La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Intoxications aiguës. Lune des premières causes dhospitalisation des personnes de moins de 30 ans. Mortalité hospitalière actuellement < 1% grâce à une.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Intoxications aiguës. Lune des premières causes dhospitalisation des personnes de moins de 30 ans. Mortalité hospitalière actuellement < 1% grâce à une."— Transcription de la présentation:

1 Intoxications aiguës

2 Lune des premières causes dhospitalisation des personnes de moins de 30 ans. Mortalité hospitalière actuellement < 1% grâce à une prise en charge précoce. La gravité est liée aux défaillances viscérales, respiratoires et cardiovasculaires en particulier.

3 Généralités À partir dune certaine dose, beaucoup de substances peuvent être toxique pour lorganisme. Voie de pénétration : Digestive : aliment, médicament, produit ménager. Respiratoire : gaz, aérosol. Cutanée : à travers la peau, injection. Intoxication volontaire ( TS, overdose) ou accidentelle ( erreur de poso., enfant).

4 Intoxications médicamenteuses TS par Intox médicamenteuse fréquente. Beaucoup de produits peuvent être en cause ( notion de dose toxique), les plus fréquents : tranquillisants ( BZD). Toxicité différente en fonction du produit : neurologique, respiratoire, cardiovasculaire, digestive. Gravité dépend de la dose, des ATCD de la victime et dune éventuelle association de médicaments.( + alcool assez souvent).

5 Intoxications médicamenteuses Points importants à faire préciser : –Caractère accidentel ou volontaire –Produits et doses ingérées (boîtes et plaquettes, dires du patient) –Produits associés : alcool, gaz… –Circonstances associées : traumatisme, noyade…

6 Conduite à tenir Prendre systématiquement un avis médical, CAT dépend de chaque médicament. De manière systématique : –Protéger les VAS : PLS si inconscient( attention si traumatisme) –O2 haut débit –Protéger de lhypothermie

7 Conduite à tenir Lavage gastrique loin dêtre systématique Charbon activé efficacité si prise précoce Possibilité dantidotes pour certains médicaments : –Benzodiazépines : Anexate ® –Morphine, héroïne : Narcan ® –Paracétamol : N-acétylcystéine –AVK : vitamine K. –béta-bloquants : glucagon. –Dépakine : L-carnitine.

8 SURVEILLANCE +++ Pouls, TA, FR, température Diurèse Oedèmes, marbrures, mollets. Scope, ECG, sat O2 Bilan sanguin, GDSA.

9 OVERDOSE DHEROÏNE Dérivé puissant de la morphine Peut entraîner des troubles de conscience, dépression des centres respiratoires( => diminution de lamplitude et de la fréquence ventilatoires). Regarder les pupilles : têtes dépingle. À évoquer devant tout coma avec myosis bilatéral surtout chez ladulte jeune.

10 Terrain ANTÉCÉDENTS médico-psychiatriques, toxicomanie connue. Notion dinjection, seringue retrouvée, traces de piqûre. Association : alcool, médicaments.

11 CONDUITE À TENIR En labsence dACR : O2 haut débit. Assurer la liberté des VAS Stimuler le patient dès les premiers signes de réveil. Antidote : Narcan ®, risque de réveil brutal avec fuite, débit en fonction de la FR. Traitement des complications : syndrome septique.

12 Autres cas Intubation trachéale en cas de : –Absence de ventilation spontanée efficace en 5 minutes. –Détresse respiratoire demblée avec ou sans souffrance cérébrale. –OAP massif avec persistance dune cyanose, toux expectoration mousseuse malgré le traitement. Transfert en réanimation.

13 Par ailleurs Infection virale possible ( demander au patient si possible) Pas de dénonciation à la police sauf si mise en danger de sa propre vie ou celle dautrui. Prise en charge psychologique ++

14 MONOXYDE DE CARBONE Gaz toxique qui prend la place de lO2 dans les GR ( affinité++) Attention gaz inodore dégagé par toute combustion incomplète : incendie, chauffe- eau mal réglé, moteur de voiture. Cas plus complexe des fumées dincendie car association à dautres toxiques : le cyanure, le chlore, suies.

15 TERRAIN Contexte évident ( incendie…). Contexte moins évident : pb de chaudière défectueuse. Clinique : maux de tête, vomissements, sensation de faiblesse puis troubles de conscience voire ACR ( par anoxie). Association de traumatisme, intoxication médicamenteuse et/ou alcoolique, brûlure Y penser devant tout trouble de conscience inexpliqué en milieu clos, céphalée et/ou troubles digestifs collectifs.

16 CONDUITE À TENIR Soustraire les victimes à latmosphère viciée en protégeant les sauveteurs ( port de masque, risque dexplosion, mesure du CO), ventiler latmosphère. LVAS, PLS O2 masque à haute concentration, intubation trachéale + ventilation assistée si nécessaire. Monitorage cardiaque

17 OXYGENOTHERAPIE HYPERBARE En caisson hyperbare. Indiquée si intoxication grave ( CO > 7ml/100ml), coma, femme enceinte, enfant.

18 Intoxication éthylique Responsable dun grand nombre daccidents et de décès. Première phase de lintoxication : ivresse. Ensuite coma éthylique avec risque dinhalation, convulsion. Pas dégalité femmes/hommes ! Élimination 0,15 à 0,20 g/litre/h. Record : 11,3 g/litre vivant!!

19 TERRAIN Motif dappel : malaise, agitation, traumatisme. Type, quantité et lheure de labsorption Prise associée de médicaments Antécédents médico-psychiatriques

20 Conduite à tenir Pendant la phase divresse : interdire la conduite… Si coma : PLS et O2 en attendant les secours médicalisés. Intubation trachéale si coma profond, inhalation et/ou détresse respiratoire ( sat O2 < 90%) Vérifier la glycémie, hypo fréquente. Attention à lhypothermie.

21 Conduite à tenir Hydratation Vitaminothérapie B1-B6 Sédation Rechercher pathologies associées et pièges : méningite, HSD, HTIC, intoxication au CO, crise comitiale… Surveillance + +.


Télécharger ppt "Intoxications aiguës. Lune des premières causes dhospitalisation des personnes de moins de 30 ans. Mortalité hospitalière actuellement < 1% grâce à une."

Présentations similaires


Annonces Google