La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La vaccination des enfants: un outil important pour le développement

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La vaccination des enfants: un outil important pour le développement"— Transcription de la présentation:

1 La vaccination des enfants: un outil important pour le développement
Pierre SALIOU Membre de l’Académie des sciences d’Outre-mer Professeur agrégé du Val de Grâce Visioconférence Orsay 19/10/2012

2 L’amélioration de la santé indispensable au développement
L’espérance de vie a une influence directe sur le PNB Pour des pays similaires, une augmentation de 5 ans de l’espérance de vie se traduit par 0,3 à 0,5 point de croissance annuelle supplémentaire Bloom D., Canning D. The health and wealth of Nations Science, 2000, 287,

3 Paradoxe africain En Afrique sub-saharienne
Démographie galopante: population estimée en 2050 = 1, 8 milliard (avec fertilité des femmes passant de 5,5 à 2 si contraception pour 60% d’entre elles contre 20% actuellement) Urbanisation +++ = Malgré problèmes majeurs, atout pour le continent : économie sub-saharienne a cru de 6% en moyenne de 2003 à 2010 (contre 5% en Amérique latine et 2% dans la zone euro JM Severino et O. Ray La métamorphose africaine : un défi pour le monde Note 77 Fondation Jean Jaurès du 19/01/2011

4 Promouvoir la santé des pays en développement est un investissement pour leur développement
La lutte contre les maladies transmissibles est essentielle. Elles sont encore responsables de plus de 50% des décès en Afrique. La vaccination est un outil primordial pour diminuer la mortalité infantile, excellent indice du niveau global de santé d’un pays

5 Intérêt de la vaccination
La vaccination a représenté le plus beau succès de la Santé publique au 20ème siècle A sauvé des millions de vie tant dans les pays développés que dans les pays en développement depuis l’application du Programme Élargi de Vaccination adopté par l’Assemblée Mondiale de la Santé en 1974 Éradication de la variole en 1977 (certification en 1980) Vers l’éradication de la Poliomyélite en 20.. ?

6 La vaccination : le plus beau succès de la Santé publique du XXème siècle
« La vaccination est un immense succès de la Santé publique. Elle a sauvé des millions d’enfants, tandis que des millions d’autres lui doivent la chance de vivre en bonne santé, de pouvoir s’instruire, jouer, lire et écrire, se déplacer librement sans souffrance » Nelson Mandela

7 Maladies de l'enfance bénéficiant d'une vaccination
Cas déclarés aux Etats Unis (d’après ORENSTEIN. NEJM, p 1795) Maladie Nb max Année Nb cas % de de cas déclarés (1991) réduction Tétanos ,9 Diphtérie ,9 Coqueluche ,0 Rougeole ,9 Rubéole ,6 Congénitale Paralysies Polio (1) 100 (1) 5 à 10 polios paralytiques post-vaccinales

8 Attention ! Risque d'oubli du bienfait des vaccinations
Rumeurs sur des effets indésirables des vaccins – désaffection des parents, parfois opposition; – danger de résurgence de maladies. Exemples : épidémies de poliomyélite aux Pays-Bas en et ; arrêt de la vaccination polio au Nord Nigéria en 2003, cause de retard du programme d’éradication; récentes épidémies de rougeole en France!

9 Vaccinologie Concept né dans le milieu des années 70
Jonas SALK Charles MERIEUX Vaccinology : première apparition du mot in Science, 1977, 195.

10 Concept de la Vaccinologie
IIl ne s Il ne suffit pas de posséder des vaccins efficaces et sûrs ; encore faut-il qu’ils soient administrés dans des bonnes conditions dans le monde entier

11 Une définition opérationnelle :
Vaccinologie Une définition opérationnelle : Étude de tous les aspects biologiques, épidémiologiques, socio-économiques, logistiques, éthiques, éducatifs et médiatiques qui concourent à l’amélioration de la protection vaccinale de la population mondiale. J.-L. Koeck et P. Saliou d’après J. Salk et Ch. Mérieux

12 - Le Programme élargi de vaccination (PEV)trouve son origine dans le succès du programme d’éradication de la variole

13 L’éradication de la variole: preuve qu’il
était possible de vacciner toute la planète

14 CHRONOLOGIE DE L’ÉRADICATION
Début du programme Dernier cas en Europe (Yougoslavie) Dernier cas en Inde Dernier cas « naturel » en Somalie Birmingham : accident de laboratoire Mai 1980 : certification de l’éradication (AMS, Genève) Virus conservés dans 2 laboratoires de haute sécurité : Atlanta et Novossibirsk

15 NAISSANCE DU PEV Conférence d’Alma-Ata (1974) : «élargir» la vaccination contre la variole à 6 maladies meurtrières pendant la petite enfance bénéficiant d’un vaccin efficace (tuberculose, tétanos, diphtérie, coqueluche, poliomyélite et rougeole) Mise en place progressive des structures et du programme: fin des années 1970 et début des années 1980

16 Etat des vaccinations dans le monde en 1974
Moins de 10 % des enfants sont vaccinés contre ces 6 maladies meurtrières pouvant bénéficier d’une vaccination. Dans de très nombreux pays, très peu d’infrastructures

17 Objectifs du PEV Vaccination universelle de 80 % des enfants avant 1990 Réduire incidence et mortalité dues aux 6 maladies cibles choisies Promouvoir services de vaccination, accès aux vaccinations Faciliter l’accès à l’autosuffisance de production et au contrôle de qualité des vaccins 17

18 Les vaccins du PEV à l’origine
BCG : bacille de Calmette et Guérin (vva) Diphtérie : anatoxine Tétanos : anatoxine Coqueluche : germes entiers inactivés Poliomyélite : v. vivant atténué (OPV) Rougeole : v. vivant atténué

19 BCG Mise au point par atténuation de M.bovis après 238
passages sur pomme de terre dans de la bile, de 1912 à 1921 Avec Camille Guérin

20 Vaccin BCG Seul vaccin vivant bactérien
Réponse immunitaire uniquement à médiation cellulaire Contrôle par allergie tuberculinique Pas d’anticorps circulants – Efficacité non quantifiable Nécessité d’administration avant tout contact avec le BK +++ (efficacité+++ contre méningite et miliaire)  Administration à la naissance dans les pays de forte incidence Voie intradermique (ID) 20

21 Pas si facile, de faire une injection intradermique correcte!

22 Anatoxines diphtériques & tétaniques
Vaccins sous unités protéiniques adjuvés (transformation des toxines sous l’effet du formol et de la chaleur : Gaston RAMON 1923 et 1926) Mise en jeux de l’immunité à médiation humorale (anticorps antitoxines circulants, seuil protecteur 0,01 mUI/mL) Dans la mesure du possible, nécessiteraient une injection de rappel un an après la primo vaccination Quoiqu’il en soit, toujours rappel tétanique après exposition au risque +++ 22

23 Vaccin coquelucheux Jusqu’à présent utilisation du vaccin à germes entiers inactivés (vaccin bactérien tué) dans le PEV Vaccin protéinique Mise en jeux essentiellement de l’immunité à médiation humorale Les vaccins « acellulaires » sont utilisés dans les calendriers des pays développés : ils comportent tous la valence PT (anatoxine pertussique) : meilleure tolérance mais efficacité parfois moindre que le vaccin « germes entiers » 23

24 Vaccin contre la rougeole
Vaccin vivant atténué Conservation délicate : chaîne du froid sans faille Mise en jeux de l’immunité à médiation humorale : Ac neutralisants Reproduit la « maladie biologique », sans signe clinique Immunité solide si « prise » du vaccin (efficacité après une injection dans 95 % des cas) Très sensible aux Ac maternels transmis qui peuvent perdurer pendant un an Vaccination à un an trop tardive dans les pays où la circulation du virus est intense Vaccination à 9 mois = compromis permettant de protéger le maximum d’enfants 24

25 PEV : ajouts depuis 1974 1988 : Fièvre jaune (vva) dans les zones d’endémie (9 mois) 1991 : Hépatite B : 6, 10, 14 semaines (première dose à la naissance si la prévalence HBs Ag > 8 %): Ag HBs par génie génétique Haemophilus influenzae b (polyoside conjugué) : 6, 10, 14 semaines (en cours) Pneumo conjugué 13 valences (projet)

26

27 Politique des rappels -Non prévue dans le P.E.V. à l’origine et pas encore nécessaire dans certains pays: circulation des agents pathogènes entretenant l’immunité par contacts occultes -Mise en place pays par pays actuellement: nécessité de Comités techniques de vaccination nationaux pour adapter le programme à l’épidémioplogie locale

28 Stratégies du PEV: Fixe Avancée Mobile
familles se présentent au centre de santé Avancée vaccination dans points de rassemblement (à partir des centres fixes) Mobile Déplacement d’une équipe pour plusieurs jours:problème du transport et de la conservation des vaccins

29 Contre-indications et PEV (1)
La priorité est accordé à la vaccination : tous les contacts entre mères et enfants et les agents de santé doivent conduire à la mise à jour du calendrier vaccinal.

30 Vaccin Contre indication
BCG Déficit immunitaire connu avéré DTC Pas recommandé après l’âge de 21 mois Vaccin polio oral Rougeole Fièvre jaune Dans la pratique, les contre-indications strictes aux vaccins du PEV concernent : les vaccins vivants (BCG, VPO, Rougeole, Fièvre jaune) et ne s’adressent qu’aux enfants dont le déficit immunitaire est connu et avéré (SIDA) tous les vaccins en cas de réaction anaphylactique connue

31 Contre-indications et PEV (2)
Les affections suivantes ne sont pas des contre-indications à la vaccination. affections mineures des voies aériennes supérieures ou diarrhée avec fièvre jusqu’à 38°C Prématurité, hypotrophie, malnutrition Dermatoses, eczéma ou infection cutanée localisée Affections neurologiques non évolutives Antécédents d’ictère néonatal Maladies chroniques cardiaques, pulmonaires, rénales ou hépatiques

32 Vaccination universelle des enfants (UCI)
Décennie 80 : Vaccination universelle des enfants (UCI) Jim Grant (UNICEF) Source : UNICEF, La situation des enfants dans le monde, 1992

33

34 Décennie 90 : la grande question de la
«Pérennité, Équité et Qualité des PEV dans les PED» Pérennité des PEV : capacité du système de santé des pays de faire efficacement les vaccinations en toute sécurité, de façon durable et ininterrompue (UCI Report 1996)

35 Couverture vaccinale en 2000
Vaccins du PEV : grande disparité dans le monde • PHRs > 90 % • Pays émergents : 70 à 80 % • PFRs : 30 à 55 % Conséquences ( quelques exemples) Tétanos néo-natal : morts / an = 90 % dans 27 pays (2002) Rougeole : 1999 CV = 59 % dans PFRs épidémies Hépatite B : prévalence HBs Ag > 8 % dans 89 pays (population générale) = vaccination dans 64 pays, une dose à la naissance dans seulement 35 (2003) Fièvre jaune en Afrique : vers une catastrophe humanitaire

36 Causes de cette stagnation
Manque de volonté politique ; guerres; troubles sociaux Production de vaccins insuffisante Insuffisance de financement

37 Augmentation des besoins en vaccins
La survie des industriels du vaccin les a conduit à se concentrer en un petit nombre de producteurs à grande échelle capable de développer des approches innovatrices en même temps capables d’augmenter leur capacité tout en maintenant des prix pour les vaccins du PEV accessibles aux PFRs cependant la demande mondiale ne peut être satisfaite

38 Production de vaccins dans les pays émergents
Amérique Latine : Brésil - Cuba Asie : Inde - Indonésie - Corée Chine : autosuffisante pour ses besoins nationaux Producteurs nationaux à petite échelle (Dakar : fièvre jaune) Aujourd’hui : fournissent plus de la moitié du nombre total de doses de vaccins requis dans le monde par le PEV 38

39 Insuffisance de financement
Apports de l’alliance GAVI

40 Qu’est-ce que GAVI ? (1)... Acronyme Date de naissance
Global Alliance for Vaccines & Immunization En français : Alliance Mondiale pour les Vaccins et la Vaccination Date de naissance Proto-Board juillet 1999; Seattle (USA) sous l’impulsion de la Fondation Bill et Melinda Gates Lancement mondial Forum Économique Mondial, janvier 2000, Davos (Suisse)

41 Qu’est-ce que GAVI ? (2)... Une Alliance
Partenaires traditionnels et des nouveaux partenaires Partenariat des secteurs publics et privés Partenaires partagent en commun Analyse de la Situation Vision Série d’objectifs stratégiques

42 The GAVI Alliance Board, structure 2009

43 BUTS Faciliter les programmes de vaccination dans les pays les plus défavorisés (pays éligibles : PIB<1000$/habitant/an) Permettre l’accès plus rapide aux nouveaux vaccins+++ Assurer le renforcement systèmes de santé et la formation du personnel (cours EPIVAC) Assurer un financement prédictible à long terme

44 75 Pays éligibles à GAVI

45 Divers outils de financement
Financement « classique » par pays donateurs Auquel se sont ajoutés des types de financements innovants: IFFIm (International Finance Facility for Immunization) AMC (Advanced Market Commitment)

46 IFFIm IFFIm (International Finance Facility for Immunization)
Crée a l’occasion du G7 en 2005 Accélère disponibilité de capitaux destinés aux programmes de vaccination Mécanisme: IFFIm émet un emprunt sur le marché des capitaux, dont le remboursement est assuré par les Etats participants à l’opération Avantage: obtention immédiate de capitaux( 4 milliards $ prévus sur 10 ans) 1ere émission: 1milliard $ levé et 900 millions dépensés un an après IFFIm a permis doubler ressources GAVI

47 AMC AMC (Advanced Market Commitment)
Industrie du vaccin obtient garantie d’achat d’un nombre de doses déterminé à un prix fixé à l’avance par GAVI Projet pilote: 1, 5 milliard $ pour vaccination contre les infections à pneumocoque

48 Près de 4 milliard US$ approuvés pour les programmes pays jusqu’en 2015

49 Réduction de la mortalité due à la rougeole dans la Région Africaine (estimation)
75% réduction Objectif 2005 This slide shows the progress in reducing global measles deaths. As a result of the accelerated vaccination activities the estimated global number of measles deaths decreased from approximately 873,000 in 1999, to 345,000 in This represents a 60% decline by the end of These impressive results have been submitted for peer-review and hopefully will be published before the end of 2006. Source: OMS/IVB estimations décès rougeole 49 49

50 Couverture Vaccinale HepB3
Estimations Source: WHO/UNICEF coverage estimates , August 2006 Date of slide: 4 September 2006

51 Le tétanos néonatal en 2010 dans le monde
4.797 cas déclarés décès estimés en 2008 Couverture vaccinale contre le tétanos des femmes enceintes (≥ 2 doses) : 68 % = Insuffisante: encore des efforts…

52 Grandes Initiatives GAVI en cours

53 Défis opérationnels des campagnes : Performance - Qualité - Sûreté
Défi de la Performance Vacciner au moins 90% de la cible Défi de la Qualité Planifier Évaluer ce qu’on a fait Défi de la Sécurité vaccinale Surveillance des MAPI(manifestations post vaccinales) = effets indésirables Sécurité des injections+++ Gestion des Déchets: 1 million de vaccinés => 12,2 t

54 Utilisation des injecteurs sous pression sans aiguille

55 Complications des injections dangereuses (non spécifiques aux injections vaccinales)
INFECTIEUSES NON-INFECTIEUSES Transmission de pathogènes transmis par le sang Autres infections dues à du matériel non stérile Lésions dues à une faute technique Réactions dues à l ’injection de substances nocives Hép B et C, VIH, dengue, malaria Abcès, Septicémie. Tétanos++ Choc anaphylactique Paralysie traumatique

56 Estimation du nombre de maladies transmises:
Conséquences des injections imputables à la réutilisation de seringues et d’aiguilles sans bonne stérilisation préalable Un milliard d’injections vaccinales effectuées chaque année dans le monde Estimation du nombre de maladies transmises: = 8-16 millions d’hépatites B = 2,3 à 4,7 millions d’hépatite C = 80 à infections VIH/SIDA Kane A et Miller MA, Bull OMS 1999;77

57 La sécurité des injections devenait un enjeu majeur
Avec le PEV, le nombre d’injections augmentait exponentiellement comme l’augmentation de la couverture vaccinale Fin des années 1990 : au bord de la crise sanitaire!

58 Solution: Seringues auto-blocantes
0.5ML LOCK!! Seul matériel acceptable pour les campagnes de vaccination Coût justifié si on s’attache à la sécurité Fourniture en même temps des containers de sécurité Incinération des containers++

59 Amélioration de l’“offre” de vaccinations :
clé de la pérennité des PEV Amélioration des connaissances, savoir-faire et pratiques de tous les personnels des services de vaccinations fait partie du “renforcement des capacités” dans les pays éligibles à GAVI: requis par GAVI conditions nécessaires, sinon suffisantes, à l’appropriation des programmes de vaccination par les “nationaux” (mise en place de PNV en fonction de l’évolution de l’épidémiologie des maladies) elle-même indispensable à la pérennisation EPIVAC : exemple de Programme en soutien à l’amélioration de l’offre en appui à GAVI : voir : <www.epivac.org>

60 Conclusions Diminution de la mortalité infantile: favorise le développement en Afrique sub-saharienne Optimisme du fait de l’application du PEV: amélioration +++ Défi à poursuivre : adapter les capacités de production aux besoins = partenariat de production entre la bio-industrie du Nord et les pays émergents Poursuite de l’aide financière de GAVI+++


Télécharger ppt "La vaccination des enfants: un outil important pour le développement"

Présentations similaires


Annonces Google