La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Changements institutionnels, crises et analyse des transformations du système capitaliste : la théorie de la régulation Références : Robert Boyer, 1987,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Changements institutionnels, crises et analyse des transformations du système capitaliste : la théorie de la régulation Références : Robert Boyer, 1987,"— Transcription de la présentation:

1 Changements institutionnels, crises et analyse des transformations du système capitaliste : la théorie de la régulation Références : Robert Boyer, 1987, La théorie de la régulation : une analyse critique, La Découverte, Paris. Robert Boyer, 2004, Théorie de la régulation. Les fondamentaux, La Découverte, coll. Repères, Paris. Robert Boyer et Yves Saillard (coord.), 2002, La Théorie de la Régulation : létat des savoirs, La Découverte, Paris. Réédition actualisée Site de lassociation Recherche & Régulation : Site de Robert Boyer etc.

2 I- Les origines de la TR La régulation comme hétérodoxie : alternative aux échecs de lorthodoxie ? Crises et théories économiques : renouvellement et tâtonnement Années 70 : orthodoxie keynésienne et Etat régulateur Années 80 : remise en cause du rôle de lEtat (Monétarisme, Economie de loffre – Laffer, etc.) Durée de la « crise » remet en cause son statut conjoncturel (écart au modèle idéal)

3 Travail fondateur : 1976, M. Aglietta, Régulation et crises du capitalisme : crise du fordisme liée à une norme de consommation et un rapport salarial particuliers, monnaie et crédit et concurrence oligopolistique Suivent de nombreux travaux sur dautres pays au cours des années 70 et 80. Cf Boyer 2004

4 Une filiation marxiste par la conception du capitalisme (accumulation, échange marchand et rapport salarial) mais une analyse des transformations du capitalisme (rejet de la loi tendancielle) Une approche partiellement systémique par la vision holiste et complexe des systèmes économiques mais une analyse dabord institutionnelle des conflits et des compromis « fils rebelles dAlthusser et de Massé » (Lipietz, 1994) On pourrait ajouter une grande proximité à Bourdieu dans la méthode, les problématiques et « la vision du monde » : un structuralisme constructiviste ou génétique

5 Lobjet de lanalyse Analyser avec les mêmes outils la reproduction/accumulation du capital comme sa crise Comment un système traversé de contradictions parvient-il à se reproduire? Réponse : rôle des institutions et de leurs transformations

6 Fondements de lanalyse de la TR : Les rapports sociaux fondamentaux (rapport monétaire, rapport marchand et rapport capital/travail) prennent des formes historiques particulières appelées formes institutionnelles qui engendrent des configurations sociales et façonnent des régularités dans laccumulation Ces rapports sont historiquement construits par les conflits Doù : -Rejet de la notion doptimalité -il existe des arrangements institutionnels différents selon les périodes -vision structurelle des réformes, analyse de LT Économie standard : les institutions comme optimum de second rang ou écart entre le monde réel et le modèle théorique TR : les formes institutionnelles au cœur du système économique et comme « compromis institutionnalisé » et « codification des rapports sociaux fondamentaux »

7 Les 7 questions de la TR selon R. Boyer (2004) : Quelles sont les institutions de base nécessaires et suffisantes à létablissement dune économie capitaliste ? A quelles conditions une configuration de ces institutions engendre-t-elle un processus dajustement économique doté dune certaine stabilité ? Comment expliquer le renouvellement périodique de crises au sein de régimes ayant connu le succès ? Sous limpact de quelles forces les institutions du capitalisme se transforment-elle (efficacité ou compromis) ? Pourquoi les crises du capitalisme ne se répètent-elles pas à lidentique ? Quels outils pour analyser la viabilité du capitalisme ? Peut-on analyser simultanément un mode de régulation et ses conditions de crise ?

8 II – Les concepts et outils analytiques de la TR A. Les notions de base 1) Les modes de production « désignent toute forme spécifique de rapports de production et déchange, cest-à-dire des relations sociales régissant la production et la reproduction des conditions matérielles requises pour la vie des hommes en société » (Boyer, 1987) Le mode de production capitaliste caractérisé par : -Un rapport déchange marchand et contrainte monétaire -Un rapport salarial (séparation des producteurs directs de leur moyen de production) Dautres modes de production possibles (soviétique, féodal...) Mais analyse centrée sur le mode de production capitaliste : quelles formes prend laccumulation ?

9 2) Le régime daccumulation « ensemble de régularités assurant une progression générale et relativement cohérente de laccumulation du capital, cest-à-dire permettant de résorber ou détaler dans le temps les distorsions et déséquilibres qui naissent en permanence du processus lui-même » (Boyer, 1987) 5 régularités définissent ces régimes : -Organisation de la production et rapport salarial -Horizon temporel de la valorisation du capital (principes de gestion) -Partage de la valeur et des gains de productivité entre les classes ou groupes sociaux -Composition de la demande sociale -Modalités darticulation aux modes non capitalistes On peut résumer le RA à : -un régime de productivité : Demande +rapport salarial =>productivité -et un régime de demande : Partage des gains productivité => demande On pourrait ajouter la source principale et lobjet principal de laccumulation : intensif vs extensif; capital fixe ou financier etc… Lobjet de la TR : expliquer lorigine et la transformation de ces régularités. Cette dynamique sexprime au sein de lespace de définition des formes institutionnelles, càd le plus souvent l'Etat-Nation

10 3) Les formes institutionnelles Elles sont lexpression du mode de production : « toute codification dun ou plusieurs rapports sociaux fondamentaux » (Boyer, 1987) Les 5 formes institutionnelles fondamentales : -Régime monétaire : ajustement des déficits et excédents des sujets marchands; définition des taux dintérêt; acceptation de lunité de compte et unification des différents sujets autour dun signe monétaire; politique monétaire -Rapport salarial : cinq composantes du rapport capital travail (moyens de production, division du travail, mobilisation des salariés, détermination du revenu salarial, modes de vie/normes de consommation) -Formes de la concurrence : ensemble des règles qui organisent les relations entre centres daccumulation fractionnés/firmes. Deux cas polaires (concurrentiels vs monopolistes), mais en réalité une pluralité de situations -Modalités d'adhésion au régime international : lensemble des modalités qui organisent les échanges, la mobilité des facteurs, le financement, le rôle des institutions inter/supranationales entre lEtat-Nation et le RDM -Etat : ensemble de compromis institutionnalisés qui créent des règles sur dépenses et recettes publiques (droit et règlements, formes dintervention etc) Rq : évolution sur le statut relatif de ces formes ( ). Certains voudraient y ajouter la protection sociale (Théret, 1999) et le rapport à lenvironnement (Rousseau, 2003)

11 4) Le mode de régulation « tout ensemble de procédures et de comportements, individuels ou collectifs, qui a la propriété de -Reproduire les rapports sociaux fondamentaux à travers la conjonction de formes institutionnelles historiquement déterminées -Soutenir et piloter le régime daccumulation en vigueur -Assurer la compatibilité dun ensemble de décisions décentralisées sans que soit nécessaire lintériorisation par chaque agent des principes de lajustement de lensemble du système » (Boyer, 1987) Le mode de régulation correspond donc aux modalités de fonctionnement et dajustement du système en refusant la dichotomie économie pure / rapports sociaux La régulation opère au travers des formes institutionnelles par : -Lois et règlements -Etablissements de compromis autour des règles -Système de valeurs et de représentations Le MR peut être plus ou moins concurrentiel ou monopoliste

12 La place de lEtat Source : Boyer, 2004

13 5) Le mode de développement Il se définit par la conjonction dun régime daccumulation et dun mode de régulation(Boyer 1987)

14 6) Crises et niveaux de crises Lenjeu majeur : identifier les sources de déstabilisation des modes de développement La crise comme objet premier de la TR Toute crise est endogène au mode de développement et/ou mode de régulation et/ou au régime daccumulation qui la précède « Toute crise est une crise des structures » => lanalyse du mode de développement permet de comprendre la nature de sa crise La crise est la règle : rien ne garantit a priori que les formes institutionnelles seront cohérentes ensemble et formeront un mode de régulation qui assurera la coordination des actions décentralisées, et donc laccumulation du capital La sortie de la crise suppose linvention dun nouveau MR et/ou dun nouveau RA

15 5 niveaux de crises Sources : Boyer (2004) Choc externe Crise inhérente à la régulation La régulation entretient la crise : phénomène cumulatif Peut résulter de la crise du mode de régulation : remise en cause de lexpression des formes institutionnelles Remise en cause ultime des rapports sociaux fondamentaux déterminant les formes institutionnelles

16 Lenjeu majeur : identifier les sources de déstabilisation des modes de développement 1) La crise endogène au mode de développement 2) Le rôle du contexte : louverture externe 1) Crise endogène Un mode de régulation au sein dun régime daccumulation est marqué par une évolution cyclique. La régulation porte en elle les germes de transformations mineures qui affectent à terme la capacité du régime à se maintenir On parle de crise « endométabolique »: déstabilisation du régime sous leffet de sa propre dynamique Exples : inflation/indexation et anticipation de gains de productivité pour le fordisme avec approfondissement de la différenciation

17 2) Le rôle du contexte : louverture externe Ouverture inhérente au fonctionnement du mode de production capitaliste Laccumulation se heurte à létroitesse des marchés nationaux et linternationalisation devient endogène au régime daccumulation Modification du régime international peut remettre en cause le régime dinsertion internationale dune économie et son MR

18 B. Lanalyse du changement institutionnel Les régulationnistes = institutionnalistes Le changement institutionnel étant au cœur de lanalyse des transformations du capitalisme, celui-ci devient lobjet danalyse central La conception des institutions (ou formes institutionnelles) sest affinée, en tirant son inspiration de Commons, de la science politique etc…

19 Il convient de distinguer lanalyse de la genèse de linstitution de celle de sa fonction : il faut rejeter le fonctionnalisme Linstitution est sélectionnée ex ante politiquement (et culturellement) après la constitution dune coalition politique en fonction des intérêts contradictoires des agen La fonction/lefficacité ex post de linstitution dépend des complémentarités institutionnelles Définitions (Amable et Palombarini, 2005) : deux institutions sont complémentaires lorsque : –(1) leur coprésence augmente la performance dun système économique (ex : régulation monopoliste + rapport salarial fondé sur la négociation collective) –(2) la présence de lune rend dautant plus probable/renforce la présence de lautre (=cohérence de larchitecture institutionnelle)

20 hiérarchie institutionnelleCertaines institutions en dominent dautres : chaque mode de régulation est caractérisé par une hiérarchie institutionnelle on dit quune forme institutionnelle est hiérarchiquement dominante quand sa présence entraîne une modification ou une réarticulation des autres formes institutionnelles. Elle est dominante au sens où elle imprime la dynamique et la logique du régime daccumulation quelle soutient, et que sa stabilité est la condition de la régulation densemble du mode de régulation. Le passage dun MR à un autre implique un changement de hiérarchie institutionnelle => ainsi, par ex, dans le fordisme, le rapport salarial (et le rapport international) pousse(nt) les autres formes institutionnelles à changer pour devenir complémentaires au rapport salarial, renforçant ce dernier des dépendances de sentier institutionnelIl existe des dépendances de sentier institutionnel : quand on est « en régime », il peut être de plus en plus coûteux de changer de mode de régulation…jusquà ce que la crise se déclenche La crise économique amène en général une crise politique et des luttes sociopolitiques, doù un changement des compromis politiques modifiant les institutions hiérarchiquement dominantes, et donc le RA et le MR

21 Méthode

22 La macroéconomie régulationniste de type postkeynésienne Les formes institutionnelles => les « paramètres » du modèle représentant le régime daccumulation Analyse des propriétés dynamiques du régime (stabilité/instabilité ; croissance forte/faible…)

23 III – La périodisation des modes de développement et de leur crise : accumulation, régulation et crises Régime Composantes Extensif avec régulation concurrentiel Intensif Sans consommation de masse Intensif avec consommation de masse Extensif et inégalitaire Financiarisé Organisation de la production La grande manufacture Taylorisme puis chaîne de montage Mobilisation des rendements déchelle Epuisement des gains de productivité et tertiarisation Délocalisation à la recherche de valeur actionnariale Rapport salarial ConcurrentielToujours concurrentiel malgré la montée du salariat Codification du partage des gains de productivité Décentralisation, individualisation et dépérissement des formes collectives Flexibilisation de lemploi, de la rémunération, financiarisation de la couverture sociale Partage de la valeur ajoutée Régulé par larmée de réserve En faveur des profits Stabilisation ex ante de la part salariale Réduction de la part salariale puis stabilisation Captation par la finance Composition de la demande sociale Paysannerie, bourgeoisie, dépenses publiques Part croissante de la demande salariale Rôle central de la demande salariale Stratifiée en fonction du revenu, lui-même dépendant des compétences Fortement conditionné par laccès au crédit, y compris pour les pauvres PériodeSeconde moitié du XIX° Entre-deux- guerres « Trente Glorieuses » 1980-milieu 90Milieu

24 A. De la crise de 29 au fordisme Période du XIXème : un régime daccumulation extensive, avec régulation concurrentielle (flexibilité à la baisse des salaires et prix, cf Marx) Progressivement, apparition de grandes firmes (sociétés anonymes, trusts, cartels…) et un processus daccumulation plus intensif (production de masse) Mais dans lentre deux guerres, régulation concurrentielle doù déformation du partage de la VA en faveur des profits avec l'arrivée de la production fordienne, et donc problèmes de demande effective (surproduction) De plus, régime de Gold Exchange Standard avec forte mobilité du capital, doù problèmes monétaires importants amenant à des déflations La crise liée à linadaptation entre le régime daccumulation (intensif) et le mode de régulation (concurrentiel)

25 Le fordisme (« les 30 Glorieuses ») : Régime daccumulation intensif, orienté par laccumulation de capital fixe (+RD) Formes institutionnelles typiques dune régulation monopoliste : Rapport salarial fordiste : hausse des salaires+protection sociale via négociation collective contre acceptation du taylorisme, du travail à la châine et de la recherche de gains de productivité (compromis entre salariés et managers contre actionnaires) Formes de la concurrence monopolistes : oligopoles nationaux, mark-up pricing Régime monétaire « keynésien »: système de Bretton Woods, + politiques monétaires accommodantes + faible développement des marchés financiers (« euthanasie du rentier ») Etat-Providence et keynésien, voire dirigiste Régime international : faible ouverture internationale (commerciale et des capitaux)+Bretton Woods Le bouclage du « modèle »: hausse des salaires=> conso de masse (normes de conso) => I et prod de masse => gains de productivité => hausse des profits => croissance => hausse des salaires => conso de masse => … Régulation par linflation, et pas par la déflation

26

27 La crise du fordisme 3 causes essentielles, mais liées entre elles : - Ralentissement des gains de productivité alors que la régulation fordiste se maintient, doù baisse des taux de profit - Ouverture croissante - demande de plus en plus saturée et orientée vers la variété Endométabolisme : -Le ralentissement des gains de productivité sexplique par larrivée aux limites du taylorisme et la montée de conflits de classe (taylorisme de moins en moins supportable) -À mesure que le niveau de vie augmente et que la demande est saturée, la demande se fait plus volatile et exigeante et se porte sur la variété, doù difficultés à trouver des débouchés Ouverture et fordisme Nécessité de louverture liée à : -Rendements déchelle et besoin dextension des marchés -Demande de différenciation Modifie la mode de régulation lié au cercle vertueux de la croissance de la productivité, des salaires et de la demande Le niveau des salaires affecte celui de la demande interne mais aussi celui de la demande externe (importations) ainsi que la compétitivité. Donc : Le rapport salarial fordiste peut devenir difficilement compatible avec louverture extérieure, Le rapport salarial concurrentiel peut être défavorable au rattrapage lorsque la demande externe (croissance tirée par les exportations) ne compense pas la faiblesse de la demande interne (salaire trop faible)

28 Crise du fordisme se traduit par : –baisse des taux de profit/ralentissement de la productivité/inflation (car pouvoir syndical) –Débute en 67-68, puis amplifiée par le choc pétrolier –Le chômage se développe –Après la mise en échec des stratégies keynésiennes et face au pouvoir déclinant des syndicats, les politiques néolibérales se mettent en œuvre amenant : libéralisation financière et commerciales (ouverture croissante, « mondialisation »), flexibilisation du marché du travail, changement radical des politiques monétaires : –fin de Bretton Woods et système de changes flexibles purement fiduciaire, avec le dollar comme quasi-monnaie mondiale –Monétarisme (lutte contre linflation) –Les 3D B. De la crise du fordisme à la crise du régime daccumulation financiarisé

29 Source : Husson (2010)

30

31 déréglementation, désintermédiation, décloisonnement déréglementation = fin des contrôles de change, simplifications administratives, fin du Glass-Steagal Act (séparation banque de dépôt/banque daffaire)… désintermédiation = recours à un « financement » de marché, titrisation (cf crise de la dette des PED dans les années 80), innovation financière et produits dérivés, rôle des investisseurs institutionnels décloisonnement : liquidité plus grande des marchés, facilités pour sinvestir dune classe dactifs à une autre, mobilité des capitaux et globalisation financière

32 Libéralisation financière : pour diminuer les coûts de financement et stimuler l'investissement Innovation financière et développement des marchés boursiers, grâce aux régimes de retraite par capitalisation Le rôle des produits dérivés : Se protéger de tout type de risques (de défaut, de variation des taux ou des prix…) Assurer la liquidité des marchés Spéculer La titrisation : pour quoi faire? Favoriser le développement du crédit malgré lexistence de créances douteuses, en transformant un crédit en titres quon peut revendre… « on se refile la patate chaude »

33 Paradoxe Libéralisation les taux dintérêt et de changes pour diminuer le coût de financement… …mais grande incertitude et une instabilité croissante (causée par les marchés eux-mêmes), et donc lobligation de se couvrir… …donc de payer des produits dérivés pour se protéger de cette instabilité… …produits dérivés qui eux-mêmes alimentent encore la spéculation… …et la création de nouveaux produits dérivés « au carré »…

34 Actifs détenus par les investisseurs institutionnels, par rapport au PIB, en pourcentage

35 Le poids de la finance par rapport à léconomie réelle (Morin, 2006)

36 Régime daccumulation financiarisé, ou capitalisme patrimonial, ou encore financier/actionnariale etc…: (milieu ) -Régime monétaire et financier devient la FI dominante : les autres FI se réarticulent/branchent à la finance -Régime tertiarisé, orienté vers laccumulation financière (croissance des cours de Bourses et dividendes), couplé à une accumulation intensive (« régime dinnovation permanente ») -Gains de productivité essentiellement captés par le capital, notamment financier, alimentant la bulle financière -Régime d'accumulation tiré par les prix des actifs (investissement sensible à la rentabilité financière et au Q de Tobin ; consommation tirée par les effets de richesse, les dividendes et la consommation à crédit), essentiellement américain

37

38

39

40 Sources : Husson (2008)

41

42 Financiarisation de laccumulation : moins dinvestissements réels, plus de dividendes Sources : INSEE (Lung & Montalban, 2009)

43 Sources : Husson (2008)

44

45

46

47 La rentabilité financière commande linvestissement (exigence de rentabilité) et la consommation (effet de richesse). Cercle vertueux : exigence de rentabilité freine linvestissement et les revenus du travail mais élévation des prix des actifs et des taux de profit stimule le crédit et la consommation (modèle profit-led) Evolution de la hiérarchie institutionnelle : rôle primordial de la finance et régulation monétaire ainsi que des formes de la concurrence ; rapport salarial dominé et montée des inégalités => un modèle « antifordiste »

48 Les facteurs de crise du régime d'accumulation financiarisé : -Rôle accru des banques centrales : entretenir les bulles financières et lendettement ; prêteur en dernier ressort -Rapport salarial concurrentiel et ultra-inégalitaire nuisant à la demande (réduction des salaires supérieure), engendrant une dynamique dendettement des ménages (et de l'Etat) -Effet dévastateur dans un régime à dominante fordienne (salaires) -Exigence de rentabilité financière avec faiblesse des taux dintérêt : effet de levier et endettement hors norme de rentabilité économique -Crises cycliques accentuées par les mouvements rapides de capitaux du fait de linstabilité financière (spéculation, endettement, crises minskyennes etc) -IDE dans les secteurs protégés et insuffisance de linvestissement dans les secteurs exportateurs pour les économies dépendantes -Déséquilibres mondiaux croissants entre des Etats-Unis consuméristes et en déficit commercial chronique (grâce au statut du dollar) et la Chine, lAllemagne et le Japon exportateurs -Faillite de la régulation financière privée

49

50

51 Accumulation de réserves de change par la Chine (sources : Artus, 2009)

52 Les mécanismes de la crise des subprimes Lendettement des ménages : condition de la croissance US dans un régime fortement inégalitaire et à salaires stagnants Suite à la crise de la « nouvelle économie » ( ), injection de liquidités de la FED pour relancer + plan Bush pour favoriser le développement de limmobilier Subprimes : crédits hypothécaires à des ménages insolvables (NINJA) à taux variables Pourquoi les institutions financières les ont-elles offertes? Concurrence Titrisation permet de sen débarrasser Les modes de rémunération Utilisation de modèles dévaluation du risque inappropriés Croyance dans la capacité du marché à « bien évaluer » le risque

53 CDO et MBS : des steak hachés de crédits pour avoir le rendement sans le risque (!?) On anticipe la hausse permanente du prix de limmobilier Les agences de notation sont payées par ceux quelles doivent noter Du coup : on ne sait plus ce quon achète ni la qualité des créances Quand les taux augmentent, les saisies de maison se multiplient, les prix immobiliers se retournent, faillites des institutions de crédit… …faillites en série à cause des mécanismes de couverture (CDS)… …on vend les actifs pour reconstituer la liquidité et restriction des crédits car peur des mauvais payeurs

54 Réaction de la Fed : sauvetage de Freddie Mac et Fanny Mae, mais on laisse mourir Lehman Brothers (risque daléa moral)… …erreur fatale : tout le marché des CDS est secoué => quasi-faillite de AIG (puis nationalisation), difficultés pour Bank of American, Washington Mutual, Morgan Stanley, Merrill Lynch, Goldman Sachs…(se font racheter ou font faillite)… …puis contamination à toute la planète financière (Fortis, Dexia, Hypo-Real-Estate, HSBC…) Doù un rationnement du crédit et de linvestissement

55 Plans de relance et sauvetage du système bancaire ont temporairement empêché la dépression (bad banks, nationalisations « partielles », injections massives de liquidités des banques centrales, baisse des taux directeurs à des niveaux très bas (pour assurer la liquidité et éviter le bank run) …mais la récession et les plans de relance ont creusé encore lendettement… Récession + relance = endettement public élevé => difficultés de financement pour les Etats (spéculation sur les dettes grecque, irlandaise, espagnole etc…) Les banques ont pu se refinancer à taux faible grâce à la BCE et aux Etats, alors que ces derniers sont obligés de se refinancer à des taux élevés! Plans de rigueur pour limiter lendettement => nouvelle récession…et nouvel endettement Probablement la fin de la zone euro et la nécessité de refonder le SMI et tout le système financier… … à plus long terme, une probable recomposition de lensemble des formes institutionnelles… Vers un régime anthropogénétique? Un régime innovatif et « vert »? Un capitalisme cognitif? Les conséquences de la crise

56

57 Conclusion et limites : Certains considèrent que la TR est plus descriptive quexplicative De la variété diachronique à la variété synchronique : les RA & MR ne sont jamais exactement les mêmes dun pays à lautre…de même, les crises les affectent différemment Ex : USA tirés par la consommation ; Allemagne et Chine tirés par les exportations => nécessité danalyser la variété des capitalismes (cf chap 2) et le régime international Besoin de construire une micro « macrofondée » pour être une théorie globale et alternative (cf Partie 2)


Télécharger ppt "Changements institutionnels, crises et analyse des transformations du système capitaliste : la théorie de la régulation Références : Robert Boyer, 1987,"

Présentations similaires


Annonces Google