La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Supervision. 2 Sommaire Définition de la supervision Lhistorique de la supervision La supervision au sein de lentreprise Les composants de la supervision.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Supervision. 2 Sommaire Définition de la supervision Lhistorique de la supervision La supervision au sein de lentreprise Les composants de la supervision."— Transcription de la présentation:

1 1 Supervision

2 2 Sommaire Définition de la supervision Lhistorique de la supervision La supervision au sein de lentreprise Les composants de la supervision Lergonomie Quelques applications de la supervision Conclusion sur lergonomie(IHM)

3 3 Définition de la supervision Contrôler et surveiller lexécution dune opération ou dun travail Visualisation en temps réel de létat et de lévolution dune installation automatisée Centralisation dinformations Prétraitement de ces informations.

4 4 Historique Premiers produits ont souvent été sous Dos Aussi OS/2 et Unix Aujourdhui Windows et les dialogues via le Web deviennent communs. Quelques produits de supervision marquent leur différence avec Java ou Linux Estimation du marché mondial des Interfaces Homme-Machine en 1998 entre 210 et 310 millions de dollars.

5 5 La supervision au sein de lentreprise Le système de supervision doit remplir une fonction hybride de pilotage et de surveillance. Linterconnexion des différents services dun système industriel. En situation normale, le système de supervision présente sur les synoptiques une ou plusieurs vues de synthèse sur le système industriel. Une ou plusieurs vues spécialisées sur la phase de lactivité principale en cours et sur les éléments essentiels du système concerné.

6 6 La supervision au sein de lentreprise Les modules de contrôle du système automatisé génèrent des alarmes selon une hiérarchie qui est propre à chaque système. Les alarmes sont retransmises sur les écrans de contrôle de lopérateur en même temps quelles sont tracées dans un journal qui enregistre tous les événements significatifs survenus sur le système. Le degré délaboration de ces alarmes dépend beaucoup des systèmes et de leffort de modélisation préalable à lautomatisation du système.

7 7 Les composants de la supervision Moteur: Base de données Alarmes Journal de bord ou historique I H M Magnétoscope Communication Equipements Réseau

8 8 Base de données -Elle reçoit dautres sources et elle renvoie vers dautre sources les données brutes. La source peut être nimporte quelle type déquipement comme un automate programmable, une autre station de supervision sur un réseau local ou un serveur DDE. -Elle maintient les valeurs internes générées. -Elle convertit les données brutes en valeurs physiques significatives en fonction du comportement défini. -Elle comporte les valeurs analogiques avec les seuils dalarmes et génère les alarmes. -Elle effectue les vérifications décart sur les valeurs digitales. -Elle enregistre les valeurs des variables sur support magnétique ou sur papier.

9 9 Base de données Les variables de la base de données peuvent être de trois types, Etat pour des données logiques ou à deux valeurs, Mesure pour des données analogique et Texte pour des données ASCII ou des chaînes de caractères. Il existe en plus un type spécial dEtat avec des propriétés dalarmes.

10 10 Organisation de la base de données Dès la création dune variables un nom lui est donné ainsi que des caractéristiques qui déterminent son comportement. Le nom détermine également comment la variable est associé à dautre variables. La base de données est conçue de telle manière que les variables sont groupées ensemble comme elle le serait dans le monde extérieur.

11 11 Alarmes Les alarmes sont générées par des variables détat de la base de données à qui lon a donné la propriété dalarme. Une fois configuré comme une alarme, le comportement dun état change de façon à ce que sa valeur temps réel ait 5 status possibles.

12 12 Valeur Cause Au repos Disparue et non acquittée Présente et non acquittée Présente et acquittée Masquée(invalidée ) Lalarme est au repos(ou disparue et acquittée). Lalarme a disparu et na pas été acquittée par lopérateur. Lalarme est présente et na pas été acquittée par lopérateur. Lalarme est présente et a pas été acquittée par lopérateur. Lalarme est masquée par la condition dune autre alarme ou dun autre état, mise hors service par un opérateur, ou invalide

13 13

14 14 Utilisation des seuils de mesures pour générer des alarmes Une alarme doit souvent être déclenchée lorsque la valeur dune mesure passe au dessus ou en dessous dune certaine valeur ou seuil. Quand un seuil est dépassé, un état spécifié de la base de données est automatiquement positionné. On peut aussi donner à cet état des propriété dalarme et ainsi générer une alarme.

15 15 Journal de bord ou Historique

16 16 Le magnétoscope La boite de dialogue du magnétoscope permet à un utilisateur de sélectionner et de rejouer des séquences du processus. De ce fait on pourra conduire la production dune façon déjà connu et validé.

17 17 IHM -Les vues de conduite, dont le contenu doit être étudié pour répondre parfaitement, et exclusivement, aux besoins dun opérateur dans laccomplissement dune tache(surveillance,démarrage,réglage,etc.) -Les vues de contexte, qui représentent les composants process dune partie de linstallation. Elles sont destinées à faciliter le diagnostique,et notamment à létude de lincidence dun événement sur son environnement proche. -Les vues de diagnostique dun composant process, qui représentent les différents organes constituant in composant process. -Les vues de détail dun organe, qui permettent le réglage des différents fonctions dautomatisme.

18 18

19 19 Philosophie dutilisation -Pas de ROUGE, sil opérateur voit du rouge cest quil y a un défaut. -Pas de JAUNE, si lopérateur voit du jaune,attention il sagit des conséquences dun défaut. -Si un objet est encadré il ne sera pas commandable, il est en prison. Si le cadre est rouge cest lobjet qui est en défaut, sil est jaune cest un autre objet qui est en défaut mais qui provoque lasservissement de lobjet encadré en jaune. -Le BLEU représente les points commandables par lopérateur. -Tout objet visualisé sur lécran permet daccéder à des informations complémentaires, il suffit de le sélectionner avec la souris.

20 20 Lergonomie Lergonomie, cest létude scientifique des conditions de travail et des relations entre lhomme et la machine. Lergonomie vise à améliorer le bien-être des hommes et lefficacité globale des systèmes. Ainsi, lergonomie peut être impliqué autant dans le design dun habitacle dautomobile que dans la conception de postes de travail dans une usine de fabrication. Depuis que l'informatique s'est démocratisée, une nouvelle branche de l'ergonomie a vu le jour : l'ergonomie d'interface homme-machine (IHM). Ici, il s'agit d'avantage de faciliter la compréhension des interfaces par ceux qui les utilisent que de s'attarder sur les conditions de travail externes (bien que celles-ci restent très importantes, et liées à la conception de l'interface). On parle parfois d'« utilisabilité » d'une interface.

21 21 Système homme machine: Composantes du système: 1. Opérateur: L'opérateur humain est relativement stable du point de vue de ses caractéristiques intrinsèques mais il subit des évolutions non négligeables induites par l'élévation du niveau de vie et par l'environnement technologique. Ces caractéristiques doivent être prises en compte dans la conception des outils et des dispositifs techniques.

22 22 2. Machine, interface homme-machine L'ergonome s'intéresse en particulier au support du dialogue avec l'opérateur, c'est-à-dire l'interface homme-machine. Les caractéristiques de l'IHM sont essentielles pour un pilotage optimal du dispositif technique. L'IHM doit permettre à l'opérateur de comprendre de manière opérationnelle les processus dont la machine est le siège, y compris les états limites et les dysfonctionnements caractérisés, et ainsi d'anticiper les dérives de la « machine ». L'IHM doit proposer une présentation des informations de pilotage du système pertinente au regard des caractéristiques physiologiques et cognitives de l'opérateur humain et pertinente avec la nature de l'activité, c'est la condition d'un guidage pertinent des actions de l'opérateur.

23 23 Quelques règles de conception Caractéristiques physiques et psychophysiologiques [5] : lisibilité suffisante, pas d'informations fournies uniquement sur la base d'un changement de couleur, emplacement compatible avec la dispersion des tailles de la population, signaux sonores de fréquence suffisamment basse (inférieure à 800 Hz), les informations le plus fréquemment consultées doivent se trouver dans les zones le plus souvent parcourues par l'œil ; Contenu du travail et des caractéristiques cognitives : proximité entre la commande et le retour d'information sur l'effectivité de l'action, regroupement des informations pertinentes pour favoriser le diagnostic, etc. Une analyse approfondie de la nature de la tâche et de l'activité doit permettre de préciser les contours de la présentation des informations et de l'IHM. Il s'agit de proposer une représentation pertinente des différents états de fonctionnement du dispositif technique : en mode de fonctionnement normal, en mode dégradé et en situation d'incident.

24 24 3.Guidage de l'interaction : procédures Le guidage de l'action de l'opérateur est la fonction principale des procédures, la conception de celles-ci doit obéir à des règles tenant compte des deux composantes du système homme-machine : - le niveau de formation des opérateurs. - les caractéristiques du fonctionnement réel du process et de l'IHM associé, y compris des écarts par rapport au fonctionnement nominal.

25 25 Logistique opérationnelle : moyens de communication Partie essentielle du travail moderne, les moyens de communication ne font pas l'objet d'une intégration cohérente avec l'ensemble du dispositif technique. Les procédures de communication doivent prendre en compte les exigences opérationnelles.

26 26 Quelques applications de la supervision BASIQUE Par menu Par écran

27 27 supervision basique -Ce type de supervision est assez simpliste dans sa conception, au niveau de ses graphismes et de ses fonctionnalités. elle permet de bien situer les points clés de l'installation à "superviser".

28 28 supervision par menus Dans ce type de supervision, les menus de navigation ont une importance prépondérante, afin que l'opérateur puisse effectuer rapidement un maximum d'actions, ou accéder, en un minimum de temps, à différents écrans successivement.

29 29 Supervision par écrans La priorité est donnée au visuel, c'est à dire que le synoptique de l'installation occupe quasiment tout l'écran, avec une qualité de graphisme bien supérieure aux autres types de supervision.

30 30 Quelques applications… Fiches de recettes

31 31 Quelques applications… Traceurs multiples

32 32 Conclusion sur lergonomie: L'ergonomie est une authentique science de l'ingénieur qui, tout en empruntant des connaissances aux sciences académiques, aux sciences dites humaines, à la physiologie et à la psychologie, traduit celles-ci en savoirs pratiques permettant: d'optimiser les postes de travail mais aussi de réguler la charge de travail d'améliorer et de sécuriser les processus de travail. d'améliorer notre connaissance des processus d'incident et d'accident et de proposer des recommandations permettant une prévention efficace par l'identification exhaustive des facteurs contributifs et leur traitement approprié.


Télécharger ppt "1 Supervision. 2 Sommaire Définition de la supervision Lhistorique de la supervision La supervision au sein de lentreprise Les composants de la supervision."

Présentations similaires


Annonces Google