La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

OBSERVATOIRE DE LA PRISE EN CHARGE DE LHYPOTHYROÏDIE EN FRANCE ETUDE ORCHIDÉE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "OBSERVATOIRE DE LA PRISE EN CHARGE DE LHYPOTHYROÏDIE EN FRANCE ETUDE ORCHIDÉE."— Transcription de la présentation:

1 OBSERVATOIRE DE LA PRISE EN CHARGE DE LHYPOTHYROÏDIE EN FRANCE ETUDE ORCHIDÉE

2 Méthodologie et Méthodologie et Objectifs Lobjectif principal de cet observatoire est de documenter les modalités de la prise en charge initiale de lhypothyroïdie : –Circonstances du diagnostic –Bilan réalisé –Modalités de prise en charge thérapeutique par le médecin généraliste et/ou lendocrinologue Lobjectif secondaire est destimer le nombre de patients traités par hormones thyroïdiennes Etude descriptive, de patients débutant un traitement par hormones thyroïdiennes pour hypothyroïdie, ou ayant débuté ce traitement dans les 6 derniers mois, avec un suivi prospectif jusquau 1er contrôle de la TSH après le début du traitement par HT

3 Médecins observateurs et caractéristiques des patients 254 MGs sur 500 et 82 endocrinologues sur 120 ont inclus au moins 1 patient. La répartition des médecins était comparable à celle de la base de sondage utilisée patients ont été inclus dans létude entre le 30 octobre 2008 et le 5 février Lanalyse a portée sur 1255 patients répondant aux critères dinclusion. Caractéristiques générales des patients: –Proportion des femmes: 84,4% et 1,6% étaient enceintes –Age moyen: ans. Les patients inclus par les généralistes étaient plus âgés (54 ans 16.14) que ceux inclus par les endocrinologues (50 ans 16.14) (p<0.001). –Indice de masse corporelle: 25,83 4,95. Pathologies associées: –HTA 27% –Hypercholestérolémie 27, 9% –Antécédents de tabagisme 22% –Diabète6,6%

4 Circonstances du diagnostic dhypothyroïdie Généraliste Nbre de patients = 835 Endocrinologue Nbre de patients = 420 p Suspicion dhypothyroïdie devant des signes cliniques et/ou biologiques 673 (80,7%)288 (68,6%)<0.001 Découverte dun goitre157 (18.8%)40 (9.5%)<0.001 Patient déjà connu pour une pathologie thyroïdienne associé ou non : 141 (16.9%)121 (28.8%)<0.001 Nodule thyroïdien55 (6.6%)27 (6.4%) Goitre euthyroïdien29 (3.4%)20 (4.7%) Cancer thyroïdien9 (1.0%)12 (2.8%) Hyperthyroïdie34 (2.8%)43 (10.2%) Autres circonstances 1 45 (5.3%)52 (12.3%) Circonstances diagnostiques de lhyperthyroïdie 1: Inconnue, Bilan en cours, Goitre, Grossesse, Atrophie thyroïdienne, carence iodée, choc émotionnel, craniopharyngiome, dystrophie thyroïdienne multinodulaire, ethylotabagisme, familiale, Hypothyroïdie frustre, hématocèle, hypoplasie thyroïdienne, hypothyroïdie centrale, hypothyroïdie de carence, hypothyroïdie familiale, insuff rénale chronique diabète II, insuffisance anti hypophysaire, involution glande, ménopause, nodules thyroïdiens, périphérique, primitive, thyroïde dinvolution, thyroïdite, thyroïdite non auto immune, thyroïdite sub aigue de de quervain, thyroïdite virale, vieillesse

5 Principales étiologies répertoriées Endocrinologue N = 82 Nombre de patients = 420 Généraliste N = 254 Nombre de patients = 835 Thyroïdite auto-immune Chirurgie Traitement par iode radioactif Hypothyroïdie médicamenteuse Traitements combinés Autres causes non iatrogènes ou non précisées

6 Signes cliniques dhypothyroïdie rapportés N = 1255 patients Fatigue89.0% Prise de poids 53.4% Signes digestifs 34.7% Intolérance au froid 33.2% Signes musculaires 27.6% Signes cutanés 24.8% Signes neurologiques 13.4% Signes cardiovasculaires 8.4%

7 Examens complémentaires de la thyroïde Généraliste Nbre de patients = 835 Endocrinologue Nbre de patients = 420 p TSH mUI/L Normes (0,4 – 4)780 (94.8%)356 (86.4%) Moyenne (écart type)24.63 (114.28)20.15 (39.31) Médiane T4 libre (pmol/L)426 (51.4%)252 (60.9%) Moyenne (écart type)9.60 (9.85)9.30 (6.92) Médiane Anticorps anti-TPO réaliséréalisé 468 (59.4%) positifs 316: (67.6%) réalisé 289 (71.6%) positifs 210: (72.6%) <0.001 Anticorps anti-thyroglobulineréalisé 415 (54.0%) positifs 247 (59.5%) réalisé 190 (49.2%) positifs 122 (64.2%) Examens morphologiques Echographie thyroïdienne Scintigraphie thyroïdienne 652 (78.1%) 641 (98.3 %) 151 (23.2%) 304 (72.4%) 295 (97.0%) 29 (9.5%) <0.001

8 Posologie moyenne et durée entre chaque titration

9 Premier contrôle après traitement de la TSH et T4L N = 1208 patients (96%) TSH de contrôle réalisée après début du traitement (mUI/L) 1140 (94.4%) - Moyenne (SD) - Médiane 6.83 (43.66) - 3 T4 libre de contrôle réalisée après début du traitement (pmoI/L) 602 (49.8%) - Moyenne (SD) - Médiane (10.98)

10 Conclusion 1 Il sagit de la première étude réalisée en France sur les modalités de la prise en charge initiale de lhypothyroïdie. Deux causes émergent: –la thyroïdite auto-immune dans un peu plus de la moitié des cas –les hypothyroïdies secondaires à un traitement suppressif dans 20%, essentiellement la thyroïdectomie Le diagnostic repose sur la TSH, la T4 reste largement pratiquée dans 50%. Le résultat médian de 8,51 mUI/L montre que plus de la moitié des patients présente une vraisemblable hypothyroïdie fruste et la fréquence du dosage de T4 peut correspondre à ce contexte dhypothyroïdie fruste. Ce bilan diagnostique comprend maintenant lévaluation des anticorps antithyroïdiens, essentiellement anti-TPO mais aussi peut-être un peu trop largement les anti-Tg Léchographie, bien que non systématiquement recommandée, est plébiscitée par les médecins qui lintègrent actuellement à leur bilan diagnostique. Lors des visites de suivi, la TSH est lexamen de référence mais la T4 reste réalisée dans la moitié des cas.

11 Conclusion 2 La Thyroxine (Lévothyrox®) est prescrite dans plus de 90% des cas. La posologie initiale et les paliers daugmentation sont conformes avec les recommandations Lintervalle moyen entre chaque palier semble relativement long (6 semaines), comparativement aux recommandations (autour de 1 à 4 semaines) et aux faibles facteurs de risque cardio-vasculaires décrits dans la population traitée. Le premier dosage de contrôle de la TSH montre une amélioration franche de lhypothyroïdie, puisque le résultat moyen est passé de 23,2 mUI/L avant la mise sous traitement à 6,8 mUI/L après en moyenne 84 jours Un dosage de la T4 libre a été réalisé pour la moitié des patients avec un résultat qui était en moyenne de 9.49 pmoI/L avant traitement à pmoI/L deux mois et demi après traitement. Ces données donnent une base concrète pour faire évoluer les pratiques médicales dune part et aussi pourquoi pas les recommandations de prise en charge.

12 Analyses complémentaires Tous les patients présentant une hypothyroïdie avérée ou fruste (315 patients) suivant la définition des recommandations ont été traitées par hormones thyroïdiennes Les taux TSH après 2 à 3 mois de traitement chez le médecin généraliste et l'endocrinologue ne sont pas statistiquement différente (8.03 versus 4.55 p=0.13). Les médianes sont peu différentes (3,1 chez les généralistes et 2,5 chez les endocrinologues) Les résultats des taux de TSH et T4L ne sont pas modifiés par lexclusion des hypothyroïdies iatrogènes de l'analyse Parmi les patients éligibles, 232 ont présenté un goitre isolé et 73 un nodule. Les taux moyen de TSH nont pas montré de différence statistiquement significative, bien que moins élevé avant et après traitement pour les patients avec goitre ou nodule avant traitement. Les taux de T4L nétaient pas différent En cas de Thyroïdite auto-immune les dosages des anticorps ont été réalisés à 79.8% pour Ac anti-TPO et 65.8% pour les Ac anti-Tg avec un résultat positif respectif de 69.2% et 50.7%

13 Analyses complémentaires Parmi les 1146 patients pour lesquels le dosage des Ac anti-TPO et anti-Tg est renseignée, 51,4% des patients (589) ont eu les 2 examens, 36,6% (419) nont eu aucun des 2 examens, 11,1% (127) ont eu un dosage des anticorps anti-TPO et seulement 1% (11) ont eu seulement un dosage unique des anticorps anti- thyroglobuline La prescription de scintigraphie augmente chez le MG avec lâge du praticien : 13,3% des patients inclus par les MG de moins de 45 ans, 21,6% des patients inclus par les MG âgés de 45 à 55 ans et 30,6% des patients inclus par les MG âgés de plus de 55 ans (p=0,0012) Lapport de conseils peut être un facteur explicatif de l'atteinte des objectifs (particulièrement prise du traitement à jeun et importance de l'observance). La moyenne de la TSH est de 3,58 (médiane à 2,6) à 3 mois chez les sujets pour lesquels un conseil a été donné et de 7,85 sans conseil (médiane de 3,0), mais la différence nest pas statistiquement significative (p=0,10). Lanalyse comparative des modifications de posologies rapportées au poids du patient selon la spécialité du médecin ne montre pas de différence entre eux

14 Pr Delemer B.Professeur Endocrinologie - Diabète CHU Reim s Dr Landron F.Médecin Merck Serono Lyon Dr Aubert J.Médecin généraliste - Pr ass Med Gen Univ Paris Diderot Dr Nys P.Médecin Endocrinologue - Médecin attaché Beaujon Paris Dr Bouee S.Médecin Epidémiologiste, Santé Publique CEMKA EVAL et les 336 médecins observateurs


Télécharger ppt "OBSERVATOIRE DE LA PRISE EN CHARGE DE LHYPOTHYROÏDIE EN FRANCE ETUDE ORCHIDÉE."

Présentations similaires


Annonces Google