La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Direction Générale de la Santé Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale La surveillance de la rougeole en France - 28 février 2001.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Direction Générale de la Santé Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale La surveillance de la rougeole en France - 28 février 2001."— Transcription de la présentation:

1

2 Direction Générale de la Santé Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale La surveillance de la rougeole en France - 28 février 2001 La politique vaccinale vis à vis de la rougeole Dr Roberte MANIGAT

3 Direction Générale de la Santé La politique vaccinale L a mise sur le marché des vaccins et même en amont (au stade de développement) L es conditions dadministration et de prise en charge des vaccins (cibles, remboursement...) L a définition dun cadre L e suivi des effets indésirables (pharmacovigilance), de la mise en œuvre (couverture vaccinale), la réparation L évaluation et ladaptation

4 Direction Générale de la Santé Le Comité Technique des Vaccinations (CTV) [27/09/85] G roupe de travail permanent du Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France (CSHPF) [Arrêté du 12 novembre 1997] A vis soumis à la section des maladies transmissibles du CSHPF qui est obligatoirement consultée sur toutes les recommandations techniques en matière de vaccination (décret n° du 27 mars 1997)

5 Direction Générale de la Santé Les missions du CTV S uivre les évolutions et les perspectives en matière de vaccins É laborer la stratégie vaccinale en fonction des données épidémiologiques, d études sur le rapport bénéfice/risque et coût- efficacité des mesures envisagées P roposer les adaptations en matière de recommandations et d obligations vaccinales, ainsi que la mise à jour du calendrier vaccinal

6 Direction Générale de la Santé La composition du CTV M embres de droit : huit personnalités scientifiques désignées en fonction de leur compétence : 1 infectiologue, 1 pédiatre, 2 microbiologistes, 1 immunologiste, 1 médecin de santé publique, 1 économiste de la santé, 1 « vaccinologue » M embres à titre consultatif : trois directeurs Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFFaPS), Institut de Veille Sanitaire (InVS), Direction de la Sécurité Sociale (DSS)

7 Le fonctionnement du CTV (1) C oordination, animation et secrétariat assurés par le bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale de la Direction Générale de la Santé (DGS) U ne réunion tous les deux mois R évision en continu du calendrier vaccinal avec une édition annuelle P rogramme de travail adapté en fonction de l actualité

8 Direction Générale de la Santé Le fonctionnement du CTV (2) S ollicite d autres partenaires ou peut être sollicité par eux : experts d autres disciplines, de l administration... P eut entendre les laboratoires pharmaceutiques S aisine par l administration le plus souvent (DGS) ou les agences (AFSSaPS)

9 Direction Générale de la Santé Évolution de la politique vaccinale vis à vis de la rougeole : mise sur le marché du vaccin contre la rougeole : recommandation officielle de la vaccination contre la rougeole dans le calendrier vaccinal à partir de 12 mois en collectivité : 1ère dose à 9 mois + 2ème dose à 12 mois

10 Évolution (2) : introduction du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) dans le calendrier vaccinal ROR à mois (6 ans si non-vacciné) Oreillons à ans (garçons non-vaccinés n ayant pas eu la maladie) Rubéole à ans (filles en primo vaccination ou en revaccination) : modification du calendrier vaccinal Oreillons à ans pour filles et garçons

11 Direction Générale de la Santé Évolution (3) : introduction d une 2ème dose ROR à ans indépendamment des antécédents de vaccination ou de maladie indifféremment pour les garçons et les filles : abaissement de la 2ème dose ROR entre 3 et 6 ans entre 1 et 6 ans : deux doses après 6 ans : au moins une dose

12 Direction Générale de la Santé Deuxième dose ROR vise à P rotéger les enfants n ayant pas eu de séroconversion après la première dose (5 à 10%) P rotéger les enfants ayant échappé à la vaccination ou à la maladie R enforcer l immunité des enfants vaccinés dans la petite enfance

13 Direction Générale de la Santé Recommandations et obligations vaccinales O bligatoires : chez l enfant diphtérie tétanos poliomyélite BCG chez l adulte exposé diphtérie tétanos poliomyélite BCG typhoïde hépatite B Toutes les autres font l objet de recommandations

14 Direction Générale de la Santé Recommandations et obligations vaccinales Obligations Lois et décrets d application Contrôles, sanctions Indemnisation par l État en cas d accident Gratuité ou prise en charge à 65% Recommandations Aucune contrainte Pas de contrôle Recours devant juridiction civile Gratuité pour certaines ou prise en charge à 65%

15 Direction Générale de la Santé Publication et diffusion des recommandations L es outils le calendrier vaccinal le guide des vaccinations L es supports le bulletin officiel du Ministère de l Emploi et de la Solidarité (MES) le bulletin épidémiologique hebdomadaire le dictionnaire des spécialités pharmaceutiques (Vidal), le Guide National de Prescription (GNP), diverses revues...

16 Direction Générale de la Santé Diffusion (1) M ise en ligne sur le site Internet du Ministère de l Emploi et de la Solidarité (dossier vaccin) M ise en ligne sur le site Internet de l Institut de Veille Sanitaire (bulletin épidémiologique hebdomadaire [BEH])

17 Direction Générale de la Santé Diffusion (2) E nvois aux différents interlocuteurs par les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales (PMI, centres de vaccination…) E ncart dans diverses revues (Conseil de l Ordre des Médecins) et quotidiens médicaux (Quotidien du Médecin, Impact Médecin…)

18 Direction Générale de la Santé Promotion - Communication P ublication : bulletin officiel, BEH... P résentation dans des réunions professionnelles C onférence de presse I nternet C ampagnes d éducation pour la santé

19 Direction Générale de la Santé Promotion de la vaccination (source : documents CFES) L es partenaires : la Caisse Nationale d Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) le Comité Français d Éducation pour la Santé (CFES) l Agence de communication L es structures : le Comité de pilotage national : suit l élaboration stratégique et technique et valide les messages les Comités de pilotage locaux

20 Direction Générale de la Santé Principales stratégies de communication nationale pour la vaccination ROR campagne de grande envergure initiée par les pouvoirs publics, qui pour la première fois concerne une vaccination non- obligatoire M oyens utilisés : les cinq grands médias (télévision, radio, presse, cinéma, affichage) les actions « hors média » (diffusion de documents de prévention…)

21 Les axes de communication (1) de 1990 à 1994 O bjectif majeur : créer les conditions favorables à une généralisation de la vaccination triple (taux couverture vaccinale fixé par l Organisation Mondiale de la Santé [OMS] à 95%) A ffirmer la volonté de l État dans ce domaine de prévention C ibles : le grand public (mères de famille) et professionnels de santé

22 Direction Générale de la Santé Les axes de communication (2) E n 1995 et 1996 Information Responsabilisation Mobilisation S logan La vaccination un geste pour la vie Rougeole, Oreillons, Rubéole : un vaccin trois maladies de moins

23 Direction Générale de la Santé Les axes de communication (3) P lan triennal D eux grands axes stratégiques : informer sur les bénéfices individuels des vaccins par rapport aux risques liés à chacune des maladies mettre en valeur les bénéfices collectifs de la vaccination

24 Dispositif 1997 : quatre volets T rois volets concernaient le ROR information du grand public sur les risques liés aux trois maladies et à leurs complications promotion locale de la vaccination ROR à travers les sites pilotes CNAMTS/CFES information en direction des médecins pour accroître leurs connaissances scientifiques et leur permettre de répondre aux questions de leur patients L e quatrième concernait l hépatite B

25 Direction Générale de la Santé Dispositif 1998 M ené dans la continuité du précédent en mettant davantage l accent, pour la vaccination ROR, sur l information concernant les conséquences des maladies et l avancement de l âge d administration de la seconde dose

26 Direction Générale de la Santé Dispositif 1999 É lément phare : communication autour de la gratuité du vaccin ROR mise en place en septembre 1999 N ouveau statut du vaccin reconnu comme prioritaire A méliorer l accessibilité du vaccin pour les populations les plus modestes

27 Direction Générale de la Santé Évaluation des campagnes de communication É tudes qualitatives exploratoires (motivations, freins…) É tudes quantitatives, visent à quantifier P ré tests et Post tests réalisés pour les campagnes publicitaires

28 Perspectives D ifférentes pistes sont à l étude L es actions en cours seront maintenues et/ ou réorientées et nécessitent des efforts soutenus auxquels cette journée doit contribuer


Télécharger ppt "Direction Générale de la Santé Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale La surveillance de la rougeole en France - 28 février 2001."

Présentations similaires


Annonces Google