La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La surveillance épidémiologique des cancers en France : rôle des registres au sein du dispositif Docteur Laurence Chérié-Challine Coordonnateur du Programme.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La surveillance épidémiologique des cancers en France : rôle des registres au sein du dispositif Docteur Laurence Chérié-Challine Coordonnateur du Programme."— Transcription de la présentation:

1 La surveillance épidémiologique des cancers en France : rôle des registres au sein du dispositif Docteur Laurence Chérié-Challine Coordonnateur du Programme de surveillance des cancers Institut de Veille Sanitaire

2 Estimer la fréquence (nombre de nouveaux cas ou « incidence ») et la gravité des différents cancers Suivre leurs tendances temporelles et spatiales Décrire les malades en termes démographiques et de facteurs de risque Déclencher les alertes sanitaires La surveillance épidémiologique des cancers pour :

3 Surveillance mondiale des cancers en 2000 Registres nationaux Registres régionaux et données nationales de mortalité Registres régionaux seuls Données de fréquence Absence de données sur le cancer Source OMS Globocan 2000

4 En France : un réseau de surveillance des cancers animé par l'InVS (www.invs.sante.fr)

5 LInstitut de Veille Sanitaire Etablissement public à caractère administratif (EPA) Création par la loi du 1er juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à lhomme Mission : Surveillance et observation de létat de santé de la population dans une perspective … dalerte et dappui à lintervention urgente daide à la conduite des politiques de prévention et de prise en charge (pilotage, évaluation)

6 LInstitut de Veille Sanitaire, son organisation Une structure nationale technique de coordination des missions de veille sanitaire Des relais régionaux : 16 cellules interrégionales dépidémiologie = « Cire » Un réseau de réseaux : Services déconcentrés de lEtat Organismes dexpertise et de recherche Professionnels de santé ….

7 Calvados Côte-dOr Saône et Loire Finistère Manche Tarn Hérault Isère Doubs Bas -Rhin Somme Loire Atlantique Vendée Haut- Rhin Registres des cancers en France métropolitaine : Situation en Registres nationaux pour les cancers de l'enfant R général R Spécialisé Marne et Ardennes

8 3 registres hors métropole Martinique (qualifié depuis 1987) Nouvelle Calédonie (qualifié depuis 1998) Polynésie française (qualifié en )

9 Fonctionnement des registres : collecte active de données nominatives REGISTRE A.C.P. C.R.L.C.C. Hôpitaux généraux Cépi-DC Cliniques Caisses dassurance maladie C.H.U. méd.libéraux La fiabilité, la recherche et la précision des données des registres reposent sur le croisement des sources validation active et permanente des cas par enquêteurs / exhaustivité

10 Registres du cancer et données dincidence Incidence observée pour tous les cancers par sexe et âge, par année pour différents niveaux géographiques Dans les départements couverts par les registres généraux : années 1975 à 2000 Pour lenfant, sur tout le territoire Cancers « du sang » (années 1990 à 2003) Autres cancers (depuis 2000) Incidence estimée pour tous les cancers (hors enfants) par modélisation pour la production de données nationales, régionales

11 Estimations dincidence nationale 4 rapports portant sur les périodes (Benhamou; 1987) (Inserm, registres; 1992) (DGS-registres, Ménégoz et Chérié-Challine; 1998) ( HCL-registres-Inserm-InVS, Remontet et al; 2003 ) Méthode destimation : « modèle âge-cohorte » pour un sexe, un âge, une cohorte donnée (i) : incidence F,i = mortalité F,i x ( incidence i / mortalité i ) EstimationsCouverture Zone géographique incidence nationale avec Incidence et mortalité nationales observées simultanément = départements à registre

12 Incidence estimée en France en 2000 : nouveaux cas de cancers HOMMES (58%) prostate poumon VADS colo-rect FEMMES (42 %) sein colo-rect corps uter poumon ovaire col uter

13 Evolution du nombre annuel de nouveaux cas de cancers en France entre 1980 et Evolution Hommes % Femmes % Total % HOMMES : 66% = 13% (nombre dindividus) + 16% (vieillissement) + 37% (risque) FEMMES : 60% = 11% (nombre dindividus) + 14% (vieillissement) + 35% (risque)

14

15

16 Exemple de collaborations sur les cancers thyroïdiens, coordonnées par lInVS 1.Description de lincidence par les registres (rapport InVS 2001) Incidence faible (F : 7,5/ , H:2,2/ ) Augmentation annuelle entre 1978 et 2000 (F:+4.8%, H:+2.9%) Augmentation des petits cancers de découverte fortuite : 5% en % en 2000 (données registre Marne/Ardennes) Augmentation la plus importante dans les départements les moins exposés par les retombées de laccident de Tchernobyl Augmentation surtout chez les femmes jeunes (effet comportement individuel ?) résultats épidémiologiques ne vont pas dans le sens dun effet Tchernobyl

17 Exemple des travaux sur les cancers thyroïdiens en France coordonnés par lInVS 2. Travaux avec les cliniciens et lInserm pour comprendre laugmentation de lincidence des cancers thyroidiens (rapport InVS 2003) effet de lévolution des pratiques de prise en charge des pathologies thyroidiennes bénignes (diagnostiques, chirurgicales, anatomo-pathologiques) ? 3. Lancement avec lINSERM détudes pour mieux comprendre les facteurs de risque des cancers thyroidiens conclusion finale attendue de ces travaux à partir de fin 2007

18 Effet des pratiques de prise en charge des pathologies bénignes de la thyroide sur laugmentation de lincidence des cancers thyroidiens : résultats des études

19 Lien entre les pratiques médicales et chirurgicales et laugmentation des cancers thyroidiens Etude des pratiques médicales Association significative entre la fréquence du cancer et la réalisation de la cytoponction (RR=4,4[1,1-16,0]) Etude des pratiques chirurgicales Association significative entre létendue de la chirurgie (exérèse totale ou partielle de la thyroide) et la découverte fortuite dun cancer (OR=3,8 [1,5-9,7])

20 Les limites du système de surveillance actuel basé sur les registres dans les zones non couvertes … 1 - La surveillance spatio-temporelle en routine des cas incidents de cancers en lien avec une exposition environnementale faisant lobjet de programmes de dépistage généralisés 2 - La réponse à une alerte ou le déclenchement dune alerte 3 - Le repérage de cas pour la réalisation détudes épidémiologiques

21 Une surveillance renforcée dans le cadre du plan cancer gouvernemental Plan de mobilisation quinquennal ( ) lancé par le chef de lEtat Décliné en 70 mesures / 6 chapitres : 1.Prévention dont la surveillance 2.Dépistage 3.Soins 4.Accompagnement social 5.Formation 6.Recherche

22 Les 3 premières mesures du plan pour « mieux connaître lévolution de la maladie » 1.«Soutien des registres et développement du système national de lInVS» 2.«Développement par lInVS des analyses régionales et assistance aux politiques régionales de santé» 3.«Développement dun partenariat entre lInVS et le Centre International de Recherche sur le Cancer pour mener des actions-programme internationales»

23 Mais aussi… « Renforcer la lutte contre les cancers professionnels » (mesure 13) « Renforcer la lutte contre les cancers environnementaux » (mesure 14)

24 1 - Une décision politique de renforcer les registres de cancers … Plan de soutien financier aux 20 registres qualifiés (budget de fonctionnement alloué en 2004 : 2,7 Meuros dont 86,2% financés par lInVS, 13,8% par lInserm) Extension de la couverture nationale par les registres pour améliorer la représentativité « création de 3 nouveaux registres urbains dans le Nord, en Aquitaine et en Ile de France »

25 Plan cancer gouvernemental : projets de création de registre en Registres nationaux pour les cancers de l'enfant R général R Spécialisé Gironde Ile de France Nord R général plan cancer

26 Registres des cancers (situation en 2006 ?) et centrales nucléaires + Registres nationaux pour les cancers de l'enfant R général R Spécialisé Leblayais Chooz Projet création R général plan cancer Gravelines Cattenom Fessenheim Bugey St Alban Cruas Creys Malville Tricastin MarcouleGolfech Penly Palluel Flamanville Monts DArrée Civeaux Chinon St Laurent Dampierre Belleville Nogent S/Seine

27 Registres des cancers (situation en 2006 ?) et centrales nucléaires + Registres nationaux pour les cancers de l'enfant R général R Spécialisé Leblayais Chooz Projet création R général plan cancer Gravelines Cattenom Fessenheim Bugey St Alban Cruas Creys Malville Tricastin MarcouleGolfech Penly Palluel Flamanville Monts DArrée Civeaux Chinon St Laurent Dampierre Belleville Nogent S/Seine

28 2 - Une décision politique de « développer le système de surveillance épidémiologique nationale de lInVS » pour compléter le système actuel reposant sur les registres dans les départements couverts …

29 Le système multi-sources de surveillance nationale des cancers « de lInVS »… Multi-partenariats : InVS, Anatomo-cyto-pathologistes, DIM des hôpitaux, Assurance Maladie… Multi-sources : 2 existantes PMSI, ALD30, 1 à créer (données danatomo-pathologie) Multi-objectifs : veille sanitaire, analyse des pratiques, facilitation de la recherche… Limité à certains cancers justifiant une surveillance nationale (risques environnementaux,dépistage) Un projet

30 Une phase test indispensable avant application à dautres cancers Test du système pour les cancers thyroïdiens dans 2 zones pilotes (2005, 2006) Nord-Pas-de Calais Ile de France puis extension progressive par région (2007) Autres cancers hiérarchisation des priorités (2005) Application aux cancers prioritaires (à partir de 2007)

31 Registres du Cancer couverture partielle Laboratoiresdanatomie-pathologique Le multi-sources articulé avec les registres Hôpitaux Base nationale données PMSI Base nationale données ALD30 (SNIR-AM) Caisses Assurance maladie - de données individuelles - anonymes -Croisées (identifiant patient) Système multisource (InVS) Programme travail pluri-annuel Étalonnage Base nationale données ACP (à construire)


Télécharger ppt "La surveillance épidémiologique des cancers en France : rôle des registres au sein du dispositif Docteur Laurence Chérié-Challine Coordonnateur du Programme."

Présentations similaires


Annonces Google