La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le Japon face aux défis du XXI ème siècle Cours Science, Technique et Société Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Politique Technologique : le cas.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le Japon face aux défis du XXI ème siècle Cours Science, Technique et Société Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Politique Technologique : le cas."— Transcription de la présentation:

1 Le Japon face aux défis du XXI ème siècle Cours Science, Technique et Société Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Politique Technologique : le cas du Japon Naohiko SATA 6 mai 2004

2 Politique technologique - le cas du Japon 2 / 29 Etats-Unis et Europe Les USA ont le peuple le plus endetté parmi le G8. Malgré la guerre dIrak, la confiance des ménages américains persiste. Le haut niveau de santé économique des USA persisite aussi, même si la FED sonne lalarme pour un redressement urgent du déficit national (déficit à 300 milliards USD, alors que lendettement national cumulé depuis 20 ans est de 300 billions USD). Paradoxe : les USA reste le pays le plus endetté du monde. La majorité de la dette des USA est dans les mains dinvestisseurs étrangers (60 % des dettes américaines est financée par le Japon). Entre-temps, la morosité de léconomie de lU.E. persiste. LEuro est en train de vivre une hausse historique.

3 Politique technologique - le cas du Japon 3 / 29 La Chine, l'Asie La Chine marque une poussée spectaculaire de la croissance de son PNB (> 8% en 2002 & 2003) La Chine a deux visages : son côté atelier du monde, avec le support du Japon. lautre face : le plus grand marché avec ses 1,3 milliards dhabitants, dont le pouvoir dachat a été multiplié par 5 en 20 ans. La structure actuelle de léconomie repose sur un cercle vicieux: le Japon exportateur de matériel (savoir-faire inclus), les pays asiatiques exportent leurs produits finis dans le monde, principalement aux USA, le Japon et lAsie investissent leurs excédents de dollars aux USA. les USA et surtout lEurope perdent en compétitivité.

4 Politique technologique - le cas du Japon 4 / 29 Le Japon (1/3) 1)Fin du miracle Japonais en 89, par « léclatement de la bulle ». Les deux piliers de ce miracle : le taux dépargne le plus élevé du monde, le niveau très important dinvestissements de lindustrie, en conformité avec son expansion extérieure. 2)Depuis lors, les valeurs boursières/immobilières ont perdu plus de 4/5 de leurs valeurs : le chemin de croix pour lindustrie qui, pendant les 10 années perdues, se borne à rembourser, sans succès. Une comparaison éloquente : avant 1989, lindustrie investissait léquivalent de 10% du PNB (50 billions de Yen) par an. Après 1990, elle rembourse léquivalent de 14% du PNB chaque année.

5 Politique technologique - le cas du Japon 5 / 29 Le Japon (2/3) Curieux constat : le PNB Japonais est resté intact pendant 10 ans… alors que le Japon a vu fondre 1,300 billions Yen (en biens immobiliers et à la bourse, entre autres). Le gouvernement, entre-temps, a investi 140 billions Yen … il sen est sorti relativement bien, malgré la perte boursière de 150 billions Yen. 3)Les consommateurs japonais, qui ont les avoirs privés les plus importants du monde (= 1,400 billions Yen, répartis en 54% en cash/dépôt bancaire, 30% en assurance et caisse de pension; à noter la faible portion d'actions, 6%, ainsi que d'autres titres, 5%) perdent confiance dans les banques (débâcle financière, niveau à zéro de lintérêt, tendance persistante de déflation…..)

6 Politique technologique - le cas du Japon 6 / 29 Le Japon (3/3) 4)Intervention massive du gouvernement, avec un résultat mitigé. Min. des Finances, Prof. Takenaka tenta une intervention massive, mais le manque de réserve des banques persista (8 billions) Inspiré par le cas de S & L aux USA en 1989, il fonda une organisme étatique appelé RTC en injectant 16 milliards USD, qui resta peu efficace. Car si seul. 5% des dettes étaient irrécupérables dans le cas de S & L, ce taux était de 96% au Japon (80 billions). Il ne fut pas soutenu par la majorité de son parti. Entre-temps, le choc SONY bouleverse le monde boursier: baisse historique à 2,700 Yen, par rapport à son max. 25,000. Il tente désespérément de remonter la pente, en investissant 500 milliards Yen, mais reste parmi les perdants.

7 Politique technologique - le cas du Japon 7 / 29 Le Japon en chiffres (1/2) Poussée en PNB (GDP) de 2.7%, alors que celui-ci stagne près du niveau zéro depuis 10 ans, mise à part 1996 (2.5%). La consommation des ménages (household spending) a augmenté de 5.2% en février. L'excédent commercial de lan 2003 a marqué une poussée de 16.3% (87 milliards d'). Lindex Nikkei est monté de 56% par rapport à Montant dinvestissements boursiers étrangers de 132 milliards USD. En moyenne, le profit avant déduction dimpôts des 1,426 entreprises a augmenté de 15.6% par rapport à 2003.

8 Politique technologique - le cas du Japon 8 / 29 Le Japon en chiffres (2/2) Les banques Japonaises ont récupéré 10 % de mauvaises dettes, pour arriver à un solde de 300 milliards USD. Toutefois, 44 % de celles-ci sont encore dans les mains de banques régionales (un point cité par le FMI comme élément critique), la dette gouvernementale s'est élevée jusqu'à 144 % de PNB (à comparer à la limite de lU.E. fixée à 60 %..), le vieillissement de la population... Le taux de personnes âgées de plus de 65 ans est de 18.5 %. On prévoit 30 % en 2030…, SONY continue à avoir des années difficiles : l'exportation a chuté de 46 % (99 milliards ), bénéfice net de 23.4 % (88.5 mill ). Il continue sa restructuration en investissant 168 milliards de Yen (contre 106 en 2003). Supprime 5,000 emplois, et continue à dégraisser encore de 20,000 postes jusquen 2006 : réalisera un bénéfice de 100 milliards de Yens en 2005.

9 Politique technologique - le cas du Japon 9 / 29 Situation générale Léconomie du Japon a repris des couleurs, à la suite des éléments suivants : 1)Résultat dune restructuration fondamentale Symptôme frappant : Les gagnants et les perdants* 2)Résultat de l'intervention inflationniste M.Koizumi émet plus de 40 billions dobligations détat, pour stimuler léconomie.La Bank of Japan (BOJ) en achète 1 à 2 billions par mois pour injecter des liquidités dans le marché. En plus, elle achète aussi une grande quantité dactions des banques, pour stimuler le marché… Mesure typiquement inflationniste, pour augmenter la production, le pouvoir dachat, le prix immobilier, etc.

10 Politique technologique - le cas du Japon 10 / 29 Situation générale 3)Retour de la demande interne Effet partiel, car il augmente aussi les inégalités entre les gagnants et les perdants. En plus, le niveau de la consommation reste très bas. 4)Récupération des mauvaises dettes, par intervention étatique. Le gouvernement a entrepris une intervention massive auprès des banques, embourbées dans de mauvaises dettes. Effet partiel, plusieurs entreprises ont repris des couleurs. Cependant, on constate une inégalité frappante parmi les favorisés et les défavorisés. La théorie too big to fail persiste, les PME en subissent les conséquences.

11 Politique technologique - le cas du Japon 11 / 29

12 Politique technologique - le cas du Japon 12 / 29 Problèmes au niveau gouvernemental En plus de lintervention interne, le gouvernement a injecté 20 bill. en 2003 afin de soutenir le niveau du dollar en baisse, et continuera à laugmenter jusquà 61 bill. (éventuellement jusquà 140 bill.) au courant 2004, alors que le déficit gouvernemental a augmenté à 670 bill. (700 bill. si on compte la portion régionale; contre 500 bill. de PNB), et risque d'atteindre 810 bill. Ironie du sort : alors que lintervention japonaise recycle leurs dollars aux USA en échange dobligations, cela augmente le déficit permanent du pays qui est actuellement proche des 500 milliards USD.

13 Politique technologique - le cas du Japon 13 / 29 Problèmes au niveau gouvernemental A noter : le trésor américain est contraint demprunter journellement 1.5 M USD pour payer les intérêts. Le déficit permanent est en train datteindre 1 billion. En plus, la balance de lannée 2003 a atteint 540 milliards (+12.7%, consistant 5% du PNB). Le déficit en double se concrétise. De plus, le gouvernement Japonais continue à vendre des obligations étatiques à ses citoyens pour 30 billions (jusquà récemment, elle fut le seul sujet fiable dinvestissements malgré des performances très faibles), et achète des obligations américaines et ainsi continue à baisser la valeur du yen sans trop de dépenses…

14 Politique technologique - le cas du Japon 14 / 29 Problèmes au niveau gouvernemental Lintervention reste sans effet : tant que la déflation continue, la valeur des produits baisse alors que la balance commerciale progresse (le Japon a actuellement 550 M USD de réserve de devises, comparer à la Chine Nr. 2 mondial, avec 300 M USD). Autrement dit, la reprise est réservée juste à une poignée de grands industriels et elle est essentiellement réservée à une partie de lindustrie.

15 Politique technologique - le cas du Japon 15 / 29 Résumé de la situation générale On perçoit au Japon un cercle vicieux car, de peur de perdre encore plus, le Gouvernement est contraint de continuer lopération "achat de dollars". Le problème du dollar est encore pire en Europe, car le dollar a été dévalué de 40 % en LE.U. se sent complètement désemparée par la manoeuvre des Japonais: en ce qui concerne la devise, elle souhaite que le valeur du dollar augmente alors que le cercle vicieux de l'intervention des Japonais empire le problème fondamental des USA. Il existe une tendance à se déconnecter du dollar dans le monde. Exemples: le cas concernant Microsoft (amende de 500 millions) ou la négociation récente avec la Russie afin daugmenter massivement la livraison du gaz. La hausse de Yen nuit à lindustrie du Japon ; elle risque de freiner la reprise qui vient de débuter.

16 Politique technologique - le cas du Japon 16 / 29 Résumé de la situation générale Un constat frappant : les avoirs du peuple japonais viennent de diminuer pour la première fois depuis 60 ans (moins 1.2 billions, contre plus 9.2 billions en 2002). Les mesures de restrictions rigoureuses ont provoqué la baisse des salaires. Par contre, les frais dassurances, les impôts, l'éducation sont en hausse (env. SF600 min. par personne, soit 7 billions au total). Plusieurs prestations sociales sont également en baisse. Autrefois on parlait de 16 % en moyenne par année dépargne. 20 % du peuple na pas vu ses biens (épargnes) augmenter: le niveau dépargne est à zéro par rapport à lannée précédente. Il est donc normal que les dépenses du consommateur (60 % de PNB) ne changent pas.

17 Politique technologique - le cas du Japon 17 / 29 Les gagnants et les perdants* Industrie électronique Les 3 calices divines qui ont permis au Japon de reprendre des couleurs : TV à lécran plat (LCD, Plasma) Equipement (audio-vidéo) DVD, HDD Caméra digitale Les gagnants principaux : SHARP, MATSUSHITA, SANYO, CANON, RICOH, etc. Parmi les perdants, on cite le cas de SONY.

18 Politique technologique - le cas du Japon 18 / 29 Les gagnants et les perdants Voitures Les grands gagnants sont notamment TOYOTA et NISSAN. TOYOTA : progression aux USA, Europe, Chine. TOYOTA a dépassé les 2 millions dunités vendues aux USA. Début de production en Chine, augmentation en Turquie, Mexique, Indonésie, Thaïlande. NISSAN : Miracle Ghosn. La vente aux USA dépasse celle du Japon. Grand perdant MITSUBISHI : déficitaire depuis 2003, la vente aux USA piétine, en plus elle fut contrainte dannoncer la reprise générale (recall) dun modèle défaillant.

19 Politique technologique - le cas du Japon 19 / 29 Les gagnants et les perdants Industrie chimique, pharmaceutique SHINETSU, en progression depuis 5 ans. Les produits principaux: matériaux pour semi-conducteurs (wafer, résine) TAKEDA, avec une grande palette de nouveaux produits, malgré le handicap de lentrée en vigueur de la nouvelle loi médicale limitant le niveau du prix de médicaments. Une comparaison frappante entre KAO et KANEBO, dans le même secteur (cosmétique, produits de santé).

20 Politique technologique - le cas du Japon 20 / 29 Les gagnants et les perdants Industrie lourde (domaine traditionnel) Acier : le cas remarquable de JFE, suite de la fusion de NKK (perdant) avec KAWASAKI STEEL (gagnant). KAWASAKI non seulement a réussi une restructuration très ciblée, mais en même temps, sest spécialisée dans le domaine haute gamme pour conquérir la Chine (tôle pour voiture, fabrication de machines, chantiers, pour J.O. 2008). Le Japon na pratiquement plus que 2 groupes dans le domaine de lacier, au lieu de 5 auparavant. Projets pétrochimiques Le cas frappant de CHIYODA: alors quil fut contraint en 1998 de réduire le nombre demployés de 2,800 à 1,100, il est non seulement en train deffacer ses dettes cumulées (22.6 milliards Y), mais se concentre également sur les projets LNG. Réduction du personnel, en convoquant 300 ingénieurs à la retraite.

21 Politique technologique - le cas du Japon 21 / 29 Les gagnants et les perdants Pièces mécaniques NTN: un des leaders mondiaux dans le domaine des bearings (roulements à billes). Après une perte de profits de 70 % en 2002, la direction décida la suppression de 700 emplois (9 % du total) ainsi que la suppression de frais généraux à hauteur de 40 milliards Y. Il remonte la pente avec son nouvel atout : un système de joint déquilibre (levelled speed joint, mécanisme assurant le transfert de la rotation de moteurs aux pneus). Actuellement, il occupe 17 % du marché mondial mais espère rattraper le leader mondial GKN (UK, 30 %) avant 2010.

22 Politique technologique - le cas du Japon 22 / 29 La Chine en chiffres (1/2) + 9.7% - poussée du PNB (GDP - Gross Domestic Product) pendant le premier trimestre 2004 contre la prévision officielle de 7%. + 43% - poussée de l'investissement en objets fixes (fixed asset) (à comparer avec une moyenne en Asie de 20%) % - poussée de la quantité de liquidités M2 (broad money supply) + 2.8% - poussée de l'inflation depuis un an (1% en 2002). On attend un chiffre annuel de 5%. + 21% - poussée de la somme liée aux financements bancaires (bank lending) depuis un an.

23 Politique technologique - le cas du Japon 23 / 29 La Chine en chiffres (2/2) USD 53.5 milliards - total des investissements étrangers en 2003 (le total inclut la recette des exportations de 490 milliards USD) La Chine avale 7% de pétrole par rapport à la consommation mondiale, 30% en matériaux ferreux (mines de fer) 27% en produits daciers A noter : le stade olympique de Beijing seul avale 45,000 tonnes (le Gouvernement a ordonné de réduire la quantité dacier de 40%, pour arriver à ce chiffre….) 45 % des prêts bancaires restent non-remboursés. Manque dénergie en 2003 : 30 millions de KWh. Déficit en négoce (trade déficit) : 8.43 milliards USD

24 Politique technologique - le cas du Japon 24 / 29 Le Problème Chinois (1/5) Le Japon a surmonté une grande partie des problèmes existants dune manière frappante. La crainte du cercle vicieux est en train dêtre rectifiée à grand allure : 1.le Japon, exportateur de matériaux sophistiqués et de composants 2.la Chine, fabricants de produits 3.EU et USA, importateurs principaux Lesprit de SURIAWASE (le matching optimal de production entre les 2 pays) évolue dune manière totalement inattendue. Une grande partie de la production est retournée au Japon. Le cas le plus frappant, encore une fois, cest le domaine digital.

25 Politique technologique - le cas du Japon 25 / 29 Le Problème Chinois (2/5) Même tendance dans le domaine traditionnel : Exemple KOMATSU: en 2003, la production a augmenté de 27 % et continue avec 16 % pour 2004 en ré-installant une partie de sa production hydraulique au Japon et en laissant l'autre partie en Chine. Ainsi, la grande crainte du Japon du Hollow Out (exode des moyens de production) est en train dêtre modifiée rapidement et ceci donne une vitalité décisive au Japon. Ceci étant dit, il existe quand même quelques craintes fondamentales par rapport à ce pays gigantesque.

26 Politique technologique - le cas du Japon 26 / 29 Le Problème Chinois (3/5) Après 10 ans d'économie du marché, la Chine connaît trois problèmes fondamentaux, risquant la surchauffe de léconomie: le surinvestissement lexcès demprunt bancaire lexcès de liquidité (le money supply) Le plus grand problème est financier : il est tout simplement difficile de gérer cet immense pays. Malgré la 2 ème intervention massive du Gouvernement de 4.5 billions USD (correspond au budget annuel du pays) aux 2 des 4 plus grandes banques commerciales (60% du marché) en 2003, elles restent au bord du gouffre même si le taux de fonds propres fut amélioré, à 8% après toutes réserves.

27 Politique technologique - le cas du Japon 27 / 29 Le Problème Chinois (4/5) Quant aux mauvaises dettes des 4 banques, le total en 2003 est 2 billions RMB (280 milliards USD), soit 22 % de la balance de financement total. Celles-ci survivent grâce uniquement: au support étatique, au contrôle étatique très rigoureux (impossible aux épargnants de transférer leurs fonds), au contrôle de taux dintérêts qui garantit le profit à terme Une aubaine pour les banques étrangères : elles offrent le support aux sociétés étrangères (les Japonais entre autres) à récupérer les paiements dus et également la gestion de comptes commerciaux. Après la libéralisation de RMB, ceci deviendra même la plus importante de leurs activités.

28 Politique technologique - le cas du Japon 28 / 29 Le Problème Chinois (5/5) Un autre problème : à quand la ré-évaluation du RMB ? Il sagit de savoir "quand" et non "si". Problèmes majeurs à anticiper : elle se retournera contre les pays développés qui contrôlent 50% de lexport de la Chine, elle créera un élément de malaise dans tout le pays avec des changements drastiques (la disparité de 1 :10 entre zones riches et pauvres du pays risque de saccentuer). Le Gouvernement adoptera probablement des demi-mesures : réévaluation par étapes (5% en 2004 ?), introduction de currency basket, etc. Cela suffira-t-il ? Jusquà quand leuphorie ? Les pessimistes disent que le tournant arrivera en 2008 (J.O.), les optimistes en 2010 (lExpo Universelle).

29 Politique technologique - le cas du Japon 29 / 29 Situation commerciale du Japon On constate que le commerce avec la Chine est équilibré, contrairement au commerce avec les USA Source: The Economist, avril 2004


Télécharger ppt "Le Japon face aux défis du XXI ème siècle Cours Science, Technique et Société Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Politique Technologique : le cas."

Présentations similaires


Annonces Google