La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le Dépistage du cancer de la prostate Par Laurence Normand-Rivest UMF Jardins-Roussillon 15 novembre 2011 Par Laurence Normand-Rivest UMF Jardins-Roussillon.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le Dépistage du cancer de la prostate Par Laurence Normand-Rivest UMF Jardins-Roussillon 15 novembre 2011 Par Laurence Normand-Rivest UMF Jardins-Roussillon."— Transcription de la présentation:

1 Le Dépistage du cancer de la prostate Par Laurence Normand-Rivest UMF Jardins-Roussillon 15 novembre 2011 Par Laurence Normand-Rivest UMF Jardins-Roussillon 15 novembre 2011

2 Épidémiologie Le cancer de la prostate est le cancer le plus prévalent chez les hommes Incidence canadienne : /an 2e cause de mortalité : 4000/an 1 H sur 4 atteint du cancer de la prostate en meurt Le cancer de la prostate est le cancer le plus prévalent chez les hommes Incidence canadienne : /an 2e cause de mortalité : 4000/an 1 H sur 4 atteint du cancer de la prostate en meurt

3 Facteurs de risque Âge : 40 ans chez Noirs et 50 ans chez Blancs AF : 1 parent du 1er degré x 2-2-,4 1 parent du 2e degré x 1,7-2,1 Parents 1er et 2e degré x 8,8 Milieu de vie : Nords-Américains 35x Asie ou Europe de lEst Alimentation : gras animal Âge : 40 ans chez Noirs et 50 ans chez Blancs AF : 1 parent du 1er degré x 2-2-,4 1 parent du 2e degré x 1,7-2,1 Parents 1er et 2e degré x 8,8 Milieu de vie : Nords-Américains 35x Asie ou Europe de lEst Alimentation : gras animal

4 Dépistage : Toucher rectal 75% cancers de la prostate périphériques Nodule, induration, irrégularité, asymétrie Plus de la moitié sont trop avancés pour espérer une guérison 75% cancers de la prostate périphériques Nodule, induration, irrégularité, asymétrie Plus de la moitié sont trop avancés pour espérer une guérison

5 Dépistage : APS Glycoprotéine sécrétée par les cellules épithéliales de la prostate Premier indice de progression ou de récidive dun cancer Restructuration dans le cancer : Plusieurs acini en communication avec système lymphatique et vasculaire => Hausse de lAPS Glycoprotéine sécrétée par les cellules épithéliales de la prostate Premier indice de progression ou de récidive dun cancer Restructuration dans le cancer : Plusieurs acini en communication avec système lymphatique et vasculaire => Hausse de lAPS

6 Atout : Stade précoce LAPS est un outil de dépistage permettant de détecter le cancer de la prostate à un stade précoce asymptomatique où les traitements peuvent être plus efficaces 90% des cancers détectés par dépistage sont localisés (T1 ou T2) LAPS est un outil de dépistage permettant de détecter le cancer de la prostate à un stade précoce asymptomatique où les traitements peuvent être plus efficaces 90% des cancers détectés par dépistage sont localisés (T1 ou T2)

7 Normales 0-4 ng/mL <60 ans : <2,5 ng/mL Suivi annuel : hausse de 0,75 ng/mL augmente risque de néo Si AF avant 70 ans, Noirs ou Caraïbes : débuter dépistage q 1 an à 40 ans Les autres : dès 40 ans, dépistage q 5 ans puis q 1 an dès 50 ans Arrêt du suivi à ans ou si espérance de vie <10 ans 0-4 ng/mL <60 ans : <2,5 ng/mL Suivi annuel : hausse de 0,75 ng/mL augmente risque de néo Si AF avant 70 ans, Noirs ou Caraïbes : débuter dépistage q 1 an à 40 ans Les autres : dès 40 ans, dépistage q 5 ans puis q 1 an dès 50 ans Arrêt du suivi à ans ou si espérance de vie <10 ans

8 Normales BlancsAsiatiquesNoirs ans<2,5< ans<3,5<3< ans<4,5<4<4, ans<6,5<5<5,5

9 Echo trans-rectale TR et APS anormaux 30-40% cancers non apparents Si TR et ETR N : bx selon APS Complications liées aux bx : infections sérieuses rétention urinaire Hématurie Rectorragie TR et APS anormaux 30-40% cancers non apparents Si TR et ETR N : bx selon APS Complications liées aux bx : infections sérieuses rétention urinaire Hématurie Rectorragie

10 Manifestations cliniques Prostatisme (surtout) Hématurie Rétention urinaire Incontinence IRA post-rénale Impuissance Asthénie Perte de poids Douleurs osseuses Hémospermie Prostatisme (surtout) Hématurie Rétention urinaire Incontinence IRA post-rénale Impuissance Asthénie Perte de poids Douleurs osseuses Hémospermie

11 Bilan dextention TR (peut être complété par ETR) Scintigraphie osseuse Absence de métas à distance : évaluer ganglions pelviens => Lymphadénectomie par laparoscopie avant Ptomie radicale ou Rörx TR (peut être complété par ETR) Scintigraphie osseuse Absence de métas à distance : évaluer ganglions pelviens => Lymphadénectomie par laparoscopie avant Ptomie radicale ou Rörx

12 Grades de Gleason

13 Score de Gleason Addition des deux grades les plus évidents (si lun deux est moins de 5% du tissu biopsié, score dominant est multiplié par 2) Ex : si patron dominant est 3 et le secondaire est 1 : score de 4 Ex 2: si patron secondaire de 1 est de <5% : score de 6 Addition des deux grades les plus évidents (si lun deux est moins de 5% du tissu biopsié, score dominant est multiplié par 2) Ex : si patron dominant est 3 et le secondaire est 1 : score de 4 Ex 2: si patron secondaire de 1 est de <5% : score de 6

14 Scores de Gleason 2-6 : bas (cellules similaires aux normales et croissance lente) 7 : intermédiaire 8-10 : élevé (cellules très différentes des normales et croissance rapide) 2-6 : bas (cellules similaires aux normales et croissance lente) 7 : intermédiaire 8-10 : élevé (cellules très différentes des normales et croissance rapide)

15 Stades TNM et Jewett DéfinitionTraitementSurvie A1 ou C assez N localisées Observer>10 ans T1a<5% fragments A2 ou C aN diffuses Ptomie Ou Rörx >10 ans T1b>5% fragments

16 Stades TNM et Jewett DéfinitionTraitementSurvie B0 ou APS élevéPtomie Ou Rörx >10 ans T1cBiopsie ETR B1 ou Nodule dans 1 lobe Ptomie Ou Rörx >10 ans T2a<50% de 1 lobe

17 Stades TNM et Jewett DéfinitionTraitementSurvie B2 ou >50% lobePtomie Ou Rörx >10 ans T2b B3 ou 2 lobesPtomie Ou Rörx >10 ans T2c

18 Stades TNM et Jewett DéfinitionTraitementSurvie C ou Extention au-delà de la glande Rörx Ou (parfois) Ptomie 10 ans T3 D1 ou Ganglions pelviens Hörx5 ans N1

19 Stades TNM et Jewett DéfinitionTraitementSurvie D2 ou Metas ganglions distants, os, tissus Hörx2-3 ans M1 D3Rechûte chez D2 Soins pall, cörx ou expérimental 1 an

20 Métaanalyse Screening for Prostate Cancer : A Review of the Evidence for the US Preventive Services Task Force Chou, R. et al. epub ahead of publication annals.org, Annals of Internal Medicine, October 2011 Screening for Prostate Cancer : A Review of the Evidence for the US Preventive Services Task Force Chou, R. et al. epub ahead of publication annals.org, Annals of Internal Medicine, October 2011

21 But de létude Mettre à jour les revues de la littérature effectuées en 2002 et en 2008 par le US Preventive Services Task Force sur le dépistage et le traitement du cancer de la prostate

22

23 Sources MEDLINE (2002 à juillet 2011) Cochrane Library Database (jusquà la mi-2011) MEDLINE (2002 à juillet 2011) Cochrane Library Database (jusquà la mi-2011)

24 Études sélectionnées Essais randomisés sur le dépistage basé sur lAPS Essais randomisés et études de cohorte sur la prostatectomie ou la radiothérapie vs lobservation Grandes études observationnelles sur les préjudices périopératoires Essais randomisés sur le dépistage basé sur lAPS Essais randomisés et études de cohorte sur la prostatectomie ou la radiothérapie vs lobservation Grandes études observationnelles sur les préjudices périopératoires

25 Critères de sélection- Dépistage Essais randomisées en anglais et publiées Dépistage chez des hommes asymptomatiques (incluant ceuz avec des symptômes urinaires bas chroniques légers) Utilisant 1 ou 2 mesures dAPS, avec ou sans méthode additionnelle Essais randomisées en anglais et publiées Dépistage chez des hommes asymptomatiques (incluant ceuz avec des symptômes urinaires bas chroniques légers) Utilisant 1 ou 2 mesures dAPS, avec ou sans méthode additionnelle

26 Critères de sélection- Traitement Essais randomisés et études de cohorte comparant le traitement par radiothérapie ou par prostatectomie radicale du cancer détecté par dépistage par rapport à lobservation vigilante

27 Critères de sélection- Préjudices périopératoires Études observationnelles N>1000 Complications et mortalité péri- opératoires Études observationnelles N>1000 Complications et mortalité péri- opératoires

28

29 Question 1 Est-ce que le dépistage du taux dAPS réduit la mortalité dûe au cancer de la prostate ou aux autres causes?

30 ERSPC P: H de ans 7 pays APS q 2-7 ans ou soin usuel Niveaux dévaluation dx : 2,5-4ug/L (1 centre a utilisé >10ug/L plusieurs années) Certains TR et ETR Résultats + = Bx P: H de ans 7 pays APS q 2-7 ans ou soin usuel Niveaux dévaluation dx : 2,5-4ug/L (1 centre a utilisé >10ug/L plusieurs années) Certains TR et ETR Résultats + = Bx

31 Résultats À 9 ans de suivi, hausse nette de lincidence de néo prostate chez dépistés de 34/1000 H Pas de différence de mortalité spécifique au cancer de la prostate (RR 0,85 IC [0,73-1]) À 9 ans de suivi, hausse nette de lincidence de néo prostate chez dépistés de 34/1000 H Pas de différence de mortalité spécifique au cancer de la prostate (RR 0,85 IC [0,73-1])

32 Limites Variation de lintervalle entre les examens de dépistage et du taux dAPS limite Méthodes dallocation non décrites Différences des critères dexclusion selon lâge Exclusion des résultats de la France et du Portugal Déclaration inadéquate de lattrition Variation de lintervalle entre les examens de dépistage et du taux dAPS limite Méthodes dallocation non décrites Différences des critères dexclusion selon lâge Exclusion des résultats de la France et du Portugal Déclaration inadéquate de lattrition

33 ERSPC-Sous groupe dâge principal (core) H de ans Diminution de la mortalité spécifique au cancer de la prostate (RR 0,80, IC [0,65- 0,98]) À 9 ans de suivi, diminution du risque absolu de décéder du cancer de la prostate de 0,07% NNS = 1410 NNT = H de ans Diminution de la mortalité spécifique au cancer de la prostate (RR 0,80, IC [0,65- 0,98]) À 9 ans de suivi, diminution du risque absolu de décéder du cancer de la prostate de 0,07% NNS = 1410 NNT = 48

34 ERSPC-Göteborg H de ans APS q 2 ans Limite 2,5-3 ug/L Résultat + : TR, ETR, Bx H de ans APS q 2 ans Limite 2,5-3 ug/L Résultat + : TR, ETR, Bx

35 Résultats Hausse de lincidence du cancer de la prostate (HR 1,6 IC [1,5-1,8]) Diminution de mortalité spécifique au cancer de la prostate après 14 ans de suivi (RR 0,56, IC [0,39-0,82]) et baisse du risque absolu de 0,34% NNS = 293 (IC ) NNT = 12 Hausse de lincidence du cancer de la prostate (HR 1,6 IC [1,5-1,8]) Diminution de mortalité spécifique au cancer de la prostate après 14 ans de suivi (RR 0,56, IC [0,39-0,82]) et baisse du risque absolu de 0,34% NNS = 293 (IC ) NNT = 12

36 Limites Pas de distinctions sociodémographiques entre les groupes Déclaration de lattrition inadéquate Contamination chez les témoins non déclarée Pas de distinctions sociodémographiques entre les groupes Déclaration de lattrition inadéquate Contamination chez les témoins non déclarée

37 PLCO H de ans APS et TR annuels vs soins usuels Limite APS >4ug/L H de ans APS et TR annuels vs soins usuels Limite APS >4ug/L

38 Résultats Hausse de lincidence du cancer de la prostate après 7 ans de suivi (RR 1,2 IC 95%[1,2-1,3]) Pas deffet sur la mortalité spécifique au cancer de la prostate (RR 1,1 IC [0,75-1,7]) ou de toute autre cause (RR 0,98 IC [0,92-1]) Résultats similaires à 10 ans Hausse de lincidence du cancer de la prostate après 7 ans de suivi (RR 1,2 IC 95%[1,2-1,3]) Pas deffet sur la mortalité spécifique au cancer de la prostate (RR 1,1 IC [0,75-1,7]) ou de toute autre cause (RR 0,98 IC [0,92-1]) Résultats similaires à 10 ans

39 Limites Haux taux de contamination chez les contrôles (52% ont eu APS à 6 ans) 44% des H dans les deux groupes avaient eu un dosage ou plus dAPS avant létude Haux taux de contamination chez les contrôles (52% ont eu APS à 6 ans) 44% des H dans les deux groupes avaient eu un dosage ou plus dAPS avant létude

40 Question 2 Quels sont les préjudices causés par le dépistage du taux dAPS?

41 Taux élevé de Faux + ERSPC (Centre finnois): 12% H ont reçu un FP en 3 prises dAPS (limite >4ug/L) ERSPC : 76% des biopsies pour un APS élevé étaient négatives ERSPC (Centre finnois): 12% H ont reçu un FP en 3 prises dAPS (limite >4ug/L) ERSPC : 76% des biopsies pour un APS élevé étaient négatives

42 Complications liées aux biopsies PLCO : 68/ : infection, saignement, trouble urinaire ERSPC (Rotterdam) : 5802 bx : 3,5% fièvre, 0,4% rétention urinaire, 0,5% hospitalisation pour prostatite ou urosepsis PLCO : 68/ : infection, saignement, trouble urinaire ERSPC (Rotterdam) : 5802 bx : 3,5% fièvre, 0,4% rétention urinaire, 0,5% hospitalisation pour prostatite ou urosepsis

43 Question 3 Quels sont les bénéfices du traitement du cancer de la prostate à un stade précoce ou détecté par dépistage?

44 Prostatectomie radicale vs observation Bill-Axelson et al. Essai randomisé, bonne qualité N = 695 H Localisé (T1b, T1c, T2) Non spécifique à des H soumis au dépistage 75% palpable au TR (T2) (vs 36% dans lERSPC) Bill-Axelson et al. Essai randomisé, bonne qualité N = 695 H Localisé (T1b, T1c, T2) Non spécifique à des H soumis au dépistage 75% palpable au TR (T2) (vs 36% dans lERSPC)

45 Résultats Baisse du risque absolu de décès dû au cancer de la prostate à 15 ans de 21% à 16% (HR 0,62 IC [0,44-0,87]) Baisse du risque absolu de décès dû à toute cause de 53% à 46% (HR 0,75 IC [0,61-0,92]) Baisse du risque absolu de décès dû au cancer de la prostate à 15 ans de 21% à 16% (HR 0,62 IC [0,44-0,87]) Baisse du risque absolu de décès dû à toute cause de 53% à 46% (HR 0,75 IC [0,61-0,92])

46 8 études de cohorte N médian = 2264 ( ) Suivi de 4 à 13 ans Prostatectomie radicale vs observation N médian = 2264 ( ) Suivi de 4 à 13 ans Prostatectomie radicale vs observation

47 Résultats Baisse du risque de décès dû au cancer de la prostate HR 0,32 [0,25-0,50] Baisse du risque de décès dû à toute cause HR 0,46 [0,32-0,67] Baisse du risque de décès dû au cancer de la prostate HR 0,32 [0,25-0,50] Baisse du risque de décès dû à toute cause HR 0,46 [0,32-0,67]

48 Radiothérapie 5 études de cohorte Localisé N médian = 3441 ( ) Suivi 4-13 ans 5 études de cohorte Localisé N médian = 3441 ( ) Suivi 4-13 ans

49 Résultats Baisse du risque de décès dû au cancer de la prostate (HR 0,66 [0,63-0,70] Baisse du risque de décès dû à toute cause (HR 0,68 [0,62-0,81]) Baisse du risque de décès dû au cancer de la prostate (HR 0,66 [0,63-0,70] Baisse du risque de décès dû à toute cause (HR 0,68 [0,62-0,81])

50 Question 4 Quels sont les préjudices du traitement du cancer de la prostate à un stade précoce ou détecté par dépistage?

51 Prostatectomie - Incontinence urinaire Essai randomisé : hausse absolue de 28% (49% vs 21%) (RR 2,3 IC [1,6- 3,2] 4 études de cohorte : hausse absolue médiane de 18% (8-40% vs 3-10%) Essai randomisé : hausse absolue de 28% (49% vs 21%) (RR 2,3 IC [1,6- 3,2] 4 études de cohorte : hausse absolue médiane de 18% (8-40% vs 3-10%)

52 Prostatectomie - Dysfonction érectile Essai randomisé : hausse absolue de 36 % (81% vs 45%) 5 études de cohorte : hausse absolue de 26 % (21-29% à une médiane de 52% (26-68%)) Essai randomisé : hausse absolue de 36 % (81% vs 45%) 5 études de cohorte : hausse absolue de 26 % (21-29% à une médiane de 52% (26-68%))

53 Chirurgie avec épargne nerveuse Étude observationnelle Sans épargne nerveuse : incontinence urinaire: 87% dysfonction érectile: 15% Avec épargne nerveuse : incontinence urinaire: 68% dysfonction érectile: 9,4% Étude observationnelle Sans épargne nerveuse : incontinence urinaire: 87% dysfonction érectile: 15% Avec épargne nerveuse : incontinence urinaire: 68% dysfonction érectile: 9,4%

54 Prostactectomie - Qualité de vie SF-36 9 études Prostatectomie associée avec meilleure forme physique (6 études) et meilleure santé émotionnelle (7 études) Pas de différence pour les autres paramètres SF-36 9 études Prostatectomie associée avec meilleure forme physique (6 études) et meilleure santé émotionnelle (7 études) Pas de différence pour les autres paramètres

55 Radiothérapie - Incontinence urinaire 1 petit essai randomisé Petit nombre de cas Donnée imprécise 4 études de cohorte (n=1910) : pas de différence de risque RR=1,1 [0,7-2] 1 petit essai randomisé Petit nombre de cas Donnée imprécise 4 études de cohorte (n=1910) : pas de différence de risque RR=1,1 [0,7-2]

56 Radiothérapie - Dysfonction érectile 6 études de cohorte Hausse du risque absolu de 14% (7- 22% à 26-68%) 6 études de cohorte Hausse du risque absolu de 14% (7- 22% à 26-68%)

57 Radiothérapie - Qualité de vie Amélioration du rôle physique (7 études) Pas de différence significative pour les autres paramètres Amélioration du rôle physique (7 études) Pas de différence significative pour les autres paramètres

58 Discussion 12% dosages dAPS : Faux positifs 1/200 biopsies : infection sérieuse ou rétention urinaire 12% dosages dAPS : Faux positifs 1/200 biopsies : infection sérieuse ou rétention urinaire

59 Discussion Risque de mortalité dû au cancer de la prostate ou toute autre cause inchangé par le dépistage du taux dAPS dans lERSPC et le PLCO

60 Discussion Sous-groupe de lERSPC ans : baisse du risque absolu de 7 hommes sur Sous-groupe de lERSPC Göteborg (suivi 14 ans vs 9 ans dans lERSPC) : baisse du risque absolu de 34 hommes sur Sous-groupe de lERSPC ans : baisse du risque absolu de 7 hommes sur Sous-groupe de lERSPC Göteborg (suivi 14 ans vs 9 ans dans lERSPC) : baisse du risque absolu de 34 hommes sur

61 Discussion Diminution de la mortalité dûe au cancer détecté de manière précoce par prostactectomie radicale ou radiothérapie

62 Discussion Hausse du risque dincontinence urinaire et de dysfonction érectile (particulièrement pour la prostatectomie) Possible avantage à la chirurgie dépargne nerveuse Hausse du risque dincontinence urinaire et de dysfonction érectile (particulièrement pour la prostatectomie) Possible avantage à la chirurgie dépargne nerveuse

63 Conclusion Discussion actuelle sur la possibilité de classer lAPS en catégorie D La catégorie C : peut-être une option intéressante Discussion actuelle sur la possibilité de classer lAPS en catégorie D La catégorie C : peut-être une option intéressante

64 Médiagraphie Chou, R. et al., Screening for Prostate Cancer : A Review of the Evidence for the US Preventive Services Task Force,epub ahead of publication annals.org, Annals of Internal Medicine, october 2011, [on line], 11/11/ full#T full#T6 Prostate Cancer Canada Network, [on line], 11/11/2011, QUERIN, S., VALIQUETTE, L. La Néphrologie et lurologie, 2e édition, 2004, Edisem, p. 361 McNAUGHTON-COLLINS, M. et BARRY, J. One Man at a Time -Resolving the PSA Controversy, NEJM, october 2011, NEJM.org [on line], 11/11/2011. Chou, R. et al., Screening for Prostate Cancer : A Review of the Evidence for the US Preventive Services Task Force,epub ahead of publication annals.org, Annals of Internal Medicine, october 2011, [on line], 11/11/ full#T full#T6 Prostate Cancer Canada Network, [on line], 11/11/2011, QUERIN, S., VALIQUETTE, L. La Néphrologie et lurologie, 2e édition, 2004, Edisem, p. 361 McNAUGHTON-COLLINS, M. et BARRY, J. One Man at a Time -Resolving the PSA Controversy, NEJM, october 2011, NEJM.org [on line], 11/11/2011.


Télécharger ppt "Le Dépistage du cancer de la prostate Par Laurence Normand-Rivest UMF Jardins-Roussillon 15 novembre 2011 Par Laurence Normand-Rivest UMF Jardins-Roussillon."

Présentations similaires


Annonces Google