La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale."— Transcription de la présentation:

1 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Les mémoires : lecture historique Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie

2 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire. Différenciation Collège/Lycée. Les pré-requis des élèves. Problématique de la séquence : en quoi la guerre dAlgérie est-elle un enjeu de mémoires en France et en Algérie ? Comment le travail de lhistorien peut-il en faire un objet dHistoire ?

3 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Anticipation des difficultés -Le traitement de ce thème à la croisée denjeux historiques, civiques et politiques requiert une maturité que lon peut attendre des élèves de Terminale mais il convient de rester vigilant. -« Question vive » sur laquelle saffrontent des valeurs et des intérêts, une question chargée démotions et intellectuellement complexe. -Une question politiquement sensible : lois mémorielles, actions des groupes mémoriels.

4 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Objectifs de contenu de la séquence :. Montrer que la guerre dAlgérie est encore un sujet passionnel dépendant des représentations de ce conflit par les différents acteurs.. Identifier que seule une maîtrise, une approche historique des faits permettent de sortir du conflit des mémoires. Cerner le travail de lHistorien qui interroge les mémoires

5 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Enjeux de la séquence Mémoires plurielles Mémoires conflictuelles Mémoires plurielles Mémoires conflictuelles Axes mémoriels de la Guerre dAlgérie en France et en Algérie INTRODUCTION Lattitude des historiens face à la guerre dAlgérie Le rôle des historiens Lattitude des historiens face à la guerre dAlgérie Le rôle des historiens 2 ème PARTIE1 ère PARTIE3ème PARTIECONCLUSION Retour sur la problématique Historicisation en cours de la Guerre dAlgérie Travail sur un documentRéalisation dun schéma ou dun croquis Problématique

6 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire INTRODUCTION

7 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Temps imparti : 30 mn Retour sur le acquis de la « guerre dAlgérie » traitée en classe de première. Une guerre restée longtemps « sans nom » Une guerre dont le règlement laisse les protagonistes divisés Travail sur deux documents daccroche Objectifs de méthode -Mettre en relation deux documents -Confronter des situations historiques -Exploiter et confronter des informations -Participer à la progression du cours -Prendre des notes Objectif de contenu La guerre dAlgérie est un enjeu de mémoire différencié en France et en Algérie.

8 Mémorial National de la Guerre dAlgérie et des Combats du Maroc et de la Tunisie inauguré le 5 décembre 2002 (Quai Branly Paris) Ce mémorial de Gérard Collin- Thiébaut est constitué de trois colonnes alignées, de section carrée (6 m de haut x 0,60 m de côté), séparées chacune de deux mètres, avec sur leur devant un espace ouvert. Chaque colonne présente, sur sa face avant, un afficheur électronique littéral qui permet de faire défiler, en continu, les noms et prénoms des soldats et supplétifs morts pour la France, ainsi que lhistorique de cette guerre soldats défilent ici en permanence, année après année, par ordre alphabétique, sur la première colonne aux diodes bleues. La colonne centrale aux diodes blanches est réservée aux principaux faits historiques ; quant à la troisième colonne, celle aux diodes rouges, elle permet dappeler le nom dun disparu depuis le pupitre de commande placé un peu en retrait à sa droite.

9 Le Mémorial du martyr « makam el chahid » est un monument aux morts surplombant la ville d'Alger érigé en 1982 à l'occasion du 20 e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie le 5 juillet 1962, en mémoire des morts de la guerre d'indépendance Le Mémorial du martyr est situé sur les hauteurs dAlger à l'emplacement d'un ancien fort militaire. Formé de trois palmes stylisées qui se rejoignent à mi- hauteur, ce monument en béton construit par la société canadienne Lavalin d'après une maquette réalisée à l'École des Beaux-Arts d'Alger sous la direction de Bachir Yellès, s'élève jusqu'à une hauteur de 92 mètres. Les trois palmes supportent, à 47 mètres du sol, une tourelle de style islamique d'un diamètre de 10 mètres et d'une hauteur de 25 mètres, surmontée d'un dôme de 6 mètres. L'ensemble repose sur une esplanade où brûle une « flamme éternelle » recouvre une crypte, un amphithéâtre et un musée (le musée du Moudjahid) souterrains. Le projet de construire un mémorial pour les morts de la guerre d'indépendance est à l'origine une idée du président Houari Boumédiène. Sa réalisation se fera cependant sous la présidence de Chadli Bendjedid son successeur. Source : el-chahid-alger.htmlhttp://www.alger-city.com/photos/photos-makam- el-chahid-alger.html 92m

10 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire PREMIERE PARTIE

11 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Temps imparti : 1H30 Pourquoi peux-t-on parler de mémoires plurielles et antagonistes au sujet de la guerre d Algérie? Support : Extraits dun article du journal « le Monde » de P. Bernard par le 24 janvier 2002 Objectifs de contenu :. Acquisition de termes spécifiques au champ lexical de la mémoire. Identification des groupes mémoriels. Prise de conscience des antagonismes entre les mémoires à travers lexemple de la commémoration du 19 mars 1962 Objectifs de méthode :. Exploiter et confronter des informations contenues dans un texte. Organiser et synthétiser des informations pour rédiger un texte ou présenter à loral un exposé construit et argumenté.. Développer son expression personnelle et son sens critique. Ce travail a pour but didentifier clairement les différents groupes mémoriels, reste au professeur dapporter toutes les nuances nécessaires à un tel exercice lors du déroulement du cours.

12 Guerre d'Algérie : l'impossible anniversaire Auteur : Ph. Bernard Article paru dans le Monde du le COMMÉMORER 1962, date de la fin de la guerre d'Algérie. L'idée est débattue depuis longtemps chez les anciens combattants (…). L'air du temps (…) est à la réminiscence de cette période longtemps taboue (…). Les députés débattaient ce jour-là de la proposition de loi du député Bernard Charles dont les deux courts articles tendent à faire du 19 mars une «journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ». L'adoption de ce texte, mardi 22 janvier, par 278 voix contre 204, a provisoirement clos un débat qui aura illustré la difficulté d'inscrire la décolonisation dans la mémoire nationale*. Quels événements s'agit-il de commémorer? Voici juste quarante ans, s'esquissait la fin d'une guerre dont les déchirures n'ont pas fini d'empoisonner le présent, de part et d'autre de la Méditerranée. Le 19 mars 1962 à midi, le cessez-le-feu conclu la veille avec la signature des accords d'Evian entrait en vigueur. Ces derniers furent approuvés par 90,7 % des électeurs lors du référendum du 8 avril. Le 1er juillet, un second référendum, organisé en Algérie, approuva massivement (99 % des suffrages exprimés) l'indépendance, qui fut proclamée le surlendemain. * Le texte sera transmis au Sénat mais abandonné par le gouvernement qui aurait souhaité une majorité dau moins les deux tiers des voix.

13 Millésime de « libération » pour le peuple algérien, 1962 fut aussi une année de soulagement pour les centaines de milliers d'appelés et de rappelés français, condamnés depuis 1956 à avoir 20 ans dans les Aurès. A l'inverse, cet été là évoque le drame de l'arrachement et de l'exil en métropole pour un million de pieds-noirs, l'horreur aussi des tueries perpétrées parles ultras des deux camps -FLN algérien et irréductibles de l'OAS -au lendemain du « cessez-le-feu ». Pour les harkis, 1962 reste l'année tragique, celle de l'abandon par l'armée française et des massacres par le FLN triomphant, le début d'un long oubli aussi. C'est donc peu dire que sont multiples et contradictoires, mais toujours à fleur de peau, les mémoires de cet événement à l'évidence historique, qui a marqué l'existence de cinq à six millions de personnes -anciens appelés, pieds- noirs, immigrés -vivant aujourd'hui en France. Les défenseurs de la proposition de loi disent ne pas vouloir prendre parti dans cette « guerre des mémoires » et faire de la commémoration du 19 mars « un geste enfin accompli de réconciliation, d'apaisement, de vérité et de justice »(…). Pour eux, il s'agit de prolonger le vote unanime du Parlement qui, en 1999, a substitué officiellement le terme de « guerre » à la formule hypocrite d' « opérations de maintien de l'ordre » ** **Loi du 18 octobre 1999 relative à la substitution à lexpression « aux opérations effectuées en Afrique du Nord », de « lexpression « à la guerre dAlgérie ou aux combats en Tunisie et au Maroc ».

14 La prochaine inauguration, quai Branly à Paris, d'un mémorial national va dans le même sens, celui de la « pédagogie à l'intention des jeunes générations ». « Il ne s'agit pas de faire l'impasse sur les souffrances et les traces indélébiles laissées par la guerre, a expliqué Jacques Floch, secrétaire d'Etat à la défense chargé des anciens combattants, mais au contraire de les sublimer dans le rituel républicain d'une commémoration officielle », de « sortir de l'enfermement des traumatismes individuels» pour « faire en sorte que la nation tout entière assume, dans sa mémoire collective, la guerre d'Algérie ». La campagne en faveur de la commémoration du 19 mars est menée depuis des années par la FNACA, principale fédération d'anciens combattants, (…) La controverse porte en premier lieu sur l'objet même de la commémoration. Le 19 mars 1962 marque-t-il une défaite française? (…) La remarque interroge la nature ambiguë des événements de 1962 : victoire militaire sur le terrain, la guerre d'Algérie s'est terminée en défaite politique puisque l'indépendance tant combattue pendant sept ans dut être concédée. Une partie des anciens combattants, prompte à mettre en cause la « trahison» des politiques, n'accepte pas de considérer mars 1962 comme autre chose qu'une simple défaite.

15 Que l' « ennemi» algérien ait diffusé, en 1997, un timbre commémorant le 19 mars comme « fête de la victoire» suffit, pour eux, à déconsidérer cette date. L'évolution de l'Algérie indépendante et sa situation actuelle les renforcent dans cette conviction. Ainsi raisonnent a fortiori les harkis et la plupart des pieds-noirs organisés en association, qui ont appelé à sanctionner les députés favorables à la commémoration du 19 mars. Ils rappellent que les accords d'Evian n'ont pas marqué la fin des horreurs; certains n'ont jamais pardonné à l'armée d'avoir tiré sur les desperados de l'Algérie française. « Entre le 19 mars et l'automne 1962, Français d'origine nord-africaine et Européens disparurent dans des conditions indescriptibles, ainsi que 300 jeunes du contingent, a estimé le député Yves Fromion. Ces personnes font aussi partie de l'histoire de la guerre d'Algérie (…) Nombre d'opposants au 19 mars proposent la date alternative du 16 octobre, anniversaire de l'inhumation, dans le Pas-de-Calais, du soldat inconnu d'Afrique du Nord en Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire

16 On peut toutefois se demander si cette guerre des dates ne masque pas une analyse dépassée de l'état de l'opinion. Il y a longtemps, en effet, que la majorité des Français, notamment les jeunes, a cessé de considérer la guerre d'Algérie comme un tabou et que cette plaie historique est en voie de cicatrisation. Près de 60 % des personnes récemment interrogées pour un sondage BVA jugent que, « tout compte fait, l'indépendance de l'Algérie a été une bonne chose pour la France », ce pourcentage frôlant 70 % chez les moins de 25 ans (Le Monde du 29 novembre 2000). Pour ces derniers, cette guerre coloniale menée par la France reste difficilement compréhensible, et les jeunes issus de l'immigration algérienne ne sont pas les derniers à avoir besoin de repères. S'il est vain de prétendre réconcilier des mémoires diamétralement opposées, au moins est-il nécessaire de rompre le silence et de faire oeuvre de pédagogie. Or l'absence de commémoration, s'ajoutant aux amnisties, a contribué à occulter un événement dont les échos sont loin de s'être tus. La difficulté à s'accorder sur une date marquant la fin du conflit reflète douloureusement cette réalité. Comme si, en refusant de fixer la date de la fin du conflit, la France confirmait son incapacité à tirer les leçons et à tourner la page de la guerre d'Algérie. Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire

17

18

19 Mémoires et territoires Soldats du contingent FFNACA Pieds Noirs F Wilayas FLN OAS Attentats Harkis OA B En AlgérieEn France retour Principales implantations en France O : Oran A: Alger B Bône J-P. Lauby/K.Ramondy

20 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire CONCLUSION PARTIELLE LA GUERRE DALGERIE SUSCITE DES MEMOIRES PLURIELLES EN FRANCE ET EN ALGERIE SOUVENT ANTAGONISTES VOIRE CONFLICTUELLES ELLES SONT LE FRUIT DUNE CONSTRUCTION MEMORIELLE DIFFERENCIEE LIEE A LHISTOIRE Travail sur le tableau à évaluer

21 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire DEUXIEME PARTIE

22 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Temps imparti : 1H Des constructions mémorielles différenciées le plus souvent en opposition. Supports : Axes mémoriels dévoilés par périodes chronologiques et commentés par lenseignant. Objectifs de contenu : La mémoire, les mémoires se construisent, saffrontent, elles sont fortement liées au politique. Objectifs de méthode Nommer et périodiser les continuités et ruptures chronologiques Situer et caractériser une date dans un contexte chronologique Situer un événement dans le temps court et le temps long Mettre en relation des faits de périodes ou de localisation spatiales différentes – Confronter des situations historiques

23 mai : émeutes de Sétif Le temps de lhyper commémoration mars : cessez-le feu suite aux accords dEvian août : constitution 1 er nov Début de la guerre dAlgérie juin : discours de A. Bouteflika à lAssemblée Nationale française La crise de la mémoire algérienne Axe mémoriel de la guerre dAlgérie en Algérie Multiplication des discours, des documents exaltants lhéroïsme de martyrs et leur sacrifice. Histoire nationale avec la réapparition de personnages bannis comme M. Hadj ou F. Abbas Constitution du 23 février Création de la Fondation du 8 mai crime contre lHumanité Dates commémorées par le FLN: 8 mai 1945, 1 er nov. et 20 août 1954, 19 mars et 5 juillet 1962 Poussée islamiste et guerre civile ( ) Stratégie de pression sur la France pour la reconnaissance et demande dune repentance unilatérale à la France Eléments de contexte Mesures à caractère commémoratif Cadres institutionnels Groupe de réflexion académique lycée Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire

24 Le temps de lamnésie et de lamnistie Le silence est un remède mars : accords dEvian 1992 Ouverture des archives décembre Mémorial national de la guerre dAlgérie et des combats du Maroc et de la Tunisie La crise des mémoires françaises Axe mémoriel de la guerre dAlgérie en France Multiplications des associations FNACA ou UNCAFN et des témoignages Loi du 18 oct : la guerre sans nom devient la guerre dAlgérie 1830 : début de la conquête de lAlgérie 8 mai 1945 : Début des « évènements » dAlgérie et des opérations de pacification Loi de juillet 1968 : libération des prisonniers et fin des poursuites Loi de 1982 : droit à la retraite des anciens militaires français condamnés Influence de la réception des autres mémoires : procès Papon 1997 Ouverture ponctuelle des archives : thèse de R. Branche sur la torture et S. Thénault sur larmée. Eléments de contexte Mesures à caractère commémoratif Cadres institutionnels Refus de M. Sarkozy à M. Bouteflika de sexcuser pour des faits commis dix avant sa naissance Proposition dune loi le 11 novembre 2011 pour instaurer une journée nationale pour tous les morts pour la France Groupe de réflexion académique lycée Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire

25 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire CONCLUSION PARTIELLE LA GUERRE DALGERIE A FAIT LOBJET DUNE CONSTRUCTION MEMORIELLE DIFFERENTE EN FRANCE ET EN ALGERIE ELLE REPRESENTE AUJOURDHUI UN ENJEU DIFFICILE A HISTORICISER

26 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire TROISIEME PARTIE

27 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Temps imparti : 1H Le travail des historiens face aux mémoires de la guerre dAlgérie De lutilité de lHistoire Supports : Extraits de Pour une histoire de la guerre dAlgérie, Guy Pervillé, éd. Picard, 2002, p. 313 à 323. Objectifs de contenu. Comprendre lapport des historiens et de la méthode historique sur les conflits mémoriels Objectifs de méthode. Exploiter et analyser un texte. Développer son expression et son sens sens critique Fiche élève en annexe

28 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire « La guerre dAlgérie a été une double guerre civile autant quune guerre entre deux peuples étrangers. Dabord elle a profondément divisé les Algériens (…) Ensuite, son issue a transporté la division en France. Face à ces mémoires collectives éclatées et conflictuelles, quelle peut être lattitude des historiens ? Dans quelle mesure leur travail doit-il en tenir compte ? Peut-il, en les conciliant, contribuer à réconcilier leurs porteurs dans chacun des deux pays, voire à travers la frontière méditerranéenne ?

29 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Plusieurs attitudes se proposent aux historiens. La plus décriée de nos jours est lataraxie prônée par les adeptes de lécole méthodique, dont le culte de lobjectivité et de limpartialité à outrance les conduit à se retrancher dans une tour divoire loin des passions du monde comme sils navaient été daucun temps ni daucun pays.(…) A lopposé, certains acteurs et témoins qui se considèrent comme des victimes dune injustice historique attendent trop des historiens. (…) Les défenseurs des mémoires antagonistes attendent que certains historiens leur prêtent leur appui pour servir de caution scientifique à leurs revendications. Ceux des historiens qui ont vécu la guerre dAlgérie en tant quhommes et que citoyens responsables ont du mal à leur résister dans la mesure où ils lont dabord perçue comme un problème politique et moral qui les a obligés à prendre parti.

30 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Cette situation, si compréhensible soit-elle, est dangereuse car elle risque de faire éclater la communauté des historiens en substituant aux débats scientifiques des polémiques idéologiques. Mais les historiens appartenant à des générations plus récentes, qui nont pas vécu activement les événements dAlgérie, ceux qui nont pas de mémoire personnelle à défendre, et surtout ceux qui sont nés après 1962, ne son pas obligés de marcher sur les traces de leurs aînés en prenant parti rétroactivement. Au contraire, lextériorité et la rétrospection leur permettent (…) un rôle dexperts, darbitres et de médiateurs capables de faciliter le dialogue et le rapprochement entre anciens adversaires.

31 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Lexpertise consiste dabord à juger de la véracité des faits allégués par les uns et les autres, et à mettre à disposition de tous des faits à lobjectivité soigneusement vérifiée. Cette tâche est nécessaire pour combattre les oublis et les déformations des mémoires non critiquées, qui dégénèrent très vite en légendes et en mythes. (…) Lexpertise consiste également à proposer des interprétations des rapports de causalité qui permettent de comprendre lenchainement des événements. (…) Il convient dexaminer avec impartialité tous les témoignages et les documents disponibles, quelques soient les partis pris de leurs auteurs, et de les confronter méthodiquement pour en dégager les faits objectifs reconnus pas tous, et pour leur donner une explication acceptable pour tous.(…)

32 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Lexplication historique ne peut cependant prétendre supprimer entièrement les enjeux politiques et moraux des événements, ni les jugements de valeur quils appellent : mais elle peut mieux en circonscrire le champ en éliminant les faux problèmes. Par exemple, elle peut dissiper un grief infondé de nombreux rapatriés suivant lesquels de Gaulle aurait pris un malin plaisir à les faire souffrir pour se venger de leur tiédeur à son égard dans les années 1940 et 1944 : on sait au contraire quil a agi suivant ce quil croyait être son devoir envers la France, et ce que ce devoir lui fut, comme il lécrivit lui-même « proprement cruel ». ( Mémoires despoir, tome 1, éd. Plon, 1970) (…)

33 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire Consignes de travail voir fiche annexe Travail écrit évalué.

34 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire

35 CONCLUSION LA GUERRE DALGERIE REPOSE SUR DES MEMOIRES COLLECTIVES ECLATEES ET CONFLICTUELLES AUJOURDHUI OBJETS DHISTOIRE

36 Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale ES-L/ Histoire « A lHistoire revient le pouvoir délargir le regard dans lespace et dans le temps, la force de la critique dans lordre du témoignage, de lexplication et de la compréhension, la maîtrise rhétorique du texte, et plus que tout lexercice de léquité à légard des revendications concurrentes des mémoires blessées et parfois aveugles au malheur des autres ». Paul Ricœur, « lécriture de lHistoire et le représentation du passé », conférence de la Sorbonne, le 13 juin 2000.


Télécharger ppt "Groupe académique lycée Karine Ramondy Paris IV-IUFM - Les mémoires : lecture historique – Lhistorien et les mémoires de la guerre dAlgérie / Terminale."

Présentations similaires


Annonces Google