La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mlle Anne Ducamp OR2S. OR2S : historique 1982 : la création de lORS (Observatoire régional de la santé) de Picardie 2005 : lévaluation (et 2006 la rationalisation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mlle Anne Ducamp OR2S. OR2S : historique 1982 : la création de lORS (Observatoire régional de la santé) de Picardie 2005 : lévaluation (et 2006 la rationalisation."— Transcription de la présentation:

1 Mlle Anne Ducamp OR2S

2 OR2S : historique 1982 : la création de lORS (Observatoire régional de la santé) de Picardie 2005 : lévaluation (et 2006 la rationalisation OR2S) Suite à une évaluation dans le cadre du CPER réalisée par une société de consulting, demande du conseil régional et de la préfecture de région de regrouper lORS et lOSP.

3 OR2S : Missions Améliorer la connaissance dans le domaine sanitaire et social de la population au plan régional et infra-régional : - en rassemblant et analysant les données existantes détenues par les différents organismes sanitaires et sociaux et en effectuant lanalyse critique de celles-ci, notamment de leur validité, - en conseillant les promoteurs locaux denquêtes dans la définition des protocoles et en réalisant les enquêtes, - en valorisant et en diffusant linformation sous une forme accessible aux différents partenaires (décideurs, professionnels de santé et du secteur social, usagers), notamment en participant à des actions de formations, - en contribuant à la mise en œuvre de programmes nationaux ou inter- régionaux définis par la Fnors.

4 OR2S : Destinataires Instances régionales et infra-régionales (chargées des décisions en matière de politique sanitaire et sociale) Professionnels de santé et du secteur social De manière plus large, la population des trois départements.

5 OR2S : Léquipe - 1 directeur, Statisticien-démographe - 1 directeur-adjoint, sociologue - 1 médecin - 5 statisticien(e)s - 2 informaticiens - 2 démographes - 1 sociologue - 1 psychologue - 1 responsable administrative - 1 employée de documentation - 1 secrétaire En plus : 1 interne de santé publique, des stagiaires

6 OR2S : Le Financement Les financeurs réguliers sont lÉtat (ARS) et le Conseil régional Puis, selon les actions, dautres financeurs interviennent : - la Fnors pour les travaux transitant par elle, - lEurope (Feder) : pour le Tableau de bord transfrontalier de santé ou létude SantAisne, - les Conseils généraux (Aisne, Oise), - le CHU pour des programmes de recherche, - Add-Grog pour le réseau de surveillance de la grippe.

7 Ladjectif public signifie : - d'État, qui est sous contrôle de l'État, qui appartient à l'État, qui dépend de l'État, géré par l'État ; - qui concerne tout un peuple, l'ensemble de la population ; - qui est connu, notoire. " santé " + " publique " : problématique de la santé au niveau de la collectivité et de ladministration dun pays. "La santé est également un phénomène social, ou plutôt collectif par opposition à individuel, elle est laffaire de chacun, mais la somme des états de santé des individus constitue un phénomène global. La santé publique … représente très précisément la démarche consistant à prendre en charge cette dimension collective […]" - François Girard, directeur général de la santé en France de 1986 à 1997

8 Renforcement de léchelon géographique régional dans lélaboration de la politique de santé Importance du point de vue localisé pour connaître les forces et faiblesses de chaque pays et établir des priorités de santé au plus proche des besoins (pays => EPCI) Mettre en regard les données sanitaires et sociales, les données économiques et les problèmes de santé

9

10 Quand la connaissance des indicateurs sanitaires et sociaux territorialisés intervient dans lélaboration des choix de la politique régionale de santé Loi « Hôpital Patients Santé Territoires » (HPSP) du 21 juillet 2009 : création des Agences régionales de santé ARS, ouvertes début avril 2010 Mission : mettre en place la politique de santé dans la région. Elle est compétente sur le champ de la santé dans sa globalité, de la prévention aux soins, à laccompagnement médico-social. Son organisation sappuie sur un projet de santé élaboré en concertation avec lensemble des professionnels et des usagers, dans un souci defficacité et de transparence.

11 Le niveau des Territoires de santé est lespace de la consultation et de la concertation : il est le périmètre dorganisation de la conférence de territoire Le niveau qui garantit une cohérence globale du Projet Régional de Santé : il donne une dimension territoriale aux orientations données dans le Plan Stratégique Régional de Santé et dans les différents schémas dorganisation Le territoire dans lequel sintègrent des territoires de proximité : - qui déclinent les actions à mettre en œuvre dans chaque domaine (prévention, ambulatoire, hospitalier et médico-social) - qui organisent les services et les ressources de proximité - qui garantissent un service accessible à lensemble de la population Le Territoire de Santé

12 Des diagnostics de santé avec comme objectifs daméliorer la connaissance de la situation socio-sanitaire par les acteurs (élus, professionnels, population) de recenser les ressources locales (professionnels, associations, équipements…) qui sont susceptibles dêtre mobilisées pour la mise en œuvre des actions de générer un consensus autour de ces constats de déterminer quels problèmes doivent être traités en priorité de repérer les facteurs qui peuvent être favorables à laction ou qui, à linverse, risquent de constituer des freins de mobiliser les acteurs en vue dun travail commun vers une programmation dactions locales

13 Constitution dune base de données organisée : autour des 89 EPCI* et 112 cantons** autour de 7 grandes thématiques : - attractivité - offre de soins - état de santé - prévention - dépenses et consommations - population et conditions de vie - évolution * Établissements publics de coopération intercommunale** Cantons plus Méthodologie

14 Territoires de santé… mais aussi territoires de proximité Adapter les territoires aux besoins de la population et non linverse => basée sur une méthode ascendante, qui prend en compte les spécificités et les comportements de la population Outils statistiques : analyse factorielle et classification ascendante hiérarchique Méthodologie

15 Territoire Oise Est habitants Territoire Somme habitants Territoire Aisne Nord - Haute-Somme habitants Territoire Aisne Sud habitants Territoire Oise Ouest habitants Territoires de santé HPST arrêtés par lARS de Picardie

16 Territoire de santé Somme Densité élevée de professionnels de santé, notamment de généralistes, Taux dALD moindre, Davantage de dépistage organisé du cancer du sein, Dépenses de santé élevées, Population plus âgée, Situation sociale plutôt défavorable. Territoire Aisne Nord - Haute-Somme Densité dinfirmiers plus importante, État de santé et évolution défavorables, Situation sociale défavorable, Moins de dépistage organisé du cancer du sein Dépenses de santé élevées, Population âgée plus importante, Diminution de la population entre 1999 et 2006.

17 Territoire Aisne Sud Attractivité extra-régionale importante (Reims et Seine-et-Marne) Temps daccès aux établissements de santé plus importants, Dépistage organisé du cancer du sein plus important, Population plus âgée, État de santé et situation sociale comparables à ceux du niveau régional. Territoire Oise Est Population relativement proche des établissements de santé, Mortalité plus faible, Dépistage organisé du cancer du sein et dépenses de santé plus faibles, Situation sociale plutôt favorable, Part de personnes âgées plus faible. Territoire Oise Ouest Attractivité extra-régionale importante (Île-de-France), Faibles densités de professionnels de santé, Sous-mortalité et taux dALD plus importants, Situation sociale plutôt favorable, Part de personnes âgées plus faible.

18 Fournir aux membres de chacune des conférences de territoires une base de discussion pour la construction du projet régional santé : livret territorial pour chacun des 5 territoires Il présente des indicateurs dans les domaines suivants : - Démographie - Offre de soins - Offre médico-sociale - État de santé - Prévention - Conditions de vie

19 Des illustrations par… cartographies histogrammes courbes tableaux Pyramide des âges

20 Demande du Conseil régional

21

22 Données générales : démographie, social, économie Etat de santé : données générales de santé, tumeurs, maladies de lappareil circulatoire, affections psychiatriques graves, causes externes, autres causes, vaccinations Offre de soins et de services : professionnels de santé, consommation de soins, établissements de soins, permanence des soins, dépistage, aides aux personnes âgées, maisons de retraite Structures de prévention : acteurs recensés, actions réalisées, populations ciblées Synthèse des points positifs, négatifs et des points ni positifs ni négatifs du pays et des EPCI

23 Carte des EPCI du pays concerné avec description des aires urbaines du pays Editorial signé du président du Conseil régional Introduction du président de lOR2S Sommaire

24 Indicateurs avec graphiques/cartes et texte, Tableaux des indicateurs par EPCI

25 Des graphiques avec les valeurs min et max pour les 18 pays Des tableau de données présentant les résultats pour les EPCI, le regroupement des trois communautés de communes, le pays, le département, la France (notion de significativité)

26 Points proportionnels au nombre de professionnels (rouge, médecins dans le pays ; vert : médecins en dehors du pays), professionnels des communes limitrophes au pays, principales villes notées sur la carte, noms des EPCI encadrés

27 Points positifs, négatifs et ni positif ni négatif du pays et des EPCI Et des annexes

28 Forums territoriaux de santé Présentation du diagnostic Appropriation*Propositions, solutions Conseil régional (élus) Orientation des politiques de santé / prévention * Par les professionnels de santé, élus locaux, travailleurs sociaux, acteurs de terrain… Ateliers thématiques

29 2009 Thiérache : 21 novembre 2008 Trois Vallées : 17 mars 2009 Clermontois – Plateau Picard : 7 avril 2009 Soissonnais : 8 septembre 2009 Compiégnois : 29 septembre 2009 Saint-Quentinois : 1 er octobre 2009 Trait Vert – Santerre Initiatives : 27 octobre 2009 Grand Creillois : 17 novembre 2009 Sud de lAisne : 20 novembre 2009 Santerre – Haute Somme : 3 décembre Sources et Vallées : 10 février 2010 Grand Beauvaisis : 11 octobre 2010

30 2010 Grand Laonnois Chaunois 2011 Thelle Vexin Sablons ; Sud de lOise ; À venir : Vallées Bresle et Yères ; Grand Amiénois Forum global

31 PopulationsPathologiesOrganisation Santé des jeunes (prévention, conduites addictives, politique de santé dans linsertion professionnelle) Cancers : prévention et dépistage Offre et permanence de soins (organisation des urgences, hôpital et médecine de ville) Personnes âgées (maintien à domicile, accompagnement dans leur projet de vie) Conduites addictives Mère-enfant Éducation à la santé et prévention des maladies cardio vasculaires Problématiques de santé des ans

32 Pays du Compiégnois - Création de maisons médicales de garde accolée aux urgences de lhôpital. Avec pour objectif léduction du patient : appeler le 15 en priorité. - Développer la téléradiologie pour les petits centres durgence éloignés - Développer les maisons de santé pluridisciplinaires : nécessité dun projet de santé, cohérence sur le territoire, place des infirmières sans subordination - Développer maillage pour les mammographies - Attirer les jeunes médecins : bon accueil des étudiants, compagnonnage, bourse, fin du concours national classant (vers un régional) Pays du Trait Vert – Santerre Initiatives (Roye – Montdidier) -Dépistage : déficit de communication, méconnaissance de la population de loffre. Lister les vecteurs de communication (bulletins municipaux, radios locales…), avoir liste de personnes ressources. Former les médecins en santé publique. Faire se rencontrer les associations / regrouper certaines. - Développement de la prévention via lEducation nationale - Tenir informer les personnes de leurs droits (exonération ticket modérateur ALD) - Déficit médecins : arrêter de dénigrer la Picardie. Augmenter le numerus clausus. Faire des densités par ETP (au lieu du nb physique de médecins) Propositions

33

34 58 aires 58 plaquettes de 12 pages Données sanitaires et sociales (même type que les pays) À destination des médecins généralistes libéraux Partenaire : Urcam

35 La création des aires de santé repose sur les informations disponibles concernant loffre de soins et de santé au niveau des communes ou des cantons. Lanalyse a reposé, dans un premier temps, sur la comparaison des profils de recours sanitaires au niveau des cantons picards et, dans un second temps, dans le regroupement des cantons présentant des profils comparables. => 58 aires

36 Double intérêt : - Offrir aux décideurs régionaux et locaux des informations concernant la situation socio-sanitaire de certaines zones géographiques pour lesquelles il est urgent dagir - Apporter à chaque professionnel de santé une information afin de susciter des dynamiques locales, contribuant ainsi à la politique de santé publique régionale.

37 Classe 1 (aires en situation la plus précaire de Picardie) : revenu moyen plus faible, mortalité plus élevée, consommation de médicaments plus importante (anxiolytiques, anti-asthmatiques, anti- dépresseurs, neuroleptiques), pourcentage de vaccinations plus faible. De plus, la proportion de personnes de 75 ans et plus y est plus importante. Classe 2 : aires urbaines où les taux de RMI, de mères mineures, de mortalité (notamment prématurée) sont les plus élevés. La consommation de médicaments y est plus importante (anxiolytiques, psychotropes, anti- dépresseurs, neuroleptiques). La part de personnes de moins de 25 ans y est plus faible. Classe 3 : aires urbaines où le taux dhospitalisation en et le taux de RMI sont les plus élevés. Le pourcentage de 65 ans et plus vaccinés contre la grippe est plus faible. Classe 4 : aires en situation moyenne où sont observés un pourcentage de personnes de 65 ans et plus vaccinées contre la grippe plus élevé, une consommation de médicaments (anxiolytiques, psychotropes, anti-dépresseurs) plus faible, un taux de RMI et une densité de médecins (généralistes et de manière moindre spécialistes) moins importants. Classe 5 : aires en situation plus favorisée où lon observe un revenu moyen plus élevé, une espérance de vie plus élevée, une mortalité (notamment prématurée) plus faible. Le taux de RMI et la consommation de médicaments (psychotropes, neuroleptiques, anti-asthmatiques, anxiolytiques, anti- dépresseurs) y sont plus faibles. La part de personnes de moins de 25 ans y est plus importante. Cf. orme4.pdf

38 Evaluation - sur 4 aires (Abbeville, Compiègne, Marle, Ribemont) médecins interrogés - entretien dévaluation du document Objectif : Recueillir les remarques, notamment pour mesurer lécart entre les informations statistiques publiées et leur représentation de létat sanitaire et social de la population de leur territoire. Résultats : 9 sur 10 ayant reçu et lu le document le juge intéressant 3 sur 4 jugent les informations en adéquation avec leur perception de létat sanitaire et social de leur environnement 2 sur 5 affirment que le document constitue une aide dans leur pratique quotidienne (notamment prévention, connaissance morbidité)


Télécharger ppt "Mlle Anne Ducamp OR2S. OR2S : historique 1982 : la création de lORS (Observatoire régional de la santé) de Picardie 2005 : lévaluation (et 2006 la rationalisation."

Présentations similaires


Annonces Google