La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Restauration collective : introduction du bio dans les cantines scolaires --- CEDIS 1 er octobre 2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Restauration collective : introduction du bio dans les cantines scolaires --- CEDIS 1 er octobre 2011."— Transcription de la présentation:

1 Restauration collective : introduction du bio dans les cantines scolaires --- CEDIS 1 er octobre 2011

2 Déroulé de la journée: Matinée: (La bio, principes et réglementation) La bio en RC, état des lieux Les collectivités locales, acteur majeur Témoignage : Michel Bourgain, maire de lIle Saint-Denis La bio en RC, comment? Après-midi: Une filière qui se développe Témoignage : Jacques Boutault, maire du 2ème arr. de Paris Conclusion

3 Présentation de la FNAB La Fédération Nationale d'Agriculture Biologique des régions de France (FNAB) est un organisme professionnel à vocation syndicale qui fédère les 24 groupements régionaux dagrobiologistes répartis sur lensemble du territoire français. La RC, moteur de la structuration de filières relocalisées en région et dans le cadre dune économie sociale et solidaire => projet de relocalisation de lagriculture et de lalimentation. La FNAB accompagne les acteurs de la restauration collective depuis le début des années 2000 pour lintroduction de produits bio et locaux en RHD. Groupements régionaux Groupements départementaux

4 Présentation de la FNAB Accompagner les parties prenantes et développer une expertise professionnelle Conseil aux collectivités sur les produits bio disponibles localement, Formation des personnels de la restauration Coordination dun réseau national de formateurs locaux Rédaction doutils et guides pour professionnels, élus, producteurs. Structurer les filières régionales et promouvoir la bio, la proximité, et les circuits courts en restauration collective: La FNAB travaille au plus près des Organisations économiques de producteurs bio travaillant à lapprovisionnement de la RC et structurées sous forme de SCIC, GIE ou dassociation. Introduire des produits bio en RC: une démarche de projet multi- acteurs, progressive, planifiée et cohérente. Bio et local, cest lidéal!

5 Avant propos Produits bio et/ou locaux? En cas d offre de produits bio insuffisante => les produits locaux apparaissent comme des produits de substitution intéressants Promotion et engouement pour les produits locaux en RC: traçabilité, réduction de lEE (transport), soutient aux producteurs locaux Toutefois, objectifs et finalités ne sont pas les mêmes: Les conditions de production des PL ne sont pas nécessairement respectueuse de lenvironnement et du bien être animal Une vision de « petits producteurs locaux » peu conforme à la réalité du paysage agricole français Limpact environnemental du transport ne permet pas une approche globale des émission de GES et de lEE La demande de produits bio en RC est un levier du développement des installations – conversions Bio et local, cest lidéal

6 Introduction Reconnue en France par les pouvoirs publiques depuis la Loi dorientation agricole de 1980 Signe officiel de qualité validé par une réglementation européenne (UE) > nouvelle réglementation début harmonisation pratiques: seule la législation européenne demeure : 1 règlement cadre (n°834/2007) et des règlements dapplication -Application: -produits alimentaires dorigine agricole, semences -Cahier des charges en construction: vinification, animaux daquaculture, algues marines, levures -Ancien logo:Nouveau logo : Bio Cohérence: nouvelle marque 1- La bio, principes et réglementation

7 Introduction Règlement cadre n°834/2007 (règlement européen): « La production biologique est un système global de gestion agricole et de production alimentaire qui allie les meilleures pratiques environnementales, un haut degré de biodiversité, la préservation des ressources naturelles, l'application de normes élevées en matière de bien-être animal et une méthode de production respectant la préférence de certains consommateurs à l'égard de produits obtenus grâce à des substances et à des procédés naturels ». 1- La bio, principes et réglementation

8 Introduction « biologique »: qui respecte les équilibres naturels et le monde vivant Mode de production agricole et de transformation spécifique Plus quune production, une filière réglementation de la production, la transformation, limportation, la distribution, létiquetage et le contrôle des produits réglementation de la production, la transformation, limportation, la distribution, létiquetage et le contrôle des produits 1- La bio, principes et réglementation

9 La conversion Débute quand lopérateur sest notifié à lAgence Bio et a adhéré au système de contrôle (licence) Respect de la réglementation bio mais pas de valorisation commerciale Durée période: –2 à 3 ans pour les cultures, –variable selon espèces animales (¾ vie en bio au minimum) –2 ans si conversion simultanée des surfaces et animaux –Varie selon les antécédents (durée prolongée si terres contaminées par produits non autorisés dans cadre de la production bio) 1- La bio, principes et réglementation

10 Principes Non-utilisation de produits chimiques de synthèse (production, transformation) Préservation équilibres naturels (biodiversité) : –Recyclage des matières organiques naturelles –Rotation des cultures (longue et diversifiée) –Respects des saisons et caractéristiques du terroir Santé et bien-être animal Interdiction des OGM 1- La bio, principes et réglementation

11 Principes de production le sol Maintien de la fertilité du sol sans engrais chimiques de synthèse Rotation des cultures Engrais verts Travail du sol pour préserver sa structure Engrais organiques (ex: fumier, compost, guano) Interdiction dazote dorigine minérale Autres minéraux dorigine naturelle (ex: algues, roches calcaires, poudre dos) On nourrit le sol, pour nourrir la plante On nourrit le sol, pour nourrir la plante 1- La bio, principes et réglementation

12 Principes de production cultures Pas de pesticides, engrais chimiques de synthèse et OGM Aménagement diversifié du milieu: haies, bandes enherbées ou fleuries Variétés adaptées au terroir Désherbage thermique ou mécanique Lutte biologique (ex: coccinelle) Association de plantes « Nourriture du sol et pas de la plante » 1- La bio, principes et réglementation

13 Principes de production élevage Bien-être, respect comportements et besoins éthologiques et physiologiques Races et souches adaptées aux conditions locales Alimentation saine: issue de lAB, principalement issue de lexploitation et privilégiant lherbe interdiction dOGM Tailles délevage limitées, âge dabattage minimum pour les volailles Stimulation défenses naturelles, méthodes préventives privilégiées: médecines alternatives (ex: homéopathie), pas dantibiotique systématique Accès au plein air et à lexercice 1- La bio, principes et réglementation

14 Transformation Logo bio seulement si > 95% ingrédients bio et ingrédients non bio limités à ceux de la liste positive Séparation dans le temps et lespace de la transfo des produits bio et non bio Réduction maximum de lutilisation dadditifs (conservateurs, colorants, texturants…), micronutriments et auxiliaires technologiques et interdiction si aucun besoin technologique ou nutritionnel (imposé par la Loi) essentiels Procédés biologiques, mécaniques et physiques privilégiés (ex: extraction à froid et mécanique des huiles et pas chimique) 1- La bio, principes et réglementation

15 2- La bio en RC, état des lieux Introduction Surfaces bio+ conversion = 3,1% de la SAU ( ha) = 4,6% exploitations ( expl bio) 21ème rang européen en terme de % de SAU bio (vs 20ème en 2008 (1: Autriche avec 13%; 2: Suède: 9,8%; 3: Italie: 9%, puis République Tchèque, Estonie et Lettonie) 12ème rang en terme de superficie bio (1:Italie, 2: Espagne, 3: Allemagne, 4:Royaume Uni) Croissance dans toutes les régions Objectif Grenelle: 6% de surfaces bio en 2012 puis 20% en 2020 France et pesticide = 1 er en Europe et 3 ème mondial

16 2- La bio en RC, état des lieux Le secteur de la RHD 15 millions de Français prennent chaque jour au moins un repas HD, dont plus de la moitié en RC. Près de structures de RC, environ 3 milliards de repas par an, ce qui totalise plus de 7 milliards deuros HT dachats alimentaires, constitué dun peu plus du tiers de produits frais, de près dun tiers de produits surgelés et dun tiers de produits dépicerie. En moyenne, 61% des établissements de restauration collective fonctionnent en gestion directe et 39% en gestion concédée à des sociétés spécialisées. Part des différents secteurs de la restauration collective en fonction du nombre détablissements (daprès données Gira Foodservice)

17 2- La bio en RC, état des lieux Des produits de plus en plus présents dans la RC Début 2011, 46% des établissements de restauration ont déclaré proposer des produits biologiques à leurs convives, (4% avant 2006). Introduction plus significative dans le secteur public (57%) que dans le privé (32%). Un secteur porté par le secteur de lenseignement (61% détablissements (contre 51% en 2010)). Etablissements du secteur public Etablissements du secteur privé

18 2- La bio en RC, état des lieux Des produits de plus en plus présents dans la RC Volume des achats dingrédients bio en RC : de 44 à 92 millions deuros. Estimé à 130 millions deuros en 2010 (1.8% des achats de la RC et 4% du marché de lalimentation en produits bio) Lorsquils sont introduits, la part des produits biologiques dans le montant total des achats des établissements est passée de 5% en 2008 à 11% en 2010 en moyenne, et près de 20% pour ce qui concerne certains produits frais, le pain et les boissons. Lintroduction définitive et progressive de certains produits de plus en plus privilégiée par rapport à des plats ou menus 100% bio ponctuels. Les produits frais sont privilégiés (fruits, PL, légumes). Demande de bio et local.

19 2- La bio en RC, état des lieux Pourquoi un développement ces dernières années? Les services de lEtat visés par des textes réglementaires:. Grenelle de lEnvironnement : 20 % de produits biologiques dans la restauration collective en Circulaire Etat exemplaire de 2008: 15% en 2010, 20% en Un effet Grenelle: diffusion sociétale des problématiques de développement durable Un engagement des services de lEtat, même si peu traduit en faits dans la pratique Des engagements politiques affichés.

20 2- La bio en RC, état des lieux Une demande en forte croissance de la part des citoyens électeurs: Logique sanitaire: vache folle, résidus de pesticides,… Logique environnementale: effet Grenelle et sensibilisation au changement climatique Logique locale: fort développement et sensibilisation aux circuits courts Un secteur porté par les collectivités territoriales et la restauration scolaire Répondre aux attentes des électeurs Motivation et engagement des élus Valorisation des producteurs locaux Forte médiatisation de lagriculture biologique et de la restauration collective Volonté de rapprocher production et consommation Volonté de recréer des liens entre producteurs et consommateurs

21 Perspectives à horizon 2012: Elles sont importantes : 35% des restaurateurs, non acheteurs de produits bio actuellement, déclarent avoir lintention dintroduire des produits biologiques dans leurs menus dici 2012, 13% de façon certaine. Les produits bio pourraient ainsi être présents dans 6 à 8 restaurants collectifs sur 10 lannée prochaine. Les secteurs actuellement en retrait sont aussi concernés. Ainsi, en 2012 les produits bio pourraient être présents dans 75% des établissements de restauration du secteur privé et du secteur santé/social. 2- La bio en RC, état des lieux

22 Les collectivités locales : un potentiel acteur majeur du développement des filières biologiques de leur territoire, sur lamont (production) comme sur laval (valorisation des produits et organisation). De par leurs missions Créer un contexte favorable pour initier une dynamique de développement de la production biologique cohérent et durable : Par linformation, la diffusion déléments de sensibilisation, Par lexemplarité de tout ou partie de leur actions, Par la mise en relation de partenaires potentiels, Par lorientation de leurs interventions (et de celles des autres acteurs sur leur territoire). 3- Les collectivités locales, acteur majeur

23 De par leurs leviers daction: Des leviers dintervention sur 3 des volets décisifs pour linstallation et/ou la conversion à lagriculture biologique : Laccès et la gestion foncière, en contribuant à : La disponibilité foncière : mise en réserve, acquisition puis mise en location.. Le déclenchement des conversions : baux environnementaux, échanges de parcelles, exonération TFNB… Le soutien financier direct, sur le foncier ou le bâti… La conduite dopérations concertées avec les autres intervenants : SAFER, conservatoires des espaces naturels, Agences de leau, Terre de liens & «la foncière» Le financement des projets : En installation: dotation complémentaire DJA, frais & formations dans le PPP… En conversion: co-financement des aides «CAB», aide à la certification… dans le cadre du respect des règles dintervention de la PAC Le soutien à laccompagnement des projets, individuel ( ex: chèque conseil ), collectif ( ex: soutien à lappui technique ) ou partage de savoir ( ex: parrainage ). 3- Les collectivités locales, acteur majeur

24 Exemples Impacts positifs sur lenvironnement Protection de la ressource en eau: protection des aires de capatge et bassins versants: Lons-le-Saulnier, la CASE, Agences de leau… Moindre consommation dénergie fossile, protection de lair (pas de fuite de pesticides, gaz à effet de serre): PCET : Strasbourg, Besançon,… Maintien et augmentation de la fertilité des sols: Toulouse Préservation de la biodiversité: en réflexion IdF (PICRI) Politiques sanitaires et sociales Politique sanitaire (ingestion résidus pesticides): Brest, Ytrac,… Politique sociale (permettre aux populations défavorisées davoir accès à des produits de qualité): Lille, 3- Les collectivités locales, acteur majeur

25 Exemples Politiques sanitaires et sociales Politique sanitaire (ingestion résidus pesticides): Brest, Ytrac,… Politique sociale (permettre aux populations défavorisées davoir accès à des produits de qualité): Lille, … Dans le cas des Agenda 21: une PTDD transversale et horizontale : Politique dachat responsables et durables (commande publique et DD) Une politique dachat qui porte de plus en plus sur des produits bio ET locaux. Une introduction qui passe de plus en plus par la substitution totale de gammes de produits plutôt que par des repas 100% bio occasionnels 3- Les collectivités locales, acteur majeur

26 Une logique de développement durable, structurée autour de ses 4 piliers Environnemental : - Réduction de lEE via la production, la saisonnalité, la gestion des déchets - Protection de la ressource en eau - Augmentation des conversions et développement de la bio Social : - Permettre à toutes les populations de consommer des produits de qualité - Création demplois locaux pérennes - Augmentation qualitative des aliments servis dans une logique sanitaire Économique : - Développement local via la relocalisation de la production et de lalimentation - Maintien dune économie via le développement dun nouveau débouché - Valorisation de lagriculture locale et développement de lemploi local - Développement de la production et structuration de la filière Démocratique : - Gouvernance démocratique et transparente dun projet multi-acteurs - Solidarité entre lensemble des acteurs - Renforcement du lien producteur – consommateur 3- Les collectivités locales, acteur majeur

27 Impacts sur les acteurs Producteurs : Intérêt et engagement pour ce nouveau débouché : -La RC participe à la pérennité des structures en place et conforte les fermes pour maintenir leurs activités -Soutient aux démarches de conversion et installation -Contractualisation entre les producteurs et les Collectivités territoriales: débouché complémentaire à dautres sur un territoire -Contact direct avec les convives souvent motivant Au niveau de la Restauration Collective : -Image positive de la restauration et de la collectivité territoriale -Augmentation de la fréquentation et du nombre de repas préparés -Valorisation du travail des cuisiniers Au niveau des convives : - Ouverture sur dautres réflexions : empreinte écologique, réduction des déchets, lutte contre le gaspillage via des activités pédagogiques, visites de fermes,… 3- Les collectivités locales, acteur majeur

28 Impacts sur les territoires Au niveau de lagriculture : -Développement, valorisation des filières courtes et relocalisation de la production (installations, conversions en bio) -Augmentation des volumes de légumes ou viandes locales et bio consommés -Création et structuration de filières : produits frais, fruits et légumes, pain Au niveau du territoire : -Maintien dun tissu professionnel spécialisé et dun savoir faire spécifique sur le territoire -Développement de lemploi local car ce type de restauration demande plus de temps de travail -Mise en évidence dune vraie volonté de travailler avec les acteurs du territoire (producteurs, intendants, élus) -Impact écologique 3- Les collectivités locales, acteur majeur

29 4. La bio en restauration collective, comment ? 4.1. Des problématiques bien différentes pour le bio et le bio-local Du champ à lassiette… une multitude dactivités dorganisation Organisation des systèmes de production, des filières agricoles et agro- alimentaires Organisation des services de restauration, prescriptions des élus… Code des marchés publics, recommandations nutritionnelles du GEM RCN… Des modalités dorganisation existantes aujourdhui globalement compatibles avec lapprovisionnement bio… … mais qui posent problème au regard du projet dun approvisionnement bio- local

30 4. La bio en restauration collective, comment ? Focus sur le code des marchés publics Les définition du besoin (art. 5), spécifications techniques (art ) et conditions dexécution (art. 14) peuvent explicitement faire référence à lagriculture biologique Le choix de « loffre économiquement la plus avantageuse » (art. 53) peut tenir compte de « la qualité, le prix, la valeur technique, le caractère esthétique et fonctionnel, les performances en matière de protection de lenvironnement, les performances en matière dinsertion professionnelle des publics en difficulté, le coût global dutilisation, la rentabilité, le caractère innovant, le service après-vente et lassistance technique, la date de livraison, le délai de livraison ou dexécution », ainsi que « les performances en matière de développement des approvisionnements directs de produits de lagriculture » (décret du 25 août 2011) La proximité géographique Elle peut constituer un élément de preuve quant à la capacité du candidat à correctement répondre aux demandes exprimées dans lappel doffres (réactivité, fraîcheur, moindre émission de GAS…) (CAA Marseille 6 juin 2007) Mais ne peut (toujours) pas être demandée en tant que telle ! Quelques réflexions sur la modification récente du code des marchés publics

31 4. La bio en restauration collective, comment ? 4.2. Différentes modalités de mise en relation de loffre et la demande Le cas de Nantes Vision densemble Lhistoire de la filière yaourt

32 4. La bio en restauration collective, comment ? 4.2. Différentes modalités de mise en relation de loffre et la demande Le cas de Brest Vision densemble Lhistoire de la filière fruits et légumes

33 4. La bio en restauration collective, comment ? 4.2. Différentes modalités de mise en relation de loffre et la demande Le cas de Langouët

34 4. La bio en restauration collective, comment ? 4.3. Enseignements et questionnements transversaux Lapprovisionnement local est-il définitivement incompatible avec le code des marchés publics ? Dans les cas précédents, on observe différentes modalités de contournement… qui ne sont pas non plus sans poser des problèmes Passer dun raisonnement sur les possibles du code des marchés publics à un raisonnement (également) sur les possibles de loffre locale

35 4. La bio en restauration collective, comment ? 4.3. Enseignements et questionnements transversaux Lapprovisionnement local est-il définitivement incompatible avec le code des marchés publics ? Un simple problème dinformation ? Une simple affaire de logistique ? Oui, on voit sur le terrain de multiples exemples de méconnaissances (et de méfiances) entre monde agricole et monde de la restauration collective Oui, le développement de lapprovisionnement local implique que quelquun prenne en charge de nouvelles fonctions Mais ces deux premiers constats ne permettent pas de conclure à des modes daction pertinents et on voit aussi que lengagement dans laction demeure problématique

36 4. La bio en restauration collective, comment ? 4.3. Enseignements et questionnements transversaux Lapprovisionnement local est-il définitivement incompatible avec le code des marchés publics ? Un simple problème dinformation ? Une simple affaire de logistique ? Limportance des rencontres, sources dapprentissages et de régulations co- construites Retour sur la filière légume de Brest Le cas de la filière poulet de Nantes Des marchés innovants portant sur des biens et services aux caractéristiques non stabilisées Privilégier les démarches progressives

37 4. La bio en restauration collective, comment ? 4.3. Enseignements et questionnements transversaux Lapprovisionnement local est-il définitivement incompatible avec le code des marchés publics ? Un simple problème dinformation ? Une simple affaire de logistique ? Limportance des rencontres, sources dapprentissages et de régulations co- construites A quels coûts ? Des stratégies pour maîtriser les hausses de coûts Des cadres de calcul des coûts à faire évoluer : lexemple du poulet fermier nantais

38 4. La bio en restauration collective, comment ?

39 Une filière qui se développe et se professionnalise Les organisations économiques de producteurs bio:. Depuis le début des années 2000, structuration des OEPB:. nouer des partenariats au travers de programmes dintroduction concertés ;. sensibiliser les producteurs aux contraintes de ce nouveau débouché ; —. créer des outils juridiques et économiques spécialisés Regrouper au sein d'une entité : —. Facturation. Livraison. Réponse aux marchés publics. Commercial … Différent types de structure: PF virtuelle, physique, différents statuts, diverses zones de chalandise,… 5- Une filière qui se développe

40 Norabio BdIdA MBCAPBL IBNS Self Bio Centre MB Lim ABD FB IdF RB MP Isle Mange Bio Solibio MB 56 MB 35 MBE AB Provence Agribio 04 MB 44 MB 85 Bio A Pro MBIAB 5- Une filière qui se développe

41 Un réseau dynamique qui se renforce Etude réalisée en 2010 sur 12 des 18 OEPB alors existantes: 4,1 m produits vendus en 2010, CA moyen 79% de produits locaux Une dizaine de partenaires par OEPB: transformateurs, organisations économiques de producteurs bio sur les filières viande, fruits et légumes, lait, distributeurs,... La mise en place dune planification, côté demande (avec sites de restauration, collectivités, SRC,...) et côté production. OEPB réelles interfaces structurantes entre offre et demande locales 5- Une filière qui se développe

42 Un réseau dynamique qui se renforce Une moyenne de 4300 dachat par client (petites structures (moins de 400 couverts/jour) portefeuille de clients important mais volume d'achat faible pour les salariés, temps de travail important pour tâches administratives, commerciales, logistiques et de coordination O-D Peu dOEPB répondent à des AO, par manque de temps, en raison dune concurrence forte. Des marchés sur lesquels autres acteurs nationaux ne sengagent pas car jugés trop coûteux et pas assez rentables. Une volonté de rendre la bio accessibles au plus grand nombre. Un engagement sur de faibles volumes qui fragilise leur activité. Une intro de PBL qui amène des plus grosses collectivités comme client => augmentation du CA en 2010 => opportunité vectrice de consolidation. 5- Une filière qui se développe

43 Focus: le cas des SCIC (Société coopérative d'intérêt collectif ) :. Une catégorie de coopérative de lESS constituée sous forme de personne morale de droit privé à forme SARL ou de SA à capital variable régie par le code de commerce, qui existe depuis Un organisme à but non lucratif.. Une logique de développement local et durable: produire des biens ou services qui présentent un caractère d'utilité sociale et répondent aux besoins collectifs dun territoire.. Une vocation dorganiser une pratique de dialogue entre acteurs du développement: associer autour dun projet lensemble des parties prenantes pour entreprendre autrement au service des territoires (salariés, producteurs, usagers, collectivités, entreprises, associations, particuliers…). Le respect des règles coopératives (1 personne = 1 voix, implication de tous aux décisions de gestion, …). 5- Une filière qui se développe

44 Focus: le cas des SCIC (Société coopérative d'intérêt collectif ) : Une possible implication des collectivités territoriales ou dautres partenaires:. La collectivité peut sappuyer sur la SCIC pour la mise en œuvre dactions au service dune politique jugée prioritaire, et si celle-ci entre dans son champ de compétence.. Divers degrés dimplication: reconnaissance, partenariat, coopération avec partition au capital Favoriser la connaissance mutuelle de chacun des parties prenantes. Mener un projet de façon partenariale et transparente. S'organiser autrement pour mieux répondre aux besoins d'un territoire.. 5- Une filière qui se développe

45 Besoins et leviers identifiés - Engagement et soutien des élus locaux dans le cadre dune démarche projet - Engagement de lÉtat pour le développement de la production - Développement et amélioration de lapprovisionnement, via une structuration et un développement de la filière - Meilleure planification des besoins et de la demande - Poursuite et expansion du travail de connaissance mutuelle afin que chacune des parties prenantes intègre les contraintes des autres et travaille de façon concertée dans une démarche projet - Développement des formations pour les professionnels de la RC (chefs de cuisine et gestionnaires notamment). Conclusion

46 Principales recommandations - Inscrire sa démarche dans un cadre structurant, type PTDD, assurant une coopération de différents acteurs - Sorganiser en mode projet multi-acteurs transversal, ce qui permet. Limplication de toutes les parties prenantes. Une connaissance des contrainte et problématiques de chacun. Une prise de décision collégiale et une gestion transparente Se doter dindicateurs pour évaluer un projet de façon globale et systémique : Ne pas se limiter à la seule question des coûts Evaluer le système et lensemble des services de lagriculture biologique: les bénéfices environnementaux directs, la valorisation du travail, lobjectif de souveraineté et de relocalisation de la production alimentaire, de maintien dun tissu rural dense, actif et diversifié, la création de valeur ajoutée sur le territoire et le maintien dactivités agricoles Conclusion

47 La RC bio locale: un projet de relocalisation de la production et de lalimentation, dans le cadre dune économie sociale et solidaire. Une opportunité de concrétiser son engagement en faveur du DD, un des enjeux premier étant de lutter contre les inégalités nutritionnelles en permettant aux plus démunis daccéder à des produits de qualité. Un levier pour le développement des surfaces en bio.. Une participation direct au projet via les SCIC permet de : Favoriser la connaissance mutuelle de chacun des parties prenantes, Mener un projet de façon partenariale et transparente, S'organiser autrement pour mieux répondre aux besoins d'un territoire, Développer les filières bio locales, Inscrire son projet dans le cadre dune économie sociale et solidaire.

48 Conclusion Merci de votre attention Julien Labriet FNAB Ronan Le Velly, Montpellier SupAgro UMR Innovation

49 4- La bio en RC, pourquoi et comment Les clés du succès Evaluer ses besoins et ses capacités:. Budget disponible, équipement de la cuisine, attentes des convives,… => réalisation dun diagnostic interne Planifier lintroduction de produits bios et de repas réguliers:. Mettre en place dès le début du projet un calendrier dintroduction, en relation avec les prévisions des producteurs => Reconnecter production et consommation. Prendre son temps et privilégier une démarche progressive et construite. Sadapter aux capacités et au rythme des producteurs Bien préparer sa passation de marché public Définir son objectif Définir sa méthode pour latteindre (produits et fréquences) Mise en place du marché : il clôt la démarche de projet

50 4- La bio en RC, pourquoi et comment Focus: le code des marchés publics, une contrainte? La rédaction dun MP clôt une démarche de projet, qui consiste en: Définir son objectif:. Etablir un diagnostic de la cuisine : légumerie, nombre de points à livrer, de repas,…. Connaitre ses objectifs « politiques » : la demande des élus: % de produits bio locaux à introduire sur les années à venir avec une progression possible en gammes et en volume Définir sa méthode pour latteindre (produits et fréquence): Pré requis : connaitre les capacités locales de production en produits, en volumes, en logistique dapprovisionnement et la saisonnalité des produits >>> définir sa méthodologie pour atteindre son objectif. Exemple 1 : objectif de 10% ou 20% de bio locale et possibilité de repas 100% bio en local : Objectif de 10% : 10% = 2 repas par mois Objectif de 20% : 20% = 1 repas par semaine Exemple 2 : marché de 200 k avec objectif de 10% de bio locale : Disponibilité locale : yaourts, pommes, carottes,.... Yaourts : unités à 30 centimes => 9 k => 4,5%. Pommes : 500 tonnes à 200 => 5k => 2,5%. ….

51 4- La bio en RC, pourquoi et comment Focus: le code des marchés publics, une contrainte? Mise en place du marché : il clôt la démarche de projet: sur la base des objectifs et de la méthodologie définis: élaboration de menus, prévision des quantités nécessaires >>> définition des lots 100% bio du MP. => marché lancé avec des lots auxquels la filière est en capacité de répondre. Deux stratégies: Introduire des produits disponibles localement Planifier une introduction progressive de produits pas encore dispo en quantité suffisante mais intéressants pour la collectivité: essor des filières Possibilité dutiliser des critères développement durable même si ce nest pas lobjet direct du marché: arrêt de Cour de Justice des Communautés Européennes de 2001 (ramassage scolaire de la ville dHelsinki), directives communautaires et , articles 14, 45 et 53 du code des marchés publics de 2006 Interdiction de favoriser des marchés de proximité (et donc une entreprise)

52 4- La bio en RC, pourquoi et comment Focus: le code des marchés publics, une contrainte? En gestion directe, plusieurs outils qui sont cumulatifs: Allotir le marché: lots 100% bio ou marché spécifique Utiliser des procédures et supports de publicité adaptés Utiliser des variantes et options: interventions pédagogique, visites de ferme,… => Sélection des candidatures : sélectionner sur la base des critères verts objectivables => Via les critères dattribution dans loffre: Critère de qualité technique et gustative des produits (fraîcheur, délais entre cueillette et consommation ou abattage et consommation, description de la filière jusquau producteur pour la traçabilité…). Il peut être pondéré à plus de 40%. Critère de performance en terme de développement durable (circuit ou filière dapprovisionnement, délais de livraison, livraison en vrac, …). Il peut être pondéré jusquà 45%. Il faut éviter toutefois les critères trop contraignants qui peuvent exclure lOEPB (bilan carbone, norme ISO,…). Prix : 30% maximum. Autres: intégrer un calendrier de saisonnalité régionale => Via les conditions dexécution du marché : elles ne sont pas pondérées mais sont requises: spécificités techniques de produits locaux (fromage type compté bio, pomme type chanteclerc, …)

53 4- La bio en RC, pourquoi et comment Focus: le code des marchés publics, une contrainte? En gestion concédée, une plus grande liberté, mais une nécessité de contrôler: Un marché de prestation de service et non de fourniture. Possibilité de demander des produits bio locaux => pas dentrave à la liberté daccès à la commande publique puisque toute société de restauration collective est capable de le faire. E tre exigent! Contrôler lexécution! Pour les produits : types de produits bio locaux et fréquence dintroduction, respect dun calendrier de saisonnalité régionale,… Pour les menus : recettes variées à base des productions régionales disponibles, recettes végétariennes et de cuisine alternative variées et nombreuses, menus à quatre composantes,... Sur le self : non juxtaposition dun même produit en bio et en conventionnel sur le même service, moindre diversité du nombre dentrées par jour,… Pour le personnel : plan de formation du personnel à la bio et au développement durable. Au niveau de la gestion du marché : décomposition des coûts, coûts lissés sur lannée entre produits bio et non bio (pas de différence sur le self), avec une intégration totale ou partielle du surcoût dans les frais dadmission, rapport mensuel sur le pourcentage de produits bio locaux achetés, ….

54 4- La bio en RC, pourquoi et comment Focus: le code des marchés publics, une contrainte? Modification du CMP:Décret du 25 août 2011 (JO du 26 août 2011) Article 18 du décret: "Au 1° du I de l'article 53, après les mots : « les performances en matière de protection de l'environnement, », sont insérés les mots : « les performances en matière de développement des approvisionnements directs de produits de l'agriculture, ».« => N ouveau critère dans la liste des "critères non discriminatoire et liés à l'objet du marché " de l'article 53 I 1. "I. - Pour attribuer le marché au candidat qui a présenté l'offre économiquement la plus avantageuse, le pouvoir adjudicateur se fonde : 1° Soit sur une pluralité de critères non discriminatoires et liés à l'objet du marché, notamment la qualité, le prix, la valeur technique, le caractère esthétique et fonctionnel, les performances en matière de protection de l'environnement, les performances en matière de développement des approvisionnements directs de produits de l'agriculture, les performances en matière d'insertion professionnelle des publics en difficulté, le coût global d'utilisation, la rentabilité, le caractère innovant, le service après-vente et l'assistance technique, la date de livraison, le délai de livraison ou d'exécution. D'autres critères peuvent être pris en compte s'ils sont justifiés par l'objet du marché ; 2° Soit, compte tenu de l'objet du marché, sur un seul critère, qui est celui du prix.".


Télécharger ppt "Restauration collective : introduction du bio dans les cantines scolaires --- CEDIS 1 er octobre 2011."

Présentations similaires


Annonces Google