La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Typologie des signes cliniques de la FCO de type 8 chez les bovins et ovins : Analyse des données recueillies lors de suspicion clinique en 2007 dans la.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Typologie des signes cliniques de la FCO de type 8 chez les bovins et ovins : Analyse des données recueillies lors de suspicion clinique en 2007 dans la."— Transcription de la présentation:

1 Typologie des signes cliniques de la FCO de type 8 chez les bovins et ovins : Analyse des données recueillies lors de suspicion clinique en 2007 dans la département de la Meuse Réseau Français pour la Santé Animale Maisons-Alfort, 18/03/2010 Réunion dinformation et déchanges sur la restitution des résultats de la recherche opérationnelle FCO en France Emilie Gay, Didier Calavas, Eric Morignat AFSSA Lyon

2 RFSA, 18/03/10 Signes cliniques forme classique « à dire dexperts » Signes généraux : forte fièvre, amaigrissement, dépression Congestion et œdème, voire ulcération ou cyanose, des muqueuses buccales et de la langue œdème de la face Jetage et ptyalisme catarrhe Inflammation des espaces interdigités boiteries Avortements et mortinatalité Complications pulmonaires possibles Morts en 8-10j ou guérison lente avec séquelles 2 Introduction

3 RFSA, 18/03/10 Le contexte français Arrivée de la FCO-8 en 2006 dans le nord-ouest de lEurope dans des populations totalement indemnes, France 2006 et 2007 Manifestations cliniques et épidémiologie de lépizootie européenne visiblement très différentes de ce qui était décrit auparavant : formes cliniques chez les bovins, mortalité plus faible, signes cliniques un peu différents (œdème et ulcération nasale, peu datteinte de la langue, œdème et érythème des mamelles) Peu détudes quantitatives sur la fréquence des signes cliniques 3 Introduction

4 RFSA, 18/03/10 La FCO-8 dans la Meuse en cheptels contrôlés (suspicions cliniques ou analyse sérologique lors mouvements danimaux) : –1319 bovins –160 ovins –97 mixtes bovins ovins Au niveau élevage : 98% positifs (au moins un animal positif) chez les bovins, 84% chez les ovins Au niveau animal : 81% de positifs chez les bovins, 50% chez les ovins 4 Introduction 81% des cheptels bovins 85% des cheptels ovins

5 RFSA, 18/03/10 Objectif Décrire les signes cliniques de la FCO-8 observés chez les bovins et ovins à partir des données recueillies dans le département de la Meuse en Introduction

6 RFSA, 18/03/10 Données Données collectées et saisies par la DDSV de la Meuse dans le cadre du plan sanitaire de gestion de lépizootie Variables renseignées : nature de la suspicion (clinique / sérologique), identification de lélevage et de lanimal, espèce, statut FCO de lélevage et de lanimal Questionnaire standardisé national sur les signes cliniques renseigné par les vétérinaires lors de suspicions cliniques de FCO-8 : –14 signes cliniques –champ « autres symptômes » avec recodage Animaux ayant fait lobjet dune suspicion clinique : –2464 bovins (2025 positifs et 439 négatifs) –391 ovins (263 positifs et 128 négatifs) 6 Matériel et méthodes

7 RFSA, 18/03/10 Méthodes Description de la fréquence des signes cliniques observés chez les bovins et ovins lors dune suspicion clinique confirmée par analyse biologique Typologie de ces signes cliniques : –analyse des correspondances multiples (ACM) à partir des signes cliniques observés chez au moins 10% des animaux –classification ascendante hiérarchique Comparaison aux signes cliniques et à la typologie chez les bovins et ovins suspects cliniques mais non confirmés par une analyse biologique 7 Matériel et méthodes

8 RFSA, 18/03/10 Signes cliniques chez les bovins suspects confirmés positifs 6 signes cliniques présents dans plus de 40% des cas : 3 généraux, 3 locaux signes caractéristiques Cyanose de la langue : moins de 3% des cas 8 Résultats Grande variabilité dans les tableaux cliniques décrits

9 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les bovins Groupe 1 : dans moyenne, symptômes pulmonaires et œdème face totalement absents forme relativement bénigne Groupe 2 : moins signes cliniques bouche et tête, lésions podales systématiques, raideur membres et dépression plus fréquentes Groupe 3 : moins signes bouche et tête, atteinte pulmonaire systématique, hyperthermie plus fréquente Groupe 4 : plus signes cliniques généraux et pulmonaires, œdème face systématique, plus signes jetage, irritation mufle et symptômes oculaires forme caractéristique grave et généralisée Groupe 5 : plus lésions et congestion buccales, ptyalisme, jetage, irritation mufle, œdème face, cyanose langue (1/6 vs <3%) forme type catarrhe, proche tableau clinique pathognomonique Groupe 6 : absence totale signes cliniques caractéristiques niveau tête, plus davortement et problèmes reproduction 9 Résultats

10 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les bovins Groupe 1 : dans moyenne, symptômes pulmonaires et œdème face totalement absents forme relativement bénigne Groupe 2 : moins signes cliniques bouche et tête, lésions podales systématiques, raideur membres et dépression plus fréquentes Groupe 3 : moins signes bouche et tête, atteinte pulmonaire systématique, hyperthermie plus fréquente Groupe 4 : plus signes cliniques généraux et pulmonaires, œdème face systématique, plus signes jetage, irritation mufle et symptômes oculaires forme caractéristique grave et généralisée Groupe 5 : plus lésions et congestion buccales, ptyalisme, jetage, irritation mufle, œdème face, cyanose langue (1/6 vs <3%) forme type catarrhe, proche tableau clinique pathognomonique Groupe 6 : absence totale signes cliniques caractéristiques niveau tête, plus davortement et problèmes reproduction 10 Résultats

11 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les bovins Groupe 1 : dans moyenne, symptômes pulmonaires et œdème face totalement absents forme relativement bénigne Groupe 2 : moins signes cliniques bouche et tête, lésions podales systématiques, raideur membres et dépression plus fréquentes Groupe 3 : moins signes bouche et tête, atteinte pulmonaire systématique, hyperthermie plus fréquente Groupe 4 : plus signes cliniques généraux et pulmonaires, œdème face systématique, plus signes jetage, irritation mufle et symptômes oculaires forme caractéristique grave et généralisée Groupe 5 : plus lésions et congestion buccales, ptyalisme, jetage, irritation mufle, œdème face, cyanose langue (1/6 vs <3%) forme type catarrhe, proche tableau clinique pathognomonique Groupe 6 : absence totale signes cliniques caractéristiques niveau tête, plus davortement et problèmes reproduction 11 Résultats

12 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les bovins Groupe 1 : dans moyenne, symptômes pulmonaires et œdème face totalement absents forme relativement bénigne Groupe 2 : moins signes cliniques bouche et tête, lésions podales systématiques, raideur membres et dépression plus fréquentes Groupe 3 : moins signes bouche et tête, atteinte pulmonaire systématique, hyperthermie plus fréquente Groupe 4 : plus signes cliniques généraux et pulmonaires, œdème face systématique, plus signes jetage, irritation mufle et symptômes oculaires forme caractéristique grave et généralisée Groupe 5 : plus lésions et congestion buccales, ptyalisme, jetage, irritation mufle, œdème face, cyanose langue (1/6 vs <3%) forme type catarrhe, proche tableau clinique pathognomonique Groupe 6 : absence totale signes cliniques caractéristiques niveau tête, plus davortement et problèmes reproduction 12 Résultats

13 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les bovins Groupe 1 : dans moyenne, symptômes pulmonaires et œdème face totalement absents forme relativement bénigne Groupe 2 : moins signes cliniques bouche et tête, lésions podales systématiques, raideur membres et dépression plus fréquentes Groupe 3 : moins signes bouche et tête, atteinte pulmonaire systématique, hyperthermie plus fréquente Groupe 4 : plus signes cliniques généraux et pulmonaires, œdème face systématique, plus signes jetage, irritation mufle et symptômes oculaires forme caractéristique grave et généralisée Groupe 5 : plus lésions et congestion buccales, ptyalisme, jetage, irritation mufle, œdème face, cyanose langue (1/6 vs <3%) forme type catarrhe, proche tableau clinique pathognomonique Groupe 6 : absence totale signes cliniques caractéristiques niveau tête, plus davortement et problèmes reproduction 13 Résultats

14 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les bovins Groupe 1 : dans moyenne, symptômes pulmonaires et œdème face totalement absents forme relativement bénigne Groupe 2 : moins signes cliniques bouche et tête, lésions podales systématiques, raideur membres et dépression plus fréquentes Groupe 3 : moins signes bouche et tête, atteinte pulmonaire systématique, hyperthermie plus fréquente Groupe 4 : plus signes cliniques généraux et pulmonaires, œdème face systématique, plus signes jetage, irritation mufle et symptômes oculaires forme caractéristique grave et généralisée Groupe 5 : plus lésions et congestion buccales, ptyalisme, jetage, irritation mufle, œdème face, cyanose langue (1/6 vs <3%) forme type catarrhe, proche tableau clinique pathognomonique Groupe 6 : absence totale signes cliniques caractéristiques niveau tête, plus davortement et problèmes reproduction 14 Résultats

15 RFSA, 18/03/10 Comparaison avec les bovins suspects non confirmés Fréquences de la quasi-totalité des signes cliniques très proches Analyses typologiques : résultats proches mais pas de forme podale 15 Résultats Forte ressemblance sur le plan clinique

16 RFSA, 18/03/10 Signes cliniques chez les ovins suspects confirmés positifs Grande variabilité dans les tableaux cliniques décrits Affection catarrhale de la tête plus marquée, meilleure concordance avec dire dexperts 16 Résultats Signes plus fréquents et plus marqués que chez les bovins Signes locomoteurs moins fréquents Cyanose de la langue : 17%

17 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les ovins Groupe 1 : nombreux signes généraux et locaux, œdème face et raideur membres presque systématiques, cyanose langue et signes oculaires fréquents forme aiguë et généralisée Groupe 2 : fréquence plupart signes cliniques inférieure à la moyenne, exception pour raideur des membres, hyperthermie et amaigrissement forme fruste mais avec atteinte générale Groupe 3 : quasi totalité signes cliniques moins fréquents voire absents, dépression systématique forme fruste avec atteinte générale mais sans signes caractéristiques Groupe 4 : fréquence signes généraux et locaux plus élevée surtout type catarrhe, amaigrissement 2 fois moins fréquent forme aiguë avec tableau clinique pathognomonique Groupe 5 : fréquence très élevée signes sphère buccale, cyanose langue systématique, moins autres signes généraux et locaux forme caractéristique avec tropisme buccal marqué Groupe 6 : dans moyenne pour plupart signes caractéristiques, lésions podales quasi systématiques, amaigrissement fréquent 17 Résultats

18 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les ovins Groupe 1 : nombreux signes généraux et locaux, œdème face et raideur membres presque systématiques, cyanose langue et signes oculaires fréquents forme aiguë et généralisée Groupe 2 : fréquence plupart signes cliniques inférieure à la moyenne, exception pour raideur des membres, hyperthermie et amaigrissement forme fruste mais avec atteinte générale Groupe 3 : quasi totalité signes cliniques moins fréquents voire absents, dépression systématique forme fruste avec atteinte générale mais sans signes caractéristiques Groupe 4 : fréquence signes généraux et locaux plus élevée surtout type catarrhe, amaigrissement 2 fois moins fréquent forme aiguë avec tableau clinique pathognomonique Groupe 5 : fréquence très élevée signes sphère buccale, cyanose langue systématique, moins autres signes généraux et locaux forme caractéristique avec tropisme buccal marqué Groupe 6 : dans moyenne pour plupart signes caractéristiques, lésions podales quasi systématiques, amaigrissement fréquent 18 Résultats

19 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les ovins Groupe 1 : nombreux signes généraux et locaux, œdème face et raideur membres presque systématiques, cyanose langue et signes oculaires fréquents forme aiguë et généralisée Groupe 2 : fréquence plupart signes cliniques inférieure à la moyenne, exception pour raideur des membres, hyperthermie et amaigrissement forme fruste mais avec atteinte générale Groupe 3 : quasi totalité signes cliniques moins fréquents voire absents, dépression systématique forme fruste avec atteinte générale mais sans signes caractéristiques Groupe 4 : fréquence signes généraux et locaux plus élevée surtout type catarrhe, amaigrissement 2 fois moins fréquent forme aiguë avec tableau clinique pathognomonique Groupe 5 : fréquence très élevée signes sphère buccale, cyanose langue systématique, moins autres signes généraux et locaux forme caractéristique avec tropisme buccal marqué Groupe 6 : dans moyenne pour plupart signes caractéristiques, lésions podales quasi systématiques, amaigrissement fréquent 19 Résultats

20 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les ovins Groupe 1 : nombreux signes généraux et locaux, œdème face et raideur membres presque systématiques, cyanose langue et signes oculaires fréquents forme aiguë et généralisée Groupe 2 : fréquence plupart signes cliniques inférieure à la moyenne, exception pour raideur des membres, hyperthermie et amaigrissement forme fruste mais avec atteinte générale Groupe 3 : quasi totalité signes cliniques moins fréquents voire absents, dépression systématique forme fruste avec atteinte générale mais sans signes caractéristiques Groupe 4 : fréquence signes généraux et locaux plus élevée surtout type catarrhe, amaigrissement 2 fois moins fréquent forme aiguë avec tableau clinique pathognomonique Groupe 5 : fréquence très élevée signes sphère buccale, cyanose langue systématique, moins autres signes généraux et locaux forme caractéristique avec tropisme buccal marqué Groupe 6 : dans moyenne pour plupart signes caractéristiques, lésions podales quasi systématiques, amaigrissement fréquent 20 Résultats

21 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les ovins Groupe 1 : nombreux signes généraux et locaux, œdème face et raideur membres presque systématiques, cyanose langue et signes oculaires fréquents forme aiguë et généralisée Groupe 2 : fréquence plupart signes cliniques inférieure à la moyenne, exception pour raideur des membres, hyperthermie et amaigrissement forme fruste mais avec atteinte générale Groupe 3 : quasi totalité signes cliniques moins fréquents voire absents, dépression systématique forme fruste avec atteinte générale mais sans signes caractéristiques Groupe 4 : fréquence signes généraux et locaux plus élevée surtout type catarrhe, amaigrissement 2 fois moins fréquent forme aiguë avec tableau clinique pathognomonique Groupe 5 : fréquence très élevée signes sphère buccale, cyanose langue systématique, moins autres signes généraux et locaux forme caractéristique avec tropisme buccal marqué Groupe 6 : dans moyenne pour plupart signes caractéristiques, lésions podales quasi systématiques, amaigrissement fréquent 21 Résultats

22 RFSA, 18/03/10 Typologie clinique chez les ovins Groupe 1 : nombreux signes généraux et locaux, œdème face et raideur membres presque systématiques, cyanose langue et signes oculaires fréquents forme aiguë et généralisée Groupe 2 : fréquence plupart signes cliniques inférieure à la moyenne, exception pour raideur des membres, hyperthermie et amaigrissement forme fruste mais avec atteinte générale Groupe 3 : quasi totalité signes cliniques moins fréquents voire absents, dépression systématique forme fruste avec atteinte générale mais sans signes caractéristiques Groupe 4 : fréquence signes généraux et locaux plus élevée surtout type catarrhe, amaigrissement 2 fois moins fréquent forme aiguë avec tableau clinique pathognomonique Groupe 5 : fréquence très élevée signes sphère buccale, cyanose langue systématique, moins autres signes généraux et locaux forme caractéristique avec tropisme buccal marqué Groupe 6 : dans moyenne pour plupart signes caractéristiques, lésions podales quasi systématiques, amaigrissement fréquent 22 Résultats

23 RFSA, 18/03/10 Comparaison avec les ovins suspects non confirmés 23 Résultats Fréquences des signes cliniques très proches Forte ressemblance sur le plan clinique

24 RFSA, 18/03/10 Discussion : la FCO, différentes formes cliniques Signes cliniques FCO : signes généraux peu spécifiques, quelques signes caractéristiques (catarrhe et œdème bouche, mufle et yeux) difficilement attribuables à dautres maladies mais pas toujours présents Diversité des formes cliniques rencontrées dans les 2 espèces, niveaux de gravité et tropisme tissulaire variables Formes cliniques frustes : animaux observés à un stade précoce ou tardif de lévolution de la maladie? 24 Discussion

25 RFSA, 18/03/10 Discussion : prudence sur le diagnostic FCO Animaux suspects non confirmés viennent pour la plupart de troupeaux positifs (94% bovins, 80% ovins) : suspicion clinique en début de maladie (montée anticorps pas encore effective) ou défaut de sensibilité test sérologique? Prudence pour qualification troupeau vis-à-vis FCO-8 : –suspicion clinique pas si triviale, doit considérer lensemble des animaux atteints du troupeau, préférer la sensibilité à la spécificité –recours systématique à une confirmation biologique sur plusieurs animaux : test sérologique, confirmation virologique peut être nécessaire 25 Discussion

26 RFSA, 18/03/10 26 Merci de votre attention Remerciements : DDSV de la Meuse Marie-Anne Botrel et Romain Legrand (AFSSA-Lyon)


Télécharger ppt "Typologie des signes cliniques de la FCO de type 8 chez les bovins et ovins : Analyse des données recueillies lors de suspicion clinique en 2007 dans la."

Présentations similaires


Annonces Google