La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les fausses évidences du discours néolibéral avec le "Manifeste d'Économistes Atterrés"

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les fausses évidences du discours néolibéral avec le "Manifeste d'Économistes Atterrés""— Transcription de la présentation:

1 Les fausses évidences du discours néolibéral avec le "Manifeste d'Économistes Atterrés"

2

3 FAUSSE ÉVIDENCE N°1 LES MARCHÉS FINANCIERS SONT EFFICIENTS

4 Efficience des marchés financiers ? Permettent-ils un bon ajustement entre la demande de ceux qui ont besoin de capitaux et l'offre de ceux qui ont des capitaux à placer ?

5 La loi de l'offre et de la demande (de biens et de services) ne peut pas être transposée aux marchés financiers. Pour les marchés financiers, c'est l'inverse -si le prix des titres augmente, la demande augmente (et inversement) -création d'une bulle spéculative => Krach -fonctionnement irrationnel, sans rapport avec l'économie réelle.

6 Pour réduire l'inefficience et l'instabilité des marchés financiers, quatre mesures sont suggérées :

7 Mesure n°1 : cloisonner strictement les marchés financiers et les activités des acteurs financiers, interdire aux banques de spéculer pour leur compte propre, pour éviter la propagation des bulles et des krachs.

8 Mesure n°2 : réduire la liquidité et la spéculation déstabilisatrice par des contrôles sur les mouvements de capitaux et des taxes sur les transactions financières.

9 Mesure n°3 : limiter les transactions financières à celles correspondant aux besoins de l'économie réelle par exemple : CDS uniquement pour les détenteurs des titres assurés, etc....

10 Mesure n°4 : plafonner la rémunération des traders

11 FAUSSE ÉVIDENCE N°2 LES MARCHÉS FINANCIERS SONT FAVORABLES À LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE

12 Fin du XXème siècle, la globalisation financière crée la « liquidité » et permet la dernière mutation du capitalisme : de managérial il devient actionnarial. Lentreprise et sa gestion sorientent vers le service exclusif de lactionnaire avec des rendements sur capitaux propres fixés entre 15 et 25 %, ce qui ne correspond pas à la rentabilité normale de projets économiques. Dirigeants surpayés (300 fois le SMIC) aux intérêts convergents avec ceux des actionnaires Baisse de linvestissement Stratégie court termiste et course sans fin aux profits Tassement des salaires

13 Faible croissance économique zone Euro = croissance faible => Hausse du chômage due aux délocalisations et à « lintensification » du travail Déséquilibre des comptes sociaux (sécurité sociale, retraites) car moins de cotisations Hausse de lendettement des ménages Afin de poursuivre une croissance de la consommation … sans salaire Conséquences

14 Forte inhibition de linvestissement Niveau historiquement bas en Europe et aux USA Explosion des inégalités de revenu La « redistribution à lenvers » crée un excès de liquidités qui arme la finance dans sa lutte contre le salariat délitement de la cohésion sociale Mais qui sen soucie ? Bulles spéculatives => krachs Lexcès de liquidités crée des bulles spéculatives qui conduisent à des krachs de plus en plus fréquents et violents

15 Pour remédier aux effets négatifs des marchés financiers sur l'activité économique, trois mesures sont mises en débat:

16 Mesure n°5 : renforcer significativement les contre- pouvoirs dans les entreprises pour obliger les directions à prendre en compte les intérêts de l'ensemble des parties prenantes.

17 Mesure n°6 : accroître fortement l'imposition des très hauts revenus pour décourager la course aux rendements insoutenables.

18 Mesure n°7 : réduire la dépendance des entreprises vis-à- vis des marchés financiers, en développant une politique publique du crédit (taux préférentiels pour les activités prioritaires au plan social et environnemental).

19 FAUSSE ÉVIDENCE N°3 LES MARCHÉS FINANCIERS SONT DE BONS JUGES DE LA SOLVABILITÉ DES ÉTATS

20 La valeur d'un titre financier (obligation,...) -dépend de l'estimation de sa valeur dans le futur. -Le prix d'un actif financier est donc une croyance, un pari sur l'avenir. L'évaluation financière n'est pas neutre. -La note attribuée par les agences de notation influence les taux d'intérêt sur le marché obligataire. -Une dégradation de la note aggrave la situation financière du pays.

21 Pour réduire l'emprise de la psychologie des marchés sur le financement des États, deux mesures sont mises en débat :

22 Mesure n°8 : les agences de notation financière ne doivent pas être autorisées à peser arbitrairement sur les taux d'intérêt des marchés obligataires en dégradant la note d'un État : on devrait réglementer leur activité en exigeant que cette note résulte d'un calcul économiquement transparent.

23 Mesure n°8 bis : affranchir les États de la menace des marchés financiers en garantissant le rachat des titres publics par la BCE.

24 FAUSSE ÉVIDENCE N°4 L'ENVOLÉE DES DETTES PUBLIQUES RÉSULTE D'UN EXCÈS DE DÉPENSES

25 L'augmentation de la dette est liée à la crise : -Déficit public zone euro : 0,6 % du PIB : 7 % du PIB -La dette publique passe de 66% à 84 % du PIB L'augmentation de la dette est liée à la baisse des recettes (impôts et cotisations sociales): - Baisse des impôts en France entre 2000 et 2010 : 100 Milliards d'euros - Exonération de cotisations sociales : 30 Milliards

26 Pour restaurer un débat public informé sur l'origine de la dette et donc les moyens d'y remédier, une proposition est mise en débat :

27 Mesure n°9 : réaliser un audit public et citoyen des dettes publiques, pour déterminer leur origine et connaître l'identité des principaux détenteurs de titres de la dette et les montants détenus.

28 FAUSSE ÉVIDENCE N°5 IL FAUT RÉDUIRE LES DÉPENSES POUR RÉDUIRE LA DETTE PUBLIQUE

29 Le niveau de la dette dépend : - du déficit enregistré -de lécart entre le taux dintérêt et le taux de croissance Risque deffet boule de neige si taux d'intérêt > taux de croissance Années : taux dintérêt élevés => Accroissement de la dette

30 En cas de crise : l'accroissement des dépenses publiques pour soutenir léconomie = stabilisateurs automatiques Est-ce grave docteur ? Cela permet de maintenir des emplois et des entreprises (donc évite des dépenses supplémentaires et favorise la reprise) Si lensemble des pays de la zone euro réduisent leurs dépenses => maintien de la récession dans tous les pays qui échangent essentiellement entre eux

31 Pour éviter que le rétablissement des finances publiques ne provoque un désastre social et politique, deux mesures sont mises en débat :

32 Mesure n°10 : maintenir le niveau des protections sociales, voire les améliorer (assurance-chômage, logement...).

33 Mesure n°11 : accroître l'effort budgétaire en matière d'éducation, de recherche, d'investissements dans la reconversion écologique... pour mettre en place les conditions d'une croissance soutenable, permettant une forte baisse du chômage.

34 FAUSSE ÉVIDENCE N°6 LA DETTE PUBLIQUE REPORTE LE PRIX DE NOS EXCÈS SUR NOS PETITS- ENFANTS

35 La dette publique est bien un transfert de richesse mais des contribuables ordinaires vers les rentiers Les baisses dimpôts ont accru la dette Avec les économies réalisées sur les impôts les riches ont pu acquérir des titres de la dette publique qui rapportent des intérêts => 40 mds d'euros par an en France (soit presque limpôt sur le revenu) => Redistribution à rebours des classes populaires vers les classes aisées via la dette publique

36 Pour redresser de façon équitable les finances publiques en Europe et en France, deux mesures sont mises en débat :

37 Mesure n°12 : redonner un caractère fortement redistributif à la fiscalité directe sur les revenus (suppression des niches, création de nouvelles tranches et augmentation des taux de l'impôt sur le revenu...).

38 Mesure n°13 : supprimer les exonérations consenties aux entreprises sans effets suffisants sur l'emploi.

39 FAUSSE ÉVIDENCE N°7 IL FAUT RASSURER LES MARCHÉS FINANCIERS POUR POUVOIR FINANCER LA DETTE PUBLIQUE

40 La montée des dettes publiques liée à la financiarisation de l'économie Les grandes entreprises se financent davantage sur les marchés financiers. Les ménages investissent en bourse: fonds de pension, placements proposés par les banques. Les Etats s'endettent sur les marchés financiers. Politique de creusement des déficits au bénéfice des acheteurs de titres de dette publique. La financiarisation est inscrite dans les traités : interdiction pour les Etats d'emprunter à la BCE.

41 Objectif : Soumettre les Etats à la discipline de marchés financiers, sans entraves, supposés omniscients et efficients. Résultat : Aucune protection pour les Etats, explosion des dettes, attaques spéculatives. La BCE contrainte de déroger à ses règles.

42 Pour remédier au problème de la dette publique, deux mesures sont mises en débat :

43 Mesure n°14 : autoriser la Banque Centrale Européenne à financer directement les États (ou imposer aux banques commerciales de souscrire à l'émission d'obligations publiques) à bas taux d'intérêts, desserrant ainsi le carcan dans lequel les marchés financiers les étreignent.

44 Mesure n°15 : si nécessaire, restructurer la dette publique à un certain pourcentage du PIB, et en opérant une discrimination entre les créanciers selon le volume des titres qu'ils détiennent : les très gros rentiers (particuliers ou institutions) doivent consentir un allongement sensible du profil de la dette, voire des annulations partielles ou totales. Il faut aussi renégocier les taux d'intérêts exorbitants émis par les pays en difficulté depuis la crise.

45 FAUSSE ÉVIDENCE N°8 L'UNION EUROPÉENNE DÉFEND LE MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN

46 Deux visions de l'Europe : 1. Sociale démocrate : promouvoir un modèle social et économique européen, rempart face à la mondialisation libérale. - protection sociale - services publics - harmonisation fiscale - politiques industrielles - régulation donc niveau élevé des dépenses publiques.

47 2. Libérale: adapter les sociétés aux exigences de la mondialisation, la construction européenne est l'occasion de remettre en cause le modèle social européen. - prééminence du droit de la concurrence - libre circulation : marchandises, personnes, services, capitaux. - indépendance de la banque centrale - pas d'objectifs communs en matière de croissance ou d'emploi

48 Pour que l'Europe puisse promouvoir véritablement un modèle social européen, deux mesures sont mises en débat :

49 Mesure n°16 : remettre en cause la libre circulation des capitaux et des marchandises entre l'Union Européenne et le reste du monde, en négociant des accords multilatéraux ou bilatéraux si nécessaire.

50 Mesure n°17 : au lieu de la politique de concurrence, faire de « l'harmonisation dans le progrès » le fil directeur de la construction européenne. Mettre en place des objectifs communs à portée contraignante en matière de progrès social comme en matière macroéconomique (des GOPS, Grandes Orientations de Politique Sociale).

51 FAUSSE ÉVIDENCE N°9 L'EURO EST UN BOUCLIER CONTRE LA CRISE

52 Il aurait dû l'être, mais : -l'Union Monétaire impose des politiques macro- économiques semblables pour des pays dans des situations différentes. - Ajustement par la flexibilité et l'austérité salariale => creusement des déséquilibres entre Pays du Nord et Pays de la Périphérie. - Absence de coordination et d'un vrai budget européen.

53 Pour que l'euro puisse réellement protéger les citoyens européens de la crise, trois mesures sont mises en débat :

54 Mesure n°18 : assurer une véritable coordination des politiques macroéconomiques et une réduction concertée des déséquilibres commerciaux entre pays européens.

55 Mesure n°19 : compenser les déséquilibres de paiement en Europe par une Banque de règlements (organisant les prêts entre pays européens).

56 Mesure n°20 : si la crise de l'Euro mène à son éclatement, et en attendant la montée en régime du budget européen, établir un régime monétaire intra-européen (monnaie commune de type bancor) qui organise la résorption des déséquilibres des balances commerciales au sein de l'Europe.

57 FAUSSE ÉVIDENCE N°10 LA CRISE GRECQUE A ENFIN PERMIS D'AVANCER VERS UN GOUVERNEMENT ÉCONOMIQUE ET UNE VRAIE SOLIDARITÉ EUROPÉENNE

58 -Contrairement aux autres pays (RU, EU) les pays de la zone euro ne peuvent pas se financer auprès de la BCE, mais doivent le faire auprès des marchés financiers. => Les marchés financiers spéculent donc sur la dette. - Création en 2010 d'un fonds de stabilisation européen pour aider les pays menacés en contre partie de politiques d'austérité budgétaire. - Sous la pression du FMI et de la CE, privatisation en Grèce des services publics et flexibilisation du marché du travail espagnol.

59 Durcissement du pacte de stabilité : faire inscrire dans les constitutions le principe d'un budget équilibré. Stratégie de choc qui permet de radicaliser l'agenda néolibéral : - Baisse des investissements pour l'avenir : recherche, éducation, famille, économie verte. -Réduction des dépenses sociales. -Baisse des recettes fiscales, faute de croissance. -Accroissement des déficits. => Risque de repli sur soi des pays.

60 Pour avancer vers un véritable gouvernement économique et une solidarité européenne, deux mesures sont mises en débat :

61 Mesure n°21 : développer une fiscalité européenne (taxe carbone, impôt sur les bénéfices...) et un véritable budget européen pour aider à la convergence des économies et tendre vers une égalisation d'accès aux services publics et sociaux dans les divers États membres, sur la base des meilleures pratiques.

62 Mesure n°22 : lancer un vaste emprunt européen, financé par souscription auprès du public, à taux d'intérêt faible mais garanti, et/ou par création monétaire de la BCE, pour engager la reconversion écologique de l'économie européenne.


Télécharger ppt "Les fausses évidences du discours néolibéral avec le "Manifeste d'Économistes Atterrés""

Présentations similaires


Annonces Google