La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SITUATION DES PRINCIPALES ACTIVITES DE LUPDEA Secrétariat Général Présenté par lUPDEA.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SITUATION DES PRINCIPALES ACTIVITES DE LUPDEA Secrétariat Général Présenté par lUPDEA."— Transcription de la présentation:

1 SITUATION DES PRINCIPALES ACTIVITES DE LUPDEA Secrétariat Général Présenté par lUPDEA

2 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 2 I.BANQUE DE DONNEES DU SECTEUR ELECTRIQUE AFRICAIN II.FONDS AFRICAIN POUR LE DEVELOPPEMENT DE LELECTRIFICATION RURALE (FADER) III.COMMISSION ELECTROTECHNIQUE AFRICAIN DE NORMALISATION (AFSEC) IV.PROGRAMME PILOTE DELECTRIFICATION TRANSFRONTALIERE V.FORMATION VI.ETUDE DU BILAN DES REFORMES ENTREPRISES DANS LE SECTEUR DE LELECTRICITE EN AFRIQUE SOMMAIRE

3 I BANQUE DE DONNEES DU SECTEUR ELECTRIQUE AFRICAIN Secrétariat Général

4 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 4 Cest un système dinformations énergétiques destiné aux différents acteurs intéressés au secteur électrique africain: 1.Sociétés délectricité 2.Pools énergétiques sous-régionaux 3.Communautés économiques régionales 4.Institutions et organismes publics africains 5.Partenaires au développement 6.Investisseurs 7.Chercheurs 8.Etc… UPDEA INFOS-SYSTEM est prévu pour être un module du Système dinformations énergétiques Africain. I.1 QUEST-CE UPDEA-INFOS SYSTEM? Secrétariat Général

5 Banque de Données ELECTRICITE PETROLE+GAZ BOIS SYSTEME AFRICAIN DINFORMATION ENERGETIQUE UPDEAUPDEA OABOAB APPAAPPA ………… SCHEMA GENERAL DU SYSTEME AFRICAIN DINFORMATION ENERGETIQUE Secrétariat Général

6 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 6 1.Benchmarking: Séchanger, en temps réel, entre sociétés délectricité, les données techniques, commerciales et socio-économiques permettant daméliorer les performances des uns et des autres dans les différents domaines dactivités (production, transport, distribution, commercialisation, finances, ressources humaines) 2.Renforcement de la coopération et de lintégration dans le secteur électrique de lAfrique: séchanger, en temps réel, entre tous les opérateurs électriques (sociétés délectricité et pools énergétiques) des données permettant de renforcer les échanges dénergie aux meilleures conditions techniques et économiques. 3.Constituer un outil daide à la décision: mettre à la disposition des différents acteurs intéressés au secteur électrique africain une information complète, fiable et régulièrement actualisée, sur les systèmes électriques des différents pays du continent africain. I.2 QUELS EN SONT LES PRINCIPAUX OBJECTIFS?

7 I DONNEES GENERALES I II DONNEES TECHNIQUES II III DONNEES COMMERCIALES III IV DONNEES SOCIO- ECONOMIQUES IV CATEGORIES DE DONNEES GEREES PAR LES SOCIETES DELECTRICITE 1.3 QUELS TYPES DE DONNEES INTERESSENT UPDEA-INFO SYSTEM? V DONNEES SUR LE MATERIEL ELECTRIQUE V VI DONNEES SUR LES PROJETS VI

8 ONE ONE EEHC VRA NEPA AES-SONEL SNEL NEC KPLC ENE ESKOM I.4 COMMENT EST STRUCTUREE LA BANQUE DE DONNEES ? DONNEESVALIDEESDONNEESBRUTESDONNEESBRUTES (*) (*) liste non exhaustive SAPP(SADC) COMELEC+ EEHC (UMA+ EGYPTE) EAPP(COMESA) PEAC(CEEAC) WAPP (CEDEAO) ONE (MAROC)

9 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 9 I.5 SITUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET I.5 SITUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET ETAPES PERIODE DE REALISATION 1 Conception générale du système ( par lUPDEA) Avril juin Etudes conceptuelles de la banque de données (par lUPDEA) Enquêtes sur les types de données susceptibles dêtre intégrées dans la banques de données Enquêtes sur les types de données susceptibles dêtre intégrées dans la banques de données juillet –août 2002 Catégorisation des données et définition des indicateurs de performance Catégorisation des données et définition des indicateurs de performance Février-mars 2004 Etudes structurelles de la banque de données Etudes structurelles de la banque de données Décembre Octobre Séminaire à lattention des correspondants Banque de données au sein des sociétés délectricité (par lUPDEA) Mars Echanges avec les partenaires intéressés au projet (BAD, CME …) (avril 2003, novembre 2003, février 2004)

10 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 10 I.5 SITUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET suite I.5 SITUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET suite ETAPES PERIODE DE REALISATION 5 Réunion de coordination sur le projet banque de données du secteur électrique africain avec les Power Pools juillet Lancement campagne de collecte systématique des données sur la base du canevas retenu. octobre Ateliers régionaux sur le projet (Nord, Est, Sud, centre, Ouest) février - avril Réalisation de lIntranet (Etudes, acquisition matériels et logiciels, mise en service) avril 2005 – octobre Finalisation 1 ère phase de collecte de données et formation des correspondants BD novembre 2005 – août Saisie des données collectées et mise en exploitation de la BD sur internet août 2007 – décembre 2007 La banque de donnée est disponible sur internet depuis janvier Laccès est soumis à la détention dun nom dutilisateur et dun mot de passe fournis par lUPDEA.

11 II FONDS AFRICAIN POUR LE DEVELOPPEMENT DE LELECTRIFICATION RURALE (FADER) Secrétariat Général

12 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 12 Les organismes de financement ne se pressent pas pour financer les projets délectrification rurale aux motifs que ceux-ci ne sont pas rentables. F Les Etats africains à qui incombent en définitive la responsabilité de financer lélectrification rurale nont pas suffisamment de moyens à y affecter compte tenu de multiples priorités auxquelles ils doivent faire face (santé, éducation, infrastructures routières) F Les banques de développement qui financent des projets en Afrique obéissent à des mécanismes et procédures qui paraissent lourds et longs au regard de lurgence des besoins à satisfaire en Afrique. Secrétariat Général II.1 CONSTAT

13 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 13 F Ces institutions disposent généralement dun personnel relativement réduit au regard du nombre de dossiers à traiter, doù des délais très longs dans la mise en œuvre des projets, ce qui constitue un frein au développement de lAfrique. Ce constat a amené lUPDEA à proposer la mise en place dun Fonds spécifiquement dédié à lélectrification rurale. Secrétariat Général II.1 CONSTAT (suite)

14 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 14 Un Fonds spécifique doit être mis en place pour développer lélectrification rurale en Afrique. Ce Fonds vise à atténuer les inégalités sociales et à réduire la pauvreté à travers laugmentation du taux daccès des populations rurales africaines à lélectricité qui devrait atteindre au moins 50% à lhorizon Secrétariat Général II.2 VISION

15 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 15 Mobiliser des ressources tant internes quexternes à lAfrique en vue de : a) promouvoir l accès à lénergie électrique des populations vivant en milieu rural b) contribuer au développement des activités créatrices de richesses et consommatrices délectricité en milieu rural Le Fonds se veut un outil flexible et pro-actif, spécialisé dans la promotion et le financement de programmes délectrification rurale à travers le continent. Secrétariat Général II.3 MISSION DU FONDS

16 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 16 Le FADER nest pas et ne sera pas un fonds de plus car en effet : –Il ne se limite pas à la seule électrification des milieux rural et périurbain défavorisé mais vise également la création de richesses dans ces milieux afin dassurer sa durabilité – Il a pour priorité entre autres, la réduction de dépenses et de délais de préparation de projets en impliquant les structures régionales et nationales existantes qui soccupent déjà des projets de développement en milieu rural, –Il concerne les seuils dintervention qui ne sont généralement pas couverts par le système de financement classique : il financera par conséquent les projets trop petits pour les institutions financières existantes et trop grand pour la macro finance. –Il veut impliquer les bénéficiaires des projets aux différentes phases desdits projets (préparation, exécution et gestion). Il se définit donc comme une solution pour les communautés de base à leurs problèmes essentiels de base. Secrétariat Général II.4 SPECIFICITES DU FADER

17 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 17 Secrétariat Général TACHESACTEURSPERIODE/DATES 1. Première réunion du Groupe de Travail sur le projet Membres du Groupe de Travail CER Banques Régionales de Développement UPDEA/Sociétés délectricité septembre Sensibilisation des Etats africains et des Communautés Economiques Régionales (CER) et Power Pools UPDEAMars Sensibilisation et promotion du projet auprès des partenaires et donateurs potentiels UPDEA Octobre 2005 – Décembre Rédaction et adoption des TDR de létude de faisabilité du FADER Groupe de Travail, UPDEA Mars –Octobre Recherche du Financement de lEtude de Faisabilité du FADER UPDEAAvril 2006 – Mai Réalisation de lEtudeConsultantJuin – Octobre 2008 II.5 SITUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET

18 III COMMISSION ELECTROTECHNIQUE AFRICAIN DE NORMALISATION (AFSEC) Secrétariat Général

19 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 19 Disposer de normes et standards adaptés aux réalités africaines. Réduire les coûts des projets délectrification, ce qui permettra daugmenter le taux daccès à lélectricité des populations africaines. Faciliter les échanges sur le continent africain en supprimant les différents obstacles techniques, ouvrant ainsi de nouveaux marchés et favorisant lintégration économique et la croissance économique. Créer les conditions garantissant l'interactivité des systèmes électriques complexes. offrir à lindustrie et aux utilisateurs un cadre de concertation permettant dobtenir des économies déchelle Secrétariat Général III.1 OBJECTIFS

20 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 20 Lancement du projet lors du 15 ème congrès de lUPDEA tenu du 6 au 10 juin 2005 à Accra. Secrétariat intérimaire mis en place: ESKOM (RSA). Ateliers organisés avec des Comités Electrotechniques de Normalisation (plusieurs pays nen disposent pas). Textes de base (protocole daccord, statuts…) préparés par un groupe de travail ad hoc mis en place. Réunion du groupe de travail à Addis Abeba (16 – 18 avril 2007) pour la préparation des documents constitutifs. Inauguration officielle de lAFSEC à Accra (Ghana) les 27 – 28 février Secrétariat Général III.2 SITUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET

21 PROGRAMME PILOTE DELECTRIFICATION TRANSFRONTALIERE IV PROGRAMME PILOTE DELECTRIFICATION TRANSFRONTALIERE Secrétariat Général

22 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 22 LAfrique est un continent doté dimportantes ressources énergétiques mais malgré cela elle reste le continent le moins électrifié. En Afrique sub-saharienne, on enregistre des taux daccès à lélectricité très faibles: 3 à 35% Une des causes principales de cette situation est le manque de coopération active entre les pays et entre les opérateurs du secteur électrique. En effet pendant des décennies, chaque pays africain cherchait à résoudre seul ses problèmes délectricité même si la meilleure solution pouvait venir du pays voisin (indépendance énergétique). IV.1 CONTEXTE Secrétariat Général

23 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 23 Cette situation a causé et continue de causer beaucoup de préjudices à nos populations particulièrement celles habitant loin des grands réseaux électriques, notamment le long des frontières. Un constat amère peut sobserver : plusieurs localités africaines frontalières sont non électrifiées alors que juste quelques kilomètres voire quelques centaines de mètres de là, dans le pays voisin lélectricité est présente. IV.1 CONTEXTE (suite) Secrétariat Général

24 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] Objectifs généraux F Accroître le taux délectrification sur le continent; F Renforcer la coopération entre sociétés africaines délectricité; F Favoriser lintégration régionale dans le secteur de lélectricité; F Renforcer les liens entre les peuples. 2.2 Objectifs spécifiques du Programme F Améliorer les conditions de vie socio-économiques des populations bénéficiaires; F Freiner lexode rural en apportant un mieux être social aux populations concernées; IV.2 OBJECTIFS DU PROGRAMME PILOTE DELECTRIFICATION TRANSFRONTALIERE Secrétariat Général

25 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 25 F Lutter contre la pauvreté en créant des emplois notamment par limplantation des petites unités agro- industrielles; F Réduire le coût de production de lélectricité pour ceux des villages alimentés par des groupes diesel F Participer à la préservation de lenvironnement et au développement durable. IV.2 OBJECTIFS DU PROGRAMME PILOTE DELECTRIFICATION TRANSFRONTALIERE (suite) Secrétariat Général

26 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 26 F Un programme pilote a été identifié. F Quelques comités techniques mixtes ont été mis en place. F Dans certaines sous-régions, il y a eu un début de réalisation du programme. F Problèmes à résoudre: Etudes des projets et financement. F Inauguration de lélectrification du village transfrontalier (Dilidili) du Lesotho par lAfrique du Sud en octobre IV.3 SITUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET Secrétariat Général

27 V FORMATION Secrétariat Général

28 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 28 F La formation du personnel est essentielle pour toute entreprise dont celles délectricité. F Cependant beaucoup de sociétés délectricité en Afrique ne consacrent pas suffisamment de ressources à ce domaine. Le budget y afférent ne dépasse pas 0,1% dans certains cas. F Il y a des sociétés qui ont un programme de formation, dautres nen ont pas alors que celui-ci est essentiel aussi bien pour les dirigeants de lentreprise que les agents. F Plusieurs sociétés membres de lUPDEA disposent des centres de formation qui peuvent bénéficier à tous. V.1 CONSTAT Secrétariat Général

29 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 29 F LUPDEA a organisé dans le passé plusieurs colloques, séminaires, ateliers en collaboration avec des partenaires extérieurs (Eurelectric, CIRED, BAD, IEPFL, Banque Mondiale, etc.…) F Cette approche bien quayant donné des bons résultats ne permettait pas de couvrir tous les domaines dactivités de nos entreprises et ne se réalisaient pas de façon systématique. F Le contenu des séminaires et ateliers étaient plus orienté vers la formation des agents plutôt que des Dirigeants. F Doù le Secrétariat Général de lUPDEA a défini une nouvelle approche. V.2 ACTIONS MENEES PAR LUPDEA Secrétariat Général

30 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 30 F La formation doit dabord concerner les dirigeants de lentreprise, car un dirigeant bien formé cest la prémisse dune bonne gouvernance. Doù latelier sur la bonne gouvernance tenue à lintention des PDG/DG tenu à Addis Abeba en juin F La formation doit aussi être systématique et couvrir tous les domaines dactivités. Doù un programme annuel en cours délaboration comportant des modules de formation pour chaque domaine et se tenant systématiquement chaque année à la même période. F Pour la réalisation de ce programme, les infrastructures existantes dans les centres de formation des sociétés membres seront utilisées, chacun suivant son domaine dexcellence. F Le financement du programme est sollicité aux partenaires au développement pour la 1 ère phase (3 ans). V.3 NOUVELLE APPROCHE Secrétariat Général

31 VI ETUDE DU BILAN DES REFORMES ENTREPRISES DANS LE SECTEUR DE LELECTRICITE EN AFRIQUE Secrétariat Général

32 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 32 VI.1 OBJECTIF PRINCIPAL DE LETUDE Essentiellement sous la poussée des institutions financières internationales, des réformes ont été entreprises à a partir des années 1990 dans le secteur de lélectricité en Afrique. Ces réformes nont pas produit partout les mêmes résultats. Cest ce qui a amené lUPDEA a entreprendre une étude-bilan afin de mettre à la disposition des acteurs africains du secteur de lélectricité et des partenaires au développement, un outil dorientation devant permettre à lAfrique de réussir le pari de lélectrification. En rappel, le taux moyen délectrification en Afrique au sud du Sahara est de lordre de 35% avec des minima de lordre de 3% en zone rurale dans certains pays.

33 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 33 VI.2 SITUATION DE LETUDE F Au cours de lannée 2007, lUPDEA a obtenu un financement de lUnion Européenne à travers lAgence BizClim pour cette étude. F Létude a été confiée au Cabinet dEtudes IDC. F IDC a commencé ses prestations en septembre F 19 pays à travers les 5 régions de lAfrique où ont eu lieu des réformes ont été visités par IDC entre décembre 2007 et janvier 2008.

34 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 34 VI.3 SITUATION DE LETUDE suite F Le rapport provisoire doit être déposé le 15 mars F Un atelier de restitution est prévu les 27 et 28 mars 2008 à Bruxelles en Belgique. F Tous les Ministres en charge de lEnergie en Afrique, les Ministres en charge des réformes, les Agences de régulations, les IPP, les Powers Pools ainsi que les Directeurs Généraux des sociétés délectricité africaines ont été invités à participer à cet atelier

35 4ème Réunion du Comité Scientifique [Ouagadougou, marsl 2008] 35 NOUS VOUS REMERCIONS Secrétariat Général


Télécharger ppt "SITUATION DES PRINCIPALES ACTIVITES DE LUPDEA Secrétariat Général Présenté par lUPDEA."

Présentations similaires


Annonces Google