La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COMMUNICATION LA LUTE CONTRE LA MOUCHE DES FRUITS EN AFRIQUE DE LOUEST Réunion régionale des partenaires techniques et financiers sur la lutte contre la.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COMMUNICATION LA LUTE CONTRE LA MOUCHE DES FRUITS EN AFRIQUE DE LOUEST Réunion régionale des partenaires techniques et financiers sur la lutte contre la."— Transcription de la présentation:

1 COMMUNICATION LA LUTE CONTRE LA MOUCHE DES FRUITS EN AFRIQUE DE LOUEST Réunion régionale des partenaires techniques et financiers sur la lutte contre la mouche des fruits en Afrique de lOuest Bamako, Mali, les 29 et 30 septembre 2009

2 Plan de la communication Introduction La Politique Agricole de lUEMOA (PAU) La production de mangues en Afrique de louest Lexportation de mangues en Afrique de louest Les pertes causées par la mouche des fruits La mouche des fruits Les méthodes de lutte contre la mouche des fruits Les actions en cours ou prévues de lutte contre la mouche des fruits

3 Inroduction La Production de mangues est économiquement importante en Afrique de lOuest. Malheureusement, cette production est fortement handicapée par les dégâts causées par la mouche des fruits. Cest pourquoi la lutte contre ce ravageur fait lobjet de grandes préoccupations au niveau de la CEDEAO et de lUEMOA. Au niveau de lUEMOA, notamment, cette préoccupation est prise en compte dans la Politique Agricole de lUnion (PAU).

4 La Politique Agricole de lUEMOA (PAU) La Politique Agricole de lUEMOA (PAU), a été adoptée le 19 décembre 2001, à travers lActe additionnel n° 03/2001 par la Conférence des Chefs dEtat et de Gouvernement de lUnion. Cet Acte confère à la Commission de lUEMOA une mission dorientation, de concertation, de stimulation, de coordination et de réglementation

5 Lobjectif global de la PAU Contribuer, de manière durable, à la satisfaction des besoins alimentaires de la population, au développement économique et social des Etats membres et à la réduction de la pauvreté

6 Objectifs généraux 1-Réaliser la sécurité alimentaire, en réduisant la dépendance alimentaire et en améliorant le fonctionnement des marchés des produits agricoles 2- accroître la productivité et la production de lagriculture sur une base durable 3 - Améliorer les conditions de vie des producteurs, en développant léconomie rurale et en revalorisant leur revenu et leur statut social.

7 Principes Directeurs 1-La subsidiarité 2- La proportionnalité 3- La régionalité 4- La complémentarité 5- La solidarité 6- La progressivité 7- Le partenariat

8 Les grands axes dintervention de la PAU Axe 1 : Ladaptation des systèmes de production et lamélioration de lenvironnement de la production Axe 2 : Lapprofondissement du marché commun dans le secteur agricole et la gestion des ressources partagées Axe 3 : Linsertion de lagriculture dans le marché sous-régional et le marché mondial

9 La mise en œuvre de la PAU - Création du FRDA en Mise en place en cours du SIAR - Mise en œuvre depuis 1999 du PSRSA -Elaboration de textes communautaires sur les semences, les pesticides, les médicaments vétérinaires et la sécurité sanitaire des végétaux, des animaux et des aliments -Mise en œuvre en cours dun programme dhydraulique villageoise -Mise en œuvre en cours dun programme daménagement de ha à loffice du Niger -Elaboration et mise en oeuvre dun plan directeur de promotion de la compétitivité des filières agricoles prioritaires -Création du Comité Consultatif régional des filières agricoles Elaboration et mise en œuvre dun programme de développement du secteur de la pêche

10 La production de mangues en Afrique de lOuest Limportance des manguiers, au niveau des productions fruitières ouest africaines, est primordiale avec plus d'un Million de tonnes produites chaque année en 2002 (FAO, 2003), dont : Burkina Faso : T en 2008 Sénégal : T (2005)

11 Lexportation de mangues en Afrique de louest La demande de fruits tropicaux de qualité ne cesse de croître dans l'hémisphère Nord et tout spécialement en Europe. Les importations de mangue ont atteint environ à tonnes correspondant à un peu plus de 42 Millions de US $ selon la FAO en 2001, et plus de tonnes en 2003, quadruplant ainsi en tout juste 10 ans. Cependant, le pourcentage de la mangue ouest africaine reste très faible dans ces statistiques puisqu'il ne représente que 7% du total importé en Europe.

12 Les pertes causées par la mouche des fruits Durant la campagne 2001, les incinérations de mangues à cause des infestations de mouches des fruits avaient été estimées à 300 palettes pour la totalité des origines ouest africaines (Côte dIvoire, Mali, Sénégal, Burkina Faso, Guinée) ce qui représenterait environ 250 tonnes. En 2004 le Burkina, le Togo, la Guinée, la RCI, le Mali et le Sénégal ont été pénalisés. Les pertes enregistrées se sont malheureusement comptées par dizaines de tonnes de fruits frais détruits aux dépens des exportateurs, et ce pour chacun des pays sus mentionnés.

13 Les pertes causées par la mouche des fruits(suite) Les pertes sont inégales et varient en fonction des zones agro-écologiques, des variétés de mangues, des périodes de l'année, et des systèmes de production. Elles peuvent aller de 10% en début de campagne à 80% en fin de campagne. Elles sont donc généralement élevées car elles peuvent dépasser 40% en milieu de campagne pour les principales variétés d'intérêt commercial telles qu'Irwin, Amélie, Eldon, Kent, Smith, Keitt, et plus de 50 % pour d'autres variétés plus tardives (Brooks, etc).

14

15

16 Les mouches de fruits La mangue connaît plusieurs ennemis et maladies. Les mouches des fruits (Diptera Tephritidae) constituent l'un des groupes de ravageurs qui occasionnent les dégâts les plus importants sur les cultures fruitières en zone tropicale. Ces diptères du genre Ceratitis, et en particulier les espèces qui infestent les mangues, sont communs à l'ensemble des pays d'Afrique de l'ouest. Nous connaissons actuellement deux genres de Diptera Tephritidae : le genre Ceratitis et le genre Bactrocera, responsables des dégâts sur mangues en Afrique de l'Ouest.

17 Ces deux genres de diptères Tephritidae comptent 12 espèces qui attaquent les mangues. Les espèces les plus nuisibles sont: Ceratitis cosyra et Bactrocera invadens (même si 3 autres espèces de Ceratitis provoquent aussi des dégâts).

18

19 Le cycle de reproduction et de développement de Tephritidae est le suivant : les femelles de Tephritidae pondent en général dans les jeunes fruits des plantes hôtes, rendus attractifs en arrivant à maturité. Les larves ou asticots se développent à labri des traitements, dans la chair du fruit en creusant des galeries Le développement des larves accélère la maturation du fruit qui se détache et tombe au sol. Les larves quittent le fruit, et les pupes se forment dans les premiers cm du sol. Ladulte, après émergence, cherche rapidement à se nourrir afin dinitier une période de maturation sexuelle, de saccoupler et de pondre

20

21 Les types de méthodes de lutte Les principaux types de méthodes utilisées sont les suivantes : La lutte chimique : elle utilise des pesticides pour éliminer les ravageurs. La lutte chimique : elle utilise des pesticides pour éliminer les ravageurs. La lutte raisonnée : elle se caractérise par un emploi rationnel de préparations phytopharmaceutiques incluant le choix de produits, des doses, etc. L'industrie agroalimentaire exerce une forte pression sur les ressources terrestres. L'utilisation de pesticides pour prévenir et stopper le développement des maladies et des ravageurs des cultures doit être surveillée et minimisée au profit de méthodes moins nocives pour l'environnement. La lutte raisonnée : elle se caractérise par un emploi rationnel de préparations phytopharmaceutiques incluant le choix de produits, des doses, etc. L'industrie agroalimentaire exerce une forte pression sur les ressources terrestres. L'utilisation de pesticides pour prévenir et stopper le développement des maladies et des ravageurs des cultures doit être surveillée et minimisée au profit de méthodes moins nocives pour l'environnement.

22 Les types de méthodes de lutte La lutte variétale : Elle consiste à utiliser des variétés résistantes ou tolérantes aux maladies et/ou ravageurs. La lutte biologique : Elle consiste à gérer les populations de ravageurs par l'utilisation d'un auxiliaire, c'est-à-dire un prédateur ou un parasite naturel de l'organisme à éliminer. La lutte intégrée : elle encourage une agriculture basée sur des principes écologiques grâce à une combinaison de mesures biologiques, chimiques, physiques, culturales

23 Les types de méthodes de lutte La Protection Biologique Intégrée (PBI) : Elle privilégie la lutte biologique. La Protection Biologique Intégrée permet de préserver les cultures des ravageurs en privilégiant la lutte biologique. La lutte prophylactique : Elle consiste à ramasser les fruits tombés et infestés et à les détruire. Lutilisation du sac plastique noir est conseillée à cause de son caractère pratique et peu coûteux. Les fruits ramassés sont enfermés hermétiquement dans le sac plastique que lon met ensuite au soleil. Après 48 heures toutes les larves sont détruites et le sac, une fois vidé, peut être réutilisé. La lutte prophylactique : Elle consiste à ramasser les fruits tombés et infestés et à les détruire. Lutilisation du sac plastique noir est conseillée à cause de son caractère pratique et peu coûteux. Les fruits ramassés sont enfermés hermétiquement dans le sac plastique que lon met ensuite au soleil. Après 48 heures toutes les larves sont détruites et le sac, une fois vidé, peut être réutilisé.

24 Les actions en cours ou prévues de lutte contre la mouche des fruits en Afrique de louest

25 Les actions de la CEDEAO la CEDEAO a réalisé en 2008 une étude portant sur le dimensionnement des dommages infligés à la production fruitière dAfrique de lOuest par les mouches des fruits et la définition dun plan dactions pour une réponse coordonnée au niveau régional. Les résultats de cette étude ont été examinés au cours dun atelier régional qui sest tenu à Bamako (Mali), du 29 au 31 juillet 2008.

26 Les actions de la CEDEAO Le plan daction proposé par létude et validé à latelier régional de la CEDEAO tenu à Bamako, au Mali en juillet 2008 prévoit des actions à entreprendre, à court et moyen termes, pour lutter contre les mouches des fruits, réduire linfestation des vergers de mangues pour lexportation et augmenter la production commercialisée des petits vergers. Ce plan nest pas encore mis en oeuvre

27 LES ACTIONS DE LUEMOA Les actions de lutte contre la mouche des fruits de lUEMOA sinscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du deuxième programme triennal de la Politique Agricole de lunion (PAU). LUEMOA a ainsi prévu, pour 2010, une provision de 500 millions de CFA pour lexécution dun programme régional de lutte contre la mouche des fruits. Cette provision pourrait être reconduit chaque année pendant la période du deuxième programme triennal de mise en œuvre de la PAU

28 FIN JE VOUS REMERCIE


Télécharger ppt "COMMUNICATION LA LUTE CONTRE LA MOUCHE DES FRUITS EN AFRIQUE DE LOUEST Réunion régionale des partenaires techniques et financiers sur la lutte contre la."

Présentations similaires


Annonces Google