La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L art moderne Picasso / Sch ö nberg : Interf é rences entre peinture et musique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L art moderne Picasso / Sch ö nberg : Interf é rences entre peinture et musique."— Transcription de la présentation:

1 L art moderne Picasso / Sch ö nberg : Interf é rences entre peinture et musique

2 Plan 1.Quest-ce que lart moderne ? 2.Définition du cubisme et du dodécaphonisme sériel 3.Points communs dordre structurel entre les phases du cubisme et du dodécaphonisme sériel 4.Un exemple de personnage commun aux deux artistes : Pierrot 5.Picasso / Schönberg : des artistes polymorphes

3 Introduction Œuvre dart et Histoire «Toute œuvre dart est lenfant de son temps et, bien souvent, la mère de nos sentiments. A chaque ère culturelle naît un art qui lui est propre et qui ne saurait être répété ». Wassily Kandinsky, Du Spirituel dans lart et dans la peinture en particulier Wassily Kandinsky ( )

4 « Les œuvres darts enregistrent lhistoire avec plus dexactitude que les documents ». Theodor W. Adorno, Philosophie de la nouvelle musique Lœuvre dart reflète les réflexions conscientes et inconscientes du créateur. Elle reflète également, plus que tout autre production humaine, le fonctionnement psychique de lhomme dans un temps et un espace donnés, en tant que pensées individuelle et collective. « Sans doute existera-t-il un jour une science, que lon appellera la "science de lhomme", qui cherchera à pénétrer plus avant lhomme à travers lhomme-créateur… je pense souvent à cette science, et je tiens à laisser à la postérité une documentation aussi complète que possible… Voilà pourquoi je date tout ce que je fais ». Pablo Picasso

5 Arnold Schönberg Trois pièces pour piano opus 11, 1909, Première pièce, Mäßig. Wassily Kandinsky Mit dem schwarzen Bogen (Avec larc noir), 1912 Huile sur toile, 189 x 198 cm Centre Georges Pompidou, Paris

6 Lettre de Kandinsky à Schönberg du 18 janvier 1911 Le 2 janvier 1911, Kandinsky a assisté à un concert de Schönberg Cher Professeur ! Pardonnez-moi, je vous prie, si je vous écris sans avoir le plaisir de vous connaître personnellement. Je viens dassister à votre concert ici, et jai eu une réelle joie à lécouter. Vous ne me connaissez certainement pas, je veux dire mes travaux bien sûr, car jexpose très peu à Vienne, je nai exposé quune seule fois brièvement il y a quelques années (Sécession). Mais nos aspirations et notre façon de penser et de sentir ont tant en commun que je me permets de vous exprimer ma sympathie […]. Le destin spécifique, le cheminement autonome, la vie propre des voix individuelles dans vos compositions sont justement ce que moi aussi je recherche sous forme picturale […]. Je crois justement quon ne peut trouver notre harmonie daujourdhui par des voies "géométriques", mais au contraire, par lantigéométrique, lantilogique le plus absolu. Et cette voie est celle des "dissonances dans lart" – en peinture comme en musique. Et la dissonance picturale et musicale "daujourdhui" nest rien dautre que la consonance de demain. Jai été infiniment heureux de retrouver chez vous les mêmes pensées […]. Avec toute ma sympathie et ma sincère considération, Kandinsky

7 Maurice Ravel ( ) Concerto pour la main gauche ( ) dédié à Paul Wittgenstein Giorgio De Chirico ( ) Portrait prémonitoire de Guillaume Apollinaire, 1914 Huile sur toile 81,5 x 65 cm Centre Georges Pompidou, Paris La question de la Première Guerre Mondiale est commune à ces deux œuvres

8 Serge Prokofiev ( ) Concerto pour violon n°1 en ré majeur, Premier mouvement, Andantino – Andante Assai ( ) Henri Matisse ( ) Le violoniste à la fenêtre, 1918 Huile sur toile, 150 x 98 cm Paris, Musée National dArt moderne Comparaison dordre synesthésique (couleur / timbre) ou conceptuel (représentation de la musique)

9 Anton Webern ( ) Quatuor de Début Kazimir Malevitch ( ) Croix (noire), 1915 Huile sur toile, 80 x 80 cm Paris, Centre Georges Pompidou Comparaison dordre philosophique sur la question du néant dans lart (suprématisme)

10 John Cage ( ) Music for Marcel Duchamp, 1947 (pour piano préparé) Marcel Duchamp ( ) Nu descendant lescalier, 1912 Huile sur toile, 146 x 89 cm Philadelphia Museum of Art, The Louise and Walter Arensberg Collection Travail sur lhommage dun compositeur à un peintre

11 Lart moderne possède donc une pluralité de visages :ExpressionnismeSurréalismeSuprématismeCubismeFuturismeAbstractionEtc. Quels sont les point communs à toutes ces expressions artistiques ?

12 1.1. Quels sont les dénominateurs communs à toutes ces formes dart ? « Seul lart vraiment nouveau nous permet de mesurer pleinement lattaque contre la sensibilité consciente ». Anton Ehrenzweig, Lordre caché de lart a.Les questions de la beauté et de la mimésis Lart moderne soppose aux esthétiques platonicienne et kantienne Chez Kant ( ), dans la Critique de la faculté de juger (1790), la beauté est universelle et doit engendrer du plaisir

13 Peut-on dire si ce tableau est beau ? Avons-nous du plaisir à le regarder ? Cette musique est-elle agréable à nos oreilles ? Sommes-nous déroutés par ces œuvres ? Arnold Schönberg ( ) Litaneï, 3e mouvement du Quatuor à cordes n° 2 opus 10 Pablo Picasso ( ) Les Demoiselles dAvignon,1907 Huile sur toile, 243,9 x 233,7 cm New York, MoMA

14 « Comprendre la musique, cest tout simplement ne se sentir ni dérouté, ni agacé par elle ». Charles Rosen, Aux confins du sens Gauchissement de la sensibilité – provocation des artistes : le plaisir esthétique au sens kantien est rompu Lart doit dénoncer la vérité et ne plus susciter le plaisir des sens « Il faut réveiller les gens. Bouleverser leur façon didentifier les choses. Il faudrait créer des images inacceptables. Que les gens écument. Les forcer à comprendre quils vivent dans un drôle de monde. Un monde pas rassurant. Un monde pas comme ils croient ». Pablo Picasso La couleur, la forme, le timbre etc. sont porteurs à eux seuls dun langage et dune vérité intérieure Lart nest plus imitation

15 Pourtant cest sur le concept dimitation que se fondent les arts de la Grèce ancienne : République (livre X) de Platon ( av. JC) : Selon Platon, lart ne doit choisir quun seul point de vue de lobjet pour le représenter – ce qui soppose au cubisme Avec Hegel ( ), lœuvre dart doit être lexpression dune spiritualité. en fait, quand lart sen tient au but formel de limitation, il nous donne, à la place du réel et du vivant, que la caricature de la vie ». « […] en fait, quand lart sen tient au but formel de limitation, il nous donne, à la place du réel et du vivant, que la caricature de la vie ». Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Esthétique (tome I)

16 Pour Kandinsky, limitation a agi comme une contrainte indépassable dans lévolution de lart « Avec limpressionnisme, existe clairement pour la première fois le paradoxe dune figuration non-mimétique en peinture : tout se passe comme si la peinture prenait conscience delle même […] ». Pierre Sauvanet, Eléments desthétique Lart, au début du XX e siècle – et déjà à la fin du XIX e – séloigne du concept dimitation et propose de réfléchir sur les conditions de représentation. Il doit rendre visible le monde sensible

17 b. La vérité Vincent Van Gogh ( ) Les souliers, 1886, Huile sur toile, 37,5 x 45 cm Amsterdam, Musée Van Gogh « la beauté est un mode déclosion de la vérité ». Heidegger ( ) interroge ce tableaux et conclut que « la beauté est un mode déclosion de la vérité ». Martin Heidegger, Chemins qui mènent nulle part

18 « […] Seuls les peintres bornés dissimulent leur art sous la sincérité. Dans lart, il faut dire la vérité et non la sincérité ». Kazimir Malevitch, Du cubisme et du futurisme au suprématisme. Le nouveau réalisme pictural Kazimir Malevitch, Du cubisme et du futurisme au suprématisme. Le nouveau réalisme pictural « Lart ne reproduit pas le visible, il rend visible ». « Lart ne reproduit pas le visible, il rend visible ». « La vie imite lart bien plus que lart nimite la vie ». « La vie imite lart bien plus que lart nimite la vie ». Paul Klee, Théorie de lart moderne La défonctionnalisation de lart le conduit tout droit vers son autonomie et vers lexpression de lintériorité. La vérité se trouve dans lexpression de cette intériorité

19 1.2. La psychanalyse et lart moderne Linfluence freudienne sétend bien au-delà des recherches des surréalistes sur linterprétation des rêves Lart moderne illustre le scandale freudien : le « hors-temps » (J. Kristeva) Le hors-temps cest linconscient, instance régie par dautres lois temporelles que celles que nous percevons dans une réalité « objective » Picasso et Schönberg malmènent les concepts de temporalité et despace : en cela, ils sont particulièrement novateurs. Le cubisme et le dodécaphonisme sériel constituent à mon sens lemblème du scandale freudien – nous pourrions également voir que la construction des ces œuvres a beaucoup à voir avec celle du rêve Lœuvre dart moderne affiche linconscient atemporel

20 2. Définition du cubisme et du dodécaphonisme sériel Rapprocher Schönberg de Picasso est une hypothèse singulière Les œuvres de Picasso et de Schönberg dévoilent les traces du travail délaboration, accroissant ainsi leur force dexpression Schönberg et Picasso font disparaître la connaissance objective : désensibilisation du matériau, dissociation, fragmentation Il en résulte une négation de lapparence qui les renvoie au cœur du réel = lintériorité et linconscient Theodor W. Adorno (philosophe ), Anton Ehrenzweig (psychologue, professeur, ) et Daniel Henry Kahnweiler ( ) – dont Picasso a fait le portrait – ont mis en parallèle le cubisme et le dodécaphonisme

21 2.1. Le cubisme Le cubisme est sans conteste une révolution, le courant le plus novateur du premier quart du XX e siècle a.Quelques précurseurs « une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées » (Maurice Denis, 1890)A la fin du XIX e siècle, le tableau devient « une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées » (Maurice Denis, 1890) (« peindre les terribles passions humaines » dit-il)Les tableaux impressionnistes créent le premier scandale en 1874 : Monet brouille le contour des formes avec ses petites touches de couleurs pures et Van Gogh attribue aux couleurs une fonction psychologique (« peindre les terribles passions humaines » dit-il)


Télécharger ppt "L art moderne Picasso / Sch ö nberg : Interf é rences entre peinture et musique."

Présentations similaires


Annonces Google