La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Zones sensibles et territoires des acteurs en Tunisie Vers une gestion intégrée des territoires et des ressources dans la baie de Monastir Par Tarik Dahou,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Zones sensibles et territoires des acteurs en Tunisie Vers une gestion intégrée des territoires et des ressources dans la baie de Monastir Par Tarik Dahou,"— Transcription de la présentation:

1 Zones sensibles et territoires des acteurs en Tunisie Vers une gestion intégrée des territoires et des ressources dans la baie de Monastir Par Tarik Dahou, Maher Gassab et Racha Sallemi (IRD/FSEGT/FLAH) Tunis, les 04, 05 et 06 novembre 2010 « changements climatiques, biodiversité, gouvernance des territoires et des ressources » GTZINRATIRD

2 INTRODUCTION Intérêt grandissant de la Tunisie à la gestion intégrée des zones sensibles (poids économique, services écologiques…). Intérêt se matérialisant par plusieurs engagements pris par la Tunisie: convention sur la diversité biologique ; Accords de Rio (chapitre 17 de lAgenda 21) ; Agenda 21 de la Méditerranée (1994) ; et Convention de Barcelone (1995).

3 INTRODUCTION la loi (art 8) relative à la création de lAgence de Protection et dAménagement du Littoral (APAL) définit les zones sensibles comme : « des espaces qui caractérisent le patrimoine naturel national, présentant un ensemble déléments dans un écosystème fragile et constituant un paysage naturel remarquable, menacé par la dégradation ou lutilisation irrationnelle et soumis à une pression anthropique qui risque de les déstabiliser ».

4 INTRODUCTION Le statut de zone sensible doit servir de guides aux politiques publiques en intégrant la dimension de conservation dans les schémas daménagement (du territoire, de lurbanisme, du tourisme…). Ces sites doivent simposer à leur environnement institutionnel comme des éléments fondamentaux de gestion intégrée des zones côtières.

5 INTRODUCTION La loi n° du 20 juillet 2009, relative aux aires marines et côtières protégée : une attention particulière à la zone sensible des îles Kuriat. Ces îles présentent plusieurs intérêts : passage et nidification pour plusieurs espèces ; reproduction pour de nombreuses espèces de poisson. richesse inestimable en termes de biodiversité ; écosystèmes vulnérables (espèces rares ou menacées par divers intervenants ou « usagers ».

6 PRESENTATION DE LA ZONE DETUDE SALLEMI, R 2009, IRD

7 INTRODUCTION Les iles Kuriat face à plusieurs menaces : Exploitation intense des milieux naturels (pêche). Aménagements touristiques parmi les plus importants en Tunisie. Des objectifs relatifs au développement durable très délicats à concilier dans une zone avec de multiples aménagements

8 INTRODUCTION Plan : - Les dynamiques socioéconomiques dans la baie de Monastir et les enjeux environnementaux. - Les usages maritimes dans la baie de Monastir. - Le projet dAire Marine Protégée des îles Kuriat : vers une gestion intégrée de la zone côtière ?

9 LES DYNAMIQUES SOCIOECONOMIQUES DANS LA BAIE DE MONASTIR Le Gouvernorat de Monastir ; un pôle économique Une économie régionale reposant sur trois piliers : Le textile-habillement Le tourisme balnéaire La pêche

10 LES DYNAMIQUES SOCIOECONOMIQUES DANS LA BAIE DE MONASTIR Le Textile-Habillement (TH) : 531 unités industrielles, soit 77 % du tissu industriel. Le quart des entreprise en TH au niveau national.

11 LES DYNAMIQUES SOCIOECONOMIQUES DANS LA BAIE DE MONASTIR Le tourisme : lits, 49 unités hôtelières 11% de la capacité totale du pays artisans (environ 150 entreprises)

12 LES DYNAMIQUES SOCIOECONOMIQUES DANS LA BAIE DE MONASTIR La pêche : 60 Km de côtes 5 ports de pêche Une flottille de 789 unités La moitié de la main dœuvre agricole 10 % de la production nationale (1300Km de côtes)

13 LES DYNAMIQUES SOCIOECONOMIQUES DANS LA BAIE DE MONASTIR Le gouvernorat de Monastir : un territoire fortement urbanisé habitants en 2009 (5% de la population nationale) Taux daccroissement naturel 1,39% (1,12% au niveau national) Taux durbanisation ; environ 100% (65,7% au niveau national) Une densité de 477 habitants/km 2 (66 habitants/km 2 au niveau national) : deuxième position après le grand Tunis

14 LES DYNAMIQUES SOCIOECONOMIQUES DANS LA BAIE DE MONASTIR 114,64 logements par km 2 (15.28 logements par km 2 au niveau national) 98,60 ménages par km 2 (13,36 ménages par km 2 au niveau national) Des soldes migratoires positifs ont été respectivement de 6539 et de durant les deux recensements de 1994 et de 2004

15 LES DYNAMIQUES SOCIOECONOMIQUES DANS LA BAIE DE MONASTIR Le gouvernorat de Monastir peut être divisé en deux zones homogènes : la zone littorale et la zone intérieure : La zone littorale (288 km 2 ) avec une forte densité de la population (1004 habitants / km 2 en 2008) La zone intérieure (736 km 2 ) avec une densité de la population beaucoup plus faible (271 habitants / km 2 en 2008) Littoralisation de la population

16 LES DYNAMIQUES SOCIOECONOMIQUES DANS LA BAIE DE MONASTIR

17 Le gouvernorat de Monastir : des enjeux environnementaux la situation environnementale du gouvernorat de Monastir est précaire : Un littoral de 60 km Cinq « sebkhas » (zones humides) Plusieurs oueds traversant les villes Concentration de la population et des activités économiques sur le littoral Des insuffisances dans le traitement des ordures ménagères Des carences au niveau de lassainissement. Polution industrielle

18 LES DYNAMIQUES SOCIOECONOMIQUES DANS LA BAIE DE MONASTIR Conséquences sur lenvironnement : Salinisation de la nappe phréatique Pollution des oueds et des sebkhas Surexploitation des carrières Pollution des plages… La fragilité de cet environnement côtier nest pas due uniquement à la pollution issue des activités dans la zone terrestre de la baie, mais aussi des usages dans lespace maritime.

19 LES USAGES DANS LA BAIE DE MONASTIR PRESENTATION DE LINFRASTRUCTURE Le tourisme Pêche récréative ou de plaisance Pêche professionnelle

20

21 Le renforcement de l'infrastructure a contribué à la hausse progressive de la production Il sagit donc dune crise de croissance liée à la multiplication des unités et à lintensification de la pêche dans la zone. une baisse de la production que se soit à l'échelle nationale ou internationale de lordre de 45% pour la pêche côtière.

22 Lactivité touristique sur les îles Kuriat est très intense durant la période estivale et dépasse les chiffres autorisés (la petite kuriat est sur fréquentée par touristes par an Les îles Kuriat ne sont pas accessibles pour les visiteurs, lappontement existant est en mauvais état ; les bateaux transportant les touristes sarrêtent donc en mer face aux îles avant leur acheminement par petites embarcations. La saison estivale commence du mois davril jusquau mois dOctobre; 85% des touristes fréquentent lîle au mois de Juillet et dAoût. Projection spatiale des usages sur la zone maritime Ce qui a provoqué la saturation des espaces réservés à cet effet. Malgré limportance de la côte littorale du gouvernorat de Monastir, la majorité des établissements touristiques se concentrent dans la délégation de Monastir.

23 Proportion des différentes périodes de travail des pêcheurs La fréquentation des pêcheurs selon les saisons ce qui nous permet de confirmer lintensité de lactivité au niveau de Kuriat Nous avons relevé que 60% des pêcheurs concernés par lactivité de pêche autour des îles Kuriat ont pour port dattache celui de Sayyada, suivis par les pêcheurs de Tbolba avec 20%, de Monastir avec 10% et le reste est divisé entre K Ksibit Al Madyouni. La grande Kuriat est plus fréquentée que la petite Kuriat, étant donné limportance de ses richesses halieutiques.

24 Répartition des pêcheurs selon les modes de pêche Structure des pêcheurs selon les engins de pêche Répartition des pêcheurs selon le nombre de sorties/an Répartition des pêcheurs selon le temps passé aux îles Kuriat

25 Quand pêchez-vous ? Quantité de pêche mensuelle Nous pouvons confirmer quil ne sagit plus dune simple activité de loisir. La fréquence de lactivité de pêche récréative laisse supposer quelle est devenue une deuxième source de revenu pour ces pêcheurs. Nous pouvons confirmer quil ne sagit plus dune simple activité de loisir. La fréquence de lactivité de pêche récréative laisse supposer quelle est devenue une deuxième source de revenu pour ces pêcheurs. Il sagit donc dune pêche commerciale déguisée, dont lampleur savère importante.

26 Spatialisation des activités de halieutique autour des îles Kuriat

27 Létude de la répartition spatiale de lactivité de pêche autours des îles Kuriat montre quil ny a pas de conflits despace, mais plutôt daccès aux ressources entres les différentes activités. A part les raisons climatiques, les facteurs profondeur et topographie ont un rôle important dans le choix du site de pêche : les pêcheurs préfèrent une zone plus proche de leurs ports dattache avec des mers moyennement profondes pour mouiller facilement et être à labri du mauvais temps. La répartition spatiale de lactivité de pêche récréative est, elle, dépendante de trois facteurs principaux : les habitats naturels, les profondeurs et les épaves.

28 LE PROJET DE LAPMC : VERS UNE GESTION INTEGREE ? Nécessite de préservation des écosystèmes pour faire face aux impacts environnementaux négatifs des usages des ressources marines. Les îles Kuriat classée par le CAR/ASP Aire Spécialement Protégée dImportance Méditerranéenne (ASPIM), en vue de la conservation de la biodiversité marine. Attirer lattention sur lurgence de limiter laccès de lhomme sur les îles pour : protéger les sites de ponte des tortues marines sauvegarder le paysage naturel préserver la faune et la flore

29 LE PROJET DE LAPMC : VERS UNE GESTION INTEGREE ? Le projet dune APMC Kuriat a bénéficié ; Dun premier plan de gestion en 2000 non appliqué. De la loi de 2009 sur les AMP, large ne précisant pas les modalités de conservation du site. Attente des décrets dapplication entérinant lz projet et précisant toutes les modalités.

30 LE PROJET DE LAPMC : VERS UNE GESTION INTEGREE ? La délimitation proposée par le plan de gestion comprend : Lensemble des îles Kuriat. Les fonds sous marins avoisinants, en particulier, lherbier de possidonie (Posidonia oceanica), Laire de nidification des tortues marines caouane (Caretta caretta). Les habitats caractéristiques (fonds de maërl). Les rivages ou habitats dégradés et les zones assez fréquentées

31 LE PROJET DE LAPMC : VERS UNE GESTION INTEGREE ? Les îles Kuriat sont considérées comme un espace remarquable : Refuge pour plusieurs espèces rares, dont, notamment, le Goéland railleur. Sites de reproduction de la tortue caouanne, espèce protégée typique de méditerranée.

32 LE PROJET DE LAPMC : VERS UNE GESTION INTEGREE ? Lapproche de biologie de la conservation a cependant marqué généralement les études sur les îles Kuriat. Ces études ont avancé des propositions de zonage qui favorisent le secteur touristique au détriment du secteur de la pêche. En revanche, les objectifs de valorisation des potentialités des îles Kuriat nétaient que sommairement abordés par les rares études, en se limitant aux thèmes de la recherche scientifique et de lécotourisme. Ces études traduisent une vision dun aménagement de lespace maritime largement favorable au secteur touristique.

33 LE PROJET DE LAPMC : VERS UNE GESTION INTEGREE ? Pour les acteurs locaux, ces projets sont conçus par le « haut », notamment pour les pêcheurs craignant la baisse de leur revenu. De plus, les administrations napparaissent pas très au fait de lAMP comme futur outil de gestion des écosystèmes marins. Conséquence : un véritable « laisser faire » en matière de pratiques touristique ou de pêche, sans préoccupation pour le caractère sensible de la zone.

34 LE PROJET DE LAPMC : VERS UNE GESTION INTEGREE ? Manque de cohérence de laction publique sur le site et faible intégration spatiale des dispositifs daménagement sur la zone maritime (aquaculture…) Les mesures datténuation des pollutions issue de la terre, bien imparfaites, pourraient compromettre la qualité des eaux sur lespace à conserver. la forte dynamique urbanistique peut perturber les équilibres écosystémiques au niveau des îles Kuriat.

35 LE PROJET DE LAPMC : VERS UNE GESTION INTEGREE ? Un déséquilibre entre dune part la volonté de conservation de lécosystème et dautre part une volonté de développement local, dun côté un zonage maritime restrictif et de lautre des schémas daménagement qui encouragent un développement socio- économique peu soucieux de la conservation. La politique de conservation demeure très centralisée sans réelle appropriation au niveau local (usagers et directions non directement impliquées et pas très concernés)

36 CONCLUSION La baie de Monastir est marquée par une dynamique de développement parmi les plus fortes en Tunisie. Croissance très rapide de sa population, de lurbanisation et des activités économiques. des externalités négatives et par des impacts au niveau des écosystèmes littoraux pour la plupart fragiles les pouvoirs publics semblent avoir pris la mesure des difficultés et des défis qui se posent au développement durable de cette région

37 CONCLUSION Cependant, on constate un éclatement des dispositifs daction publique aussi bien au niveau des secteurs quau niveau des territoires. Très faible niveau de coopération entre représentants locaux des différents secteurs administratifs, mais également entre collectivités territoriales et agences décentralisées. Très difficile intégration locale des objectifs de conservation et de développement durable. Le projet de création de lAire protégée marine et côtière est révélateur de la faible communication entre les différents acteurs territoriaux et de la faible implication des groupes sociaux concernés aux premiers titres par les aménagements publics.


Télécharger ppt "Zones sensibles et territoires des acteurs en Tunisie Vers une gestion intégrée des territoires et des ressources dans la baie de Monastir Par Tarik Dahou,"

Présentations similaires


Annonces Google