La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le dépistage des cancers Un véritable enjeu pour la santé des populations.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le dépistage des cancers Un véritable enjeu pour la santé des populations."— Transcription de la présentation:

1 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le dépistage des cancers Un véritable enjeu pour la santé des populations La place du médecin généraliste

2 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le concept de « médecin traitant » Prendre en charge la globalité de la santé des patients dans leurs contextes de vie (familiaux – sociaux – professionnels) Assurer – La coordination : le « parcours de soins » – Le suivi : la tenue du « dossier médical » Constat – Diminution relative des pathologies aiguës – Augmentation de la prise en charge des pathologies chroniques (+++), de la prévention et des dépistages

3 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Pour les cancers, le médecin généraliste doit Faciliter les dépistages « organisés » Cancer du sein Cancer colo-rectal S'impliquer dans les dépistages « individuels » Cancer du col de l'utérus (+++) Cancer de la prostate (?)

4 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le cancer du col de lutérus en France Fréquence – 3070 nouveaux cas en 2005 10 e cancer chez la femme – Risque max. 40 ans Mortalité – 1070 décès en 2005 15 e rang des décès par cancer – Pic fréquence 50 ans Risque – 3.6% pour les femmes nées en 1910 – 0.6% pour les femmes nées en 1950

5 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le dépistage du cancer du col Le frottis cervico utérin Un geste technique Simple, rapide Non douloureux et non dangereux Cible Toutes les femmes (+++) De 25 ans => 65 ans Fréquence recommandée Les deux premiers à un an dintervalle Puis tous les 3 ans (sauf risques majorés)

6 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Taux de frottis/tranches dâges Baromètre santé 2005 CNAM période 2003-2005

7 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Départements « pilotes » de dépistage organisé du K du col Quatre départements – Bas-Rhin, Haut-Rhin, Isère et Martinique – Initiatives locales aux procédures différentes Résultats – Une meilleure couverture des 50 ans et plus – Une meilleure qualité des prélèvements et des lectures des frottis – Limportance des lésions précancéreuses du col – Un contexte particulier Martinique

8 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Infections HPV (papillomavirus humain) Fréquence infection HPV – IST la plus fréquente, 8 femmes (et hommes) sur 10 durant leurs vies – Surtout entre 15 et 24 ans – Risque max. dans les 5 ans des 1 ers rapports sexuels Évolution – Guérison spontanée en 1 à 2 ans – Persistance du virus dans 10% des cas seulement – 80% des cancers du col sont la conséquence du HPV – De nombreuses lésions pré-cancéreuses régressent spontanément – Il faut entre 5 à 10 ans : lésion pré-cancéreuse => cancer invasif

9 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Évolution infection à HPV Présence du virus

10 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Vaccination HPV Vaccination – 3 injections (0. 2. 6) – Âge : 14 ans (+++) 15 à 23 ans nayant pas eu de rapports sexuels (moins dun an) – Éviterait 70% des cancers du col de lutérus Mais ne protége pas des autres IST (+++) Ne doit pas modifier – Usage du préservatif – Dépistage habituel par FCV

11 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Questions en suspens Transfert du pouvoir oncogène (cancérigène) à dautres types de virus HPV ? Lefficacité du vaccin inconnue chez lhomme ? Utilisation chez la femme enceinte ? Durée de limmunité (5 ans) ?

12 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Vaccin : faible recul (immunité à 5 ans)

13 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le Frottis CV prévention secondaire Il détecte les lésions pré cancéreuses (et cancéreuses) La vaccination HPV prévention primaire Elle évite lapparition de lésions pré cancéreuses En résumé … le La Biopsie fait le diagnostic

14 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le cancer de la prostate en France Fréquence – 62 000 nouveaux cas en 2005 1 er cancer chez lhomme de plus de 50 ans – Augmente avec lâge des patients (âge moyen diagnostic 70 ans) – Augmente au fil des ans (rôle de lespérance de vie) – Risques accrus (antécédents familiaux – africains et antillais) Mortalité – 9 200 décès par an en 2005 – Deuxième cause de mortalité par cancer chez lhomme – Diminue de 7% par an – En 2006, le taux de survie globale était estimé à 77 % à 5 ans

15 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le dépistage du K de la prostate Deux « outils » – Le toucher rectal – Le dosage du PSA total Prostatic Specific Antigen Valeur seuil fixée à 4 ng/ml actuellement en France Tous les ans à partir de 50 ans => 75 ans (source AFU) – Sauf hommes à risques => début à 45 ans – Si PSA < 2 ng/ml il ne peut être refait que 3 ans plus tard PSA

16 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Les limites du PSA en dépistage Mauvaise « sensibilité » – Cancers avec des taux de PSA normaux – Un à deux hommes/10 ont un cancer avec PSA < 4 ng/ml => Fausses réassurances Mauvaise « spécificité » – PSA est aussi augmenté : adénome prostatique (HBP), prostatite – Si PSA > 4, seulement 3 hommes/10 ont un cancer => Sur diagnostics

17 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Les limites du dépistage lui-même Évolution et agressivité diverses des K de la prostate – Évolution parfois plus de 10 ans avant 1 ères complications – Certains ne se compliqueront jamais ! Effets secondaires des traitements – Fonction du type de traitement – Altération de la qualité de vie par effets secondaires Urinaires Sexuelles Digestives

18 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Suivi (9 ans) de 1 000 hommes de 55 à 69 ans Sans dépistage, 4 mouront de leur cancer Avec dépistage, 3 mouront de leur cancer – 150 présenteront des PSA anormalement élevées – 30 auront un cancer de la prostate qui sera traité – 20 seront définitivement impuissants, 15 souffriront de troubles urinaires et 2 seront totalement incontinents – 1 seul ne mourra pas de son cancer alors quil serait mort en labsence de dépistage Étude européenne récente New England Journal of Medicine (19 mars 2009)

19 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Ce quil faut savoir et discuter – La valeur prédictive incertaine du PSA – Lanxiété générée par ce diagnostic – La multiplication des examens « inutiles » – Des traitements parfois non justifiés (sur traitements) – Les effets secondaires des traitements

20 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid La Biopsie fait le diagnostic Le toucher rectal et le taux de PSA font (feraient) le dépistage En résumé … le Le Score de Gleason donne lagressivité ou score de gravité

21 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Pour se documenter … Institut national du cancer (INCa) www.e-cancer.frwww.e-cancer.fr Ligue contre le cancer www.ligue-cancer.netwww.ligue-cancer.net Haute autorité en santé (HAS) www.has-sante.frwww.has-sante.fr Institut national de prévention et déducation pour la santé (INPES) www.inpes.sante.frwww.inpes.sante.fr Institut national de veille sanitaire (INVS) www.invs.sante.fr/www.invs.sante.fr/ Haut conseil de la santé publique (HCSP) www.hcsp.frwww.hcsp.fr

22 Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le dépistage des cancers Un véritable enjeu pour la santé des populations La place du médecin généraliste


Télécharger ppt "Pôle info santé - Espace Mendès France - jeudi 16 avril 2009 - Bernard Gavid Le dépistage des cancers Un véritable enjeu pour la santé des populations."

Présentations similaires


Annonces Google