La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cancer de la Prostate du Dépistage au Traitement Hôpital SAINT LOUIS Service dUrologie – Réseau Cancer Prostate Justification du dépistage Seules les.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cancer de la Prostate du Dépistage au Traitement Hôpital SAINT LOUIS Service dUrologie – Réseau Cancer Prostate Justification du dépistage Seules les."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Cancer de la Prostate du Dépistage au Traitement Hôpital SAINT LOUIS Service dUrologie – Réseau Cancer Prostate Justification du dépistage Seules les formes localisées, le plus souvent cliniquement asymptomatiques peuvent bénéficiées dun traitement curatif A un stade localement avancé, les traitements radicaux sont moins efficaces, voir impossibles à mettre en œuvre. Options thérapeutiques Cancer dévolution lente et longtemps localisé, hormono-dépendance dans 80% des cas. Incidence en constante augmentation du fait de lallongement de la durée de la vie et du renforcement du dépistage Toucher rectal Biopsies prostatiques PSA total Prostatectomie radicale (PR) Prostato-vésiculectomie avec curage ganglionnaire ilio-obturateur Voie coelioscopique ou « ciel ouvert » Complications : dysfonction érectile (50%) ; incontinence (5%) ; sténose anastomose (< 3%) Radiothérapie externe (RE) Elle est conformationnelle > 70Grays en 40 séances (5/sem) Complications : dysfonction érectile (50%) ; rectite (11%) ; incontinence (5%) ; cystite (5%) Curiethérapie interstitielle (CI) Introduction particules radioactives (Iode 125) par voie transpérinéale sous échographie Complications : cystite (30%) ; dysfonction érectile (20%) ; rectite (11%) ; Blocage androgénique (BA) Traitement général freinateur de la croissance des cellules cancéreuses hormonodépendantes Castration médicale : - Analogues de la LH-RH ; utilisation adjuvante de la radiothérapie (6 mois à 2-3 ans) ; utilisation continue si métastases ou discontinue selon évolution du PSA après traitement curatif. Effets secondaires : Bouffée de chaleurs, impuissance, gynécomastie. -Anti-androgènes : utilisation le plus souvent en association aux analogues ; 1 mois au début des analogues de la LH-RH (effet anti-flare up) ou en continu (BA complet). Castration chirurgicale : (rare) Tumeurs à faible risque PR ou RE (70G) ou CI (VP < 50 g) Options : surveillance active (PSA/4 mois) ; HIUF et cryothérapie (en évaluation) HIFU Ultrasons Focalisés de Haute Intensité Nécrose par coagulation Cryothérapie (en cours dévaluation) Nécrose par le froid Tumeurs à risque intermédiaire PR avec curage ganglionnaire RE (> 70G) + BA courte (6 mois) Stratégies thérapeutiques (Cancer localisé et Espérance de vie > 10 ans) Tumeurs à haut risque RE (> 70G) +BA prolongée (2-3 ans) PR avec curage ganglionnaire étendu +/- RE et BA. Incidence : /an ; rare avant 50 ans Mortalité : 2 e cause de décès par cancer REALISATION Urologie - Hôpital Saint Louis - Paris Pr. F. DESGRANDCHAMPS - Dr. A. CORTESSE Dr. P. MERIA - - Dr. P. MONGIAT ARTUS - Dr. E. TARIEL Réseau Paris Nord – Dr. A. de GOUVELLO Destiné aux Médecins généralistes Dépistage Diagnostic

4 DépistageDiagnostic Bilan dextension Toucher rectal et PSA sérique total Toucher rectal (TR) Pour rechercher un nodule prostatique (10-20% de cancer à PSA normal) Il est individuel après explications PSA Doser le PSA sérique total (PSA-t) Si > 2,5 ng/ml => dosage de confirmation à 1-3 mois ; Puis dosage annuel (analyser le ΔPSA) Rm : doser à distance (3-6 mois) si prostatite Pour biopsie : si TR anormal et/ou PSA-t > 10 ng/ml Pour évaluation : Lurologue décidera de la nécessité des biopsies en fonction du TR, du volume prostatique, de lâge, de la cinétique du PSA-t (+/- PSA libre) Léchographie prostatique (sus pubienne ou endorectale) nest daucune utilité dans la prise en charge du cancer de la prostate Biopsies échoguidées Sous anesthésie locale 12 prélèvements minimum Analyse anatomopathologique Plus le Score de Gleason est élevé plus le cancer est agressif Grade et Score de Gleason - Grade : degré de différenciation (1 à 5) (5 = totalement indifférencié => gravité ++) - Score : somme des 2 grades prédominants (le 1 er chiffre exprime le grade le + présent) Adénocarcinome IRM prostatique et pelvienne Recherche lextension extra-prostatique et des Adénopathies régionales Scintigraphie osseuse Recherche des métastases osseuses Recommandée si PSA > 10 Optionnelle si risque faible T2a T2b T2c T3a T3b Classification de DAmico Définit le risque de progression Risque faible : T1c ou T2a et PSA < 10 et Gleason < 7 Risque intermédiaire : T2b ou PSA entre 10 et 20 ou Gleason = 7 (3+4 ou 4+3) Risque élevé : T2c-T3 ou PSA > 20 ou Gleason > 8 Lymphadénectomie ilio-obturatrice Recommandée si risque élevé Recherche latteinte ganglionnaire T (Tumeur) Pour évaluer lextension prostatique TR +/- IRM prostatique De 0 à 4 T3a ; Effraction capsulaire ; T3b : Atteinte des vésicules séminales Pronostic N (Adénopathies) Pour les métastases ganglionnaires IRM abdomino-pelvienne Curage biopsique ganglionnaire +/- X : non évaluable ; 0 : absence ; 1 : atteinte M (Métastases viscérales) Surtout pour les localisations osseuses Scintigraphie osseuse X : non évaluable ; 0 : absence ; 1 : atteinte T0 : pas de tumeur T1 : tumeur non palpable (biopsie) T4 : atteinte des organe de voisinage Classification TNM A partir de 50 ans ou 45 ans si antécédents familiaux et/ou origine afro-antillaise Jusquà 75 ans en labsence de comorbidité (ou espérance de vie > 10 ans) Puis fréquence annuelle Contacts utiles (Réservé aux professionnels de santé) Hôpital Saint Louis (Tél : ou 21- Fax : ) Réservé à lurologue Le scanner abdomino-pelvien est inutile Adresser à lurologue (pas de dépistage de masse par le PSA) - PSA-t > 4 ng/ml quelque soit lâge (< 75 ans) (confirmer le PSA par 2 e dosage) - PSA-t entre 2,5 et 4 ng/ml. si < 60 ans : adresser après confirmation. si > 60 ans : adresser si ΔPSA > 0,75 au PSA annuel

5 Plaquettes en Projet ou Préparation K colorectal K du sein K dermatologiques Synthèse « Du dépistage au traitement » Douleur et Cancer Synthèse « Du dépistage au traitement » K de la prostate Hémopathies « Savoir y penser » - Notions thérapeutiques et pronostiques « Evaluer et traiter » « Dépister » Soins de suite Synthèse « Du dépistage au traitement »


Télécharger ppt "Cancer de la Prostate du Dépistage au Traitement Hôpital SAINT LOUIS Service dUrologie – Réseau Cancer Prostate Justification du dépistage Seules les."

Présentations similaires


Annonces Google