La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réconciliation des données existantes sur lélevage avec les données du Recensement Général de lAgriculture et du Cheptel (RGAC) au Niger. Présentation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réconciliation des données existantes sur lélevage avec les données du Recensement Général de lAgriculture et du Cheptel (RGAC) au Niger. Présentation."— Transcription de la présentation:

1 Réconciliation des données existantes sur lélevage avec les données du Recensement Général de lAgriculture et du Cheptel (RGAC) au Niger. Présentation à la CASA Accra (Ghana) - Octobre 2009 RGAC REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité – Travail – Progrès MINISTERE DE LELEVAGE ET DES INDUSTRIES ANIMALES PROJET GCP/NER/049/SPA « APPUI AU RGAC NIGER HAROUNA IBRAHIMA, AGROECONOMISTE, DIRECTEUR NATIONAL

2 Plan de la présentation Introduction 1.Revue de littératures avant le RGA/C 2.Objectifs et résultats attendus 3. Approche modulaire du RGA/C 4. Méthodologie adoptée pour la réconciliation 5. Résultats obtenus Conclusions et recommandations

3 Introduction Niger, pays sahélo saharien, caractérisé par: Une forte croissance démographique; Une population rurale (85%) avec la production agropastorale comme principale activité; Un climat aride et une faiblesse des ressources Le pays a connu et connaît des années de sécheresse dont les plus mémorables sont celles de 1973/74 et 1983/84 avec pour conséquence majeure la réduction du cheptel entre autres. Le sous secteur élevage joue pourtant un rôle important dans léconomie nationale (on le qualifie de seconde mamelle), mais il était peu ou mal connu au plan statistique avant lavènement du RGAC.

4 Introduction (suite) Depuis 2001, une vaste opération de recensement du cheptel a été préparée et mise en œuvre dans le cadre du RGA/C. Elle a permis de collecter en 2004 et 2005 des données structurelles sur lélevage avec à la clé, une amélioration sensible de leur qualité et de leur fiabilité. Toutefois, les résultats obtenus ont fait ressortir une rupture de la série, ce qui, de toute évidence devrait nécessiter une réconciliation des données existantes avec les résultats du RGAC de manière à avoir une série homogène et partagée sur la même base. Ce travail a été fait en étroite collaboration avec lINS.

5 1.Revue de littératures sur lélevage avant le RGA/C Principales approches utilisées pour déterminer les effectifs du cheptel avant le RGAC : Vaccination annuelle : méthode empirique sil en est, qui considère simplement que 75 à 80% des troupeaux subissaient cette opération. Tant que la vaccination était gratuite, lestimateur était bon. Et si la gratuité disparaissait?. En 1981, recensement aérien du cheptel réalisé par le Programme Elevage Intégré Tahoua avec le risque de confondre le cheptel à la faune et dignorer en totalité ou en partie le cheptel sédentaire, ou cheptel lié à lexploitation agricole; Recensement du cheptel de 1987: Il a été conduit en collaboration avec la Société dEtudes pour le Développement Economique et Social (SEDES). Il était basé sur une stratification en 4 classes des villages du Niger selon le nombre dhabitants des villages. Léchantillon était aléatoire mais la probabilité de tirage était proportionnelle au nombre de villages dans la strate. Etude du Centre Agrhymet de 1995 : recoupement des données de 1981 et 1987 avec détermination de nouveaux taux de croît uniques harmonisés pour chaque espèce à léchelle nationale. En 2001, test et décision de conduire entre 2004 et 2005, le RGA/C modulaire : opération plus complète, plus exhaustive et tenant compte des différents systèmes délevage pour la détermination des paramètres zootechniques.

6 2.Objectifs et résultats attendus Objectifs: Contribuer à lamélioration et à la fiabilité des statistiques de lélevage. De manière spécifique, il sagissait de : Produire une série harmonisée et homogène des effectifs de lélevage de 1970 à 2006 à partir des données du RGA/C ; Réévaluer la contribution du sous secteur élevage à la formation du PIB; Rendre plus aisée la comparabilité de la valeur ajoutée et de tous les agrégats du sous secteur par rapport aux normes et standards.

7 Objectifs et résultats attendus Résultats attendus : A lissue de lexercice, toutes les données antérieures sont reconciliées avec celles du RGAC. Il est particulièrement attendu : Les statistiques de lélevage sont harmonisées, rétropolées et extrapolées sur la période ; La productivité et la valeur ajoutée de lélevage sont mieux connues et certains postes du bilan améliorés; Les agrégats économiques du secteur élevage sont actualisés et intégrés dans le calcul du PIB; Les statistiques et toutes les séries de lélevage sont validées et adoptées sur la période

8 3.Approche modulaire du RGA/C pour le sous-secteur élevage Cinq principaux modules ont été administrés: Elevage sédentaire capté à travers léchantillon de lagriculture pluviale; Elevage transhumant capté à travers un recensement exhaustif au niveau des points de concentration terminaux sur les couloirs de passages; Elevage nomade recensé dans les zones exclusivement consacré à ce mode délevage; Productivité du cheptel; Marchés à bétail et transactions. Cest cette approche qui a produit les résultats qui ont servi de base à la réconciliation des séries.

9 4.Méthodologies utilisées pour la réconciliation des séries Après plusieurs simulations sur la base des différentes sources données utilisées, la méthode retenue a consisté à appliquer aux estimations du RGA/C les taux de croît obtenus du même recensement de 2005 à De 1986 à 1970, il a été considéré lévolution tendancielle observée au cours de cette période en tenant compte des années de crise pastorale, en particulier 1973/74 et 83/84 qui ont connues les taux de mortalité les plus élevés du cheptel suite à la sécheresse et au manque de pâturage..

10 Méthodologies utilisées Les taux de croît utilisés se présentent dans le tableau ci-après: Taux avant 1987Taux RGA/C (05 – 87) BovinsTaux variable6,0 % OvinsTaux variable3,5 % CaprinsTaux variable4,0 % Camelin s Taux variable1,3 % AsinsTaux variable2,0 % EquinsTaux variable1,0 %

11 5.Résultats obtenus après réconciliation

12 Résultats obtenus Un relèvement significatif des effectifs: Les bovins ont plus que doublé comparativement à lancienne estimation dans 1 proportion de 100,3%; Les ovins enregistrent un écart positif de 24,3% par rapport à lancienne estimation; Les caprins, un écart positif de 19,4%; Les camelins, un écart positif de 33%; Les asins, un écart positif de 90,3% ; Les équins, un écart négatif de 9,4%, résultat de la raréfaction/disparition de lélevage équin. Les ruptures de 1973/74 et 1983/84 sont remarquables.

13 Evolution de leffectif du cheptel au 1 er janvier (nouvelle valeur) (En milliers de têtes) Bovins Ovins Caprins Camelins Asins Equins Evolution de leffectif du cheptel au 1 er janvier (ancienne valeur) Bovins Ovins Caprins Camelins Asins Equins

14 évolution des écarts au 1 er janvier (nouvelle valeur -ancienne valeur) E volution des écarts au 1 er janvier (nouvelle valeur -ancienne valeur) (En milliers de têtes) Bovins Ovins Caprins Camelins Asins Equins Evolution de la production de lélevage en francs constants (nouvelle valeur) (En millions de francs CFA) Bovins Ovins Caprins Camelins Asins Equins

15 Production de lélevage : évolution des écarts Bovins Ovins Caprins Camelins Asins Equins VA (ancienne valeur) PIB rural (ancienne valeur) PIB global (ancienne valeur) VA/PIB rural en %28,325,424,323,827,024,124,4 VA/PIB global en %10,910,310,09,910,39,7 VA (nouvelle valeur) PIB rural (nouvelle valeur) PIB global (nouvelle valeur) VA/PIB rural en %34,131,430,730,834,631,430,2 VA/PIB global en %13,813,413,313,514,013,213,0 Evolution de la valeur ajoutée

16 Evolution de leffectif du cheptel estimé à partir des données du RGA/C BovinsOvinsCaprinsCamelinsEquinsAsinsVolailles Unités: en unités de têtes.

17 Résultats obtenus Ce relèvement du niveau du cheptel a également entraîné une amélioration sensible de la contribution du sous secteur élevage à la formation du PIB. Ainsi, la valeur ajoutée de lélevage est passée de 9,7% du PIB (ancienne estimation) à environ 13% avec les données du RGA/C 2005.

18 Conclusions et recommandations Les travaux dharmonisation des données et de réconciliation des séries sur lélevage réalisés sur la base des résultats du RGA/C 2005 constituent un pas important vers la mise en place dune base de données sur le cheptel au Niger. Ils ont permis daméliorer leur qualité et leur fiabilité pour les utilisateurs et pour une meilleure prise de décision de politique économique dans ce secteur. De même, tous les agrégats calculés sur cette base sont plus précis et mieux évalués. Toutefois, la mise à jour régulière de cette base de données et un consensus sur son utilisation commune constituent une condition indispensable pour assurer la valorisation et la pérennisation de cet important travail.

19 Perspective : Vivement la réconciliation des comportements pour le développement!


Télécharger ppt "Réconciliation des données existantes sur lélevage avec les données du Recensement Général de lAgriculture et du Cheptel (RGAC) au Niger. Présentation."

Présentations similaires


Annonces Google