La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Session CIFAL Ouagadougou : Lomé du 13 mai 2008 au 16 mai 2008 COMMUNICTION ET SENSIBILISATION : OUTILS DACCOMPAGNEMENT POUR LA GESTION EFFICIENTE DES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Session CIFAL Ouagadougou : Lomé du 13 mai 2008 au 16 mai 2008 COMMUNICTION ET SENSIBILISATION : OUTILS DACCOMPAGNEMENT POUR LA GESTION EFFICIENTE DES."— Transcription de la présentation:

1 Session CIFAL Ouagadougou : Lomé du 13 mai 2008 au 16 mai 2008 COMMUNICTION ET SENSIBILISATION : OUTILS DACCOMPAGNEMENT POUR LA GESTION EFFICIENTE DES DECHETS DANS LES VILLES AFRICAINES

2 I/ Gestion des ordures ménagères à Lomé

3 Expériences Jusquen 1974 : collecte des ordures ménagères assurée par la voirie de Lomé avec une cinquantaine dagents et des tracteurs motorisés Insuffisances -Difficultés dentretien du matériel de travail -Manque de compétences des agents -Faible taux de couverture de la collecte des ordures : Collecte confiée à la Société SOTOEMA. Utilisation des bennes tasseuses pour le porte à porte et dépôt des conteneurs (bac à ordures) dans certains quartiers Coût annuel : fcfa Insuffisances -Paiement irrégulier des factures -Dégradation de la qualité du travail -Rupture du contrat -Naissance des dépotoirs sauvages dans la ville

4 1997 : ramassage porte à porte des OM par les services techniques de la municipalité sur les grandes artères avec 4 petits tracteurs et des camions de locations Coût annuel : FCFA Insuffisances -Inaccessibilité à toutes les zones de la ville entraînant la création des dépotoirs sauvages. -le manque de rentabilité financière du système qui ne génère aucun revenu mais nécessite dénormes dépenses (environ 11,5 millions de francs CFA par mois)

5 1998 : Trois systèmes ont cohabité A/ pré-collecte des ordures ménagères vers les dépotoirs intermédiaires (regroupement) par les jeunes des quartiers réunis en associations et ONG avec des charrettes à traction humaine Redevance perçues directement par les associations auprès des ménages : FCFA/ménage/mois B/ Évacuation des dépotoirs intermédiaires par la DST avec des camions de location Coût annuel : FCFA C/ Collecte directe des ordures dans le quartier Ablogamé avec la benne tasseuse offerte par le Grand Lyon (France) Redevance perçues directement par DST auprès des ménages : FCFA/ménage/mois Coût annuel : FCFA

6 Insuffisances Pour la pré-collecte -la situation des dépotoirs intermédiaires qui ne tient pas compte du rayon daction réduit des charrettes ; -linsuffisance de compétences dans la gestion des associations -la rivalité entre structures associatives dun même quartier -le manque de considération sociale des agents pré-collecteurs dordures -la mobilité des agents pré-collecteurs dordures ménagères -le manque de véritable cadre de concertation entre les associations et la Municipalité.

7 Insuffisances Pour la collecte -le manque daménagement et la mauvaise gestion des dépotoirs intermédiaires et de la décharge finale : le système est mal accepté par les populations -lévacuation des dépotoirs avec des engins de location est irrégulière et coûte cher -Le système ne génère aucun revenu à la Mairie

8 Insuffisances Pour la collecte directe avec la benne tasseuse de Grand Lyon - Pannes régulières du camion -lirrégularité et linaccessibilité physique du service du camion de Grand Lyon dans le quartier -la faiblesse de son taux de couverture : seules 350 concessions sur étaient desservies (20%)

9 Mai 1999 – Juin 2000 : Opération pilote de collecte des ordures ménagères dans le quartier Doumasséssé Concession de toute la collecte à la société OTOMAN qui perçoit directement les redevances auprès des ménages et paie les pré-collecteurs Coût de la collecte (exclus les charges de la sensibilisation et autres) : FCFA Insuffisances -Faible impact de la sensibilisation préalable -Faible taux de recouvrement des redevances (40,18%) -Conflit financier entre la société de collecte et lassociation JDQ chargée de la pré-collecte. -Opération terminée en queue de poisson

10 Aujourdhui deux de ces systèmes sont encore utilisés à Lomé et forme lossature de lactuelle stratégie de collecte des déchets

11 La pré-collecte des ordures ménagères par les associations directement rémunérées par les ménages

12 Lévacuation des dépotoirs intermédiaires …..

13 … et sauvages par des entreprises privées

14 Les acteurs Les ménages Les associations de pré-collecte des OM Les entreprises privées de collecte Le comité de contrôle et de suivi des travaux (CCST) La Mairie (DST) LEtat (Ministère de tutel et autres ministères impliqués)

15 II/ Campagne de sensibilisation : septembre 1997 à septembre 1998

16 Type de sensibilisation -Sensibilisation de proximité porte à porte, ménage à ménage -Sensibilisation de masse

17 Outils et moyens Sensibilisation porte à porte : - visites à domicile (99.6% des concessions visitées) -utilisation des tracts -Utilisation des photographies

18 Sensibilisation de masse : -Réunions sur les lieux publics -Séances danimations avec des groupes spécifiques -Visites de médiations et dexplication des voisins de dépotoirs -Usage de mégaphones, de panneaux Outils et moyens

19

20 - 77 personnes ont été formées pour appuyer la campagne de sensibilisation -Mais 20 personnes seulement ont montré une forte ou très forte mobilisation Le financement de la sensibilisation était assuré par la Banque Mondiale à travers le Programme de Développement Urbain (PDU) Outils et moyens

21 Publics cibles Toutes les concessions du quartier Doumasséssé soit hbts ou ménages (taux de couverture : 99.6%) Les groupes cibles spécifiques : – les femmes revendeuses des marchés –Les membres des associations… –Les comité de développement de quartier…

22 Sensibilisation près dun dépotoir à supprimer

23 Contraintes Aucune des sensibilisation de lAFVP et de la société OTOMAN na atteint son terme suite à certaines difficultés : -le retard de la mise en œuvre de lopération pilote -Difficultés à mobiliser une population significative lors des débats et animations -Manque dactivité dintermédiation -Insuffisance de la formation des relais locaux pour une bonne diffusion des messages

24 Coûts de la sensibilisation ACTEURSAFVPOTOMAN Durée de la sensibilisation 12 MOIS 3 MOIS (mais plusieurs étapes non menées) Coûts FCFA FCFA

25 III/ Mesures daccompagnement

26 -construction de deux dépotoirs intermédiaires : coût = FCFA -suppression des dépotoirs sauvages : coût = FCFA -surveillance des sites nettoyés : coût = FCFA -Formation des relais locaux coût = inclus dans le budget de la sensibilisation

27 Construction dun dépotoir intermédiaire clôturé et surveillé

28 IV / Impact

29 Un impact positif de court terme -laménagement des dépotoirs intermédiaires positif sur lenvironnement -La sensibilisation a permis à certains daccepter labonnement à la pré-collecte contre paiement de redevances -Mais la fixation du montant des redevances (jugées trop élevées) sans concerter la population a poussé certains ménages à continuer les dépôts sauvages

30 Un impact insignifiant à long terme -léchec de lopération pilote na pas permis de généraliser à long terme la stratégie de Urbaplan à toute la ville de Lomé telle que proposée -aujourdhui la municipalité prépare une autre campagne de sensibilisation qui va cibler toute la population de Lomé pendant un an et aboutirait à la mise en place dune stratégie de gestion efficiente et de financement durable du secteur des ordures ménagères. budget prévisionnel : FCFA appui technique : médias privés et publics financement : mairie de Lomé, AFD, port autonome…


Télécharger ppt "Session CIFAL Ouagadougou : Lomé du 13 mai 2008 au 16 mai 2008 COMMUNICTION ET SENSIBILISATION : OUTILS DACCOMPAGNEMENT POUR LA GESTION EFFICIENTE DES."

Présentations similaires


Annonces Google