La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réunion satellite de lIIS sur la stratégie globale damélioration des statistiques agricoles --------------------- Maputo, 13 et 14 août 2009 Session 7.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réunion satellite de lIIS sur la stratégie globale damélioration des statistiques agricoles --------------------- Maputo, 13 et 14 août 2009 Session 7."— Transcription de la présentation:

1 Réunion satellite de lIIS sur la stratégie globale damélioration des statistiques agricoles Maputo, 13 et 14 août 2009 Session 7 : Gouvernance Contribution à la réflexion sur la gouvernance de la stratégie Eloi OUEDRAOGO Expert principal AFRISTAT

2 SOMMAIRE Le contexte récent du développement de la statistique Importance de la stratégie globale pour lamélioration des statistiques agricoles Quelques idées pour une bonne gouvernance de la stratégie

3 Le contexte récent du développement de la statistique Situation actuelle des statistiques en Afrique Un travail colossal qui est réalisé : des outils daide à la production de statistiques comparables systèmes dinformation, ladoption de cadres denquêtes et de recensement appropriés (Programme mondial du recensement de lagriculture, LSMS, Enquête prioritaire, EDS, MICS, Enquête 1-2-3, etc.). Ces cadres proposent parfois un kit complet pour lappui et lautonomisation des pays à la réalisation des enquêtes des logiciels daide à lélaboration des comptes nationaux, à létablissement des statistiques du commerce extérieur, de production dindice des prix ont été développés et diffusés outils darchivage et de stockage des données denquêtes (toolkit, IMIS), les outils de diffusions tels que DevInfo, Countrystat, etc.

4 Malgré toutes ces opportunités, la production statistique nest pas encore bien lancée notamment en Afrique. Les raisons sont diverses évoquées : niveau de priorité insuffisant donné à la statistique par les gouvernements, insuffisance des ressources mises à la disposition de la statistique. Les SSN sont donc restés assez longtemps dans une certaine léthargie entraînant un déficit cumulé dinvestissement (technologique, méthodologique, infrastructurel et matériel) rendant la relance de la production difficile. Enfin, linsuffisance de lorganisation et de la coordination est pointée du doigt, incriminant au passage le rôle déstabilisateur des projet statistiques ad hoc des partenaires techniques et financiers.

5 Un nouveau contexte favorable Face à ce diagnostic largement partagé par lensemble des acteurs statistiques, les initiatives ont été nombreuses ces dix dernières années pour impulser le développement de la statistique plaidoyer pour la statistique, le renforcement des capacités et la coordination des partenaires techniques et financiers. Parmi ces nombreuses initiatives, la création dAFRISTAT occupe une place importante en Afrique.

6 Le contexte politique actuel est favorable pour la statistique Marqué par la réaffirmation du rôle de la statistique pour le suivi du progrès dans la mise en œuvre des plans nationaux de développement et des engagements internationaux comme les OMD Ce rôle ne peut être assuré sans un développement harmonieux des systèmes statistiques nationaux. un des maillons faibles : la faiblesse de lorganisation, de la coordination statistique, absence de programmation et de budgétisation des activités statistiques

7 Lappel du Plan daction de Marrakech : asseoir la production statistique sur de véritables cadres de programmation stratégique SNDS sont de véritables outils de planification de la production statistique pour une meilleure satisfaction des besoins des utilisateurs et sont acceptés par tous les acteurs. Le parachèvement de leur mise en œuvre dans les pays va ouvrir une nouvelle ère de gestion des systèmes statistiques nationaux.

8 Importance de la stratégie globale pour lamélioration des statistiques agricoles La stratégie globale pour lamélioration des statistiques agricoles et rurales constitue une bonne initiative Elle décrit explicitement le système agro-alimentaire et définit le système dinformation approprié pour générer toutes les statistiques et indicateurs utiles pour la prise de décision de lensemble des acteurs agricoles Elle propose aussi une nouvelle vision du développement des systèmes de statistiques agricoles et rural avec un axe fort concernant lintégration des systèmes de statistiques agricoles dans les systèmes statistiques nationaux. Elle adopte des outils dintégration : léchantillon-maître et des plans déchantillonnage coordonnés et une planification de toutes les enquêtes

9 La stratégie propose une démarche très claire et cohérente pour construire un nouveau système fonctionnel dont la mise en œuvre réussie implique de trouver les meilleurs principes pour sa gouvernance En plus de ce que propose la stratégie, ce papier propose dautres idées concernant cette gouvernance.

10 Quelques idées pour une bonne gouvernance de la stratégie La coordination au niveau national Dans les pays africains, lappel de Marrakech est entendu comme le montre lévaluation de la mise en œuvre des SNDS faite pour les pays IDA. La structuration des SSN est en cours et prend en compte les besoins de coordination et de planification des activités statistiques. Les récentes révisions des législations statistiques définissent clairement le système statistique national et ses principales composantes ( CNS, INS, les services statistiques sectoriels, organismes publics et parapublics, collectivités locales).

11 Le CNS a pour rôle de coordonner toute la politique statistique du gouvernement. Il définit les orientations et assure la mise en œuvre de la politique à travers lélaboration de programmes pluriannuels et des programmes annuels dactivités statistiques, la mobilisation des ressources financières, la formation des ressources humaines, la coordination de lexécution des travaux et le suivi évaluation. La statistique apparaît désormais dans plusieurs pays africains comme un secteur important de soutien aux autres secteurs

12 Les CNS sont donc les chevilles ouvrières de la production statistique nationale. la fonction de planification du développement du système statistique réaffirmée et bien incrusté dans le système de gouvernance des États sappuyant sur ladoption des plans statistiques gouvernementaux à moyen terme (SNDS) satisfaisant aux besoins des politiques de développement et des programmes statistiques annuels bien intégrés aux procédures budgétaires annuelles.

13 Au niveau sectoriel, des commissions spécialisées sont créées pour appuyer le CNS dans un secteur particulier tel que celui du développement rural et de lenvironnement. Elles sont chargées de donner leur avis sur les normes, les définitions, les classifications et les méthodes et de simpliquer dans la formulation et le suivi de la mise en œuvre des volets des programmes statistiques relevant de leur secteur.

14 Quelques piste pour la prise en compte de la stratégie globale sur les statistiques agricoles. Faire prendre en compte la nouvelle vision par les pays adhérents : il faut faire un plaidoyer au niveau des Etats La stratégie constitue en elle-même un outil de plaidoyer. Il sera facile de montrer la pertinence du cadre conceptuel des statistiques agricoles et limportance des statistiques et indicateurs minima identifiés dans la stratégie. Il faudra amener les pays, à travers ce plaidoyer, à faire en sorte que la vision et les objectifs de la stratégie globale soient pris en compte dans leurs SNDS.

15 Faire prendre en compte les orientations de la stratégie dans les programmes pluriannuels et annuels de collecte : la stratégie apporte une procédure pour identifier les indicateurs à calculer, leur périodicité et la principale source. Cette manière de faire va aider à justifier les programmes denquêtes agricoles à insérer dans le programme national denquêtes. Pour les autres indicateurs notamment ceux de la responsabilité des services sectoriels, les nouvelles charges de collecte des données pour ces indicateurs doivent être réparties entre les différents producteurs. Cette tâche de répartition relèvera de la commission sectorielle de statistique agricole et ne posera pas de problèmes particuliers dans les pays où ces commissions fonctionnent. Mais il faut noter un problème récurrent services statistiques sectoriels (pêche, élevage) : un niveau administratif adéquat et ne disposent donc pas de budget spécifiques pour assurer la part de leurs activités statistiques. Les CNS doivent veiller à résoudre ce genre de problème.

16 Faire de léchantillon-maître et les plans de sondage coordonnés pour les enquêtes agricoles des nouveaux outils de coordination : Si ces outils sont mis en œuvre, ils doivent concerner lensemble du système statistique et les autres types denquêtes notamment socio- économiques. En outre, leur opérationnalisation nécessite un investissement important (la mise en place dun échantillon maître dunités primaires, géo référencées et assurer sa mise à jour) et une expertise avérée en technique déchantillonnage que les INS sont à même de disposer. Dans les pays africains qui ont en général des SSN décentralisés, les INS devront être chargés de la gestion de ces outils. Ils devront être considérés comme des outils de coordination et être traités comme tels par les CNS (une infrastructure commune). La mise en place de bases de données centralisées devra être aussi du ressort de lINS en tant quorganisme central. Des bases de données sectorielles pourront être mises en place mais en sassurant de lunicité (liaison) des indicateurs avec ceux de la base de données nationales.

17 En conclusion : La coordination dans la mise en œuvre de la stratégie au niveau national ne se poseront pas avec acuité dans les pays où la relance des SSN est en cours avec des réformes réussies menées. Pour les autres pays qui nont pas encore réformé leur SSN, la mise en œuvre de cette réforme et la formulation dune SNDS devraient constituer un préalable

18 Coordination au niveau international La mise en œuvre adéquate de la stratégie implique aussi une bonne coordination des acteurs régionaux et internationaux. Une fois que la stratégie sera endossée par la communauté internationale, elle sera considérée comme un outil complémentaire de planification des systèmes statistiques nationaux et bénéficiera de son appui dans la mise œuvre. Les organismes de renforcement des capacités statistiques (AFRISTAT, BAD, CEA, ACBF, etc.) devront la considérer lors de lélaboration ou de la révision de leurs plans stratégiques de travail dans lesquels les statistiques agricoles et environnementales devraient constituer désormais un axe ou un volet à part entière. La mise en œuvre des programmes de travail de ces organismes et leur évaluation annuelle seront des occasions de faire le point des résultats atteints par chaque institution dans la réalisation des objectifs de la stratégie.

19 La stratégie globale pourra aussi désormais justifier la formulation de projets régionaux de renforcement des capacités. Les aspects techniques (échantilllon-maître, plans de sondages coordonnés) de la stratégie pourront faire lobjet de projet régionaux avec pour objectifs de créer des capacités durables dans chaque pays dans ce domaine les bonnes pratiques sont nombreuses (adoption du SCN-93 et utilisation de ERETES pour la mise en place de capacités durables délaboration des comptes nationaux dans les Etats membres dAFRISTAT). La mise en commun des résultats atteints par lensemble des institutions de renforcement des capacités permettra de mesurer régulièrement leur contribution à la réalisation des objectifs de la stratégie.

20 Les organisations dintégration régionale (CEMAC, CEDEAO, SADC, COMESA, EAC, UEMOA, UMA, etc.) pourront avoir aussi un rôle à jouer dans la stratégie globale. La mise en œuvre de leurs politiques agricoles et environnementales communes exigent la production par leurs pays membres dun certain nombre dindicateurs comparables et diffusés dans les délais requis. La prise en compte de la liste dindicateurs de base proposés par la stratégie globale dans les besoins des institutions dintégration économique et lappui quelles vont apporter à leurs pays membres pour leur production régulière pourrait contribuer à accélérer latteinte des objectifs de la stratégie. En effet, les institutions dintégration économique, disposant de pouvoirs réglementaires dans les domaines des statistiques comparables, pourrait contribuer efficacement à la mise en place de système dinformation agricoles et environnementales viables dans les pays quils couvrent. La stratégie pourrait constituer un cadre commun.

21 Dans ce domaine, les bonnes pratiques sont nombreuses et demandent à être répliquées. On peut citer les exemples de mise en place dindicateurs sur les prix (Parité de pouvoir dachat pour la BAD et Indice harmonisé des prix à la consommation pour lUEMOA) : dans ces deux cas, un investissement commun pour mettre en place les bases de calcul, former le personnel, préparer un logiciel de gestion et accompagner les pays durant quelque temps a été assuré au niveau régional. Les activités courantes de collecte des données et de production des indices de prix fiables et harmonisés sont ensuite assurées de manière durable par les pays avec le financement des budgets nationaux pour une longue période. Le même schéma a été appliqué il y a de cela plusieurs années pour mettre en place un système durable dinformation sur la sécurité alimentaire des pays du CILSS.

22 Un rôle important que les organisations dintégration pourront jouer sera dinciter les pays à produire les indicateurs statistiques, mobiliser les financements pour soutenir les activités statistiques notamment la production des indicateurs utiles pour la mise en œuvre de leur politique régionale. Pour la gouvernance globale de la stratégie un niveau régional, il savère important de donner un rôle de reporting aux institutions régionales de renforcement des capacités statistiques et aux organismes dintégration régionale qui pourront collecter des informations sur leurs activités propres et celles des Etats quils couvrent, portant sur la mise en œuvre de la stratégie global et ses éventuels plans dactions.

23 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "Réunion satellite de lIIS sur la stratégie globale damélioration des statistiques agricoles --------------------- Maputo, 13 et 14 août 2009 Session 7."

Présentations similaires


Annonces Google