La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Philippe BOYER, mai 2012 lObservatoire de la Formation des Prix et des Marges des Produits Alimentaires Objectifs, méthodes, résultats détape en filières.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Philippe BOYER, mai 2012 lObservatoire de la Formation des Prix et des Marges des Produits Alimentaires Objectifs, méthodes, résultats détape en filières."— Transcription de la présentation:

1 Philippe BOYER, mai 2012 lObservatoire de la Formation des Prix et des Marges des Produits Alimentaires Objectifs, méthodes, résultats détape en filières animales Institut de lElevage- RMT Groupe de travail Organisation des filière 24 septembre 2012

2 2 Plan Le contexte à lorigine de la création du dispositif : « tendance longue » et « nouveau paysage » Le cadre institutionnel du dispositif : la LMAP 2010, et avant… Méthodes : une approche sectorielle « verticale » ; une approche « à la Leontief » Lobjectif assigné au dispositif et sa « traduction opérationnelle » Premiers résultats en filières laitière et bovine-viande Retour sur lapproche sectorielle verticale Le système dobservation Suivi de la transmission des prix, exemple

3 3 Le contexte à lorigine de la création du dispositif Evolution de la valeur de la production, des achats de matières premières et de la valeur ajoutée dans l'industrie agroalimentaire de 1998 à 2007 Base 100 en Matières premièresProduction vendueValeur ajoutée « tendance longue » INSEE

4 4 Le contexte à lorigine de la création du dispositif Evolution de l'indice des prix des produits agricoles à la production, de l'indice des prix de production des industries agroalimentaires et de l'indice des prix à la consommation de produits alimentaires base 100 en _ _ _012008_012009_012010_ _01 Prix à la consommationPrix à la production agricolePrix à la production des IAA « nouveau paysage » INSEE

5 5 Le cadre institutionnel du dispositif : la LMAP 2010, et avant… (2010) : « …éclairer les acteurs économiques et les pouvoirs publics sur la formation des prix et des marges au cours des transactions au sein de la chaîne de commercialisation des produits alimentaires, … ». « Commission administrative consultative », COPIL, Président, direction technique et équipe-projet à FranceAgriMer (5 ETP), collaboration INSEE, SSP, INRA, IT, Fédé. industrielles, FCD. LMAP « L'observatoire analyse les données nécessaires à l'exercice de ses missions, recueillies auprès de l'établissement mentionné à l'article L et du service statistique public. Il étudie les coûts de production au stade de la production agricole, les coûts de transformation et les coûts de distribution dans l'ensemble de la chaîne de commercialisation des produits agricoles. Il remet chaque année un rapport au Parlement ».

6 6 Le cadre institutionnel du dispositif : la LMAP 2010, et avant… 2007, dans le contexte pré-LME : dispositif DGCCRF de suivi des prix au détail, site dinformation sur les prix Fin 2008 : volet agroalimentaire de ce dispositif (DGPAAT-SNM) Avril 2009 : création de FranceAgriMer, intégration des missions du SNM 2001 : dans le contexte ESB, dispositif dobservation des prix et marges en viandes bovine et porcine… ; avorté faute de consensus, mais élaboration de méthodes reprises aujourdhui (Pascal MAINSANT). Et avant…

7 7 Lobjectif assigné au dispositif et sa « traduction opérationnelle » Montrer les contributions respectives des différents opérateurs, au travers de leurs coûts (et bénéfices), à la formation de la valeur des produits alimentaires Traduit par : La mobilisation des résultats statistiques existants (séries de prix, données de panels de consommateurs, comptes sectoriels, comptabilités déchantillons dentreprises, comptabilité nationale)… … complétée en tant que de besoin par des enquêtes ad hoc, Exploitation à léchelle France entière (moyennes), résultats anonymes : travail de type « statistique »… et pas « retour au contrôle des prix ». Recherche dun consensus sur les données de base utilisées et sur les méthodes de traitement Données exploitées selon deux grands types de méthode (inspiré USDA) :

8 8 Approche verticale et sectorielle Un PGC ou un panier de PGC : « le yaourt nature » ; « lensemble des morceaux de viande bovine fraîche pondérés par leur poids dans la carcasse », « la tomate ronde France cat mm » … Deux grands types de méthode Prix au détail (au kg) =Valeur matière première incorporée par kg de produit vendu au détail +« Marge brute » du commerce en gros de produits agricoles par kg de produit vendu au détail +« Marge brute » de la transformation par kg de produit vendu au détail + « Marge brute » du commerce en gros de produits alimentaires par kg de produit vendu au détail +« Marge brute » du commerce de détail par kg de produit vendu au détail +TVA

9 9 Approche verticale et sectorielle Deux grands types de méthode « Marge brute » à un stade donné (exprimée par kg de produit vendu au détail) : =valeur du produit vendu par ce stade, pour la quantité nécessaire pour obtenir un kg vendu au détail - valeur de la matière première dorigine agricole achetée par ce stade, pour la quantité nécessaire pour obtenir un kg vendu au détail MB i =P i / (R n.R n-1.R n- 2… …R i-1 ) – P i-1 / (R n.R n-1 /R n-2 … …R i ) Stade i, rendement matière R i, prix de vente P i :

10 10 Deux grands types de méthode PRIX AU DÉTAIL TVA MARGE BRUTE DÉTAIL MARGE BRUTE 2 ème TRANSF MARGE BRUTE 1 ère TRANSF VALEUR MP AGRICOLE Résultat net analytique Résultat analytique Coûts de production hors achat produit Résultat analytique Coûts de production agricole Coûts de production hors achat produit Approche verticale et sectorielle

11 11 « Les marchandises sont produites avec des marchandises » Demande finale = valeurs ajoutées = rémunération du travail et du capital La dépense de consommation finale alimentaire (« bout » du TEF du TES pour les branches Agri et IAA). Deux grands types de méthode Le TEI : coefficients techniques liant la production dune branche aux consommations intermédiaires issues de toutes les branches. Toute production dune branche est telle que : P = VA + CI, Les CI sont aussi des P, donc également sous forme VA + CI… Composition de matrice de coefficients techniques de la forme : 1 + A + A 2 + ….+ A k …+ A n, liant une demande en produits aux VA de toutes les branches = (1 – A) -1 CF alimentaire = VA i + importations = EBE + Salaires + importations Approche « à la Leontief »

12 12 Approche « à la Leontief » Deux grands types de méthode Travail en cours : Jean-Pierre BUTAULT, INRA-Agro Paris Tech SAE2 ; Philippe BOYER, FranceAgriMer. La décomposition de « leuro alimentaire » en revenus des différents facteurs en France en Document de travail provisoire Approche inspirée du « Food Dollar » de lUSDA », (P. Canning, 2011) USDA - ERS

13 13 Retour sur lapproche sectorielle verticale « Marge brute » : « morceau » de valeur ajoutée, étape de lanalyse, pas sa finalité ! Un évidence parfois oubliée : les rendements, taux de pertes et coefficients techniques de transformation de la MP agricole en produits alimentaires expliquent déjà une partie de la différence de prix amont – aval : Rendre compte du caractère de produits joints de plusieurs produits agroalimentaires et des péréquations quil implique, tant dans lindustrie que dans le commerce : complication pour le calcul de coûts matière, limite au calcul de « marge nette » par produit tant dans lindustrie que dans le commerce … -carcasse de vache entrée abattoir 3 / kg carcasse, rendement 70% de viande coût dachat de la viande pour lindustriel : 3/0,7 = 4,30 / kg viande sans os - carcasse de porc entrée abattoir 1,28 / kg carcasse valeur de la pièce jambon dans la carcasse : 1,71 / kg, rendement de la pièce en jambon cuit 56% valeur de la matière dans un kg de jambon cuit = 3,05 / kg de jambon cuit Par exemple : quartiers avant et arrière ; produits fatals (beurre, poudre) de la transformation laitière, péréquations au sein dun rayon, entre rayons…

14 14 Retour sur lapproche sectorielle verticale Difficulté dobtenir des prix industriels de produits homogènes à ceux suivis au détail Coûts de production industriels approchés par compta générale dentreprises spécialisées, sources statistiques existantes retraitées mais pas denquête ad hoc Coûts dans la distribution en GMS par rayon : enquête ad hoc (jamais fait jusque là), complexe … à recueillir : différentes nomenclatures de compta ana selon les enseignes, différent degré de centralisation des données, clés de répartition pour la plupart des charges, qui sont communes à plusieurs rayons… …et à interpréter : dans les enseignes intégrées, particulièrement, des charges affectées aux magasins sont des transferts vers la société propriétaire du capital, du foncier…, dans dautres, les mêmes postes pourront être des charges supportées effectivement par le magasin-entreprise. Prix agricoles : cotations. Prix industriels : peu de cotations, enquêtes ad hoc. Prix au détail : à partir de panels plutôt que données de relevés de prix en rayon (pb. effet promo). Sources

15 15 Coûts de production agricole : Approche comptable vs Approche avec charges « supplétives » Approche comptable : RICA. Extraction de fichier dexploitations très spécialisées et affectation de toutes les charges à la production principale (conversion des productions secondaires en quantité équivalente de produit principal). Utilisation des données de poids des vente quant elles existent dans le RICA (lait, F&L). Approche détendue limitée : certains F&L, lait. Moyenne France entière et quelques possibilités de zonage (lait). NB : pas dutilisation du modèle économétrique RICA/INRA. Approche avec charges supplétives : réseau dexploitations des IT (via CER en F&L), ou modélisation (volailles, ITAVI). Retour sur lapproche sectorielle verticale Sources

16 16 Premiers résultats en filière viande bovine « Modélisation » du circuit Carcasse reconstituée au détail Vache « moyenne » Kantar Worldpanel Enquête ad hoc sur prix et coefficients techniques Cotations entrée abattoir

17 17 Premiers résultats en filière viande bovine « Modélisation » de la découpe pour GMS ELEVAGE 1 ère transformation : ABATTAGE 2 e transformation : DECOUPE - DESOSSAGE 3 e transformation : TRANSFORMATION EN ARTICLES DE DETAIL Dans le secteur industriel Dans le secteur de la distribution Prix de vente à la distribution de produits finis (UVCI) et viande hachée DISTRIBUTION Prix production = prix entrée abattoir Prix au détail sortie GMS Prix de valorisation 2 e transformation : cessions internes au secteur industriel Prix de vente de produits non transformés (compensé, PAD) au secteur de la distribution Univers produit Univers viande Daprès Myriam ENNIFAR, 2012

18 18 Premiers résultats en filière viande bovine Filet semi- paré PAD Faux-filetUVCI Côtes- entrecôtes UVCI Tranche double UVCI Cœur de rumsteck PAD Bavette aloyau PAD Bavette de flanchet PAD Jarrets ARPAD Aiguillette baronne VHR 5% Aiguillette rumsteck PAD Rond de gitePAD Noix de giteVHR 5% NerveuxUVCI Minerai ARVHS 20 % « Modélisation » de la découpe pour GMS Macreuse PADPAD PaleronPAD JumeauVHR 5% Basse-côtePAD Dessus de palettePAD CollierVHR 15% Minerai dAV 15 %VHR 15% Minerai dAV 15 %VHR 15% Minerai Capa51/49 15% ART8 AVT5 Coefficients et prix de vente 3x net en GMS : enquête auprès adhérents SNIV-SNCP et FNICGV

19 19 Premiers résultats en filière viande bovine FranceAgriMer OFPM, KantarWorlpanel Prix et marge brute agrégée

20 20 Premiers résultats en filière viande bovine Prix et marges brutes distinguées FranceAgriMer OFPM, KantarWorlpanel

21 21 Premiers résultats en filière viande bovine FranceAgriMer OFPM Composantes de la marge industrie Exploitation des fichiers ESANE + récents : problème de rupture de série EAE (->2007) ESANE (2008->)

22 22 Premiers résultats en filière viande bovine Enquête en cours (résultats provisoires non diffusés) auprès des enseignes sur les charges directes par rayon et la couverture des charges communes par rayon Complexité : périmètre (siège, centrale, magasins), intégration dopérations industrielles (viandes), type de compta analytique … Seule information statistique disponible : compte sectoriel Composantes de la marge GMS 1 er résultat de lenquête : rayon viande contributeur négatif au résultat net du magasin Comptes du Commerce

23 23 Premiers résultats en filière viande bovine Coûts de production agricole RICA non utilisé : peu dengraisseurs purs, otex 42 : élevages naisseurs surtout, pas de kg vif ni de carcasse dans les fichiers… IdEL pour OFPM - FranceAgriMer

24 24 Premiers résultats en filière lait Contraintes et choix de méthode Contrairement à la viande bovine (où cétait déjà « limite »), impossible de reconstituer le litre de lait sous la forme dune combinaison de produits vendus en GMS : produits industriels joints, trop grande diversité de PGC Donc : décomposition de la valeur de quelques PGC (ou paniers de PGC) : lait UHT ½ écrémé, emmental, yaourt nature, beurre plaquette. Coût matière première agricole : lapproche initiale basée sur la seule composition des PGC associée à un calcul de prix des composants a été remplacée au profit dune approche intégrant les produits industriels joints (cf. USDA-ERS, « prices spreads » ) et ceux imposés par la gestion des excédents saisonniers et structurels.

25 25 Premiers résultats en filière lait Coût matière PGC dans l industrie y. c. excédent et fraction de composants non utilisés dans le PGC Daprès Jean-Noël DEPEYROT (2011)

26 26 Premiers résultats en filière lait Produits joints 1. Produits fatals : pas de lait écrémé sans crème (beurre), etc. Volumes déterminés par comparaison mensuelle entre composition du lait et composition du PGC 2. Excédents : la collecte de lait et la consommation du PGC en fonction du temps sont chacun exprimés en fonction de 3 composantes : -La composante « tendance à LT » -La composante « saisonnalité » -La composante aléatoire 2.1. Lexcédent saisonnier de lait / PGC est calculé à partir de la différence entre les composantes saisonnalités de la collecte du lait et de la consommation du PGC, comparée au point bas de la série à LT Lécart entre les composantes « tendance » et aléatoire de la collecte du lait et de la consommation du PGC constitue lexcédent « annuel » (en partie structurel).

27 27 PGC 1 PGC 2 … … Livraisons de lait Lait transformé en PGC Excédent saisonnier Excédent annuel Analyse stat de saisonnalité Equivalents Litres Premiers résultats en filière lait Excédents Daprès Jean-Noël DEPEYROT (2011)

28 28 Lait ½ écrémé UHT 1000 L. Crème 72 L. Poudre 7 kg. Beurre 35 kg. Lait transformé 1099 L. Pertes 27 L. Lait collecté 1309 L. Excédent saisonnier 126 L. Excédent annuel 83 L. Premiers résultats en filière lait Bilan moyen pour 1000 litre de lait UHT 1/82 écrémé Les valeurs varient chaque mois en fonction de la composition du lait, de la saisonnalité de la collecte et de la consommation (pertes en GMS non prises en compte) Daprès Jean-Noël DEPEYROT (2011)

29 29 Premiers résultats en filière lait Prix et marges brutes FranceAgriMer OFPM, KantarWorlpanel

30 30 SSP pour FranceAgriMer OFPM Composantes de la marge industrie Premiers résultats en filière lait

31 31 Premiers résultats en filière lait Enquête en cours (résultats provisoires non diffusés) auprès des enseignes sur les charges directes par rayon et la couverture des charges communes par rayon Complexité : périmètre (siège, centrale, magasins), intégration dopérations industrielles (viandes), type de compta analytique … Seule information statistique disponible : compte sectoriel Composantes de la marge GMS 1 er résultat de lenquête : rayon produits laitiers-œufs contributeur positif au résultat net du magasin Comptes du Commerce

32 32 daprès RICA - FranceAgriMer OFPM Coûts de production agricole Premiers résultats en filière lait

33 33 Autres filière animales, en quelques points Porc 2 circuits : viande fraîche et charcuterie (une transformation supplémentaire / découpe) Difficulté de reconstituer la carcasse au détail compte tenu de la grande variété de produits de charcuterie Porc frais : suivi de la longe, circuit avec GMS assurant la dernière découpe (pas dUVCI) : imposé par les données (pas dautres données de prix de gros sortie industrie que les cotations des découpes du RNM à Rungis : projet denquête ad hoc dans lindustrie) Matière première agricole = valeur de la longe incluse dans le prix carcasse entrée abattoir. Valeur longe dans carcasse = valeur longe sortie découpe X valeur carcasse / prix pièces x poids pièces Charcuterie : choix du jambon cuit « standard » ; prix matière première comme ci-dessus, prix industrie découpe : Rungis ; prix sortie industrie charcuterie : industriels, INSEE (enquête ad hoc OFPM). Projet de construction dun index « panier » de produits de charcuterie. Volailles « Intégration » : pas de « prix à la production agricole » mais une valeur du vif entrée abattoir. Pas de données de prix sortie industrie : enquête INSSE pour OFPM en cours En attendant, « marge agrégée.

34 34 Transmission des prix C i, rapport entre matière première utilisée au stade i et produit vendu au stade i (ex. : C 1 : charge aliment / produit porc ; C 2 : charge porcs dans la découpe / produits découpes ; C 3 : charge en découpes dans la charcuterie / produits charcuterie ; C 4 : charges achats charcuterie GMS / CA charcuterie GMS) à marges constantes, toutes choses égale par ailleurs à et sans « retard » il faudrait alors les augmentations de prix suivantes à chaque stade k sur cette période : P 0 augmentation de prix P 0 des charges dans le stade 1 sur une périoode donnée P 0 x C 0 x C 1 x … x C i x … x C k A marges constantes, principes LOFPM donne les C i et les P i

35 35 Transmission des prix A marges constantes, exemples

36 36 Transmission des prix A marges constantes, exemples Prix théorique en GMS si les coûts dalimentation en élevage avaient été transmis intégralement jusquau stade détail

37


Télécharger ppt "Philippe BOYER, mai 2012 lObservatoire de la Formation des Prix et des Marges des Produits Alimentaires Objectifs, méthodes, résultats détape en filières."

Présentations similaires


Annonces Google