La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 VACCINATION : REGARDS CROISES « Genèse dune recommandation vaccinale en France » Dr Rémi Gatard, pédiatre - EMF - 24 janvier 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 VACCINATION : REGARDS CROISES « Genèse dune recommandation vaccinale en France » Dr Rémi Gatard, pédiatre - EMF - 24 janvier 2012."— Transcription de la présentation:

1 1 VACCINATION : REGARDS CROISES « Genèse dune recommandation vaccinale en France » Dr Rémi Gatard, pédiatre - EMF - 24 janvier 2012

2 2 Position du problème : pourquoi vacciner (enfants)? PROTEGER contre des maladies infectieuses GRAVES (diphtérie, coqueluche, rougeole etc.) : PROTEGER contre des maladies infectieuses GRAVES (diphtérie, coqueluche, rougeole etc.) : EVITER la maladie (PREVENTION). Protection individuelle et collective (effet de « groupe »).. PREMUNIR contre des maladies GRAVES à lâge adulte (hépatite chronique active B ; HIV) PREMUNIR contre des maladies GRAVES à lâge adulte (hépatite chronique active B ; HIV) ou des CANCERS (HB, HPV) : vaccins « thérapeutiques » DIMINUER la circulation dagents pathogènes graves pour le fœtus (Rubéole). DIMINUER la circulation dagents pathogènes graves pour le fœtus (Rubéole). « droit à la santé pour tous et à la prévention » OMS.

3 3 + importance de quelques maladies évitables en France maladie Avant vaccin Incidence 2010 (source InVS) Diphtérie cas 4 en 2003 Tétanos cas décès Coqueluche décès 320 déclarés en 2009 par les bactériologistes Polio depuis 1990 Méningite Hib décès 48 Tuberculose décès 5278 en 2011 (5146 Fr Métropole) Rougeole >

4 4 La diphtérie en France Source : Déclaration obligatoire Taux dincidence de la diphtérie, France,

5 5 Le tétanos en France de 1946 à 1999 : incidence et mortalité Données Invs Sous déclaration

6 6 La poliomyélite antérieure aiguë en France de 1949 à 1998 Données Invs

7 7 Incidence des infections rubéoleuses durant la grossesse et des rubéoles congénitales en France Données Invs 8/3/01 Renarub / InVS

8 8 La Rougeole en France : Données Sentiweb 8/3/01

9 9 Rougeole Cas de rougeole par mois - Déclaration obligatoire, France, Janvier 2008 – Novembre 2011 (données provisoires pour novembre)

10 10 Rougeole Distribution géographique des cas déclarés entre le 1 er décembre 2010 et le 30 novembre 2011

11 11 Gravité maladie infectieuse Recommandation vaccinale Ministère de la santé (politique de santé publique) Europe OMS HCSP CTV Calendrier vaccinal BEH Promotion InVS Autres organismes de surveillance Commission Autorisation de mise sur le marché Commission Transparence Comité Economique du médicament

12 12 Gravité maladie infectieuse Recommandation vaccinale Ministère de la santé (politique de santé publique) Europe OMS HCSP CTV Calendrier vaccinal BEH InVS Autres organismes de surveillance Commission Autorisation de mise sur le marché Commission Transparence Comité Economique du médicament

13 13 Surveillance des maladies évitables par vaccination en France : Déclaration obligatoire (FJ, Choléra, méningocoque, polio, rage, tétanos, tuberculose, typhoïde etc.) Déclaration obligatoire (FJ, Choléra, méningocoque, polio, rage, tétanos, tuberculose, typhoïde etc.) Systèmes sentinelles (grippe, hépatite, rougeole, oreillons, varicelle etc.) Systèmes sentinelles (grippe, hépatite, rougeole, oreillons, varicelle etc.) Réseau des laboratoires Réseau des laboratoires Centres nationaux de référence Centres nationaux de référence Autres moyens. Lien avec réseaux européens de surveillance et ceux de lOMS Autres moyens. Lien avec réseaux européens de surveillance et ceux de lOMS

14 14 Réseau National de Santé Publique (RNSP) Créé en 1992 Créé en 1992 transformé en Institut de Veille Sanitaire (InVS) par la loi n° du 1er juillet 1998 transformé en Institut de Veille Sanitaire (InVS) par la loi n° du 1er juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à lhomme. relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à lhomme.

15 15 La veille sanitaire est une étape clé de lélaboration et de lévaluation des politiques de santé publique. Elle est une responsabilité partagée par lensemble des agences de sécurité sanitaire, en particulier : -lAgence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), -lAgence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) -lAgence française de sécurité sanitaire de lenvironnement(Afsse) avec lesquelles lInVS construit sa démarche dexpertise, de surveillance et dalerte.. L InVS

16 16 LInVS est en particulier chargé : – de détecter toute menace pour la santé publique (épidémiologie), den alerter les pouvoirs publics et de leur recommander toutes les mesures de maîtrise et de prévention de ces menaces ; – de rassembler, expertiser et valoriser les connaissances sur les risques sanitaires, leurs causes et leur évolution (formation des professionnels de santé) ; – de réaliser ou dappuyer toute action (enquête, étude, expertise…) susceptibles de contribuer aux missions de veille sanitaire et dinformation..

17 17 des recommandations, des guides méthodologiques, un rapport annuel qui comporte : -la synthèse des données de veille sanitaire, -lensemble des propositions de recommandations faites aux pouvoirs publics dans le cadre de sa mission. Toutes les publications de lInVS sont disponibles sur Internet (www.invs.sante.fr).www.invs.sante.fr Il organise également des auditions publiques sur des thèmes de santé publique.. L Invs propose :

18 18 Les réseaux locaux opérationnels et lInVS La mission de lInVS est relayée grâce aux 16 Cellules interrégionales dépidémiologie (Cire), au sein des actuelles ARS. La mission de lInVS est relayée grâce aux 16 Cellules interrégionales dépidémiologie (Cire), au sein des actuelles ARS. (circuits dalerte puis de gestion)

19 19 Gravité maladie infectieuse Recommandation Ministère de la santé (politique de santé publique) Europe OMS HCSP CTV Calendrier vaccinal BEH InVS Autres organismes de surveillance Commission Autorisation de mise sur le marché Commission Transparence Comité Economique du médicament

20 20 Infections invasives à méningocoques Taux de signalement des cas par departement, France, 52 dernières semaines jusqu'à la semaine 6 - Année : 2009 Source - InVS

21 21 Les recommandations vaccinales officielles servent à définir le cadre du remboursement (populations-cibles retenues, circonstances dexposition…). Recommandation ne signifie pas remboursement Une recommandation vaccinale : - qui vacciner ? - quand vacciner ? - comment vacciner ? - avec quel vaccin vacciner ?

22 22 Gravité maladie infectieuse Recommandation Ministère de la santé (politique de santé publique) Europe OMS HCSP CTV Calendrier vaccinal BEH InVS Autres organismes de surveillance Commission Autorisation de mise sur le marché Commission Transparence Comité Economique du médicament

23 Loi du 9 août 2004 (créant le Haut Conseil de la Santé Publique) « … la politique de vaccination est élaborée par le ministre chargé de la santé qui fixe les conditions dimmunisation, énonce les recommandations nécessaires et rend public le calendrier des vaccinations après avis du Haut Conseil de santé publique ». Le HCSP fonctionne par commissions : dont le CTV (Comité technique des vaccinations) commission spé maladies transmissibles, maladie des voyages, maladies chroniques, maladies denvironnement, maladies nosocomiales, prévention, éducation et promotion de la santé, évaluation, stratégies et perspectives.

24 24 Elaboration de la politique vaccinale Le CTV sappuie sur une expertise pluridisciplinaire : Le CTV sappuie sur une expertise pluridisciplinaire : –infectiologue, pédiatre, gériatre, immunologue, microbiologiste, épidémiologiste, médecin de santé publique, pharmaco- épidémiologiste, médecin généraliste, médecin du travail, économiste de la santé, sociologue.

25 25 missions du CTV missions du CTV – –veille scientifique sur les évolutions et les perspectives en matière de vaccins – –élaborer stratégie vaccinale selon : données épidémiologiques études bénéfice-risque individuel et collectif études médico-économiques relatives aux mesures envisagées – –proposer des adaptations en matière de recommandations et dobligations vaccinales pour la mise à jour du calendrier vaccinal.

26 26 Élaboration de la politique vaccinale – –Avancées techniques dans ce domaine – –Évolution des caractéristiques épidémiologiques des maladies en France et à létranger – –Recommandations internationales (OMS) – –Évaluation du rapport bénéfice-risque des vaccinations – –Organisation du système de soins et de prévention

27 27 Calendrier vaccinal Publié chaque année au Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) Incorporé au carnet de santé et au Vidal

28 28 Gravité maladie infectieuse Recommandation Ministère de la santé (politique de santé publique) Europe OMS HCSP CTV Calendrier vaccinal BEH InVS Autres organismes de surveillance Commission Autorisation de mise sur le marché Commission Transparence Comité Economique du médicament

29 29 –Commission dautorisation de mise sur le marché –Commission de transparence –Comité économique du médicament (fixation du prix) Autres instances concernées :

30 30 Diffusion des recommandations vaccinales Formalisées dans le calendrier vaccinal (publié au BO du ministère chargé de la santé) Diffusion par lINPES dans le cadre des campagnes de promotions de la vaccination Repris dans le BEH, la presse médicale, le bulletin du Conseil national de lordre des médecins, le dictionnaire des spécialités pharmaceutiques … Financées par le Fond national de prévention, déducation et dinformations pour la santé de la CNAMTS (Caisse Nationale Assurance Maladie Travailleurs Salariés)

31 31 Recommandations vaccinales pédiatriques

32 32 Recommandations vaccinales pédiatriques

33 33 Références bibliographiques


Télécharger ppt "1 VACCINATION : REGARDS CROISES « Genèse dune recommandation vaccinale en France » Dr Rémi Gatard, pédiatre - EMF - 24 janvier 2012."

Présentations similaires


Annonces Google