La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

C.PAQUOT CHIMIE. C.PAQUOT LÉLEMENT PREMIER Thalès de Milet (625-585 av. J.-C.) répond à la question : «Quel est lélément primordial ?», il choisit leau.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "C.PAQUOT CHIMIE. C.PAQUOT LÉLEMENT PREMIER Thalès de Milet (625-585 av. J.-C.) répond à la question : «Quel est lélément primordial ?», il choisit leau."— Transcription de la présentation:

1 C.PAQUOT CHIMIE

2 C.PAQUOT LÉLEMENT PREMIER Thalès de Milet ( av. J.-C.) répond à la question : «Quel est lélément primordial ?», il choisit leau. Anaximène de Milet ( av. J.-C.) admet lair. Héraclite dEphèse ( av. J.-C.) choisit le feu. Empédocle dAgrigente ( av. J.-C.) retient leau, lair, le feu, la terre (influence jusquau XVIIIème siècle).

3 C.PAQUOT LES ATOMISTES Leucippe (Vème siècle av. J.-C.) et Démocrite ( av. J.-C.) indiquent : –Lindestructibilité de la matière, –Lindivisibilité des éléments derniers Ce qui conduit à une ultime partie insécable : latome.

4 C.PAQUOT PLATON ( av. J.-C.) Les éléments derniers sont les polyèdres réguliers. Il en retient cinq : –Le tétraèdre qui correspond au feu, –Loctaèdre qui correspond à lair, –Le cube qui correspond à la terre, –Licosaèdre qui correspond à leau. Le dernier est le dodécaèdre. Dans le Timée, il écrit : « un octaèdre dair se décompose en deux tétraèdres de feu ».

5 C.PAQUOT ARISTOTE ( av. J.-C.) Il conserve les quatre éléments et il ajoute quatre qualités fondamentales : le froid, le chaud, le sec et lhumide. Ces qualités sont liées aux quatre éléments : –Froid et sec à la terre, –Froid et humide à leau, –Chaud et sec au feu, –Chaud et humide à lair. Un cinquième élément constitue le monde céleste, cest léther.

6 C.PAQUOT LALCHIMIE. Le premier traité alchimiste serait un traité des teintures publié par un certain Bolos de Mendès au IIème s. av.J.-C. La science arabe met en lumière deux aspects de lactivité des alchimistes : –Un apport avec la pratique des expériences (polissage, dissolution, filtrage, sublimation….) –La croyance à la transmutation.

7 C.PAQUOT LOCCIDENT MEDIEVAL –Cest toujours une période où paraissent les traités alchimiques. –Ce sont les quatre éléments d Empédocle qui sont considérés. –Mais les expériences réalisées sont décrites, elles permettent la construction et lamélioration du matériel. –Au niveau des termes utilisés, ils demeurent très vagues et symboliques comme fumées, esprits…. –Les métaux ont été les premiers corps chimiques à appartenir à une classe particulière, cest un embryon de classification.

8 C.PAQUOT Les XVème et XVI ème siècles (1) Les acides commencent à être identifiés : –Le premier le vinaigre, –Puis lacide nitrique connu sous le nom deau-forte, –Lacide sulfurique est appelé esprit ou huile de vitriol, –Lacide chlorhydrique esprit de sel. Ce terme desprit tient compte de la volatilité du corps.

9 C.PAQUOT Les XVème et XVI ème siècles (2) –Lalcool est appelé eau de vie, élixir de longue vie puis au XVI ème esprit de vin et au XIX ème vin. – Limportance de la teinture pour les progrès de la pratique chimique ne saffaiblira pas, cest la seule industrie chimique au début du XIX ème siècle. –Cest la métallurgie qui va faire progresser la chimie.

10 C.PAQUOT Les XVème et XVI ème siècles (3) Georg Bauer dit Agricola ( ) publie en 1556 « De re métallica » dans lequel il expose les problèmes dextraction et de traitements des minerais. Paracelse ( ) développe une chimie médicale, liatrochimie et applique ses connaissances chimiques à la préparation de médicaments. Bernard Palissy ( ) développe une chimie technique (obtention des émaux).

11 C.PAQUOT La chimie des principes (1) Jean-Baptiste van Helmont ( ) pratique des expériences qualitatives, découvre le gaz carbonique appelé gaz sylvestre, cest lui qui donne le nom de «gas». Il fait la différence entre lair et le gaz. Il nadmet quun seul principe leau. Il écrit plusieurs traités de chimie lus par tous les chimistes du XVIIème siècle.

12 C.PAQUOT La chimie des principes (2) John Mayow ( ) et Robert Hooke ( ) utilisent le terme de «nitre aérien» pour désigner le principe de la combustion et de la respiration. Lidée que lair est nécessaire pour maintenir la respiration et la combustion apparaît à cette époque.

13 C.PAQUOT La chimie des principes (3) Robert Boyle ( ) constate quune partie de lair sert à la combustion et à la respiration, il lappelle «nitre volatil». Il améliore la définition des acides. Il met en évidence le rôle des indicateurs colorés. Il est à lorigine de la chimie analytique. Sa philosophie mécaniste implique une constitution corpusculaire de la matière. La dualité acide-alcali prend la dimension dun antagonisme à la fin du XVII ème siècle.

14 C.PAQUOT La chimie des principes (4) La chimie est enseignée à la faculté de médecine, cest pourquoi de nombreux livres paraissent. Un des plus anciens traités date de , il est rédigé par Jean Béguin ( ) qui définit la chimie : «comme lart de préparer les médicaments de telle sorte quils soient plus agréables au goût, plus salubres et moins dangereux». En 1663, Christophe Glaser ( ) écrit la chimie «est un art scientifique par lequel on apprend à dissoudre les corps pour en tirer les diverses substances dont ils sont composés, et à les réunir et rassembler pour en faire des corps exaltés». Nicolas Lémery ( ) publie un traité en 1675.

15 C.PAQUOT Le phlogistique Johann Joachim Becher ( ) distingue trois terres : la terre vitrifiable, la terre matérielle et la terre inflammable. Son élève Georg Ernest Stahl ( ) donne le nom de phlogistique à la terre inflammable. Il expose sa théorie en Le phlogistique ou feu principe est un élément impondérable, insaisissable que renferment tous les corps combustibles. Il na ni masse, ni compacité. Il apparaît ainsi le souci dexpliquer et à lépoque, cest une grande théorie.

16 C.PAQUOT La connaissance de composés (1) Johann Rudolf Glauber( ) Sulfate de soude (sel de Glauber). Christophe Glaser ( ), Otto Thachenius (?- 1675) Sels de potasse, chlorure de potasse (sel de sylvius). Pierre Seignette ( )Tartrate double de soude ou de potasse (sel de Seignette). Henri Louis Duhamel de Monceau ( ) Préparation de la soude. Georg Brandt ( )Arsenic et cobalt Andréas Sigismund Marggrafe ( ) Distingue les sels de sodium et de potassium

17 C.PAQUOT La connaissance de composés (2) Joseph Black ( )Magnésie (1755) Georg Brandt ( )Cobalt isolé Alexis Fredrik Cronsted ( ) Étude du nickel Charles Wood (?-1746)Platine (1746) Wiilhelm Homberg ( ) Acide borique (1702) Hennig Brandt (?-1692)phosphore

18 C.PAQUOT La découverte des gaz Cest à partir de laugmentation de la masse de plomb et de celle de létain calciné à lair libre que diverses théories vont être émises jusquà Lavoisier. Stephen Hales ( ) recueille et prépare de nombreux gaz mais il nen identifie aucun. Pierre Joseph Macquer ( ) remet le mot de gaz à lhonneur dans son dictionnaire de chimie en Henry Cavendish ( ) identifie lair inflammable en 1765, cest le dihydrogène. Joseph Priestley ( ) recueille lair acide (HCl gazeux), lair nitreux (NO 2 ).

19 C.PAQUOT La découverte du dioxygène (1) Elle soulève des discussions de priorités : Priestley, Scheele, Lavoisier. Priestley observe le 1er août 1774 que loxyde de mercure chauffé laisse dégager un air inconnu qui entretient les combustions, il pense à NO. Il vient à Paris et parle de ses expériences avec Lavoisier. Le 8 mars 1775, il constate que lair déphlogistiqué (O 2 ) entretient la respiration, il le communique à la Royal Society le 25 mai. De manière indépendante, Lavoisier fait la même constatation quelques jours plus tard.

20 C.PAQUOT La découverte du dioxygène (2) Carl Wilhelm Scheele ( ) aurait préparé le dioxygène avant 1773 mais ses résultats ne sont publiés quen Antoine Laurent Lavoisier ( ) étudie la calcination de létain en vase clos ce qui le conduit à isoler le diazote, appelé «mofette résiduaire». Il utilise le terme d«air vital» pour le dioxygène. Il passe sous silence le principe de Stahl mais comme la chaleur intervient, il introduit «le calorique». Ce qui est remarquable cest que lorsque le calorique est abandonné, lensemble mis en place reste intact.

21 C.PAQUOT La composition de leau Pierre-Joseph Macquer ( ) remarque que la combustion du dihydrogène donne des gouttelettes deau. Henry Cavendish remarque que le dihydrogène et le dioxygène sunissent dans des volumes déterminés pour donner de leau. Lavoisier et Pierre Simon Laplace ( ) refont lexpérience en juin 1783 et ils concluent : «leau nest pas une substance simple, elle est composée, poids pour poids dair inflammable et dair vital». En 1785, les masses et les volumes sont mesurés avec précision ce qui permet de connaître la nature et la composition de leau.

22 C.PAQUOT La nomenclature chimique Louis Bernard Guyton de Morveau ( ) a lidée dune nouvelle nomenclature. Elle est présentée à lAcadémie en 1787 et paraît sous la forme d«essai de nomenclature chimique». Les éléments sont divisés en cinq classes : –Lumière, calorique, dihydrogène, dioxygène, diazote, –25 bases acidifiables, –17 substances métalliques, –5 terres, –3 alcalis. En 1789, Lavoisier publie son «traité élémentaire de chimie» qui a beaucoup de succès, il fonde avec les autres chimistes «les Annales de chimie».

23 C.PAQUOT La classification (1) Entre 1817 et 1829, Döbereiner groupe les éléments par triades. Dès 1830, Jean-Baptiste Dumas ( ) propose un classement par «familles naturelles» pour les non-métaux. Louis Jacques Thénard ( ) classe les métaux en fonction de leur comportement vis à de lair et de leau. En 1860, à Karsruhe, a lieu le premier congrès international de chimie, cest la notation chimique qui est à lordre du jour.

24 C.PAQUOT La classification (2) En 1862, Alexandre-Emile Béguyer de Chancourtois ( ) propose une hélice appelée «vis tellurique». En 1864, John Newlands ( ) réalise un classement par octave, il na aucun succès. Julius Lothar Meyer ( ) ne publie ses travaux quen En 1869, Dimitri Mendéléiev ( ) classe les éléments par poids atomiques croissants, il laisse des places vides pour des corps inconnus.


Télécharger ppt "C.PAQUOT CHIMIE. C.PAQUOT LÉLEMENT PREMIER Thalès de Milet (625-585 av. J.-C.) répond à la question : «Quel est lélément primordial ?», il choisit leau."

Présentations similaires


Annonces Google