La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vaccination VHB. La politique de vaccination contre lhépatite B en France repose sur deux stratégies : - lidentification et la vaccination des personnes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vaccination VHB. La politique de vaccination contre lhépatite B en France repose sur deux stratégies : - lidentification et la vaccination des personnes."— Transcription de la présentation:

1 Vaccination VHB

2 La politique de vaccination contre lhépatite B en France repose sur deux stratégies : - lidentification et la vaccination des personnes à risque élevé dexposition - la vaccination des nourrissons et le rattrapage des enfants et adolescents jusquà lâge de 16 ans.

3 Lincidence des infections aiguës a diminué denviron cas par an (1990), avant la mise en place de la vaccination des nourrissons et des enfants, à environ 650 cas par an ( ) Daprès la littérature, le nombre total dinfections incluant les formes asymptomatiques est de 2,5 à 5 fois plus élevé que le nombre de formes symptomatiques

4 3 type de vaccins contre VHB EngerixEngerix Genhevac BGenhevac B HBVAXPROHBVAXPRO

5 Indications (1) Tout enfant ou adolescent âgé de moins de 16 ans, non antérieurement vacciné, devrait se voir proposer la vaccination contre lhépatite B à loccasion dune consultation médicale ou de prévention.Tout enfant ou adolescent âgé de moins de 16 ans, non antérieurement vacciné, devrait se voir proposer la vaccination contre lhépatite B à loccasion dune consultation médicale ou de prévention. Un schéma préférentiel en trois injections, qui respecte un intervalle dau moins un mois entre la première et la deuxième injection, et un intervalle compris entre cinq et douze mois entre la deuxième et la troisième injection, est recommandéUn schéma préférentiel en trois injections, qui respecte un intervalle dau moins un mois entre la première et la deuxième injection, et un intervalle compris entre cinq et douze mois entre la deuxième et la troisième injection, est recommandé Schéma type: 0, 1, 6 moisSchéma type: 0, 1, 6 mois

6 Indications (2) Pour les adolescents âgés de 11 à 15 ans révolus, non antérieurement vaccinés, la vaccination est réalisée en suivant : soit le schéma classique à trois doses soit un schéma à deux doses, avec un des deux vaccins ayant lAMM pour cette indication (ENGERIX B® 20 μg28 ou vaccin GENHEVAC B® Pasteur 20 μg) en respectant un intervalle de six mois entre les deux doses, et en labsence de risque élevé dinfection par le virus de lhépatite B dans les six mois qui séparent les deux injections Un contrôle des anticorps anti-Hbs est conseillé pour décider les éventuels rappels (taux protecteur < 10 UI/L)

7 Femme enceinte HBS + Pour les nouveau-nés de mère porteuse de lantigène HBs: La vaccination doit être pratiquée impérativement à la naissance, selon un schéma en trois injections (une dose à 0, 1 et 6 mois) et avec un vaccin autre que HBVAXPRO 5 μg31, la première dose étant associée à ladministration dimmunoglobulines anti-HBs

8 Cas particuliers de vaccination « urgente » Etudiants en médecine non vaccinésEtudiants en médecine non vaccinés Personnes partant en zone dendémiePersonnes partant en zone dendémie Travailleurs à risqueTravailleurs à risque …un schéma de 3 doses rapprochées, peut-être proposé avec rappel 1 an après …un schéma de 3 doses rapprochées, peut-être proposé avec rappel 1 an après

9 Autres conditions dans lesquelles le vaccin peut être envisagé (1) Enfants et adolescents accueillis dans les services et institutions pour lenfance et la jeunesse handicapéeEnfants et adolescents accueillis dans les services et institutions pour lenfance et la jeunesse handicapée Enfants dâge préscolaire accueillis en collectivité. Enfants dâge préscolaire accueillis en collectivité. Enfants et adultes accueillis dans les institutions psychiatriques Enfants et adultes accueillis dans les institutions psychiatriques Personnes ayant des relations sexuelles avec des partenaires multiplesPersonnes ayant des relations sexuelles avec des partenaires multiples PVVIH, patients porteurs dune autre hépatitePVVIH, patients porteurs dune autre hépatite Toxicomanes utilisant des drogues parentéralesToxicomanes utilisant des drogues parentérales Voyageurs dans les pays de moyenne ou de forte endémie (Madagascar, Comores ++)Voyageurs dans les pays de moyenne ou de forte endémie (Madagascar, Comores ++) Personnes amenées à résider en zones de moyenne ou de forte endémiePersonnes amenées à résider en zones de moyenne ou de forte endémie

10 Autres conditions dans lesquelles le vaccin peut être envisagé (2) Personnes qui, dans le cadre dactivités professionnelles ou bénévoles, sont susceptibles dêtre en contact direct avec des patients et/ou dêtre exposées au sang et autres produits biologiques ( professionnels de santé libéraux, secouristes, gardiens de prison, éboueurs, égoutiers, policiers, tatoueurs) Personnes qui, dans le cadre dactivités professionnelles ou bénévoles, sont susceptibles dêtre en contact direct avec des patients et/ou dêtre exposées au sang et autres produits biologiques ( professionnels de santé libéraux, secouristes, gardiens de prison, éboueurs, égoutiers, policiers, tatoueurs) Personnes susceptibles de recevoir des transfusions massives et/ou itératives (hémophiles, dialysés, insuffisants rénaux, candidats à une greffe dorgane...)Personnes susceptibles de recevoir des transfusions massives et/ou itératives (hémophiles, dialysés, insuffisants rénaux, candidats à une greffe dorgane...) Entourage dun sujet infecté par le virus de lhépatite B ou porteur chronique de lantigène HBsEntourage dun sujet infecté par le virus de lhépatite B ou porteur chronique de lantigène HBs Partenaires sexuels dun sujet infecté par le virus de lhépatite B ou porteur chronique de lantigène HBsPartenaires sexuels dun sujet infecté par le virus de lhépatite B ou porteur chronique de lantigène HBs Personnes détenues qui peuvent cumuler un certain nombre de facteurs dexposition au virus de lhépatite B.Personnes détenues qui peuvent cumuler un certain nombre de facteurs dexposition au virus de lhépatite B.

11 Rappels Pas de rappels si la vaccination a eu lieu avant 16 ansPas de rappels si la vaccination a eu lieu avant 16 ans Rappels tous les 5 ans si primo vaccination après 16 ansRappels tous les 5 ans si primo vaccination après 16 ans

12 Effets secondaires du vaccin 1994: notification dun certain nombre datteintes neurologiques démyélinisantes aiguës au décours de ladministration de vaccins contre lhépatite B.1994: notification dun certain nombre datteintes neurologiques démyélinisantes aiguës au décours de ladministration de vaccins contre lhépatite B. Treize études épidémiologiques dont trois chez lenfant ont été réalisées.Treize études épidémiologiques dont trois chez lenfant ont été réalisées. Aucune de ces études na montré un résultat statistiquement significatif en faveur dune association entre la vaccination contre le VHB et la survenue daffections démyélinisantes centrales, à lexception dune (Hernan M. et al. Neurology 2004 ; 63 : ). Cette étude mettait en évidence une association significative entre la vaccination contre le VHB et la survenue dune sclérose en plaques (SEP) chez des adultes de 18 ans et plus lorsque les vaccinations étaient réalisées dans les trois années précédant lapparition des premiers symptômes de SEP (odds ratio (OR) = 3,1; IC 95 % = [1,5 ; 6,3]).Aucune de ces études na montré un résultat statistiquement significatif en faveur dune association entre la vaccination contre le VHB et la survenue daffections démyélinisantes centrales, à lexception dune (Hernan M. et al. Neurology 2004 ; 63 : ). Cette étude mettait en évidence une association significative entre la vaccination contre le VHB et la survenue dune sclérose en plaques (SEP) chez des adultes de 18 ans et plus lorsque les vaccinations étaient réalisées dans les trois années précédant lapparition des premiers symptômes de SEP (odds ratio (OR) = 3,1; IC 95 % = [1,5 ; 6,3]).

13 Effets secondaires du vaccin Les études menées sur la cohorte neuro-pédiatrique française KIDSEP, composée denfants âgés de moins de 16 ans chez lesquels un épisode démyélinisant aigu du SNC a été diagnostiqué entre 1994 et 2003 nont pas confirmé le risque de récidive de SEP (Mikaeloff Y. et al. Brain 2007 Apr ; 130 (Pt4) : ) ni laugmentation de risque de SEP chez lenfant vacciné contre le VHB (Mikaeloff Y. et al. Arch Pediatr Adolesc Med Dec 2007 Les études menées sur la cohorte neuro-pédiatrique française KIDSEP, composée denfants âgés de moins de 16 ans chez lesquels un épisode démyélinisant aigu du SNC a été diagnostiqué entre 1994 et 2003 nont pas confirmé le risque de récidive de SEP (Mikaeloff Y. et al. Brain 2007 Apr ; 130 (Pt4) : ) ni laugmentation de risque de SEP chez lenfant vacciné contre le VHB (Mikaeloff Y. et al. Arch Pediatr Adolesc Med Dec 2007 Seule, une analyse très controversée, car présentant de nombreux biais, en sous-groupe d enfants ayant respecté le calendrier vaccinal fait apparaître un risque significativement augmenté de survenue dépisodes démyélinisants (OR = 1,74 ; IC95 % [1,03-2,95]) et de SEP (OR = 2,77; IC95% [1,23-6,24]) plus de trois ans après la vaccination chez les enfants vaccinés par Engerix B®.Seule, une analyse très controversée, car présentant de nombreux biais, en sous-groupe d enfants ayant respecté le calendrier vaccinal fait apparaître un risque significativement augmenté de survenue dépisodes démyélinisants (OR = 1,74 ; IC95 % [1,03-2,95]) et de SEP (OR = 2,77; IC95% [1,23-6,24]) plus de trois ans après la vaccination chez les enfants vaccinés par Engerix B®.


Télécharger ppt "Vaccination VHB. La politique de vaccination contre lhépatite B en France repose sur deux stratégies : - lidentification et la vaccination des personnes."

Présentations similaires


Annonces Google