La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

NOUVELLES SEROPOSITIVITES 2007 EVOLUTION 2000-2007 ICÔNE 2008 Strasbourg, le 31 Mai 2008 S HENARD, Pr Ch RABAUD.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "NOUVELLES SEROPOSITIVITES 2007 EVOLUTION 2000-2007 ICÔNE 2008 Strasbourg, le 31 Mai 2008 S HENARD, Pr Ch RABAUD."— Transcription de la présentation:

1 NOUVELLES SEROPOSITIVITES 2007 EVOLUTION ICÔNE 2008 Strasbourg, le 31 Mai 2008 S HENARD, Pr Ch RABAUD

2 Nouveaux cas 2007 : Provenance ALSACE22,3% Colmar : 9 Mulhouse : 17 Strasbourg : 60 BOURGOGNE7,8%AuxerreDijon822 FRANCHE- COMTE 4,9%BelfortBesançon613 LORRAINECHAMPAGNEARDENNE23% Bar-le-Duc : 2 Charleville : 6 Metz : 15 Nancy : 40 Reims : 22 Thionville : 3 Troyes : 1 NORD29,3% Tourcoing, Douai, Dunkerque, Boulogne, Valenciennes 113 PICARDIE12,7%AmiensBeauvaisClermontCompiègneCreilSoissons Total = 386 fiches en 2007 pour 24 Centres

3 Évaluation de lexhaustivité des données pour 2006 Données redressées pour 2006 BEH n°46-47 nov 2007REGION Nb de cas en 2006 Tx par million/hab Alsace7843 Lorraine6528 F Comté 2724 Bourgogne3723 Champ Ard 5037 Picardie4524 Nord10626 Recueil et étude denviron 60 % des nouveaux cas de séropositivité en 2006 par rapport aux données nationales

4 Répartition par COREVIH des nouveaux séropositifs de 2000 à 2007 (total de 3030 patients) La tendance à la baisse du nombre de nouveaux séropositifs observée en 2005 et 2006 se confirme en 2007 La tendance à la baisse du nombre de nouveaux séropositifs observée en 2005 et 2006 se confirme en

5 Comparaison avec les données nationales => Au total, baisse réelle du nombre de nouveaux séropositifs au niveau national Baisse du nombre de nouveaux séropositifs Baisse du nombre de sérologies mais expliquée par : 2005 : VIH grande cause nationale 2005 : VIH grande cause nationale 2006 : abrogation de la recommandation de dépistage pré et post-transfusionnel 2006 : abrogation de la recommandation de dépistage pré et post-transfusionnel BEH n°46-47 nov 2007

6 Évolution par sexe entre 2000 et 2007 En 2007 : _ 77,2 % dhommes (64% en 2006 BEH nov 2007) _ 22,8 % de femmes En 2000 : _ 69,9 % dhommes _ 30,1 % de femmes Après une phase de « féminisation », Après une phase de « féminisation », la proportion dhommes augmente à nouveau

7 Lâge en 2007 Général 36,7 ± 10,7 ans Hommes 37,3 ± 9,6 ans p=0,038 Femmes 34,6 ± 10,1 ans Caucasiens 37,5 ± 10,2 an p=0,006 Africains 32,4 ± 6,9 ans Hétéros 37,5 ± 10,4 ans p=0,06 Homos 35,4 ± 8,6 ans => Tendance identique aux années précédentes

8 Mode de contamination en ,2 % dhomo/bisexuels ( 29% au niveau national en 2006 ٭) 48,2 % dhomo/bisexuels ( 29% au niveau national en 2006 ٭) Les homo/bisexuels représentent : Les homo/bisexuels représentent : 61,1 % des Caucasiens et 3,23 % des Africains 61,1 % des Caucasiens et 3,23 % des Africains 62,4 % des hommes 62,4 % des hommes 72,3 % des primo-infectés 72,3 % des primo-infectés 42 % dhétérosexuels (48% au niveau national en 2006٭) 42 % dhétérosexuels (48% au niveau national en 2006٭) 1 cas de TME (enfant de 7 mois, origine caucasienne) 1 cas de TME (enfant de 7 mois, origine caucasienne) 4 cas dus à une transfusion/hémophile 4 cas dus à une transfusion/hémophile (3 caucasiens, 1 africain) 5 cas par UDIV soit 1,3% (2% au niveau national en 2006٭) 5 cas par UDIV soit 1,3% (2% au niveau national en 2006٭) ٭BEH n°46-47 nov 2007

9 Évolution du mode de contamination entre 2000 et 2007 Baisse de la proportion dhomo/bisexuels de 2000 à 2003 Baisse de la proportion dhomo/bisexuels de 2000 à 2003 Puis augmentation surtout depuis 2005, confirmée en 2007 Puis augmentation surtout depuis 2005, confirmée en 2007

10 Origine ethnique En 2007 : 75 % de Caucasiens (67% au niveau national en 2006٭) 16,15 % dAfricains sub-sahariens 8,85 % autres (Caraïbes, Europe de lEst,…) La baisse de la proportion dAfricains, débutée en 2005, se confirme La baisse de la proportion dAfricains, débutée en 2005, se confirme ٭BEH n°46-47 nov 2007

11 Évolution du mode de découverte entre 2000 et 2007 Le diagnostic est de plus en plus souvent fait au cours dun bilan hospitalier Le diagnostic est de plus en plus souvent fait au cours dun bilan hospitalier La proportion de diagnostic réalisé en CDAG reste stable autour de 10% (9,7 en 2007) La proportion de diagnostic réalisé en CDAG reste stable autour de 10% (9,7 en 2007)

12 Caractéristiques sociales Environ 75 % des nouveaux séropositifs ont une activité professionnelle au moment du diagnostic Recours au psy stable (autour de 23 %) Recours à laide sociale également stable (autour de 33%)

13 DONNEES SUR LINFECTION VIH

14 Caractéristiques en 2007 VIH 2 : 2 cas soit 0,52 % (1,3% au niveau national٭) (2 africains) VIH 2 : 2 cas soit 0,52 % (1,3% au niveau national٭) (2 africains) Co-infections VIH 1 et 2 : 3 cas soit 0,79 % (0,1% au niveau national٭) Co-infections VIH 1 et 2 : 3 cas soit 0,79 % (0,1% au niveau national٭) (1 caucasien et 2 africains) ٭ BEH n°46-47 nov CV : médiane = copies/ml CV : médiane = copies/ml CD4 : CD4 : Moyenne = 428 /mm³ Moyenne = 428 /mm³ Médiane = 386 /mm³ Médiane = 386 /mm³ => Le taux de CD4 au moment du diagnostic augmente depuis 2000

15 Évolution selon le stade CDC 93 En 2000 : A1 : 23,9 % A2 : 32,7 % A2 : 32,7 % C3 : 15,6 % C3 : 15,6 % SIDA : 16,4% SIDA : 16,4% En 2007 : A1 : 36,3 % A2 : 36,5 % A2 : 36,5 % C3 : 9,1 % C3 : 9,1 % SIDA : 10,1 % SIDA : 10,1 % (14% au niveau national en 2006٭) ٭BEH n°46-47 nov 2007

16 Les événements cliniques classant SIDA en 2007 Pneumocystose : toujours 1 ère cause de découverte au stade SIDA (moyenne des CD4 = 26/mm³) (moyenne des CD4 = 26/mm³) Tuberculose : 3 patients sur 4 sont dorigine africaine (moyenne des CD4 = 148/mm³)

17 Évolution des principaux événements classant SIDA entre 2000 et

18 RETARD AU DIAGNOSTIC La proportion de patients découverts tardivement baisse depuis 2003

19 Retard au diagnostic (CD4<350/mm³) en 2007 En 2007 : 43% des nouveaux séropositifs En 2007 : 43% des nouveaux séropositifs Age moyen : 39,7 ans Age moyen : 39,7 ans contre 34,4 ans (p<0,01) 52,5% des hétéros 52,5% des hétéros pour 29% des homo/bi (p<0,01) 51,6% des africains 51,6% des africains pour 40% des caucasiens (p=0,09) 52% découverts au cours dun bilan hospitalier, 52% découverts au cours dun bilan hospitalier, 42% chez le médecin traitant et 6% en CDAG (p<0,01)

20 PRIMO-INFECTION

21 PRIMO-INFECTIONS en primo-infections en 2007, soit 13,7 % 10 % en 2006 au niveau national ( BEH n°46-47 nov 2007) Moyenne des CD4 chez les PI : 512/mm³ Moyenne des CD4 chez les PI : 512/mm³ Moyenne de CD4 hors PI : 415/mm³ (p=0,04) Médiane de la CV chez les PI : cp/ml Médiane de la CV chez les PI : cp/ml Médiane de la charge virale hors PI : cp/ml

22 Plus souvent chez les homo/bi Plus souvent chez les homo/bi 21,5 % pour 7,5 % chez les hétéros (p=0,022) Plus souvent chez les caucasiens Plus souvent chez les caucasiens 17,4 % pour 1,7 % chez les africains (p=0,009) Pas de différence significative pour le sexe Pas de différence significative pour le sexe 15,3% chez les hommes et 9,2 % chez les femmes Pas de différence significative pour lâge au diagnostic Pas de différence significative pour lâge au diagnostic PI (35,5 ans) et non PI (36,8 ans) PRIMO-INFECTIONS en 2007

23 Évolution de la proportion de patients découverts au stade de PI La proportion de patients découverts au stade de primo- infection augmente depuis 2002 La proportion de patients découverts au stade de primo- infection augmente depuis 2002 Mais elle augmente plus vite chez les homo/bisexuels Mais elle augmente plus vite chez les homo/bisexuels

24 Les traitements chez les PI (1/2) En 2007 : 11 PI traitées sur 57 En 2007 : 11 PI traitées sur 57 dont 8 dans les 3 mois suivant le diagnostic et 3 ٭ 9 mois après le diagnostic Taux de CD4 chez les PI traitées dans les 3 mois : 333/mm³ Taux de CD4 chez les PI traitées dans les 3 mois : 333/mm³ hors PI = 220 CD4/mm³ 2 combinaisons NUC+NNUC 1 Kivexa + EFV ٭ 1 Truvada + NVP ٭ 1 combinaison NUC+IP+IF Kivexa + FPV/r + T20 (CD4=193/mm³ et CV>5 log) 8 combinaisons NUC+IP : 5 Truvada + LPV/r ٭ 1 Combivir + LPV/r 1 Kivexa + FPV/r 1 Truvada + FPV/r

25 PI traitées précocement Évolution de la proportion de PI traitées dans les 3 mois => La proportion de PI traitées dans les 3 mois a diminué, alors que le taux de CD4 au diagnostic est resté stable

26 VIH ET GROSSESSE

27 SEROPOSITIVITES DECOUVERTES PENDANT LA GROSSESSE EN femmes enceintes sur 88 femmes (12,5 %) 11 femmes enceintes sur 88 femmes (12,5 %) CD4 = 421/mm³ (383/mm³ hors grossesse p=0,68) CD4 = 421/mm³ (383/mm³ hors grossesse p=0,68) Médiane CV = cp/ml Médiane CV = cp/ml Les femmes enceintes sont en moyenne plus jeunes Les femmes enceintes sont en moyenne plus jeunes femmes enceintes = 27 ans femmes enceintes = 27 ans femmes non enceintes = 35,7 ans femmes non enceintes = 35,7 ans 5 au stade A1, 5 aux stades A2 et A3 et 1 au stade B2 5 au stade A1, 5 aux stades A2 et A3 et 1 au stade B2 9 sur 11 traitées dans les 3 mois 9 sur 11 traitées dans les 3 mois Par Combivir Kaletra pour 7 dentre elles et Par Combivir Kaletra pour 7 dentre elles et 1 par Combivir Telzir/Norvir 1 par Combivir Telzir/Norvir 1 par Retrovir Ziagen Kaletra 1 par Retrovir Ziagen Kaletra p=0,018

28 Évolution des découvertes de séropositivités au cours de la grossesse selon lorigine En 2007 : 12,5 % des femmes africaines sont enceintes (n=5) 6,7 % des femmes caucasiennes sont enceintes (n=2) 6,7 % des femmes caucasiennes sont enceintes (n=2) 22,2 % de femmes de la catégorie « autre origine » enceintes (n=4) 22,2 % de femmes de la catégorie « autre origine » enceintes (n=4) La proportion de femmes enceintes dorigine africaine baisse

29 CO-INFECTIONS

30 Évolution des co-infections VIH-Hépatites entre 2000 et 2007 Les proportions de co-infections VIH-VHC et VIH-VHB baissent Données nationales 2005*: co-infection VIH-VHB = 7% co-infection VIH-VHC = 24.3% *Larsen C, Pialoux G, Salmon D, Antona D, Piroth L, Le Strat Y et al. Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+, France, juin BEH 2005; 23: ,8 % 2,6 % 2,2 % 5,4 %

31 TRAITEMENT

32 LE TRAITEMENT en ,7 % traités (n=157/386) dont 124 (35,1%) dans les 3 mois suivants le diagnostic 40,7 % traités (n=157/386) dont 124 (35,1%) dans les 3 mois suivants le diagnostic Trithérapie avec Trithérapie avec NUC + IP : 82,2% (n=130) NUC + IP : 82,2% (n=130) NUC + NNUC : 14,6% (n=23) NUC + NNUC : 14,6% (n=23) NUC seuls : 1,3% (n=2) NUC seuls : 1,3% (n=2) Monothérapie NNUC (EFV) : 1,3% (n=2) Monothérapie NNUC (EFV) : 1,3% (n=2) 3 patients sous T20 : 3 patients sous T20 : Femme, 36 ans, caucasienne, CD4=193, CV=10 5, primo-infection Femme, 36 ans, caucasienne, CD4=193, CV=10 5, primo-infection Femme, 27 ans, africaine, CD4=3, CV=692000, crypto + pneumocystose Femme, 27 ans, africaine, CD4=3, CV=692000, crypto + pneumocystose Homme, 56 ans, caucasien, CD4=3, CV=145000, AgHBs+ Homme, 56 ans, caucasien, CD4=3, CV=145000, AgHBs+

33 Évolution de la nature des traitements de 1 ère ligne Les trithérapies avec IP sont les plus prescrites (82,2 % en 2007 pour 37,9 % en 2000) Les trithérapies avec IP sont les plus prescrites (82,2 % en 2007 pour 37,9 % en 2000) Les trithérapies avec NNUC régressent (15,9% en 2007 pour 38,6 % en 2000) Les trithérapies avec NNUC régressent (15,9% en 2007 pour 38,6 % en 2000) Les trithérapies avec 3 NUC ont quasiment disparu (1,9% en 2007 et 23,9 en 2000) Les trithérapies avec 3 NUC ont quasiment disparu (1,9% en 2007 et 23,9 en 2000)

34 HIT-PARADE DES ASSOCIATIONS PRESCRITES EN PREMIERE LIGNE EN 2007 Combivir-Kaletra : 21% Combivir-Kaletra : 21% Truvada-Kaletra : 19% Truvada-Kaletra : 19% Kivexa-Kaletra : 10,2 % Kivexa-Kaletra : 10,2 % Truvada-Sustiva : 6% Truvada-Sustiva : 6% Epivir-Viread-Kaletra : 5,1% Epivir-Viread-Kaletra : 5,1% Concernant les autres IP : Telzir : n=6 Reyataz : n=4 Invirase : n=3 Aptivus : n=1

35 Évolution des combinaisons de traitements de 1 ère ligne Les « classiques » Combivir-Kaletra et Truvada-Kaletra sont toujours en tête Laugmentation de Kivexa-Kaletra depuis 2005 se confirme Perte de vitesse des trithérapies avec un NNUC

36 Facteurs prédictifs dune mise sous traitement dans les 3 mois entre 2000 et 2007: analyse multivariée OR IC 95% p Année 2000/2007 5,052,41-10,6p<0,01 Grossesse8,854,59-17,08p<0,01 Charge virale > 5 log 6,083,38-10,94p<0,01 Taux de CD4 >500/mm³ à 500/mm³ 3,842,33-6,32p<0,01 <200/mm³ 23,513,55-40,74p<0,01 Présence de signes cliniques classant B ou C 2,241,50-3,32p<0,01

37 Nature du traitement de 1 ère ligne selon les Corevih en 2007 Les habitudes des centres restent différentes : NNUC : 35% en Picardie et 5% dans le Nord NNUC : 35% en Picardie et 5% dans le Nord IP : 95% dans le Nord et 67% en Bourgogne IP : 95% dans le Nord et 67% en Bourgogne 3 NUC : En Alsace, chez 2 patients (Combivir-Viread) 3 NUC : En Alsace, chez 2 patients (Combivir-Viread)

38 ALSACE : ALSACE : Kivexa-Sustiva : 16% Kivexa-Telzir : 13,5% Truvada-Telzir : 13,5% Combivir-Kaletra : 13,5% Bourgogne : Bourgogne : Truvada-Kaletra : 27% Truvada-Sustiva : 20% Combivir-Kaletra : 13,3% Franche-Comté : Franche-Comté : Truvada-Telzir : 40% Truvada-Kaletra : 20% Kivexa-Telzir : 10% LCA : LCA : Truvada-Kaletra : 34% Combivir-Kaletra : 18,5% Truvada-Reyataz : 8% Nord : Nord : Combivir-Kaletra : 47,5% Kivexa-Kaletra : 20% Epivir-Viread-Kaletra : 20% Picardie : Picardie : Truvada-Kaletra : 41,2% Truvada-Sustiva : 23,5% Truvada-Viramune : 12% Hit-Parade selon les Corevih

39 Conclusion (1/2) Baisse globale du nombre de nouveaux séropositifs Baisse globale du nombre de nouveaux séropositifs Proportion croissante dhomo/bisexuels masculins caucasiens, supérieure à la moyenne nationale Proportion croissante dhomo/bisexuels masculins caucasiens, supérieure à la moyenne nationale Augmentation des PI, surtout dans cette population Augmentation des PI, surtout dans cette population Diminution de la proportion des sujets dorigine africaine, notamment parmi les femmes découvrant leur séropositivité durant la grossesse Diminution de la proportion des sujets dorigine africaine, notamment parmi les femmes découvrant leur séropositivité durant la grossesse

40 Le diagnostic est globalement fait plus tôt dans lhistoire de la maladie Le diagnostic est globalement fait plus tôt dans lhistoire de la maladie Les patients sont traités « plus tardivement » Les patients sont traités « plus tardivement » Habitudes de prescription différentes selon les Corevih Habitudes de prescription différentes selon les Corevih Toujours faible proportion de co-infections VHB et VHC Toujours faible proportion de co-infections VHB et VHC Conclusion (2/2)


Télécharger ppt "NOUVELLES SEROPOSITIVITES 2007 EVOLUTION 2000-2007 ICÔNE 2008 Strasbourg, le 31 Mai 2008 S HENARD, Pr Ch RABAUD."

Présentations similaires


Annonces Google