La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 RESTRICTIONS VERTICALES Par Philippe Brusick. 2 CHAINE PRODUCTION-DISTRIBUTION Firme A Amont Firme B Aval Fournisseurs Producteur AProducteur B Distribution.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 RESTRICTIONS VERTICALES Par Philippe Brusick. 2 CHAINE PRODUCTION-DISTRIBUTION Firme A Amont Firme B Aval Fournisseurs Producteur AProducteur B Distribution."— Transcription de la présentation:

1 1 RESTRICTIONS VERTICALES Par Philippe Brusick

2 2 CHAINE PRODUCTION-DISTRIBUTION Firme A Amont Firme B Aval Fournisseurs Producteur AProducteur B Distribution - Grossistes - Importateurs - Détaillants Distribution - Grossistes - Importateurs - Détaillants Consommateurs

3 3 ENTENTES VERTICALES Les ententes verticales concernent les accords restrictifs qui peuvent lier les producteurs aux fournisseurs (en amont) ou aux distributeurs (en aval) sur le graphique ci-dessus. La relation est verticale, contrairement à une entente entre producteurs A et B ou fournisseurs A et B qui serait une relation horizontale. Une multitude de cas de figure existent en ce qui concerne les ententes verticales.

4 4 ENTENTES VERTICALES (Suite) En amont, entre fournisseurs et producteurs, accords dexclusivité; En aval, entre producteur et grossistes, prix de gros imposés; distribution exclusive; marges fixes; Entre producteurs et distributeurs (y compris importateurs et détaillants): prix imposés; accords dexclusivité réciproque; ventes liées, etc.

5 5 PRINCIPALES RESTRICTIONS VERTICALES Accords dexclusivité territoriale Exclusivité réciproque Rabais de fin dannée Prix imposés Ventes liées Prix de transfert (sur-ou sous-facturation) Ventes à perte (dumping) Refus de vente, (boycot).

6 6 ACCORDS DEXCLUSIVITE Il sagit le plus souvent de relations daffaires normales, qui ne posent pas de problème de concurrence (ex. restriction territoriale) Le producteur veut sassurer de la qualité de service de son détaillant ou agent, qui représente sa marque auprès de la clientèle Inversément, le distributeur devra investir pour être à la hauteur et ne veut pas se faire doubler par un vendeur indépendant, non « officiel ». Seuls les cas dabus de position dominante posent problème de concurrence.

7 7 RABAIS DE FIN DANNEE Un cas daccord dexclusivité courant concerne les rabais de fin dannée octroyés aux distributeurs uniquement en cas dexclusivité (exclusion de concurrents). Ce type de restrictions est anticompétitif lorsquappliqué par un producteur en position dominante, car il tue ainsi toute concurrence.

8 8 PRIX IMPOSES Le producteur fixe le prix auquel son produit devra être vendu sur le marché Il contrôle ainsi les marges de son distributeur et interdit les rabais compétitifs La pratique des prix imposés est le plus souvent interdite par le droit de la concur- rence, mais des exceptions existent, par exemple dans le domaine du livre et des médicaments.

9 9 PRIX IMPOSES ET IMPORTATIONS PARALLELES Lorsque les prix (imposés ou non) varient dun pays à lautre, cela donne leu à des importations parallèles (en dehors du circuit de distribution officiel de la marque) La société peut actionner la loi sur les marques pour faire bloquer ces importations par des commerçants non-agréés Elle peut aussi tenter de bloquer les importations individuelles…

10 10 VENTES LIEES Le producteur force le grossiste ou le détaillant à conserver des stocks minima, éventuellement de tous ses produits Le distributeur refuse de vendre un produit sans quil ne soit associé à un autre (ex: ordinateur avec logiciel imposé) Le distributeur force le consommateur à acheter plusieurs produits ensemble Problème en cas dabus de position dominante.

11 11 PRIX DE TRANSFERT Pratique de sur-facturation des intrants importés dune filiale, permettant à une multinationale dévader des capitaux (et des impôts) Pratique de sous-facturation permettant à une multinationale de vendre moins cher que ses concurrents dans le but de les éliminer (prix prédateurs).

12 12 VENTE A PERTE Les entreprises dominantes peuvent pratiquer des prix prédateurs (dumping) pour mettre en difficultés leurs concurrents La sous-facturation est une des pratiques verticales utilisées par certaines multinationales à cet effet Dans le commerce international, la pratique du dumping donne lieu à des mesures antidumping

13 13 REFUS DE VENTE Les restrictions énoncées ci-dessus comprennent généralement la menace de refus de vente en cas dinfraction. Laccord dexclusivité en lui-même induit un refus de commercer avec les autres. Comme la plupart des restrictions verticales, le refus de vente (ou dachat) nest anticompétitif que lorsquappliqué par une entreprise dominante ou un monopole

14 14 INTEGRATION VERTICALE Il est évident que les différents stades de la chaîne de proxduction-distribution peuvent appartenir à une même société verticalement intégrée, ce qui lui donne un pouvoir accru limitant la concurrence Les relations verticales peuvent être dominées en amont (un fournisseur détenant un produit essentiel), au niveau du fabricant ou en aval (chaîne de grands magasins…)

15 15 CONCLUSION Sauf les prix imposés, qui posent toujours des problèmes de concurrence (encore que lavis nest pas unanime à ce sujet) La plupart des restrictions verticales nont deffets réellement anticoncurrentiels quen cas dapplication par une société dominante.

16 16 ANALYSE DES RESTRICTIONS VERTICALES 1.Laccord restreint-il la concurrence en - Accentuant les barrières à lentrée? - Facilitant la discrimination des prix? - Monopolisant un autre produit? - Favorisant une entente entre producteurs et/ou distributeurs? - Augmentant les coûts des concurrents? 2.Laccord a-t-il des aspects pro-concurrence? 3.Peser le pour et le contre avant de décider.

17 17 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "1 RESTRICTIONS VERTICALES Par Philippe Brusick. 2 CHAINE PRODUCTION-DISTRIBUTION Firme A Amont Firme B Aval Fournisseurs Producteur AProducteur B Distribution."

Présentations similaires


Annonces Google