douane 2Douane 1 S V : sas vestiaires, T M : transfert malades, S M : sas matériel T M S M 15 Pa

16 Les locaux du bloc opératoire Sas de transfert du patient Sas de décartonnage du matériel Vestiaires extérieurs Vestiaires extérieurs aller et retour Locaux de décontamination, tunnel Salle de réveil 3 ou 4 réserves de matériel Local matériel d entretien PC médical et chef de bloc Salle de détente Arsenal stérile Salle de préparation du patient Salle de préparation du chirurgien Salles d interventions (surface 40 m 2 Zones 5 et 4 Zone 4 Zone 3 Zone 2

17 Les circuits en bloc opératoire

18 De nombreux circuits sont à étudier : Circuits : *du personnel *des patients *du matériel (propre et sale) *des déchets *du linge (propre et sale) *du matériel de ménage

19 La double circulation Modèle à isolement du sale : schéma de principe Couloir délimination des déchets et du matériel prédésinfecté « Couloir propre » Circuit chirurgiens Circuit maladesCircuit matériel Salle dopérations prédésinfection Habillage chirurgical arsenal stérile arsenal stérile préparation patient préparation patient lavage chirurgical

20 La double circulation Modèle à isolement du sale : schéma de bloc 8 salles « Couloir sale » S déc. pré. chir. a.s prépa. patient lav. chir. prépa. patient a.s S SS « Couloir sale » Vestiaire Réveil Réserves Trans- fert ServiceAnnexe Entrée Couloir « propre » surveillante S S SS

21 Avantage du double circuit *Le linge sale *Les déchets *Le matériel souillé ne repassent pas par le couloir « propre »

22 Inconvénients du double circuit *Perte de place *Risque de dérives dans l utilisation de l ouverture du couloir sale *Risque perturbations aéroliques de la salle d intervention par l ouverture du couloir sale

23 Le schéma à simple couloir Daprès Th. Hoet : le bloc opératoire contemporain Couloir Arsenal stérile Intubation Extubation Salle dopération Pré- Désinfection Prépa. Chirurg. Intubation Extubation Arsenal stérile Chirurgiens Circuits Malades Matériel

24 Intérêt du simple circuit *Permet d avoir plus d espace pour la salle d intervention *L éclairage naturel des salles d opérations plus facile à réaliser *Possibilité d une seule porte coulissante limitant les flux de particules et les baisses de pression de la salle d interventions *Circuits plus simples *La tendance actuelle est en faveur du circuit simple

25 Contraintes du simple circuit Lors de l évacuation, il est indispensable d emballer *Le linge sale, *Le matériel souillé et *Les déchets dans un contenant propre, afin d éviter toute contamination du circuit.

26 Recommandations en hygiène concernant le matériel, les matériaux des blocs opératoires

27 Murs sols plafonds fenêtres portes Matériaux et matériels sont LISSES, nettoyables, désinfectables *Les fenêtres et baies vitrées ne s ouvrent pas *Les portes : au moins aux entrées des salles d interventions doivent être à commande non manuelle. - Commande au pied préférable à commande infra-rouge - Commande au pied préférable à commande infra-rouge - Ouverture coulissante pour moins perturber l aérolique de la pièce. - Ouverture coulissante pour moins perturber l aérolique de la pièce.

28 Les locaux de stockage

29 Les locaux de stockage (1) Rappel : *Ne pas stocker de matériel dans les locaux de déchets et de linge sale *Assurer une bonne rotation des stocks en rangeant le matériel le plus récent derrière. *En dehors des interventions, ne rien stocker dans les salles d interventions

30

31 Les locaux de stockage (3) Indispensables. Souvent pas assez nombreux et/ou de surfaces insuffisantes lors des constructions de nouveaux blocs *Arsenaux de stockage des DM stériles *Stockages du matériel propre *Stockages de la réserve de pharmacie (+ non tissés) *Stockages intermédiaires des déchets et du linge sale *Stockages du matériel d entretien des locaux

32 Les locaux de stockage (4) L éventail de plus en plus grand : * de matériel * d appareils * d équipements mobiles * de fournitures (recyclables ou non) hébergées dans les blocs opératoires,oblige à revoir le ratio de surfaces consacrées au stockage à la hausse. hébergées dans les blocs opératoires,oblige à revoir le ratio de surfaces consacrées au stockage à la hausse.

33 Autres locaux annexes * SAS * VESTIAIRES * SSPI

34 Les SAS *La zone de réception spécifique pour les DM et les consommables ou SAS de « décartonnage » *La salle de transfert des patients (ne jamais amener le lit dans la salle d intervention) *Le vestiaire du bloc

35 La conception du vestiaire du bloc opératoire Intervention Rhabillage Toilette doucheDéshabillage Extérieur Dépôt tenue de ville Lavage mains Habillage tenue de bloc Armoires WCDouchesTenue bloc Couloir extérieur Lavabos Sacs et poubelles Couloir de desserte interne des salles dopérations

36 La conception du vestiaire du bloc opératoire C C C C S Vestiaire intérieur aller Vestiaire intérieur retour Vestiaire extérieur C C C C L Zone circulation bloc opératoire C : casier, S : sanitaires (douches, lavabos, WC), L : point de lavage des mains, sens de circulation

37 La SSPI (1) Recommandations de la SFAR septembre 1994 *1.5 place mini par salle d interventions minimum *Une surface de 10 à 12 m2 par emplacement est recommandée *Permettre la possibilité d un isolement septique

38 La SSPI (2): Importance: *de la qualité et du positionnement des postes de lavage de mains et des flacons de produit hydro- alcoolique muraux (à commande au coude) *de ne rien avoir sur le sol pour faciliter l entretien (Rails suspendus) *de l organisation de la salle

39 Salles de réveil : Disposition montrant les aléas de létirement excessif de lunité : longueur des parcours à couvrir pour le personnel de soins, mauvaise vision de la majorité des lits

40 Aménagement en forme de U approfondi favorisant la vision des lits et réduisant les déplacements

41 Conclusion(1/3) *Une architecture adaptée favorise l adoption par le personnel soignant de comportements et pratiques adaptés à la prévention des infections nosocomiales, mais ne garantit pas leur application.

42 Conclusion(2/3) *Pour une maîtrise architecturale du risque infectieux en bloc, importance : –de s engager dès l avant projet sommaire –d une réflexion pluri-disciplinaire –du choix des circuits –de prévoir suffisamment de locaux de stockage –de la rédaction de protocoles concernant entre autres les circulations (personnel, opéré, matériel, déchets…) –de faire respecter les règles établies dès le début de fonctionnement des nouveaux locaux. –d auditer les comportements et pratiques profes.

43 Conclusion(3/3) *Devant l évolution rapide des pratiques, des recommandations, de la technologie et de l information, privilégier des possibilités de flexibilité, d adaptabilité dans l architecture des blocs (Éviter les cloisonnements en « dur »...) (Éviter les cloisonnements en « dur »...)


Télécharger ppt "Architecture et hygiène au bloc opératoire Réseau des infirmières, infirmiers et cadres infirmiers hygiénistes dAquitaine du 15 novembre 2005. Dominique."

Présentations similaires


Annonces Google